Co-infection

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En parasitologie, la co-infection est l'infection simultanée d'un hôte par plusieurs agents pathogènes. Chez l'homme, en dépit de l'absence de données disponibles sur la prévalence globale, on estime ce phénomène très commun[1], voire plus courant que l'infection simple[2]. Par exemple, la co-infection impliquant des helminthes affecte environ 800 millions de personnes dans le monde[3].

Types de co-infection[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la médecine (virologie, bactériologie) la co-infection est l'infection simultanée d'une cellule par au moins deux entités virales ou bactérienne différentes. Par exemple, la co-infection des cellules du foie par le virus de l'hépatite B et celui de l'hépatite D, peut conduire au delà de l'infection initiale à une surinfection.
Dans le cas des bactéries, il peut s'agir de deux souches génétiquement différentes d'une même bactérie, ou de deux espèces différente. Par exemple de deux borrélies différentes dans le cas d'une maladie de Lyme, ou d'une borrélie "associée" à un autre pathogène bactérien ou viral qui aura pu être transmis par la même morsure de tique (il est assez fréquent qu'une même tique porte deux ou plus de deux pathogènes d'espèces différentes ; ainsi chez 1000 tiques Ixodes ricinus collectées dans une zone de loisirs boisée de Thuringe (Centre-Allemagne) des Borrelia spp., Babesia spp. spp Anaplasma. spp Rickettsia., Coxiella burnetii, et Francisella tularensis ont été recherchées ; 43,6 % de ces tiques étaient infectées par au moins un de ces pathogènes. Et, dans 8,4 % des cas, deux pathogènes différents co-existaient dans la tique (et 3 ou plus dans 1,6 % du lot étudié)[4].

La co-infection qui réunit la tuberculose et le VIH est courante et dans certains pays, jusqu'à 80 % des tuberculeux sont séropositifs[5]. La dynamique potentielle d'interconnexion entre ces deux maladies infectieuses est connue de longue date[6]. D'autres cas courants de co-infection concernent le SIDA[7] ou les infections polymicrobiennes telles que la maladie de Lyme[8].

Si une infection aggrave la première on parle de surinfection.

Importance clinique d'une co-infection[modifier | modifier le code]

Elle est évidente quand les agents pathogènes interagissent (positivement ou négativement).

De plus la co-infection peut parfois rendre le diagnostic plus difficile, l'un des pathogènes pouvant masquer ou modifier les symptômes de l'autre, et inversement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr)

Listes de liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) FE Cox, « Concomitant infections, parasites and immune responses », Parasitology, vol. 122 Suppl,‎ 2001, S23–38 (PMID 11442193)
  2. (en) TN Petney et RH Andrews, « Multiparasite communities in animals and humans: frequency, structure and pathogenic significance », International journal for parasitology, vol. 28, no 3,‎ 1998, p. 377–93 (PMID 9559357, DOI 10.1016/S0020-7519(97)00189-6)
  3. (en) DW Crompton, « How much human helminthiasis is there in the world? », The Journal of parasitology, vol. 85, no 3,‎ 1999, p. 397–403 (PMID 10386428, DOI 10.2307/3285768, lire en ligne)
  4. Anke Hildebrandt, Jan Franke, Gernot Schmoock, Katharina Pauliks, Angela Krämer, and Eberhard Straube , Diversity and Coexistence of Tick-Borne Pathogens in Central Germany ; Journal of Medical Entomology 48(3):651-655. 2011 doi: 10.1603/ME10254 (Résumé, en anglais) ;
  5. (en) « Tuberculosis and HIV », World Health Organization
  6. (en) G Di Perri, M Cruciani, MC Danzi, R Luzzati, G De Checchi, M Malena, S Pizzighella, R Mazzi et M Solbiati, « Nosocomial epidemic of active tuberculosis among HIV-infected patients », Lancet, vol. 2, no 8678-8679,‎ 1989, p. 1502–4 (PMID 2574778)
  7. (en) SD Lawn, « AIDS in Africa: the impact of coinfections on the pathogenesis of HIV-1 infection », The Journal of infection, vol. 48, no 1,‎ 2004, p. 1–12 (PMID 14667787, DOI 10.1016/j.jinf.2003.09.001)
  8. (en) PD Mitchell, KD Reed et JM Hofkes, « Immunoserologic evidence of coinfection with Borrelia burgdorferi, Babesia microti, and human granulocytic Ehrlichia species in residents of Wisconsin and Minnesota », Journal of clinical microbiology, vol. 34, no 3,‎ 1996, p. 724–7 (PMID 8904446, PMCID 228878)
  9. (en) L. R. Hoffman, E. Deziel, D. A. D'argenio, F. Lepine, J. Emerson, S. McNamara, R. L. Gibson, B. W. Ramsey et S. I. Miller, « Selection for Staphylococcus aureus small-colony variants due to growth in the presence of Pseudomonas aeruginosa », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 103,‎ 2006, p. 19890 (PMCID 1750898, DOI 10.1073/pnas.0606756104)

Notes et références[modifier | modifier le code]