Coccus viridis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coccus viridis (cochenille verte ou cochenille verte du caféier) est une espèce d'insectes hémiptères de la famille des Coccidae, à répartition pantropicale.

La cochenille verte est un insecte piqueur suceur qui se nourrit de la sève des feuilles. Elle admet une gamme de plantes hôtes très diversifiée. Attaquant entre autres les cultures de caféier, d'agrumes et de cacaoyer, c'est une insecte ravageur de grande importance économique dans les vergers tropicaux. Ses dégât directs sont aggravés par l'excrétion abondante de miellat qui entraîne la formation de fumagine.

Description[modifier | modifier le code]

Les femelles adultes, de forme ovale à ovale allongé, aplatie ou légèrement convexe, sont de couleur vert pâle, légèrement transparente, laissant apparaître des marques noires internes formant un motif en forme de U. Les adultes mesurent de 2,5 à 3,25 mm de long.

Les nymphes sont ovales, aplaties, de couleur vert blanchâtre. Elles ont six pattes courtes. Le développement nymphal compte trois stades, la nymphe devenant à chaque stade un plus grande et un peu plus convexe.

Les œufs de forme ovale allongée, sont vert blanchâtre. Ils sont pondus individuellement et éclosent sous la femelle qui les protège. L'éclosion se produit quelques minutes à plusieurs heures après la ponte[1].

Biologie[modifier | modifier le code]

Les populations de cochenilles vertes ne comprennent que des femelles qui se reproduisent parthogénétiquement.

Les adultes, comme les nymphes, se nourrissent de la sève qu'elles sucent dans le phloème des plantes hôtes. Quand la population de cochenilles atteint une densité importante, cela entraîne le jaunissement des feuilles, qui peuvent même tomber par la suite, une perte de vigueur de la plante et une diminution du rendement[2]. En outre les cochenilles excrètent du miellat dont se nourrissent des abeilles, des guêpes, des fourmis et d'autres insectes. Le miellat favorise aussi la croissance de champignons formant une fumagine noire qui occulte la lumière sur les feuilles, réduisant la photosynthèse, et qui dégrade l'aspect des plantes et leur valeur commerciale, qu'il s'agisse de plantes ornementales ou de fruits[3]. Cette cochenille est particulièrement dommageable pour les jeunes arbres qui viennent d'être transplantés[4].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (6 octobre 2013)[5] :

  • Coccus viridis bisexualis Köhler, 1978
  • Coccus viridis viridis Köhler, 1978
  • Lecanium hesperidum africanum Newstead, 1906
  • Lecanium viride Green, 1889

Distribution[modifier | modifier le code]

Coccus viridis est une espèce probablement d'origine brésilienne[6], mais son aire de répartition s'étend désormais à toutes les régions tropicales du monde. On rencontre cette cochenille notamment en Asie : Bangladesh, Birmanie, Cambodge, Inde, Indonésie, Laos, Malaisie, Pakistan, Philippines, Sri Lanka, Taïwan, Thaïlande, Vietnam, en Afrique et dans les îles des océans Atlantique et indien : Afrique du Sud, Angola, Bénin, Cameroun, Cap Vert, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Ghana, Guinée, Kenya, Madagascar, Madère, Mali, Maurice, Niger, Nigeria, Principe, Ouganda, La Réunion, São Tomé-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Tanzanie, Togo, Haute Volta, Zaïre, Zambie, en Australasie et en Océanie : Australie, Îles Carolines, Fidji, Gilbert et Ellice, Hawaï, îles Mariannes, Nouvelle-Calédonie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Îles de la Société, Tonga, Irian Jaya, en Amérique du Nord : Mexique, États-Unis, en Amérique centrale : Antilles, El Salvador, Guatemala, Nicaragua, Panama, en Amérique du Sud : Bolivie, Brésil, Colombie, Guyana, Pérou, Surinam, Venezuela[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Raymond J. Gill, Sueo Nakahara & Michael L. Williams, « A review of the genus Coccus Linnaeus in America north of Panama (Homoptera, Coccoidea, Coccidae) », California Department of Food and Agriculture,‎ 1977 (consulté le 6 octobre 2013).
  2. (en) Fredrick, J. M. 1943. Some Preliminary Investigations of the Green Scale, Coccus viridis (Green), in South Florida. Florida Ent. 26(1): 12-15; 26(2): 25-29.
  3. (en) Elmer, H. S. and O. L. Brawner. 1975. Control of Brown Soft Scale in Central Valley. Citrograph. 60(11): 402-403.
  4. (en) R. H LePelley, « Coccus viridis (Green) - The Green Scale », dans Pests of Coffee, Londres, Longmans, Green & Co.,‎ 1968, 590 p., p. 353-355.
  5. Catalogue of Life, consulté le 6 octobre 2013
  6. (en) « Coccus viridis [Distribution map] », CAB International (consulté le 6 octobre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :