Code du statut personnel (Tunisie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Code du statut personnel.

Code du statut personnel

Présentation
Titre مجلة الأحوال الشخصية
transcription : « majallat elahwel ech'chakhsiya »
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Langue(s) officielle(s) Arabe, français
Type Code juridique
Branche Droit de la famille
Adoption et entrée en vigueur
Gouvernement Gouvernement Bourguiba (1)
Adoption Décret
Promulgation 13 août 1956
Entrée en vigueur 1er janvier 1957
Version en vigueur 4 mars 2008

Lire en ligne Jurisite Tunisie

Le Code du statut personnel (CSP) (arabe : مجلة الأحوال الشخصية) consiste en une série de lois progressistes tunisiennes, promulguées le 13 août 1956 par décret beylical puis entrées en vigueur le 1er janvier 1957, visant à l’instauration de l’égalité entre l’homme et la femme dans nombre de domaines. Le CSP est l’un des actes les plus connus du Premier ministre et futur président Habib Bourguiba près de cinq mois après l’indépendance de son pays.

Il donne à la femme une place inédite dans la société tunisienne et dans le monde arabe en général, abolissant notamment la polygamie, créant une procédure judiciaire pour le divorce et n’autorisant le mariage que sous consentement mutuel des deux époux.

Le successeur de Bourguiba, Zine el-Abidine Ben Ali, ne remet pas en cause le CSP et lui apporte même des modifications qui le renforcent, en particulier avec l’amendement du 12 juillet 1993. Mais cette politique féministe, s’inscrivant incontestablement dans une politique de modernisation du pays, reste confrontée aux mentalités conservatrices d’une partie de la société tunisienne influencée par la montée de l’islamisme politique durant les années 1980.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Portrait de Tahar Haddad

La question féminine est un thème récurrent en Tunisie, davantage que dans tous les autres pays du Maghreb[1], et le pays est sans doute de ce point de vue le plus « atypique »[2] de la région[3]. Il voit progressivement s’affirmer un particularisme qui le suit depuis l’époque beylicale[3] qui, « à la veille même de l’instauration du protectorat français, allait s’engager dans un processus de réformes tendant à réaménager son rapport à la société dans une perspective nationale moderne »[4]. Cependant, la période précédant la promulgation du CSP reste relativement pauvre en termes de faits juridiques correspondant au statut personnel[5] et il faut donc attendre le CSP qui constitue une rupture avec les tentatives et propositions précédentes[1].

Dès 1868, Kheireddine Pacha écrit La plus sûre direction pour connaître l’état des nations en arabe[6] qui explique que l’avenir de la civilisation islamique est lié à sa modernisation[7]. En 1897, le cheikh Mohamed Snoussi publie L’Épanouissement de la fleur ou étude sur la femme en islam où il promeut l’éducation des filles[1]. Quinze ans plus tard, Abdelaziz Thâalbi, César Benattar et Hédi Sebaï publient L’Esprit libéral du Coran qui plaide en faveur de l’éducation des filles et de la suppression du hijab[1]. En 1930, Tahar Haddad, lui-même influencé par le courant réformiste initié au XIXe siècle par Kheireddine Pacha, Ibn Abi Dhiaf, Mohamed Snoussi, Salem Bouhageb, Mohamed Bayram V[8] et d’autres penseurs qui ont tous défendu l’idée de modernisme[9], publie Notre femme dans la charia et la société[1]. Il y démontre la possibilité de la compatibilité entre islam et modernité. D’ailleurs, les arguments qu’il y donne seront repris par Bourguiba lors de ses discours[7].

Bien qu’à son époque, les propos de Haddad soient condamnés par les conservateurs, quasiment tous ses appels seront pris en compte lors de la rédaction du CSP[10] comme le consentement obligatoire au mariage, la création d’une procédure de divorce et l’abolition de la polygamie. L’échec de Haddad à mettre en pratique ces volontés de son vivant est inscrit dans le succès postérieur de Habib Bourguiba[11] :

« Il [Haddad] occupe une place importante dans l’histoire des idées sociales et politiques en Tunisie[10]. »

À la même époque, le cheikh Mohamed Fadhel Ben Achour, qui a aussi été mufti de Tunisie et recteur de l’Université Zitouna, publie sa fatwa, fruit d’un ijtihad personnel[8]. Dans le même temps, le journal réformiste Ennahdha publie des poèmes d’Abou el Kacem Chebbi[12] qui participe, à une moindre échelle par rapport à Haddad, à la défense des droits des femmes[13]. En 1947, Mohamed Abdelaziz Djaït, ancien ministre de la Justice qui sera plus tard opposé au CSP et auteur d’une majallah codifiant le statut personnel et le droit immobilier[14], lance un premier et timide essai de réforme pour unifier les doctrines malikites et hanéfite[5], majoritaires en Tunisie, qui ne donne finalement rien[1].

En novembre 1940, Mohamed Zarrouk fonde la première revue féministe francophone, Leïla, qui ferme toutefois en juillet 1941, mais dont le nom est symboliquement repris par Béchir Ben Yahmed qui, le 23 mai 1955, crée une rubrique Leïla vous parle — plus tard L’Action féminine — dans le cinquième numéro de son hebdomadaire L’Action (plus tard Afrique Action et enfin Jeune Afrique)[15]. Faute de femmes, absentes de la presse tunisienne de l’époque, la rubrique ferme mais Ben Yahmed fait la rencontre de Dorra Bouzid[16], alors étudiante à Paris, et la recrute pour relancer la rubrique[17]. Le 13 juin 1955, Bouzid, alors seule femme du journal, édite dans le huitième numéro du journal, un article signé sous le pseudonyme de Leïla et titré : « Appel pour le droit à l’émancipation »[18]. À l’occasion de la promulgation du CSP, elle écrit le 3 septembre 1956, sur une double page spéciale dans le numéro 65 du magazine, un article titré « Les femmes tunisiennes sont majeures » avec un éditorial rappelant la collaboration à son élaboration de deux cheikhs : Mohamed Abdelaziz Djaït et Mohamed Fadhel Ben Achour[18]. En 1959, Safia Farhat et Bouzid cofondent la revue Faïza, qui, bien qu’elle cesse de paraître en décembre 1969, reste célèbre au Maghreb et plus généralement en Afrique en tant que premier magazine féminin francophone arabo-africain[17].

Texte fondateur[modifier | modifier le code]

Le CSP institue dans le droit positif, pour la première fois dans un pays arabo-musulman[14], le principe du consentement des deux époux comme règle de validité de tout mariage[19]. Le droit traditionnel du mariage musulman prévoyait toutefois le consentement mutuel des deux époux[20], la différence provenant principalement de la codification positive de ce droit.

Par ailleurs, le CSP instaure un âge minimum obligatoire au mariage limité d’abord à 18 ans pour l’homme et à quinze pour la femme, âge majoré dans un premier temps de deux ans pour les deux conjoints par le décret n°64-1 du 20 février 1964[21],[22] avant que la loi n°2007-32 du 14 mai 2007 ne l’unifie à 18 ans pour les jeunes des deux sexes[23]. Le texte précise qu’« au-dessous de cet âge, le mariage ne peut être contracté qu’en vertu d’une autorisation spéciale du juge qui ne l’accordera que pour des motifs graves et dans l’intérêt bien compris des deux futurs époux »[23]. Dans ce même cas, le consentement au mariage du mineur doit être donné par le plus proche parent qui doit remplir trois conditions : « être sain d’esprit, de sexe masculin [et] majeur »[24].

Le CSP fait également interdire le mariage de l’homme « avec ses ascendantes et descendantes, avec ses sœurs et les descendantes à l’infini de ses frères et sœurs, avec ses tantes, grands-tantes et arrières grands-tantes »[25] et « avec la femme dont il avait été divorcé trois fois »[26]. La polygamie, bien qu’assez marginale à l’époque[27], est également interdite[28],[29] même si la seconde union n’est pas « formelle »[30] : « Quiconque, étant engagé dans les liens du mariage, en aura contracté un autre avant la dissolution du précédent, sera passible d’un emprisonnement d’un an et d’une amende »[31]. Pour justifier cette mesure, Bourguiba se réfère à une sourate du Coran :

« Nous nous sommes conformés à l’esprit du Livre saint [...] qui s’oriente vers la monogamie. Notre décision en la matière ne contredit aucun texte religieux et se trouve en harmonie avec notre souci de justice et d’égalité entre les sexes[32]. »

Cette sourate indique qu’« il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela afin de ne pas faire d’injustice »[33]. Pour Bourguiba, la condition de l’équité entre les épouses étant impossible à assurer, l’interdiction de la polygamie devient dès lors légitime[32]. Et, provoquant les conservateurs, il ajoute :

« Les défenseurs de la polygamie devraient admettre dans un esprit d’équité que la femme soit polyandre en cas de stérilité de l’époux[34]. »

Le CSP rappelle également que « chacun des deux époux doit traiter son conjoint avec bienveillance, vivre en bon rapport avec lui et éviter de lui porter préjudice »[35], abolissant ainsi le devoir d’obéissance de l’épouse à l’égard de son mari[36]. Dans le même temps, le texte oblige la femme qui est en possession de biens à contribuer aux charges de la famille[35] alors que le mari ne dispose plus d’aucun pouvoir d’administration sur les biens propres à la femme[37].

Jusqu’en 1956, le divorce reste le propre de l’homme qui peut répudier unilatéralement[38] sa conjointe par une simple déclaration authentifiée par deux témoins[14]. Au contraire, le CSP instaure une procédure de divorce qui « ne peut avoir lieu que devant le tribunal »[39] et qui entraîne « la dissolution du mariage »[40]. Ce même tribunal ne prononce le divorce qu’en cas de consentement mutuel des deux époux et à la demande de l’un des conjoints en fonction du préjudice dont il a été victime[41]. Il est également indiqué que « le préjudice matériel sera réparé [à la femme] sous forme de rente payable mensuellement [...] en fonction du niveau de vie auquel elle était habituée durant la vie conjugale, y compris le logement »[41]. Une fois encore, Bourguiba se justifie par les dispositions du Coran[32].

Le CSP institue également le principe de l’égalité de l’homme et de la femme sur le plan de la citoyenneté[14]. Par ailleurs, si l’enfant ne possède pas de biens propres, les frais nécessaires à son entretien sont prélevés sur ceux du père[42].

Réformes successives[modifier | modifier le code]

Politique de Bourguiba[modifier | modifier le code]

Action politique antérieure[modifier | modifier le code]

Radhia Haddad écrit dans son autobiographie Parole de femme[43] :

« À l’aube de l’indépendance, la plus ancienne et la plus criante des injustices était la condition des femmes[14]. »

Bourguiba saluant un groupe de femmes

Prenant la tête de la campagne de modernisation de la Tunisie[44], Habib Bourguiba trouve dans chacun de ses discours l’occasion de critiquer l’attitude des sexistes, désigne le hijab comme un « misérable chiffon » ou un « épouvantable suaire » voire encore comme un « linceul sinistre qui cache la figure »[45] et fait appel à la science pour ridiculiser la question de la virginité au mariage[46]. Les Tunisiennes entendent son appel, se dévoilent et font souvent appel à lui pour régler un litige avec leur époux[46]. Ce dernier tranche toujours en faveur des femmes et « se fait tout au long des années 1960 leur inlassable avocat »[46].

Il faut savoir que Bourguiba a toujours attaché un culte à sa mère, Fatouma, morte en 1913, prématurément selon le chef d’État[47]. Dans plusieurs de ses discours, son souvenir revient et l’épuisement généré par la double fonction d’épouse et de mère participe de sa dénonciation de la condition féminine dans la société traditionnelle tunisienne[47]. Bien que ces déclarations puissent être considérées comme sincères — d’autres exposés montrent en effet une certaine hostilité à la tradition domestique de l’époque —, il est à rappeler le fait que le souvenir de sa mère ne joue aucun rôle fondamental sur ses positions politiques à propos de la condition féminine lors du protectorat français[47].

Dans ce contexte, à la veille de l’indépendance, il n’existe pas véritablement de mouvement politique étroitement axé sur la revendication des droits des femmes[48]. Les institutions existantes relèvent de partis politiques et, bien que ces droits soient des sujets de discours, ils ne font alors pas partie des priorités politiques[1]. L’Union des femmes et l’Union des jeunes filles de Tunisie rattachées au Parti communiste tunisien agissent surtout dans les domaines social et du travail[1]. Quant à l’Union musulmane et aux cellules féminines destouriennes créées dès 1951-1952, elles ne commencent à revendiquer le droit de vote et d’éligibilité qu’à partir de 1955[1]. Ces deux derniers droits, appliqués dès 1956, sont officialisés le 14 mars 1957[49] et les Tunisiennes votent pour la première fois aux élections municipales de mai 1959 et, plus tard, aux élections présidentielles et législatives de novembre 1959[50]. Mais le seul droit qui reste unanime auprès des organisations féminines est l’éducation[1]. De ce point de vue, le CSP n’a été promulgué sous aucune pression militante féminine qui, quand elle existe, est plutôt orientée vers d’autres idéaux[1].

