Code typographique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un code typographique est un ouvrage de référence décrivant les règles de composition des textes imprimés ainsi que la façon d’abréger certains termes, la manière d’écrire les nombres et toutes les règles de typographie régissant l’usage des différents types de caractères (capitales, bas-de-casse, italiqueetc.).

Un code typographique est un ouvrage de référence parmi d’autres. Selon son origine géographique ou le public qu’il vise, on peut observer quelques divergences mineures dans les règles proposées, particulièrement sur l’usage des majuscules.

En France[modifier | modifier le code]

En France, les professionnels utilisent (souvent conjointement) plusieurs codes typographiques, qui ne diffèrent que sur quelques détails, comme le Nouveau Code typographique de la FCCS CGC (la CGC est la Confédération générale des cadres) et le Lexique des règles typographiques de l’Imprimerie nationale.

Le code édité par le Syndicat national des cadres et maîtrises du livre (affilié à la CGC), de la presse et des industries graphiques français est sous-titré Choix de règles à l’usage des auteurs et des professionnels du livre. Comme son nom l’indique, ce n’est pas uniquement un ouvrage de référence à l’usage des imprimeurs mais de tout professionnel de l’écrit et de l’édition : auteur, éditeur, journaliste, webmestreetc.

Il est revu et corrigé chaque année ; c’est un ouvrage en constante évolution, un peu comme un dictionnaire, où certaines règles qui étaient valables hier sont devenues caduques aujourd’hui.

Marche ou code[modifier | modifier le code]

La distinction entre un code typographique et une « marche typographique », qui est un « code maison » (de telle ou telle imprimerie, d'une maison d'édition particulière, voire d'une organisation éprouvant des besoins spécifiques, ainsi de la Communauté européenne…) est parfois ténue. Certaines marches, telle, pour la publication anglophone, The Chicago Manual of Style – initialement la marche de la maison The University of Chicago Press, qui est devenue progressivement l'ouvrage de référence privilégié de très nombreux éditeurs et correcteurs anglophones – s'imposent telles des codes, d'autres restent plus confidentielles. Les critères de renommée et de diffusion hors du cercle des utilisateurs initiaux d'une marche en fondent la réputation et lui confèrent valeur de code. Ainsi, les Règles typographiques généralement suivies et adoptées pour les publications de la Librairie Hachette (1924) ont servi longtemps de référence à de nombreux éditeurs, imprimeurs, correcteurs.

Un Code serait à proprement parler un ouvrage collectif élaboré sous l'égide d'un groupement professionnel (syndicat ouvrier ou patronal, groupe de publications ou d'éditions élargi…) se bornant à exposer les règles orthotypographiques sans les expliciter, si ce n'est sommairement, pour en faciliter la consultation rapide. Une marche peut se concevoir en tant qu'ouvrage de référence propre à une seule publication ou entreprise ou organisation qui peut, de plus, comporter un lexique de termes courants, des commentaires, relatifs au(x) domaine(s) particulier(s) dont les professionnels l'employant ont régulièrement à traiter. La marche de l'Office des publications officielles des Communautés européennes et de son Bureau de la traduction est ainsi un Code de rédaction interinstutionnel, Vade-mecum de l'éditeur abordant des domaines spécifiques élargissant la portée et l'objet d'un code. Les critères de destination spécifique, d'enrichissements (glossaires particuliers), d'indications sur l'emploi de certains vocables, &c., peuvent influer sur la perception de ce qui relève des appellations code ou marche.

Les manuélistes ont proposé, selon leurs domaines ou publics, des ouvrages intitulés « marche » ou « code » quelque peu indifféremment (si ce n'est les deux, ainsi de l'ouvrage de Jules Pinsard, Marche typographique, Petit Code de la composition, Lausanne, 1907). Les deux termes peuvent s'appliquer aussi à des ouvrages de composition spécialisée (pour la composition musicale, par exemple, différente pour le plaint-chant et d'autres types musicaux).

Un code consigne la « bonne marche » des pratiques, laquelle est forcément évolutive, de même que les codes reflètent l'évolution de la législation. Les deux termes peuvent être considérés ou non rigoureusement synonymes selon les époques et les sources, de même que celui d'orthotypographe, qui était le pendant du lexicographe théorique (se livrant à l'étude systématique des marches et codes comme le lexicographe s'applique à celle des dictionnaires), est parfois adopté pour désigner une correctrice ou un correcteur d'édition ou d'imprimerie.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Serge Aslanoff, Manuel typographique du russiste, Institut d’études slaves, Paris, 1986, 255 pages (ISBN 2-7204-0225-7).
  • Patrick Boman et Christian Laucou, La typographie : cent règles, collection « Les Cent », éditeur Le Polygraphe, dépôt légal 2008, 95 pages (ISBN 978-2-909051-29-1).
  • Nina Catach, La Ponctuation, PUF, collection « Que sais-je ? » no 2818, 128 pages ; 1re édition 1994 ; 2e édition corrigée 1996 (ISBN 2-13-046050-X).
  • Jean-Pierre Clément, Dictionnaire typographique : petit guide du tapeur : à l'usage de ceux qui tapent, saisissent ou composent textes, thèses ou mémoires à l'aide d'un micro-ordinateur, Paris, Ellipses,‎ 2005 (ISBN 2729819983)
  • Jean-Pierre Colignon, Un point c’est toutLa ponctuation efficace), les éditions du CFPJ, collection « Les guides du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes », 119 pages, 1992 (ISBN 2-85900-050-X).
  • Jean-Pierre Colignon, La Majuscule, c’est capital !, Éditions Albin Michel, collection « Les Dicos d’or de Bernard Pivot », 2005, 214 pages (ISBN 2-226-14389-0).
  • Jean-Paul Colin, Dictionnaire des difficultés du français (contient notamment un « Dictionnaire typographique ») ; nouvelle édition 1990, Dictionnaires Le Robert, 857 pages (ISBN 2-85036-009-0) ; anciennement édité sous le titre Nouveau Dictionnaire des difficultés du français, Hachette et Tchou, 1970 ; le « Dictionnaire typographique » est remplacé par un « Guide typographique » dû à Christian Laucou dans les éditions les plus récentes, 1995 (ISBN 2-85036-213-1) ; autre édition : réimpression octobre 2006 (ISBN 2-84902-354-X).
  • Albert Doppagne, Majuscules, abréviations, symboles et sigles – Pour une toilette parfaite du texte, 1e édition, 1979 ; 2e édition, 1991 ; 3e édition 1998, éd. Duculot, 96 pages, (ISBN 2-8011-1121-X).
  • Jacques Drillon, Traité de la ponctuation française, Gallimard, 1991 (ISBN 2-07-072198-1).
  • Jean Dumont, Vade-mecum du typographe, Bruxelles, A. Lesigne,‎ 1915, 4e éd. (1re éd. 1891), 164. p. (lire en ligne)
  • André Goosse, Maurice Grevisse, Grevisse, Le Bon Usage (ISBN 2-8011-1045-0), cet ouvrage qui est un ouvrage grammatical et non un code typographique aborde néanmoins des questions telles que l’usage des majuscules ou du trait d’union.
  • Charles Gouriou, Mémento typographique, Éditions du Cercle de la Librairie (Librairie Hachette, 1973), Paris, 2006 (ISBN 2-7654-0447-X).
  • Louis Guéry, Dictionnaire des règles typographiques, Les Guides du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, 2e édition corrigée et augmentée, 2000, 282 pages (ISBN 2-908056-27-5).
  • Joseph Hanse, Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne (ISBN 2-8011-1267-4).
  • Olivier Houdart et Sylvie Prioul, L’Art de la ponctuationLe point, la virgule et autres signes fort utiles, Le Seuil, collection « Points », dépôt légal octobre 2007, 220 pages (ISBN 978-2-7578-0372-1) ; copyright avril 2006 : ouvrage initialement publié sous le titre La Ponctuation ou l’art d’accommoder les restes (ISBN 2-02-085802-9).
  • André Jouette, TOP. Toute l'orthographe pratique. Dictionnaire d'orthographe et de grammaire (60 000 mots et expressions), Paris, Nathan, 1980 (et diverses rééditions).
  • Jean-Pierre Lacroux, OrthotypoOrthographe et typographie françaises – Dictionnaire raisonné, Éditions Quintette, 2008, 372 pages, 21 × 14,5 cm (ISBN 978-2-86850-147-9).
    • Jean-Pierre Lacroux, OrthotypoOrthographe et typographie françaises – Dictionnaire raisonné, 2e édition mise à jour, La Maison du Dictionnaire, Éditions Quintette, 370 pages, ISBN 9782856082492
  • Georges Morell, 2011, Autour des mots : le plus court chemin entre la typographie et vous, Paris, Éditions des journaux officiels, 579 pages, 24 cm, 2005, (ISBN 2-11-076050-8).
  • Yves Perrousseaux, Manuel de typographie française élémentaire, Atelier Perrousseaux éditeur, 4e édition, Reillanne, 1995.
  • Aurel Ramat, Le Ramat de la typographie (ISBN 2-922366-03-0).
  • Aurel Ramat et Romain Muller, Le Ramat européen de la typographie, 2009 (ISBN 978-2-9534965-0-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]