Code de Hamming

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hamming.

Un code de Hamming est un code correcteur linéaire. Il permet la détection et la correction automatique d'une erreur si elle ne porte que sur une lettre du message.

Un code de Hamming est parfait : pour une longueur de code donnée il n'existe pas d'autre code plus compact ayant la même capacité de correction. En ce sens son rendement est maximal.

Il existe une famille de codes de Hamming ; le plus célèbre et le plus simple après le code de répétition binaire de dimension trois et de longueur un est sans doute le code binaire de paramètres [7,4,3]. Pour chaque alphabet ayant pour nombre de lettres une puissance d'un nombre premier et pour chaque longueur l de code il existe un code de Hamming utilisant cet alphabet et de longueur au moins égal à l.

Plusieurs méthodes permettent de construire un code de Hamming. Une approche consiste à rechercher les codes cycliques de distance minimale égale à trois, le code apparait alors comme un cas particulier de code BCH. Il est aussi possible d'utiliser uniquement les outils de l'algèbre linéaire et particulièrement la théorie des matrices.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis 1946 Richard Hamming (1915-1998) travaille sur un modèle de calculateur à carte perforée de faible fiabilité. Si, durant la semaine, des ingénieurs pouvaient corriger les erreurs, les périodes chômées comme la fin de semaine voient les machines s'arrêter invariablement sur des bugs. La frustration[1] de Hamming le conduit à inventer le premier code correcteur véritablement efficace.

Cette période correspond à la naissance de la théorie de l'information. Claude Shannon (1916, 2001) formalise cette théorie comme une branche des mathématiques[2]. Hamming développe[3] les prémisses de la théorie des codes et décrit sa solution comme un exemple.

En 1960, deux mathématiciens R. C. Bose, D. K. Ray-Chaudhuri montrent[4] que des idéaux de l'anneau des polynômes sur les corps finis de caractéristique deux sont particulièrement adaptés. La théorie est généralisée[5] par le mathématicien A. Hocquenghem et donne naissance à la famille de codes BCH. Les codes de Hamming binaires apparaissent immédiatement comme des codes BCH.

Contexte[modifier | modifier le code]

Code correcteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Code correcteur.

L'objectif d'un code correcteur est la détection ou la correction d'erreurs après la transmission d'un message. Cette correction est permise grâce à l'ajout d'informations redondantes. Le message est plongé dans un ensemble plus grand, la différence de taille contient la redondance, l'image du message par le plongement est transmise. En cas d'altération du message, la redondance est conçue pour détecter ou corriger les erreurs. Un code de Hamming procède de cette logique, la redondance permet exactement la correction d'une altération sur une unique lettre du message.

Rappelons les éléments de base de la formalisation. Il existe un ensemble E constitué de suites à valeurs dans un alphabet et de longueur k, c’est-à-dire qu'à partir du rang k, toutes les valeurs de la suite sont nulles. Ces éléments sont l'espace des messages que l'on souhaite communiquer. Pour munir le message de la redondance souhaitée, il existe une application φ injective de E à valeurs dans F, l'espace des suites de longueur n et à valeurs dans un alphabet. La fonction φ est appelée encodage, φ(E) aussi noté C est appelé le code, un élément de φ(E) mot du code, k la longueur du code et n la dimension du code. Ces notations sont utilisées dans tout l'article.

Code linéaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Code linéaire.

Un code linéaire dispose d'une structure algébrique plus riche que celle du cadre général des codes correcteurs.

Les alphabets A et A' sont identifiés et munis d'une structure de corps fini. Le cas le plus fréquent consiste à choisir le corps F2 ou l'une de ses extensions finies, on parle alors d'alphabet binaire.

Les ensembles E et F sont naturellement munis d'une structure d'espace vectoriel de dimension respectives k et n. Si Fd désigne le corps fini (cf l'article corps fini) de cardinal dd est une puissance d'un nombre premier p, alors l'espace vectoriel fini F est généralement identifié à Fdn.

F est muni d'une distance qui dérive du poids de Hamming. La distance entre deux points de F correspond au nombre de coordonnées non nulles de la différence entre les deux points, dans la base canonique. Un code se décrit par trois paramètres, noté [n, k, δ], n est la longueur du code, k la dimension du code et δ la distance minimale entre deux mots du code. Enfin, l'application d'encodage φ est choisie linéaire, le code est donc un sous-espace vectoriel.

Un code de Hamming est un code linéaire, dont la distance minimale δ est égale à trois. Ces notations sont utilisées dans le reste de l'article.

Code parfait[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Code parfait.

Usuellement, on considère que le mot de code émis est celui se trouvant le plus près du mot reçu, ce qui revient à supposer que le minimum de lettres a été modifié. Ce procédé conduit à une erreur de décodage chaque fois que l'erreur est supérieure à la capacité corrective du code. La question naturelle est celle de la valeur de t correspondant au nombre maximum d'erreurs corrigibles.

Une interprétation géométrique donne un élément de réponse. les boules fermées de rayon t centrées sur les mots de code doivent être disjointes. La capacité de correction d'un code correspond au plus grand entier t vérifiant cette propriété, c'est aussi le plus grand entier strictement plus petit que δ/2, ce qui donne une valeur égale à un dans le cas d'un code de Hamming. Elle permet de définir une première majoration, appelée borne de Hamming :

1 + n.(d-1) \leq d^{n-k}

Il existe une configuration idéale, correspondant au cas où les boules fermées de rayon un et de centre les mots du code forment une partition de l'espace F. Si la transmission ne produit jamais plus d'une altération, alors l'erreur est corrigible. Il n'existe aucune redondance inutile, le code est le plus compact possible pour garantir la correction certaine d'une erreur. Pour de tels codes, la majoration de la borne de Hamming est une égalité. Ils sont dits parfaits. Ce qui donne lieu à la définition suivante :

  • Un code de Hamming est un code linéaire parfait de distance minimale égale à trois.

Paramètres du code[modifier | modifier le code]

Détermination[modifier | modifier le code]

Un code est parfait, si et seulement si la borne de Hamming est atteinte. Cette propriété permet la détermination des paramètres possibles pour un code de Hamming. Notons m la valeur de n - k. On dispose alors des égalités :

1 + n.(d-1) = d^m \quad donc \quad n = \frac {d^m -1}{d-1}

L'égalité k = n - m et le fait que la distance minimale d'un code de Hamming est égal à trois démontre la propriété suivante :

  • Pour tout code de Hamming sur un corps fini de cardinal d, il existe un entier m supérieur ou égal à deux, tel que les paramètres du code soient :
\left[\frac{d^m-1}{d-1},\frac{d^m-1}{d-1} - m,3\right]

La propriété correspond à une condition nécessaire. Cependant, pour toute valeur de d et de m, la suite de l'article démontre qu'il existe un unique code de Hamming, à une équivalence près. La condition est donc aussi suffisante.

Polynôme énumérateur des poids[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Identité de Mac Williams.

Le polynôme énumérateur des poids P[X] est le polynôme dont le coefficient pi du monôme Xi est égal au nombre de mots du code de poids de Hamming égal à i. L'identité de Mac Williams permet son calcul (cf article détaillé). Il est égal à :

P[X]=\frac 1{d^m}\Bigg( \Big( 1 + (d-1)X\Big)^n + (d^m -1)\Big( 1 + (d-1)X\Big)^{n-d^{m-1}}(1 - X)^{d^{m-1}} \Bigg)\;

Exemple : code de répétition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : code de répétition.

Le cas le plus simple est sans conteste celui où d est égal à deux, c’est-à-dire celui où le code est binaire et m est aussi égal à deux. On obtient un code de paramètre [3,1,3].

Les messages sont constitués d'une lettre, par exemple 0, les codes d'une triple répétition de la lettre soit 000 dans l'exemple. Comme l'alphabet ne contient que deux lettres, deux au moins sur trois des lettres d'un élément de F sont semblables, en conclusion tout mot de F est à distance de un d'un mot du code. De plus, un mot de F n'est à une distance d'au plus un que d'un unique mot du code, ce qui démontre que ce code est parfait.

Cette propriété tombe si le code contient plus de deux lettres, en effet il existe des éléments de F constitués de trois lettres différentes et donc à distance de deux de trois mots différents du code et à distance de un d'aucun mot du code. On remarque aussi que la formule des paramètres, si d est différent de deux n'est plus vérifiée.

Exemple : le cas binaire de longueur quatre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Code de Hamming (7,4).
Description du code de Hamming binaire de paramètre [7,4,3]

Les codes correcteurs réellement utilisés dans l'industrie sont plus complexes que les précédents. Le plus simple est celui de paramètres [7,4,3].

C'est un code de dimension sept, c’est-à-dire que le récepteur reçoit sept bits, de longueur quatre c’est-à-dire qu'une fois décodé, le message contient quatre lettres et la distance minimale entre chaque mot de code est trois.

La figure de droite est une représentation graphique de ce code. Le message est le mot d1d2d3d4. Le mot du code est constitué de trois sommes de contrôles p1p2p3, puis des quatre lettres du mot du message. La valeur de pi est égal à zéro si la somme des trois lettres du message incluses dans son cercle sur la figure est paire et un sinon.

On remarque que la somme des éléments de chaque cercle est paire si et seulement si l'élément est un mot du code. De plus, chaque élément de F est à une distance de un d'un mot du code. En conséquence, ce code est parfait et possède une capacité maximale de correction d'une erreur.

Cet exemple, le plus simple présentant une solution non évidente, présente une approche à même de démontrer l'existence et l'unicité d'une solution pour toutes les valeurs de m dans le cas d'un code binaire.

Approche linéaire[modifier | modifier le code]

Matrice de parité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Matrice de contrôle.

Il existe une application linéaire surjective de F dans un espace de dimension n - k ayant pour noyau exactement le code :

  • Une matrice de contrôle d'un code φ(E) est une matrice H de dimension nx(n - k) tel que :
x\in \varphi (E) \Leftrightarrow H.^tx = 0

Cette application est essentielle à la fois sur le plan de l'implémentation, car elle permet une détection et une correction simple (cf décodage par syndrome) et sur celui de la construction d'un code.

Il existe une relation directe entre la matrice de contrôle et la distance minimale du code :

  • La distance minimale δ d'un code linéaire est égale à la dimension du plus petit sous-espace vectoriel S de F généré par des éléments de la base canonique et tel que la restriction de la matrice de contrôle à S soit non injective.

La distance minimale est donc supérieure ou égale à trois si, et seulement si, deux vecteurs colonnes quelconques sont libres. Cette propriété permet de résoudre le cas binaire pour toutes les valeurs de m.

Remarque : Pour le reste de l'article H désigne la matrice de parité.

Exemple : cas binaire de paramètres [15,11,3][modifier | modifier le code]

Matrice de contrôle[modifier | modifier le code]

Dans le cas binaire avec pour valeur de m quatre, la matrice de contrôle est de dimension 15x4, c’est-à-dire qu'elle contient quinze colonnes et quatre lignes. Pour obtenir une distance minimale au moins égale à trois, chaque colonne doit être différente. En effet, une colonne correspond au syndrome d'un vecteur de la base canonique de F, c’est-à-dire à un message de poids un. Si deux colonnes sont semblables, alors le message m, de poids deux dont les coordonnées valent zéro partout sauf pour les deux colonnes égales où les coordonnées valent un, vérifie Htm = 0. En effet, dans un corps binaire 1 + 1 est égal à 0. Il existerait alors un mot du code de poids deux, en conséquence la distance minimale ne peut être égale à trois. De même, aucun vecteur colonne ne peut être nul, sinon, un vecteur de la base canonique de poids un serait élément du code.

Or, il n'existe que quinze vecteurs dans l'ensemble d'arrivée de la matrice de contrôle. À l'ordre près, il n'existe donc qu'une unique matrice de contrôle possible pour ce cas, correspondant à la suite des nombres de un à quinze en binaire. Si H est choisi de telle manière à représenter un code systématique alors on obtient :

H=\begin{pmatrix}
0\quad 0\quad 0\quad 0\quad 1\quad 1\quad 1\quad 1\quad 1\quad 1 & 1 \quad 1\quad 0\quad 0\quad 0 \\
0\quad 1\quad 1\quad 1\quad 0\quad 0\quad 0\quad 1\quad 1\quad 1 & 1 \quad 0\quad 1\quad 0\quad 0 \\
1\quad 0\quad 1\quad 1\quad 0\quad 1\quad 1\quad 0\quad 0\quad 1 & 1 \quad 0\quad 0\quad 1\quad 0 \\
1\quad 1\quad 0\quad 1\quad 1\quad 0\quad 1\quad 0\quad 1\quad 0 & 1 \quad 0\quad 0\quad 0\quad 1 \end{pmatrix}

L'analyse précédente montre qu'il est nécessaire qu'une matrice de contrôle d'un code de distance minimale égale à trois ait cette forme. Réciproquement cette forme est suffisante pour garantir que la distance minimale soit effectivement égale à trois. En effet, aucun message de poids un n'est élément du code (un message de poids un est un élément de la base canonique) car leurs images par H est un vecteur non nul. Et aucun message de poids deux (un message de poids deux est la somme de deux éléments de la base canonique) n'est élément du code. En effet, ils auraient même image par H car deux vecteurs sont colinéaires si et seulement s'ils sont égaux dans le cas d'un corps binaire, or les vecteurs colonnes sont tous différents.