Poursuite des réformes[modifier | modifier le code]

Le 10 août 1956, Bourguiba, alors Premier ministre, consacre tout son discours au CSP qui allait être promulgué trois jours plus tard[14]. Il le décrit comme étant « une réforme radicale » qui allait faire du mariage « une affaire de l’État, un acte qui doit être supervisé par le droit public et la société dans son ensemble »[14]. Rédigé par une quinzaine de juristes en majorité arabophones, sous la direction du ministre de la Justice Ahmed Mestiri[14], le CSP est voté dans la foulée de l’indépendance et avant même la rédaction de la Constitution de 1959[51]. Regroupé en douze livres[52], il donne aux femmes un statut inédit dans le monde musulman[53]. Proclamé le 20 mars 1956[14] puis promulgué le 13 août de la même année (6 mouharram 1376 dans le calendrier musulman[54]) par décret beylical de Lamine Bey[54], le CSP entre en vigueur le 1er janvier 1957[5]. Cet acte s’inscrit dans une série de réformes qui touche d’autres aspects de l’impact de la religion sur la société.

Ainsi, le 31 mai, les habous publics avaient été supprimés alors que les habous privés le seront le 1er juillet 1957[1] (décrets du 31 mai et du 18 juillet[55]). Le 3 août, les tribunaux séculiers remplacent les instances religieuses[1] comme le haut tribunal de l’application de la loi coranique[56] alors que la loi du 27 septembre 1957 fait fermer le tribunal rabbinique de Tunis[57]. Leurs effectifs sont intégrés dans le cadre des magistrats de droit commun[58]. Le 10 janvier 1957, le port du hijab est interdit dans les écoles[14].

Quant aux décrets du 29 mars 1956 et du 1er octobre 1958, ils visent l’Université Zitouna qui est fermée au même titre que les autres médersas[1], le but officiel étant « de supprimer progressivement tous les anciens types d’enseignement [...] inadaptés, hybrides ou dépassés » (discours prononcé par Bourguiba à Tunis le 15 octobre 1959)[59]. Pourtant, plus que ce souci de modernisation, il existe aussi le besoin de déstabiliser un foyer important d’opposition politique fondé sur la religion[55].

Dans les années suivant l’indépendance, les femmes obtiennent le droit de travailler, de se déplacer, d’ouvrir des comptes bancaires et de créer des entreprises sans que l’autorisation de leur époux ne soit demandée[60]. Le 1er juillet 1965, une loi autorise l’avortement, tant pour des raisons sociales que thérapeutiques[61]. Dès le début des années 1960, les femmes sont encouragées à limiter leur descendance et la pilule contraceptive est rendue accessible gratuitement dans tout le pays[60], annulant ainsi la loi française qui, en 1920, faisait interdire tout moyen de contraception[61]. Une loi de mars 1958 impose le mariage civil[62] et, le 14 décembre 1960, une autre loi limite à quatre le nombre d’enfants bénéficiant d’allocations familiales[61]. Bourguiba crée l’Union des femmes de Tunisie (UNFT) en 1956[63] qui est chargée de mener la propagande en faveur de sa politique féministe[60]. Lors d’un discours tenu le 26 décembre 1962, Bourguiba déclare :

« Le travail contribue à l’émancipation de la femme. Par son travail, une femme ou une jeune fille assure son existence et devient consciente de sa dignité[64]. »

Dans la pratique, la Tunisie ratifie le 14 septembre 1965 la convention n°111[65] de l’Organisation internationale du travail (OIT) concernant la discrimination en matière d’emplois et de profession[66]. Plus tard, en 1968, la ratification de la convention n°100 de l’OIT instaure l’égalité de traitement de la main-d’œuvre féminine et masculine pour un travail de valeur égale[66]. Ces mesures, ajoutées à la mixité des écoles et à l’entrée de plus en plus conséquente des jeunes filles dans le monde du travail[67], entraînent la baisse de la nuptialité[68] et de la natalité[22], dont l’objectif est de 46 ‰ en 1966 et de 30 ‰ en 1971[61]. Mohamed Baraket[69] et Dominique Tabutin[70] estiment que deux tiers de la réduction des naissances durant la période allant de 1966 à 1975 est la conséquence démographique de ces mesures[22]. En 1980, le taux de croissance démographique de la Tunisie fait partie des plus faibles des pays du Sud et se trouve être le plus faible du monde arabe[60]. Ce taux est de 2,2 enfants par femme en 1998[71] et de 1,73 enfants en 2007[72]. Radhia Haddad reconnaît le mérite de Bourguiba dans ces transformations :

« Si tous les pays ont fini, un jour ou l’autre, par se débarrasser de la domination étrangère, aucun, et surtout aucun pays arabo-musulman, n’a osé une révolution sociale d’une telle ampleur[14]. »

CSP et religion[modifier | modifier le code]

Portrait d’Atatürk, autre figure du modernisme en matière de droits des femmes dans le monde musulman

Cette série de réformes, bien qu’elle s’écarte quelque peu de la norme coutumière — comme peut l’illustrer l’instauration de l’adoption en 1958 inconnue en droit musulman[7] et de l’adoption plénière en 1959 —, ne rompt jamais avec la religion[32]. Bourguiba déclare être un mujtahid et non pas un kémaliste car il reprochait au leader turc de s’être trop éloigné de la société[32]. Dès 1956, tous les responsables — notamment le ministre de la Justice Ahmed Mestiri et les différentes dirigeantes de l’UNFT — rappellent à chaque occasion que le CSP et les lois successives ne sont pas opposées à l’islam[32] mais s’inscrivent dans le cadre d’une réforme de la société « à l’intérieur de l’islam »[73]. Ainsi, chacune des mesures prises dans la rédaction du CSP est accompagnée de justifications issues d’une interprétation libérale du droit musulman[74]. Lors d’un discours tenu à Tunis le 8 février 1961, Bourguiba rappelle son opinion sur la domination de la raison sur tout autre moyen de pensée comme la religion :

« Il est encore des gens qui ne conçoivent pas que la raison doit s’appliquer à toutes choses en ce monde et commander toute activité humaine ; pour ceux-là, certains domaines — celui de la religion en particulier — doivent échapper à l’emprise de l’intelligence. Mais alors, en agissant de la sorte, on détruit du même coup la ferveur et la vénération que nous devons à tout ce qui est sacré [...] Comment admettre cet ostracisme contre la raison ? Comment s’abaisser à ce comportement d’animal intelligent [75]? »

Néanmoins, force est de constater que la Tunisie de Bourguiba, pas plus que celle de Ben Ali ou l’ensemble des États arabes, ne pourraient être qualifiés de « laïque » car, en plus de la désorientation, de la neutralité et de la liberté religieuses de l’État, la laïcité implique également l’autonomie des institutions publiques et religieuses[76]. La réalité est que la présence institutionnelle de l’islam en Tunisie, bien que strictement encadrée, est bien véritable comme la perpétuelle référence implicite ou explicite à la religion pour légitimer les orientations du régime[76].

Certes, les services publics tunisiens sont accessibles à tous sans distinction de culte et la Constitution de 1959 garantit la liberté de religion[76] tant qu’elles ne portent pas atteinte à l’ordre public[77] mais l’islam en reste la religion d’État[78] si bien que s’en réclamer est obligatoire pour pouvoir prétendre au poste de président de la République[79].

Réaction conservatrice[modifier | modifier le code]

Dans ce contexte, le « féminisme » présidentiel reste relativement ambigu[74] comme l’illustre le discours prononcé lors du troisième congrès de l’UNFT, tenu du 20 au 29 décembre 1962, où il déclare qu’il faut protéger la famille en garantissant à l’homme la faculté d’en être le chef[60]. Dès les années 1970, la politique de Bourguiba perd en dynamique : cette absence de nouvelles réformes peut s’expliquer de différentes manières : la dégradation de la santé du président, la réaction tardive des conservateurs restés réservés au cours de la décennie précédente et la résistance de la société bouleversée dans ses fondements[60]. Dans le même temps, le pouvoir désire déstabiliser la gauche marxisante[80] en encourageant la création de l’Association de sauvegarde du Coran en janvier 1968[81], ce qui contribuera à la naissance du parti islamiste Ennahdha[82].

De même, le silence du CSP à propos du mariage entre une musulmane et un non-musulman est, depuis 1969, interprété par la plupart des juges comme une reconnaissance de l’interdiction donnée par le droit musulman en la matière[83]. Ce raisonnement est approuvé le 5 novembre 1973 par une circulaire du ministère de la Justice qui, afin « d’éloigner les côtés négatifs de l’Occident »[84], fait interdire les mariages entre musulmanes et non musulmans[81] et qui juge nul les mariages mixtes où le conjoint ne s’est pas converti à l’islam[44] et où une attestation de conversion n’est pas fournie[84]. Les tribunaux interprètent souvent à cette époque le code dans un sens restrictif, refusant par exemple tout droit à l’héritage pour les femmes non musulmanes de mariages religieusement mixtes[44]. Bourguiba lui-même cède aux volontés des conservateurs et refuse en 1974 la pression de son entourage et de la majorité de son gouvernement visant à modifier le projet de loi sur l’égalité successorale qui aurait institué l’égalité des sexes face à l’héritage[44]. En effet, sur cette question, il ne peut se référer au Coran pour se justifier[46] puisque le texte est clair : « Au fils, une part équivalente à celle de deux filles »[85]. En 1976, au sixième congrès de l’UNFT, il déclare ouvertement qu’« il n’est pas nécessaire que la femme exerce des activités rémunérées hors de son foyer »[80]. Il semble ainsi renoncer à l’un des principes de sa politique de modernisation[44].

Les années 1980 se caractérise dans la même ligne par une immobilité en termes de réformes féministes à l’exception de quelques améliorations non négligeables au début de la décennie[44] : la loi n°81-7 du 18 février 1981[86] confie à la mère veuve la tutelle des enfants mineurs[87] et favorise les femmes en cas de divorce[44]. Par la suite, le 1er novembre 1983, Bourguiba nomme les deux premières femmes ministres : Fethia Mzali au ministère de la Famille et de la promotion de la femme et Souad Yaacoubi à la santé publique[88].

Politique de Zine el-Abidine Ben Ali[modifier | modifier le code]

Début de pouvoir ambigu[modifier | modifier le code]

Zine el-Abidine Ben Ali hérite à la fin 1987 d’une société partagée entre conservateurs, qui réclament la modification du CSP dans un sens régressif, et modernistes qui désirent son maintien pour symboliser l’ancrage de la Tunisie dans la modernité[89]. Le nouveau président fait donc preuve d’une extrême prudence puisque c’est par rapport à son attitude face au code qu’une bonne partie de l’opinion publique se basera pour porter son jugement sur le nouveau président[89]. Durant ses premiers mois de pouvoir, il met en place l’interruption des programmes télévisés et radiodiffusés pour passer l’appel aux cinq prières quotidiennes[90] et fait rouvrir l’Université Zitouna[90] tout en critiquant les « dérives » laïques de Bourguiba et en glorifiant l’« identité arabo-islamique » de la Tunisie[89]. Au début du mois de mars 1988, le quotidien Assabah annonce qu’un amendement du CSP visant à l’interdiction de l’adoption d’enfants est en discussion[90], ce qui provoque la réaction de quarante universitaires de toutes orientations politiques qui font circuler une pétition demandant la « nécessaire séparation de l’islam et de la politique »[90]. Le lendemain, 19 mars, Ben Ali rappelle publiquement lors d’une allocution télévisée son attachement au CSP :

« Il n’y aura ni remise en cause ni abandon de ce que la Tunisie a pu réaliser au profit de la femme et de la famille[90]. »

Néanmoins, la condition féminine ne fait pas alors partie de ses priorités et l’on retrouve dans son action la même ambiguïté politique que celle qui existait chez Bourguiba[91].

Prise de conscience[modifier | modifier le code]

Ce n’est qu’à partir de 1989, une fois que la relation avec les islamistes est rompue, qu’un nouveau discours moderniste se remet en place[91]. Les femmes sont alors appelées pour caractériser ce changement : les réceptions officielles deviennent mixtes dès 1992 et les ministres et hauts fonctionnaires sont encouragés à y venir accompagnés de leurs épouses[89]. La nouvelle première dame, Leïla Ben Ali, fait de plus en plus d’apparitions en public et, en tant que porte-parole de son époux, tient régulièrement des discours sur le rôle de la femme dans le pays[89]. La mise en pratique de ce changement peut également s’illustrer par la création en 1991 du Centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur la femme[92] et la mise en place au sein du ministère du plan d’une commission nationale « Femme et développement » chargée d’étudier le rôle de la femme dans le développement dans le cadre de la préparation du huitième plan économique (1992-1996)[89],[93]. Toujours en 1991, une loi rend obligatoire la scolarisation de tous les enfants[94].

Le 13 août 1992, à l’occasion de la Journée nationale de la Femme, Ben Ali tient un discours qui renoue avec le modernisme bourguibien où il demande « la réhabilitation de la femme, la reconnaissance de ses acquis et la consécration de ses droits dans le cadre des valeurs religieuses et civiles auxquelles notre peuple est fier d’adhérer »[89]. La référence à l’islam, devenue presque rituelle, reste présente, même si l’on y ajoute également le souvenir du passé antique carthaginois du pays en insistant sur sa diversité culturelle, mais est beaucoup plus réduite par rapport aux discours tenus entre 1987 et 1989[89]. Trois idées majeures dominent en revanche dans ce discours : l’éloge de la modernité acquise et irréversible, la reconnaissance des évolutions qu’a connues la société, comme le passage de la famille élargie à la famille nucléaire, et la nécessité de mettre en pratique ces évolutions dans les textes de lois[89]. Déclarant qu’il est « convaincu de l’aptitude de la femme à assumer les plus hautes charges au sein de l’État et de la société », il annonce la création d’un secrétariat d’État chargé de la femme et de la famille et la nomination d’un nombre supérieur de femmes dans les cabinets ministériels[89]. Il reconnaît à cette occasion que l’égalité des sexes n’est pas encore totale et prévoit de futures améliorations :

« Nous tenons à réaffirmer ici notre attachement à ces acquis et notre détermination à les défendre et à les faire évoluer[89]. »

Amendement du 12 juillet 1993[modifier | modifier le code]
Article connexe : Filiation en Tunisie.

