Coalition Warrior Interoperability Demonstration

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Coalition Warrior Interoperability Demonstration (CWID) est un exercice d'interopérabilité des armées pour étudier et évaluer de nouvelles technologies de communication dans le cadre du command and control, communications, computer and intelligence et apporter des solutions industrielles aux problèmes rencontré par les systèmes utilisés[1].

Créé en 1994 à l'initiative du Chef d'état-major des armées des États-Unissous le nom de Joint Warrior Interoperability Demonstration, il est renommé en 2004 Coalition Warrior Interoperability Demonstration.

Les participants sont plusieurs institutions nationales militaires ou gouvernementales des États-Unis, des états membres de la Combined Communications Electronics Board (CCEB) (l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni), l'OTAN, d'autres pays alliés ainsi que des sociétés privées[2].

Le programme identifie les lacunes auprès des unités de combat et prend en charge l'acquisition accélérée et délibérée <de technologies sélectionnées pour les résoudre.

Chaque année durant les mois de mai et/ou juin, la CWID teste le système dans le monde entier grâce à un réseau global temporaire sur lequel des technologies de pointe de communication interagissent dans le cadre d'une opération simulé sur la base d'un scénario pré-écrit[3].

Le United States Joint Forces Command en tant que “laboratoire d’idées” de l'armée américaine y participe jusqu’à sa dissolution en 2011[4].

Le JWID de l’OTAN participant à cette exercice était situé au Grand quartier général des puissances alliées en Europe à Mons en Belgique jusqu'en 2003, il a déménagé en 2004 au Camp Jørstadmoen de Lillehammer, Norvège.

Dès le début des années 2000, la France participe à cet exercice avec le Système d'Information et de Commandement des Armées (SICA).

En juin 2008, la France y a participé avec le Système d'information pour le commandement des forces (SICF) et MAESTRO. Les français ont effectué des tests dans 3 formats: MIP, ADatP-3 et NFFI[5].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Force aérienne royale néo-zélandaise, « Coalition Warrior Interoperability Demonstration (CWID) »,‎ mai 2007 (consulté le 12 mai 2013)
  2. (en)European Aeronautic Defence and Space Company, « EADS North America’s voice encryption device completes joint interoperability demonstration », sur ectocrypusa,‎ 18 août 2011 (consulté le 12 mars 2013)
  3. « Compusult selected to participate in CWID/CWIX 2011 », sur compusult,‎ 15 mai 2011 (consulté le 12 mars 2013)
  4. (en)« CWID looks to fill communication gaps », sur http://www.wavy.com/,‎ 23 juin 2010 (consulté le 12 mars 2013)
  5. Jean-Pierre Steinhofer, « Le CRR-FR à CWID2008», Transmissions Magazine, n°56, janvier 2009