Matrice génératrice[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Matrice génératrice.

La matrice de contrôle définit totalement la géométrie du code, il suffit donc, pour terminer l'implémentation de trouver une matrice génératrice G de E dans F. L'application linéaire associée doit vérifier deux conditions : elle est injective, et son image est le noyau de H. Il suffit donc de trouver une matrice de rang 11 tel que H.G = 0 La construction de la matrice G est simplifiée dans le cas ou H représente un code systématique, si Idq la matrice identité d'ordre q :

G={Id_k \choose C} \quad \quad H=(-C\;Id_{n-k}) \Rightarrow H.G=(-C\;Id_{n-k})\,{Id_k \choose C}=0_{n-kk}

En remarquant que dans un corps binaire les opérations + et - sont les mêmes, on obtient :

G={Id_{11} \choose C} \quad avec \quad C= \begin{pmatrix}
0\quad 0\quad 0\quad 0\quad 1\quad 1\quad 1\quad 1\quad 1\quad 1 & 1 \\
0\quad 1\quad 1\quad 1\quad 0\quad 0\quad 0\quad 1\quad 1\quad 1 & 1 \\
1\quad 0\quad 1\quad 1\quad 0\quad 1\quad 1\quad 0\quad 0\quad 1 & 1 \\
1\quad 1\quad 0\quad 1\quad 1\quad 0\quad 1\quad 0\quad 1\quad 0 & 1 \end{pmatrix}

Le code est donc composé du message et de quatre sommes de contrôle permettant de corriger exactement une erreur.

Cas binaire[modifier | modifier le code]

Théorème d'existence[modifier | modifier le code]

La méthode précédente se généralise pour tous les codes de Hamming binaires. Les paramètres du code recherchés sont maintenant [2m - 1, 2m - m - 1, 3]. On peut citer comme exemple d'utilisation de code de cette nature, celui du minitel[6] qui a choisi la valeur sept pour m. Ainsi, pour un message de longueur cent vingt, sept sommes de contrôle permettent de corriger toute erreur sur un unique bit.

La matrice de contrôle est de dimension mx2m - 1. Une condition nécessaire et suffisante pour que la distance minimale associée soit égale à trois est que tous les vecteurs soit libres deux à deux. C'est le cas s'ils sont non nuls et tous différents. Un espace vectoriel binaire de dimension m contient exactement 2m - 1 vecteurs non nuls différents. À l'ordre près, il n'existe donc qu'une unique matrice de contrôle associée à une distance minimale égale à trois.

Il est toujours possible de réordonner la matrice de contrôle pour lui donner la forme d'un code systématique. Cette forme permet simplement de calculer la matrice génératrice systématique associée.

  • Si m est un entier supérieur ou égal à deux, il existe un seul code binaire, de paramètres [2m - 1, 2m - m - 1, 3], à une équivalence près. Ces codes forment l'ensemble des codes binaires de Hamming, ils sont parfaits.

Code de Hamming généralisé (dit également 'étendu')[modifier | modifier le code]

Deux raisons poussent à généraliser le code. Une dimension égale à 2m - 1 n'est pas idéal, en terme industriel. Il est en effet plus commode d'utiliser une dimension de la forme 2m. De plus un tel code corrige une erreur, mais si deux erreurs se produisent, non seulement le code ne le détecte pas, mais en plus il en ajoute une troisième.

Ces deux raisons amènent en général à ajouter une dernière somme de contrôle validant la parité des 2m - 1 premières lettres du code. Une deuxième erreur est alors détectée, même si elle ne peut être corrigée sans nouvelle transmission. 010 & 001 &

  • Le code de Hamming généralisé (dit également 'étendu'), de paramètre [2m, 2m - m - 1, 4] correspond à un code de Hamming classique [2m - 1, 2m - m - 1, 3]auquel a été ajouté un bit de parité portant sur les 2m -1 lettres du mot du code.