Dans la pratique, les réformes sont apportées en 1993[89]. Bien que tous les projets des féministes, qui désirent la reconnaissance claire de l’égalité entre les deux sexes, ne soient pas menés à terme[36], les réformes tendent vers le partage de l’autorité entre les deux époux au lieu de l’autorité exclusive du père[89]. L’amendement n°93-74 du 12 juillet 1993[86] portant modification du Code du statut personnel donne le droit à la femme de transmettre son patronyme et sa nationalité[95] à ses enfants au même titre que son époux[96] — même si elle est mariée à un étranger — à la seule condition que le père ait donné son approbation[51]. D’autres mesures consacrent la participation de la mère à la gestion des affaires touchant les enfants et le consentement obligatoire de la mère pour le mariage de son enfant mineur[89]. Par ailleurs, la femme acquiert le droit de représenter ses enfants dans quelques actes juridiques, d’ouvrir et de gérer un livret de caisse d’épargne pour leur bénéfice[89]. De plus, le texte rend obligatoire aux époux de se traiter avec « bienveillance » et de s’entraider dans la gestion du foyer[35]. Jusque-là, la femme devait respecter les prérogatives du mari[89]. En outre, une autre prescription annule le privilège des grands-parents paternels à recevoir des aliments de leur descendance et le fait bénéficier également aux grands-parents maternels annulant le concept de famille patriarcale en lui retirant son unité juridique[97].

Plus tard, une seconde série de dispositions renforce la protection de la femme face à l’homme en réprimant plus rigoureusement les violences conjugales et en instituant le versement de pensions alimentaires tout en accentuant la répression des maris divorcés qui ne respectent pas cette obligation[89]. Dans le cadre professionnel, un nouvel article du Code du travail ajouté par la loi n°93-66 du 5 juillet 1993 réaffirme qu’« il ne peut être fait de discrimination entre l’homme et la femme dans l’application des dispositions du [...] code »[98].

En 1995, d’autres innovations législatives sont votées en matière de répartition des biens au sein du couple, reconnaissant le fait que la constitution des biens est le fait des deux conjoints et, qu’en cas de divorce, la femme ne saurait être lésée dans la répartition du patrimoine commun[89]. Lors de l’élection présidentielle de 1999, le programme de Ben Ali comporte un volet consacré à la femme sous le slogan « Des perspectives renouvelées devant la femme »[92].

Situation actuelle[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Statut des femmes en Tunisie.

Dans le domaine matrimonial, la Tunisie reste souvent considérée comme un État ouvert aux modifications du monde moderne[99],[100]. Il faut savoir que la Tunisie fête deux journées dédiées aux femmes : le 8 mars qui est la Journée internationale de la femme[101] et le 13 août, date-anniversaire de la promulgation du CSP, qui est devenu un jour férié déclaré « Journée nationale de la Femme »[89]. À l’occasion du 50e anniversaire de la promulgation du CSP, le président annonce deux projets de loi qui sont adoptés par la Chambre des députés le 8 mai 2007. Le premier renforce le droit au logement au bénéfice de la mère ayant la garde des enfants et le second unifie l’âge minimum au mariage à 18 ans pour les deux sexes malgré le fait que la moyenne d’âge réelle au mariage soit passée à 25 ans pour la femme et à 30 pour l’homme[51].

Difficultés[modifier | modifier le code]

Difficultés légales et sociétales[modifier | modifier le code]

Le CSP connaît néanmoins de nombreuses difficultés à s’insérer correctement dans la société tunisienne. Ainsi, la dot — bien qu’elle ne constitue pas une cause de divorce en cas de défaut de paiement[102] — existe toujours[103], le domicile de l’époux est le seul qui puisse être considéré comme domicile conjugal[46] et l’héritage est totalement inégalitaire puisque la charia accorde aux hommes une part double par rapport à celle des femmes[51] (l’un des rares cas où le droit musulman est appliqué en Tunisie). Malgré quelques tentatives, Bourguiba n’a pu imposer l’égalité des deux sexes dans ce domaine en raison d’une trop forte réticence des chefs religieux. Il s’est donc contenté d’encadrer les pratiques pour éviter les abus. Aujourd’hui, des facilitations pour les donations entre personnes vivantes sont à l’étude pour pallier l’inégalité des filles[89]. Mais en parcourant « les voies et moyens permettant de promouvoir et de renforcer les acquis de la femme sans altérer notre identité arabo-islamique », Ben Ali a fixé le 13 août 1992 les limites qu’il ne compte pas dépasser[89].

La ministre tunisienne chargée des femmes et de la famille affirme pour sa part le 9 février 1994 au Sénat français tout en prenant quelques libertés avec l’histoire :

« Quand Bourguiba [...] promulgue le Code du statut personnel [...], il le fait au nom de la charia et de l’islam[89]. »

Il s’agit donc de ne pas s’attaquer directement à l’inégalité des sexes devant l’héritage[89], le CSP continuant de considérer l’homme comme le chef de famille[104] et exprimant le fait que les époux doivent remplir leurs devoirs conjugaux « conformément aux usages et à la coutume »[35] qui sont systématiquement à l’avantage des intérêts masculins[89]. En outre, il n’est pas toujours facile d’appliquer les textes en milieu rural où les filles sont encore souvent déscolarisées au profit des garçons pour travailler comme employées de maison ou aux champs[51] où la modernisation des équipements a généralement plus concerné les hommes même dans le cadre d’une exploitation familiale[66]. Ainsi, le travail des femmes en campagne reste très manuel, se déroule dans des positions souvent courbées pour la cueillette par exemple et ne réclame pas de qualification particulière[66].

Oppositions des chefs religieux[modifier | modifier le code]

Portrait du cheikh Ben Achour

Mis à part le soutien du cheikh Mohamed Fadhel Ben Achour, qui a défendu les dispositions du CSP[105] sous prétexte qu’elles constituent des interprétations éventuelles de l’islam, définissant le CSP comme « un impératif des temps modernes [...] mais toujours conforme aux textes fondateurs de l’islam »[14], une grande partie des autorités religieuses entre dans un mutisme prudent ou dénonce le code[106]. Cette opposition qui estime que le CSP « viole la norme islamique » se forme[14] et comprend plusieurs figures dont Mohamed Abdelaziz Djaït, à tort considéré comme l’un des inspirateurs du code, qui juge le CSP « trop éloigné des préceptes charaïques »[1]. Le 20 août 1956[14], ce dernier envoie une lettre à Ahmed Mestiri dans laquelle il demande la révision de certains articles du CSP, dont ceux correspondants à l’interdiction de la polygamie et à la création d’une procédure de divorce[105]. Cette réclamation oblige Bourguiba à interpeller, publiquement et nommément, le 7 septembre, les membres des tribunaux religieux pour leur demander leur avis quant à la conformité du CSP avec la loi religieuse[14]. Le 14 septembre[107], treize membres des deux tribunaux supérieurs publient une fatwa dans laquelle ils affirment que le CSP comporte des tendances condamnables car opposées au Coran, à la sunna et à l’ijma`[105]. Ils sont quasiment tous destitués ou placés en retraite anticipée[32],[55], les imams prononçant des sermons allant à l’encontre du CSP ou des cheikhs signant des pétitions ou des articles critiquant celui-ci étant arrêtés[14]. Bourguiba leur adresse plus tard ce message dans un discours :

« Comme vous, je suis musulman. Je respecte cette religion pour laquelle j’ai tout fait, ne serait-ce qu’en sauvant cette terre d’islam de l’humiliation coloniale... Mais de par mes fonctions et mes responsabilités, je suis qualifié pour interpréter la loi religieuse[14]. »

Rached Ghannouchi lors d’un meeting

Cela pousse les autorités religieuses à interpréter également le Coran de façon à tolérer le fait que les femmes puissent recevoir une éducation et participer à la vie sociale du pays[108]. La plupart des chefs religieux font bénéficier jusqu’à leurs propres filles des nouvelles modifications de la société[108]. Plus tard, Ben Ali ayant accordé une grâce présidentielle à Rached Ghannouchi libéré le 14 mai 1988[109], sous la pression gouvernementale, ce dernier exprime sa confiance envers le président et reconnaît que le CSP représente « dans l’ensemble [...] un cadre propre à organiser les relations familiales »[90]. Néanmoins, les islamistes poursuivent leur projet d’annuler le code, et ce bien que son acceptation préalable constitue une condition pour la légalisation des partis politiques[110] qui n’a donc pas été accordée à Ennahdha ; ce n’est qu’après la révolution de 2011 que le parti est légalisé. Ghannouchi déclare alors : « Nous avons toujours dit que nous acceptions le Code du statut personnel, ainsi que toutes les dispositions sur l'égalité homme-femme », propos toutefois contredits par certains slogans qui exigent l’instauration de la charia[111].

Pourtant, certaines mentalités sont plus longues à changer, la question de la virginité au mariage et l’influence des prédicateurs religieux fustigeant le mode de vie occidental sur les chaînes de télévision du Moyen-Orient jouant un rôle important dans ce débat[51]. Le hijab, traditionnellement peu implanté, fait son apparition au début des années 2000 comme un retour à une mythique authenticité arabo-islamique du pays, l’influence des chaînes de télévision étrangères et le contexte suivant les attentats du 11 septembre 2001 pouvant constituer une explication complémentaire.

Quant au juriste Yadh Ben Achour, fils de Mohamed Fadhel Ben Achour, il explique dans Politique, religion et droit dans le monde arabe (1992) que « la famille tunisienne est encore empêtrée dans trop d’archaïsmes et subit trop violemment les effets de l’anomie sociale pour pouvoir pleinement bénéficier des réformes bourguibiennes »[14].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le thème du CSP est repris dans le documentaire arabophone Fatma 75 (1975) de Salma Baccar et produit par la Société anonyme tunisienne de production et d’expansion cinématographique[112]. Il recoupe l’histoire et l’évolution de la condition féminine en Tunisie en trois périodes[112] : la période 1930-1938 qui aboutit à la création de l’UNFT, la période 1938-1952 qui induit les deux luttes pour l’émancipation de la femme et pour l’indépendance du pays et la période postérieure à 1956 avec les acquis de la femme en ce qui concerne le CSP[113].

Par ailleurs, une série de six timbres postaux émis par la Poste tunisienne ont pour thème la femme[114]. Celui qui est émis le 1er janvier 1959, dessiné par Hatem El Mekki et d’un format de 22 × 36 mm, représente une femme en train de se dévoiler, symbolisant ainsi l’émancipation de la femme tunisienne. Lors du 25e anniversaire du CSP, le 13 août 1981, deux timbres également dessinés par Hatem El Mekki sont émis, l’un d’une valeur faciale de cinquante millimes et d’un format de 26 × 39 mm représentant une femme heureuse levant les mains au ciel[115] et l’autre d’une valeur faciale de cent millimes et d’un format de 39 × 26 mm représentant une femme qui s’envole avec une colombe, symbole de liberté[116]. À l’occasion du cinquantenaire de la promulgation du CSP, un timbre d’un format de 52 × 37 mm dessiné par Mokhtar Ben Boubaker est émis à 1 000 000 d’exemplaires le 13 août 2006[117]. D’une valeur faciale de 2 350 millimes, il représente une balance, attribut de la justice, au-dessous de laquelle apparaît une silhouette de jeune femme dans trois situations émancipatrices (étude, travail et apparition dans l’espace public)[118].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Michel Camau et Vincent Geisser, Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, éd. Karthala, Paris, 2004, p. 106 (ISBN 2845865066)
  2. Michel Camau [sous la dir. de], Tunisie au présent. Une modernité au-dessus de tout soupçon ?, éd. du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1987, pp. 11-49
  3. a et b (fr) [PDF] Franck Frégosi et Malika Zeghal, Religion et politique au Maghreb : les exemples tunisien et marocain, éd. Institut français de relations internationales, Paris, mars 2005, p. 6
  4. Michel Camau, op. cit., p. 12
  5. a, b et c Edwige Rude-Antoine, Le mariage maghrébin en France, éd. Karthala, Paris, 1990, p. 21 (ISBN 2865372618)
  6. Réédité en 1990 par la Fondation nationale Carthage et traduit en français par Magali Morsy sous le titre de Essai sur les réformes nécessaires aux États musulmans, traduction rééditée en 1987 par les éditions Edisud
  7. a, b et c Anne-Marie Dillens, Pouvoir et religion, éd. Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2005, p. 59 (ISBN 2802801597)
  8. a et b (en) « Tunisia. Celebrating Fifty Years of Women’s Emancipation », The Library of Congress, 30 novembre 2006
  9. (fr) Samir Sobh, « Tahar Haddad, le féministe », La Gazette du Maroc, 14 août 2006
  10. a et b (fr) Noureddine Sraïeb, « Islam, réformisme et condition féminine en Tunisie : Tahar Haddad (1898-1935) », CLIO HFS, n°9/1999, 21 mars 2003
  11. Michel Camau et Vincent Geisser, op. cit., p. 21
  12. Abderrazak Cheraït, Abou el Kacem Chebbi, éd. Appolonia, Tunis, 2002, p. 29 (ISBN 9973827120)
  13. Béchir Tlili, « Note sur la notion d’État dans la pensée de Ahmad Ibn Abi ad-Diyaf, réformateur tunisien du XIXe siècle (1804/5-1874) », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n°8, vol. 2, janvier 1971
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (fr) Ridha Kéfi, « Et Bourguiba libéra la femme », Jeune Afrique, 27 août 2006
  15. Monique Pontault [sous la dir. de], Femmes en francophonie, éd. L’Harmattan, Paris, coll. Les Cahiers de la Francophonie, n°8, Haut conseil de la francophonie, 2000, pp. 207-208 (ISBN 2738487890)
  16. Bouzid organisera plus tard une exposition permanente avec pour sujet : la presse féministe et féminine en Tunisie des années 1940 à nos jours. Elle a notamment été vue en Tunisie et à Rambouillet (France).
  17. a et b Monique Pontault, op. cit., p. 208
  18. a et b (fr) Dorra Bouzid, « Première journaliste tunisienne », Jeune Afrique, 27 août 2006
  19. (fr) Article 3 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  20. François-Paul Blanc, Le droit musulman, éd. Dalloz, Paris, 2007 (deuxième édition), p. 44
  21. Décret ratifié par la loi n°64-1 du 21 avril 1964
  22. a, b et c (fr) Roderic Beaujot, « Libération de la femme et marché matrimonial en Tunisie », Population, vol. 41, n° 4-5, 1986, p. 853
  23. a et b (fr) Article 5 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  24. (fr) Article 8 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  25. (fr) Article 15 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  26. (fr) Article 19 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  27. Ayesha M. Iman, Amina Mama et Fatou Sow, Sexe, genre et société. Engendrer les sciences sociales africaines, éd. Karthala, Paris, 2004, p. 357 (ISBN 2845861117)
  28. Carmelle Camilleri, « Famille et modernité en Tunisie », Revue tunisienne de sciences sociales, n°11, 1967
  29. Maurice Borrmans, « Codes de statut personnel et évolution sociale en certains pays musulmans », Ibla, 1963, p. 222
  30. Frédéric Sandron, La transition de la fécondité en Tunisie, éd. L’Harmattan, Paris, 2002, p. 51 (ISBN 2747533824)
  31. (fr) Article 18 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  32. a, b, c, d, e, f et g Michel Camau et Vincent Geisser, op. cit., p. 107
  33. (fr) Verset 3 de la sourate 4 du Coran (Wikisource)
  34. Sophie Bessis et Souhayr Belhassen, Bourguiba. Un si long règne, tome II (1957-1989), éd. Jeune Afrique Livres, Paris, 1989
  35. a, b, c et d (fr) Article 23 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  36. a et b Françoise Lorcerie, La politisation du voile. L’affaire en France, en Europe et dans le monde arabe, éd. L’Harmattan, Paris, 2005, p. 180 (ISBN 2747578879)
  37. (fr) Article 24 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  38. Souad Chater, La femme tunisienne : citoyenne ou sujet, éd. Maison tunisienne de l’édition, Tunis, 1978
  39. (fr) Article 30 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  40. (fr) Article 29 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  41. a et b (fr) Article 31 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  42. (fr) Article 56 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  43. Radhia Haddad, Parole de femme, éd. Elyssa, Tunis, 1995 (ISBN 9973775007)
  44. a, b, c, d, e, f et g (fr) Sophie Bessis, « Le féminisme institutionnel en Tunisie : le féminisme bourguibien », CLIO HFS, n°9/1999, 22 mai 2006
  45. Habib Bourguiba lors d’une interview accordée à la revue Faïza, décembre 1959, cité par Robert Santucci, « Tunisie : une laïcité dépassée », Autrement, n°95, p. 37
  46. a, b, c, d et e Michel Camau et Vincent Geisser, op. cit., p. 108
  47. a, b et c Michel Camau et Vincent Geisser, op. cit., p. 102
  48. Michel Camau et Vincent Geisser, op. cit., p. 105
  49. (fr) Dates-clés de l’histoire de la Tunisie (50e anniversaire de l’indépendance)
  50. Robert Santucci, op. cit., p. 37
  51. a, b, c, d, e et f (fr) Olivia Marsaud, « Cinquante ans d’indépendance féminine », Radio France internationale, 13 août 2006
  52. (fr) Texte du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  53. (fr) Dalenda Larguèche, « En Tunisie », Femmes du Maghreb, septembre 1999
  54. a et b (fr) [PDF] Décret du 13 août 1956 portant promulgation du Code du statut personnel, Journal officiel tunisien, n°104, 28 décembre 1956, p. 1742
  55. a, b et c Franck Frégosi et Malika Zeghal, op. cit., p. 11
  56. Pierre Arnaud et Thierry Terret, Histoire du sport féminin, éd. L’Harmattan, Paris, 1996, p. 85 (ISBN 2738442978)
  57. Paul Sebag, Histoire des Juifs de Tunisie : des origines à nos jours, éd. L’Harmattan, Paris, 1991, p. 292 (ISBN 2738410278)
