CoRoT-1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 06h 48m 19.172s, −03° 06′ 07.68″

Coordonnées : Sky map 06h 48m 19.172s, −3° 06′ 07.68″

CoRoT-1

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vue d'artiste de CoRoT-1 et de sa planète CoRoT-1 b

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 06h 48m 19,172s[1]
Déclinaison −03° 06′ 07,68″[1]
Constellation Licorne
Magnitude apparente en V : ~13,6[1]
en I : 12,88 ± 0,04[1]
en J : 12,462 ± 0,029[1]
en H : 12,218 ± 0,026[1]
en K : 12,149 ± 0,027[1]
Caractéristiques
Type spectral G0V[1]
Indice V-R ?
Indice R-I ?
Indice J-K ?
Indice J-H ?
Variabilité Variable pulsante[2]
Astrométrie
Vitesse radiale -7,6 km/s
Mouvement propre μα = -9,6[1] mas/a
μδ = 6,2[1] mas/a
Parallaxe 379,21 ± 1,58 mas
Distance 1 560 al
(480 pc)
Magnitude absolue ?
Caractéristiques physiques
Masse 0,95 ± 0,15 M
Rayon R
Gravité de surface (log g) ?
Luminosité L
Température 5 950 ± 150 K
Métallicité -0,3 ± 0,25
Rotation  km/s
Âge ? a

Autres désignations

GSC 04804-02268, DENIS-P J064819.1-030607, 2MASS J06481917-0306077, USNO-B1.0 0868-00112004, CoRoT-Exo-1, GSC2 S1002112279, UCAC2 30655657[1].

CoRoT-1 est une étoile naine jaune similaire au Soleil. L'étoile se situe à environ 1 560 a.l. de la Terre dans la constellation de la Licorne. La magnitude apparente de cette étoile est de 13,6 en lumière visible, ce qui signifie qu'elle n'est pas visible à l'œil nu ; cependant, elle peut être vue à travers un télescope amateur de taille moyenne lors d'une nuit claire et sombre[1]. La première exoplanète découverte par la mission CoRoT le fut autour de cette étoile ; on considère qu'il s'agit d'un Jupiter chaud et est approximativement de la même masse que la planète Jupiter elle-même.

Nomenclature[modifier | modifier le code]

La désignation « CoRoT » provient de son observation par la mission Convection, Rotation et Transits planétaires (CoRoT) conduite par la France, qui fut lancée en décembre 2006 avec le but de rechercher des exoplanètes en mesurant la variation de la brillance d'étoiles candidates lorsqu'elles sont transitées par une exoplanète présente autour d'elle[3] ; le second but de CoRoT concerne l'étude de l'intérieur des étoiles, ce qui est fait en analysant les caractéristiques et le comportement de la lumière émise par l'étoile[4]. La désignation numérique « 1 » lui fut attribuée car la première exoplanète découverte par la mission CoRoT le fut autour de cette étoile[5]. CoRoT-1 n'a pas de nom « usuel » ou de surnom comme en ont Sirius et Procyon.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

CoRoT-1 est une étoile naine jaune de la séquence principale de type G, ce qui signifie qu'elle émet sa lumière de manière similaire au Soleil. De la même façon, cette étoile a pratiquement la même température et la même masse que le Soleil[1] At an apparent magnitude of approximately +13.6[1], doubly dimmer than the dimmest star visible with the naked eye, COROT-1 cannot be seen from Earth without magnification apparatus[6].

Variabilité[modifier | modifier le code]

Lorsque CoRoT-1 fut observée par le télescope CoRoT durant une période continue de soixante jours depuis les résultats préliminaires rendus publics le 23 mai 2007, la lumière de l'étoile montrait un motif identique aux étoiles variables pulsantes avec des caractéristiques semblables à celles du Soleil[2].

Système planétaire[modifier | modifier le code]

La méthode de transits, qui peut être mise en pratique lorsque des planètes éclipsent leur étoile vu depuis la Terre, fut utilisée pour découvrir CoRoT-1 b.

Cette étoile possède une exoplanète en transit, CoRoT-1 b, la première exoplanète découverte par la mission CoRoT[7]. La planète, qui est similaire à Jupiter en termes de masse, gravite à seulement 0,02 ua de son étoile hôte[4]. En comparaison, la planète Mercure orbite à environ 0,387 ua du Soleil[8]. On suppose que CoRoT-1 b est verrouillée gravitationnellement à son étoile[9].

La planète fut la première à être détectée en lumière visible plutôt que dans l'infrarouge[10]. Contrairement aux autres Jupiters chauds, ce fait semble impliquer que le transfert de chaleur entre l'hémisphère faisant face à l'étoile et celui tournant le dos à l'étoile n'est pas très important[9].

Caractéristiques des planètes du système CoRoT-1
Planète Masse Demi-grand axe (Ua) Période orbitale (jours) Excentricité Rayon
b 1.03 ±0.12 MJ 0.0254 ±0.0004 1.5089557 ±6.4e-06 0

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) « SIMBAD query result: GSC 04804-02268 -- Star », Centre de Données astronomiques de Strasbourg (consulté le 2009-04-27)
  2. a et b (en) « Success of the First CoRoT Satellite Observation: First Exoplanet and First Stellar Oscillations », Centre national d'études spatiales, Centre national de la recherche scientifique,‎ 23 mai 2007 (consulté le 2009-05-30)
  3. (en) « COROT Home Page », Convection, Rotation, and Planetary Transits Mission, Centre national d'études spatiales (CNES),‎ 2009 (consulté le 2009-05-29)
  4. a et b (en) « COROT discovers its first exoplanet and catches scientists by surprise », Agence spatiale européenne, Agence spatiale européenne,‎ 3 mai 2007 (consulté le 2009-05-29)
  5. (es) « Corot detecta un nuevo planeta más grande que Júpiter », PortalCiencia: Noticias en Astronomía, PortalCiencia.com,‎ 2007 (consulté le 2009-05-29)
  6. (en) « Stellar Magnitudes », Astrophysics 162 Unit, université du Tennessee,‎ 2008 (consulté le 28 mai 2009)
  7. (en) Barge et al., A. Baglin, M. Auvergne, H. Rauer, A. Léger, J. Schneider, F. Pont, S. Aigrain et J.-M. Almenara, « Transiting exoplanets from the CoRoT space mission. I. CoRoT-Exo-1b: a low-density short-period planet around a G0V star », Astronomy and Astrophysics, vol. 482, no 3,‎ 2008, p. L17–L20 (DOI 10.1051/0004-6361:200809353, Bibcode 2008A&A...482L..17B, arXiv 0803.3202)
  8. (en) « Mercury Statistics », Windows to the Universe program, University Corporation for Atmospheric Research (UCAR),‎ 2003 (consulté le 2009-05-29)
  9. a et b (en) Andrea Thompson, « Exoplanet Phases Seen in Optical Light », Space.com,‎ 2009-05-27 (lire en ligne)
  10. (en) Ignas A. G. Snellen, Ernst J. W. de Mooij et Simon Albrecht, « The changing phases of extrasolar planet CoRoT-1b », Nature, vol. 459, no 7246,‎ 2009-05-29, p. 543–545 (PMID 19478779, DOI 10.1038/nature08045, Bibcode 2009Natur.459..543S, arXiv 0904.1208, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]