Corps fini quelconque[modifier | modifier le code]

Corps fini[modifier | modifier le code]

Article détaillé : corps fini.

L'utilisation d'autres corps que binaires n'est pas une préoccupation uniquement théorique. Ils sont utilisés pour corriger des effacements qui peuvent être importants. Ils sont utilisés par exemple pour la lecture des disques compacts pouvant corriger jusqu'à 4096 effacements consécutifs[7].

Tous les corps finis possèdent un cardinal de la forme pqp est un nombre premier. L'industrie utilise souvent la valeur p égale à deux. Le code est encore transmis sous forme de bits, la table d'addition reste inchangée, en revanche la multiplication n'est plus la même. On obtient, par exemple pour le corps F8 à huit éléments la table suivante :

+ 000 001 010 011 100 101 110 111
000 000 001 010 011 100 101 110 111
001 001 000 011 010 101 100 111 110
010 010 011 000 001 110 111 100 101
011 011 010 001 000 111 110 101 100
100 100 101 110 111 000 001 010 011
101 101 100 111 110 001 000 011 010
110 110 111 100 101 010 011 000 001
111 111 110 101 100 011 010 001 000
. 000 001 010 011 100 101 110 111
000 000 000 000 000 000 000 000 000
001 000 001 010 011 100 101 110 111
010 000 010 100 110 011 001 111 101
011 000 011 110 101 111 100 001 010
100 000 100 011 111 110 010 101 001
101 000 101 001 100 010 111 011 110
110 000 110 111 001 101 011 010 100
111 000 111 101 010 001 110 100 011

Si la logique linéaire reste la même, en revanche, la modification de la table de multiplication engendre une complexité supplémentaire à l'encodage et au décodage. Le terme précis n'est plus somme de contrôle mais de contrôle de redondance cyclique ou encore CRC.

Exemple: le cas de paramètres [9, 7, 3][modifier | modifier le code]

Étudions sur F8 le cas où m est égal à deux. Il correspond aux paramètres [9, 7, 3]. La matrice de contrôle est de dimension 2x9. Le théorème sur la relation entre la distance minimale et la matrice de contrôle montre que pour batir ce code, il suffit de trouver neuf vecteurs dans un espace de dimension deux, libres deux à deux. La logique précédente ne s'applique plus, deux vecteurs distincts peuvent être colinéaires, par exemple:

(001, 011) = 011.(010, 001)\;

Une matrice de dimension 2x9 est associée à une distance minimale égale à trois si et seulement si chaque vecteur colonne est choisi dans une classe de l'espace projectif de F82 différente. Chaque classe d'équivalence de l'espace projectif contient sept éléments (le cardinal du corps moins un), et l'espace projectif est une partition de l'espace des syndromes sans le vecteur nul, c’est-à-dire un ensemble de cardinal soixante trois. Il existe exactement neuf éléments dans l'espace projectif, exactement le nombre de colonnes dans la matrice de contrôle. La matrice de contrôle est donc encore unique, à l'ordre près et à une homothétie près pour chaque vecteur colonne. On peut choisir par exemple :

H=\begin{pmatrix}
001 & 110 & 001 & 100 & 001 & 010 & 001 & 001 & 000 \\
011 & 001 & 100 & 001 & 010 & 001 & 001 & 000 & 001 \end{pmatrix}

La même logique que précédemment permet de déterminer la matrice génératrice :

G={Id_{7} \choose C} \quad avec \quad C= \begin{pmatrix}
001 & 110 & 001 & 100 & 001 & 010 & 001 \\
011 & 001 & 100 & 001 & 010 & 001 & 001 \end{pmatrix}

Le code est donc composé du message et deux contrôles de redondance cyclique permettant de corriger exactement une erreur.

Si l'on compte en termes de bit, trois bits sont nécessaires pour coder une lettre. Le code est donc dune longueur 27 bits avec 6 bits de CRC. Si on le compare au code de Hamming binaire de longueur 26 avec 5 bits de parité, le gain n'est pas clair. En pratique, l'utilisation de corps plus vastes est surtout l'objet de codes offrant des redondances beaucoup plus importantes comme ceux de Reed-Solomon.

Existence et unicité dans le cas général[modifier | modifier le code]

Le cas général est proche de l'exemple précédent. L'existence et l'unicité d'un code de Hamming sur un corps de cardinal d et pour la valeur m dépend du cardinal de l'espace projectif d'un espace vectoriel sur le corps Fd. L'espace vectoriel S des syndromes est de dimension m. Il contient dm - 1 vecteurs non nuls, le corps contient d - 1 éléments non nuls, l'espace projectif de S est donc de cardinal dm - 1/d - 1. C'est exactement la dimension de F, l'espace des codes. À un ordre près et à une homothétie près sur chaque vecteur de la base canonique de F, il n'existe donc qu'une unique matrice de contrôle. En conclusion :

  • Si d est une puissance d'un nombre premier et m un entier supérieur à deux, à une équivalence près, il existe un et un seul code de Hamming de paramètres :
\left[\frac{d^m-1}{d-1},\frac{d^m-1}{d-1} - m,3\right]

Sa construction est analogue à celle utilisée pour l'exemple précédent.

Code cyclique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Code cyclique.

Il est possible d'enrichir la structure algébrique de F d'une structure d'anneau. Cet enrichissement a pour objectif de construire des codes ayant de bonnes propriétés d'optimalité. Les codes BCH ainsi que ceux de Reed-Solomon sont les exemples principaux. Dans le cas binaire, un code de Hamming apparait comme un code cyclique de type BCH.

Pour comprendre cette structure d'anneau, une première remarque est nécessaire. L'extension de F2 de cardinal 2m possède comme groupe multiplicatif un groupe cyclique d'ordre 2m - 1, on retrouve ici la dimension n d'un code binaire de Hamming. Tout élément de l'extension est donc racine du polynôme P[X] = Xn - 1. Un polynôme à coefficients dans F2, K[X] définit une fonction sur l'extension de cardinal 2m. Il existe un et un seul polynôme R[X] de degré strictement inférieur à n et ayant les mêmes valeurs sur cette extension que K[X]. En effet, la division euclidienne donne l'égalité suivante si d R[X] désigne le degré du polynôme R[X] :

K[X] = Q[X].P[X] + R[X] \quad avec \quad d\,R[X] < n\;

La structure d'anneau choisie est alors celle du quotient Fd/P[X]. Les codes associés sont les idéaux de cet anneau.

  • Soit m un entier strictement positif et n un entier défini par n = 2m - 1. Un code linéaire sur Fd est dit cyclique si l'espace vectoriel est muni de la structure d'anneau Fd/P[X], avec P[X] = Xn - 1 et que le code est un idéal de F.

Dire que le code est un idéal revient à dire qu'il est cyclique, c’est-à-dire qu'il vérifie la propriété suivante :

\forall (x_{n-1}, x_{n-2},\cdots,x_1, x_0) \in C \quad (x_{n-2}, x_{n-3},\cdots,x_0,x_{n-1}) \in C

Soit Φn[X] un polynôme cyclotomique d'ordre n la dimension du code, et à coefficient dans F2. C'est un polynôme de degré m (cf l'article Polynôme cyclotomique), de plus :

  • L'idéal C engendré par Φn[X] est un code cyclique de longueur k = n - m.

Il possède la bonne distance minimale :

  • L'idéal C engendré par Φn[X] possède une distance minimale égale à trois.

Ce code cyclique est donc un code binaire de Hamming et tout code binaire de Hamming admet une représentation cyclique.

Les démonstrations se trouvent dans l'article associé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation du code de Hamming par l'Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne
  2. Claude Shannon A mathematical theory of communication Bell System Technical Journal, vol. 27, pp. 379-423 et 623-656, Juil et Oct 1948
  3. Richard Hamming Error-detecting and error-correcting codes Bell Syst. Tech. J. 29 pp 147 à 160 1950
  4. R. C. Bose and D. K. Ray-Chaudhuri On a class of error-. correcting. binary group codes Inform. Control, vol. 3, pp. 68-79, Mars 1960
  5. A. Hocquenghem Codes correcteurs d'erreurs Chiffre 1959
  6. P. Arnoult Minitel, codage de l'information et corps finis Pour la science N°125 Mars 1988
  7. J.P. Zanotti Codage d'un signal audionumérique sur un support à lecture optique, erreurs au décodage et codes M.S.D Mémoire de D.E.A. Université d'Aix Marseille, 1992

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]