  58. Salah El Dine Tarazi, Le statut personnel dans les pays arabes de la fondation de la Ligue des États arabes à nos jours, éd. Martinus Nijhoff Publishers, Leyde, 1979, p. 447 (ISBN 902860359X)
  59. François Siino, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine, éd. Karthala, Paris, 2004, p. 59 (ISBN 2845865503)
  60. a, b, c, d, e et f Michel Camau et Vincent Geisser, op. cit., p. 109
  61. a, b, c et d Michel Salomon et Robert Toubon, Population et francophonie. Rencontre parlementaire francophone sur les politiques de population et l’aide internationale, éd. John Libbey Eurotext, Montrouge, 1997, p. 102 (ISBN 2742001832)
  62. Marguerite Rollinde, Le mouvement marocain des droits de l’homme : entre consensus national et engagement citoyen, éd. Karthala, Paris, 2002, p. 98 (ISBN 2845862091)
  63. (fr) Historique de l’UNFT
  64. Russell Stone et John Simmons, Change in Tunisia, éd. SUNY Press, New York, 1976, p. 57 (ISBN 0873953118)
  65. (fr) Texte officiel de la convention de 1958 concernant la discrimination en emploi et profession (Organisation internationale du travail)
  66. a, b, c et d Ayesha M. Iman, Amina Mama et Fatou Sow, op. cit., p. 359
  67. Chedli Tarifa, « Quelques aspects sur la situation démographique de la Tunisie et son évolution au cours des dernières années » [document présenté lors de la conférence sur la fécondité et le développement économique], Tunis, novembre 1982
  68. L. Béhar, « Évolution récente de la nuptialité en Tunisie », Actes du 2e colloque de démographie maghrébine, avril 1975
  69. Mohamed Baraket, « L’évolution récente de la nuptialité et de la fécondité en Tunisie (1966-1975) », Actes du colloque de démographie d’Abidjan, janvier 1979
  70. Dominique Tabutin, « Nuptiality and fertility in Maghreb », Nuptiality and fertility, éd. Ordina, Liège, 1979
  71. Isabel Taboada Leonetti, Les femmes et l’islam : entre modernité et intégrisme, éd. L’Harmattan, Paris, 2004, p. 121 (ISBN 2747564614)
  72. (en) Population de la Tunisie (CIA World Factbook)
  73. (fr) « Bourguiba et la modernité », Jeudis de l’IMA, 30 mars 2006
  74. a et b Franck Frégosi et Malika Zeghal, op. cit., p. 2
  75. Franck Frégosi et Malika Zeghal, op. cit., pp. 6-7
  76. a, b et c Franck Frégosi et Malika Zeghal, op. cit., p. 7
  77. (en) Rapport 2007 sur la liberté religieuse en Tunisie (Département d’État des États-Unis)
  78. (fr) Article 1 de la Constitution tunisienne de 1959 (Jurisite Tunisie)
  79. (fr) Article 38 de la Constitution tunisienne de 1959 (Jurisite Tunisie)
  80. a et b Michel Camau et Vincent Geisser, op. cit., p. 110
  81. a et b Franck Frégosi et Malika Zeghal, op. cit., p. 20
  82. François Burgat, L’Islamisme au Maghreb, éd. Payot et Rivages, Paris, 1995, p. 205
  83. Mohamed-Chérif Ferjani, Islamisme, laïcité, et droits de l’homme, éd. L’Harmattan, Paris, 1991, p. 278 (ISBN 2738410251)
  84. a et b Claude Liauzu, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, éd. Complexe, Bruxelles, 1996, p. 236 (ISBN 2870276087)
  85. (fr) Verset 11 de la sourate 4 du Coran (Wikisource)
  86. a et b (fr) Table chronologique du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  87. (fr) Article 67 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  88. (en) 1983 en Tunisie (Bartleby.com)
  89. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x (fr) Sophie Bessis, « Le féminisme institutionnel en Tunisie : Ben Ali et la question féminine », CLIO HFS, n°9/1999, 22 mai 2006
  90. a, b, c, d, e et f Sadri Khiari, Tunisie. Le délitement de la cité : coercition, consentement, résistance, éd. Karthala, Paris, 2003, p. 29 (ISBN 2845864019)
  91. a et b Michel Camau et Vincent Geisser, op. cit., p. 112
  92. a et b (fr) Renforcement des acquis de la femme (50e anniversaire de l’indépendance)
  93. Pierre-Noël Denieuil, Femmes et entreprises en Tunisie, éd. L’Harmattan, Paris, 2005, p. 54 (ISBN 2747582841)
  94. Pierre-Noël Denieuil, op. cit., p. 53
  95. (fr) Samir Gharbi et Sonia Mabrouk, « Vingt ans, vingt dates », Jeune Afrique, 22 octobre 2007
  96. Stephen Ellis, L’Afrique maintenant, éd. Karthala, Paris, 1995, p. 153 (ISBN 2865376028)
  97. Hervé Bleuchot, Les institutions traditionnelles dans le monde arabe, éd. Karthala, Paris, 1996, p. 128 (ISBN 2865376397)
  98. (fr) Article 5 bis du Code du travail (Jurisite Tunisie)
  99. Samir Amin, L’économie du Maghreb, éd. de Minuit, Paris, 1966
  100. Ridha Boukraa, « Notes sur le planning familial et pouvoir politique au Maghreb », Revue tunisienne de sciences sociales, n°46, 1976
  101. Monique Pontault, op. cit., p. 207
  102. (fr) Article 13 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  103. (fr) Article 12 du Code du statut personnel (Jurisite Tunisie)
  104. Isabel Taboada Leonetti, op. cit., p. 120
  105. a, b et c Yadh Ben Achour, Politique, religion et droit dans le monde arabe, éd. Cérès, coll. Enjeux, Tunis, 1992 p. 216 (ISBN 9973700767)
  106. Franck Frégosi et Malika Zeghal, op. cit., p. 13
  107. Ridha Kéfi indique le 26 dans « Et Bourguiba libéra la femme », Jeune Afrique, 27 août 2006.
  108. a et b Souad Bakalti, La femme tunisienne au temps de la colonisation (1881-1956), éd. L’Harmattan, Paris, 1996, p. 288 (ISBN 2738445497)
  109. « Un geste en direction des islamistes. Le président Ben Ali a gracié M. Ghannouchi », Le Monde, 17 mai 1988
  110. Mohamed-Chérif Ferjani, op. cit., p. 280
  111. (fr) Frida Dahmani, « Tunisie : faut-il avoir peur des islamistes ? », Jeune Afrique, 15 février 2011
  112. a et b Association des trois mondes, Les cinémas d’Afrique. Dictionnaire, éd. Karthala, Paris, 2000, pp. 51-52 (ISBN 2845860609)
  113. Association des trois mondes, op. cit., p. 52
  114. (fr) Liste des timbres tunisiens consacrés à la femme (Poste tunisienne)
  115. (fr) Informations sur le timbre n°1165 (Poste tunisienne)
  116. (fr) Informations sur le timbre n°1166 (Poste tunisienne)
  117. (fr) Informations sur le timbre n°1791 (Poste tunisienne)
  118. [image] Image en haute résolution du timbre (Système de numérotation de l’AMDP)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Souad Bakalti, La femme tunisienne au temps de la colonisation (1881-1956), éd. L’Harmattan, Paris, 1996 (ISBN 2738445497)
  • Sophie Bessis et Souhayr Belhassen, Femmes du Maghreb. L’enjeu, éd. Jean-Claude Lattès, Paris, 1992 (ISBN 270961121X)
  • Aziza Darghouth Medimegh, Droits et vécu de la femme en Tunisie, éd. L’Hermès, Lyon, 1992 (ISBN 2859343393)
  • Pierre-Noël Denieuil, Femmes et entreprises en Tunisie. Essai sur les cultures du travail féminin, éd. L’Harmattan, coll. Socio-anthropologie, Paris, 2005 (ISBN 2747582841)
  • Andrée Doré-Audibert et Sophie Bessis, Femmes de Méditerranée, éd. Karthala, Paris, 1995 (ISBN 2865375978)
  • Nawel Gasfia, L’invention coloniale du mariage musulman : le cas tunisien, éd. LGDJ, Paris, 2008
  • Nazli Hafsia, Le contrat de mariage en Tunisie jusqu’en 1956, éd. Cartaginoiseries, Carthage, 2005 (ISBN 9973704002)
  • Ilhem Marzouki, Le mouvement des femmes en Tunisie au XXe siècle. Féminisme et politique, éd. Maisonneuve et Larose, Paris, 1994 (ISBN 270681103X)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Tunisie. Histoire de femmes, film de Feriel Ben Mahmoud, Alif Productions, Paris, 2005

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Documents[modifier | modifier le code]

Sites[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 3 mai 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.