Clunia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clunia
(la) Colonia Clunia Sulpicia
Restes archéologiques de la cité romaine de Clunia Sulpicia.
Restes archéologiques de la cité romaine de Clunia Sulpicia.
Localisation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Castille-et-León
Province Province de Burgos
Coordonnées 41° 46′ 50″ N 3° 22′ 14″ O / 41.780556, -3.370556 ()41° 46′ 50″ Nord 3° 22′ 14″ Ouest / 41.780556, -3.370556 ()  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Clunia
Clunia
Internet
Site web Site web officiel

La Colonia Clunia Sulpicia est une ville romaine située sur l'Alto de Castro, à 1 000 mètres d'altitude, entre les communes de Coruña del Conde y Peñalba de Castro, au sud de la Province de Burgos (Espagne).

C'était l'une des villes les plus importantes du nord de l'Hispanie et la capitale d'un conventus juridici de la Tarraconaise à partir du Ier siècle av. J.-C.. Après la réforme de Dioclétien concernant la province Gallaecia, la cité dirige le Conventus Cluniensis. Au cours du IIIe siècle, la ville commence à décliner et est quasiment abandonnée à l'époque wisigothique[1].

Clunia était située sur la voie romaine reliant Caesaraugusta à Asturica Augusta. Son nom serait d'origine celtibère.

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville de Clunia est fondée sur une hauteur à peu de distance d'un établissement nommé Cluniaco[réf. nécessaire] ou Kolounioukou appartenant aux Arévaques, une tribu celtibère.

La ville a été construite à partir de rien, car contrairement à d'autres sites conquis par les Romains, ce site n'était pas occupé auparavant par une ville ou un village. La cité a possédé deux thermes, une basilique, un forum, de nombreuses tavernes et boutiques, et un grand temple dédié à Jupiter[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le terme clunia est d'origine celtique et signifie « prairie ». Il est bien attesté par ailleurs dans la toponymie de la Gaule. cf. Claunay, Cluny, Cléon, etc. et en celtique insulaire dans le vieil irlandais clúain, génitif cluana de même signification[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Par Tite-Live, nous savons que la ville a été assiégée par le général romain Pompée le Grand lorsqu'il luttait contre un autre général romain Sertorius en 75 av. J.-C. Pompée doit abandonner le siège sans avoir pris la ville à cause de mauvaises conditions météorologiques. Trois ans plus tard et lors d'un nouveau siège, Pompée finit par détruire la cité en 72 av. J.-C.. Clunia tombe sur le contrôle des Vaccéens en 56 av. J.-C., puis à nouveau sous contrôle romain peu de temps après lors d'une rébellion des Arvaques et des Vaccéens contre Rome.

La cité fut refondée sous Tibère, avec le rang de municipium. Elle battit monnaie, as et dupondius (d'une valeur de 2 as), sur lesquelles apparaissent les quattuorviri locaux, fondateurs de la ville.

Sous Tibère et Claude, elle devint le siège d'une subdivision administrative de la province de Tarraconnaise, le conventus iuridicus Cluniensium.

Elle acquit le rang de colonie romaine puis l'épithète Sulpicia lorsque Sulpicius Galba, réfugié durant la révolution contre Néron[3], s'y autoproclama empereur romain ; c'est là qu'il apprit la mort de Néron, et qu'il avait été choisi comme empereur par les légions. Le statut de colonie fut consolidé sous Vespasien

La splendeur de Clunia s'étendit du Ier siècle au IIe siècle de notre ère, comme pour la plupart des villes du nord de la Meseta, comme Astorga ou Iuliobriga. À son apogée, Clunia comptait autour de 30 000 habitants.

Au long du IIIe siècle, le centre ville se dépeupla progressivement. Les premières incursions barbares eurent lieu. À la fin du siècle, la cité fut incendiée lors d'une incursion.

Durant la conquête de la Péninsule Ibérique par les musulmans la ville fut conquise par les troupes du général berbère Tariq ibn Ziyad, en 713. Les chrétiens la repeuplèrent en 912, formant la ville qui est devenue Coruña del Conde.

Legs archéologique[modifier | modifier le code]

Clunia constitue un ensemble archéologique d'intérêt exceptionnel au sein de la péninsule. Cet intérêt vient de sa morphologie urbaine, ainsi que par la séquence chronologique qu'elle propose. Ses ruines sont parmi les plus évocatrices de l'époque romaine au nord de l'Espagne.

Les fouilles commencèrent en 1915 et furent relancées en 1931 et 1958. D'après les estimations, la cité couvrait autour de 120 ha, ce qui en fait l'une des plus étendues de l'Hispanie romaine. Les excavations permirent de découvrir un théâtre creusé dans la roche, plusieurs maisons avec des mosaïques, des rues, des restes du forum, l'égout (cloaca), ainsi que de nombreuses statues, comme une effigie d'Isis et un torse de Dionysos conservés au Musée Archéologique National de Madrid et dans celui de Burgos ; des monnaies, des restes épigraphiques, des céramiques, divers objets de bronze.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'espace était avant tout occupé par des habitations. Les fouilles ont permis de mettre au jour les aménagements urbains suivants :

Théâtre[modifier | modifier le code]

Article connexe : Théâtre romain.
Vue partielle du théâtre romain de Clunia Sulpicia.

Les ruines les plus significatives sont le théâtre romain, creusé dans la roche, qui pouvait accueillir 10 000 spectateurs, ce qui en fait l'un des plus grands à l'époque en Hispanie. Sa restauration a été récompensée par le prix bisannuel d'architecture de Castille-et-León, section "réhabilitation et restauration".

Forum[modifier | modifier le code]

Au centre des villes romaines, où se croisaient le cardo et le decumanus, se trouvait souvent le forum, où se déroulait l'essentiel de la vie publique de la cité. À Clunia, le forum était proche du théâtre, près des restes de trois domus, d'une basilique et d'un macellum (marché). L'ensemble se signale par ses mosaïques, pièces souterraines et systèmes de chauffage. Au XVIIe siècle un ermitage fut construit à l'emplacement du marché.

'Mosaïque de la domus du forum de Clunia.

Thermes[modifier | modifier le code]

À côté du forum se trouvaient les thermes romains, de grande dimension et couverts de mosaïques simples. L'hypocauste (système de chauffage) est encore visible.

Autres bâtiments[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la ville, très fragile, renferme des systèmes d’approvisionnement en eau (citernes, canalisations, prises d’eau) ainsi qu’un sanctuaire dédié à Priape.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) The Site of Clunia sur archaeospain.com. Consulté le 3 juin 2013.
  2. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Éditions Errance (2003). p. 118.
  3. Pierre Cosme, L'année des quatre empereurs, Fayard, 2012, p. 31.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Gran Enciclopedia Larousse, tomo 5. Barcelona: Editorial Planeta, S.A.; 1987. ISBN 843207375X.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :