Club africain (football)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Club africain.

Club africain

Logo du Club africain
Généralités
Fondation 4 octobre 1920
(94 ans, 0 mois et 18 jours)
Couleurs Rouge et blanc
Stade Stade olympique de Radès
(60 000 places)
Siège 57, avenue Bab Jedid
1049 Tunis
Championnat actuel Ligue I
Président Drapeau : Tunisie Slim Riahi
Entraîneur Drapeau : France Daniel Sanchez
Joueur le plus capé Drapeau : Tunisie Sadok Sassi (416)[1]
Meilleur buteur Drapeau : Tunisie Hédi Bayari (127)[2]
Site web www.clubafricain.com
Palmarès principal
National[3] Ligue I tunisienne (12)
Coupe de Tunisie de football (11)
Super Coupe de Tunisie (3)
International[3] Coupe des clubs champions africains (1)
Coupe afro-asiatique (1)
Ligue des champions arabes (1)
Coupe arabe des vainqueurs de coupe (1)
Coupe nord-africaine des clubs champions (2)
Coupe du Maghreb des clubs champions (3)
Coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2014-2015 du Club africain
0

Le Club africain (arabe : النادي الإفريقي) ou Club Africain selon l'usage tunisien (abrégé en CA) est un club de football tunisien basé à Tunis. Le club est l'une des sections fondatrices du club omnisports homonyme, le Club africain, fondé en 1920 dans le quartier de Bab Jedid. Connu sous le surnom d'Al Ifriki, l'équipe de football première évolue en championnat de Tunisie.

C'est l'un des deux grands clubs de la capitale de la Tunisie, Tunis, avec l'Espérance sportive de Tunis (EST). Les derbys avec l'autre club sont des matchs d'une grande intensité, au cours desquels s'exacerbe la rivalité historique entre les deux clubs et leurs supporters.

Le Club africain détient des titres internationaux : une coupe des clubs champions africains, une coupe afro-asiatique des clubs, une coupe arabe des vainqueurs de coupe, une Ligue des champions arabes, deux coupes nord-africaine des clubs champions, trois coupes du Maghreb des clubs champions et une coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe.

Sur le plan national, le Club africain a notamment remporté douze titres de champion mais aussi onze coupes et trois super coupes, un record.

Performance inédite et unique dans l'histoire du football africain, le Club africain est la seule équipe à avoir remporté le quadruplé lors de la saison 1991-1992.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Arrêté autorisant le Club africain le 4 octobre 1920

Le Club africain était prêt à exercer ses activités dès l'année 1919 mais ce qui en retarda le début était le nom qu'il allait prendre (Club islamique africain). En effet, ce nom a été contesté par les autorités du protectorat français car, à cette époque, tout club tunisien n'avait le droit d'exister qu'avec l'autorisation des autorités. Ce n'est donc que le 4 octobre 1920 que le club est officiellement autorisé à exercer ses activités mais son itinéraire ne débute pas à cette date.

Le Club africain, comme l'affirment certains de ses pères fondateurs, est le prolongement naturel du Stade africain (association fondée en 1915 et dissoute en 1918) dont il conserve les couleurs, l'esprit, une partie du nom ainsi qu'un noyau de joueurs (particulièrement Mohamed Soudani). Ce dernier est d'ailleurs le président de la réunion constitutive du club qui est tenue dans un café de Bab Jedid appartenant à une famille désormais clubiste. Il est à signaler que le premier siège social du club est le Makhzen Essouf (dépôt de laine) qui est situé dans le quartier d'El Morkadh.

Dès sa présentation, la demande d'autorisation fait l'objet d'un chantage puisque l'agrément est soumis à trois conditions :

  • la nomination à la tête du CA d'un président de nationalité française ;
  • le changement des couleurs choisies (à savoir le rouge et le blanc) qui contraint le club à jouer sa première saison avec un maillot bleu ;
  • le renoncement à l'emblème national (croissant et étoile).

Il s'agit alors de forcer les clubistes à se démarquer de toute référence au drapeau national et à s'aliéner tout son socle identitaire. Les termes de ce compromis sont catégoriquement refusés, surtout le premier point puisque son futur grand rival et voisin, l'EST fondé le 15 janvier 1919, avait un président français, Louis Montassier.

Finalement, l'acharnement contraint les autorités de l'époque à céder et à accorder au Club africain une concession historique sur la nationalité tunisienne du président et l'emblème national qui désormais orne le maillot du club. Les pères fondateurs du club, beaucoup plus intransigeants, obtiennent finalement gain de cause et imposent un bureau directeur entièrement tunisien et présidé par Béchir Ben Mustapha.

Le premier bureau directeur se compose comme suit[4],[5] :

  • Président : Béchir Ben Mustapha ;
  • Vice-président : Jameleddine Bousnina ;
  • Secrétaire général : Chedly Alwerfeli ;
  • Secrétaire général adjoint : Abdelmajid Chahed ;
  • Trésorier : Hassen Nouisseri ;
  • Commission sportive : Mahmoud Malouche, Ezzedine Belhadj, Fradj Abdelwahed, Ahmed Zeglaoui, Fradj Abdelwahed et Ahmed Dhahak.

La première équipe officielle en 1920 se compose comme suit :

  • Gardiens : Béchir Ben Amor et Manoubi Houari
  • Défenseurs : Jameldine Bousnia, Mohamed Machouch et Mahmoud Malouche (C)
  • Milieux de terrain : Hassen Gaddour, Hassen Nouisseri, Ahmed Mistaoui et Mohamed Ayed
  • Attaquants : Abderrahmen Kalfat, Larbi Ben Yemina, Ahmed Zeglaoui et Ahmed Dhahak

Résistance et développement (1920-1945)[modifier | modifier le code]

Équipe en 1934-1935

Malgré une genèse difficile, le club use de l'esprit sportif pour mobiliser et encadrer la jeunesse dans une perspective anticolonialiste[6]. Pendant cette période, et malgré la modestie de ses moyens et les contraintes de son environnement, il poursuit son développement, tout en contribuant à l'enracinement de la culture nationale, à la création de La Rachidia et à la formation d'un théâtre tunisien, le club disposant de sa propre troupe théâtrale dès les années 1930 et organisant le premier des manifestations culturelles et artistiques[6]. Il accorde par ailleurs la gratuité d'entrée au stade aux femmes dès les années 1930[6].

Le club résiste aussi à certaines velléités d'accaparement, comme la tentative avortée de Habib Bourguiba, en 1934, de le fusionner avec l'EST[6].

Dans le même temps, le club enregistre des acquis sportifs tels que l'accession en première division en 1937, où il continue d'évoluer sans discontinuité[6].

Premiers titres (1945-1960)[modifier | modifier le code]

Équipe vainqueur du championnat 1946-1947

Le Club africain gagne son premier titre de champion lors de la saison 1946-1947. Lors de la dernière journée de ce championnat, le 11 mai 1947, il joue contre son rival de toujours, l'Espérance sportive de Tunis ; le match se termine sur un score vierge, mais c'est suffisant pour que le CA remporte le titre. La saison suivante, le club réitère cette performance en remportant son second championnat, cette fois-ci face à l'Étoile sportive du Sahel.

Équipe vainqueur du championnat 1947-1948

Le Club africain prend également part aux éditions de la coupe ainsi que du championnat d'Afrique du Nord, mais se trouve incapable d'en remporter une face à la concurrence imposée par les grands clubs algériens et marocains de l'époque. En championnat avec l'émergence du Club sportif de Hammam Lif (CSHL), il se trouve incapable de gagner des titres pendant plusieurs saisons et doit se contenter des seconds rôles.

En 1956, avec l'indépendance du pays, le club accède pour la première fois de son histoire à la finale de la coupe de Tunisie, mais s'incline 3-1 face à un Stade tunisien (ST) en pleine ascension. Il termine troisième du championnat à huit points du CSHL. La saison suivante, le Club africain termine quatrième, avec seulement neuf victoires en 22 matchs, et se fait éliminer dès les premiers tours en coupe de Tunisie. La saison 1957-1958 est encore pire vu que le CA termine sixième. Cette baisse de régime pousse ses dirigeants à recruter l'entraîneur Fabio Roccheggiani, réputé être un grand formateur. Cette stratégie de long terme permet au CA d'améliorer peu à peu sa situation.

Âge d'or (1960-1980)[modifier | modifier le code]

Équipe vainqueur du championnat 1963-1964
Équipe du doublé de la saison 1966-1967

C'est la période durant laquelle le Club africain, le vent en poupe, récolte la majorité de ses trophées sur les plans national et régional.

Tout commence avec la conquête du championnat durant la saison 1963-1964, le premier titre remporté après l'indépendance, gagné avec un effectif composé de jeunes joueurs comme Tahar Chaïbi, Mohamed Salah Jedidi et Sadok Sassi. La saison suivante, le club se contente d'une seconde place en championnat avec 55 points au compteur (treize victoires, sept nuls et deux défaites), à un point du leader, mais sauve sa saison avec la coupe de Tunisie face à l'Avenir sportif de La Marsa (ASM), une première.

En 1966-1967, il remporte le championnat avec 58 points (quinze victoires, six nuls et une défaite), soit huit points devant le vice-champion, l'Étoile sportive du Sahel (ESS), qu'il bat 2-0 après prolongations en finale de la coupe, remportant ainsi pour la première fois de son histoire le doublé championnat-coupe. Cette saison est toutefois ternie par le décès de l'entraîneur Roccheggiani peu avant la fin de la compétition. Lors de la saison 1967-1968, le CA gagne la coupe face au Sfax railways sports mais termine second en championnat face à ce même club. La saison suivante, il termine une nouvelle fois second — cette fois-ci à cinq points du Club sportif sfaxien (CSS) — et gagne la coupe face à l'Espérance sportive de Tunis (EST) qu'il affronte pour la première fois en finale de la coupe.

En 1969-1970, la coupe est à nouveau gagnée face à l'ASM, mais le championnat est perdu au détriment de l'EST. En décembre 1970, le Club africain remporte la coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe, devenant ainsi le premier club tunisien à gagner un titre international en ayant tout d'abord battu l'USM Alger en demi-finale par le score de 1-0, puis l'ASM en finale par le score de 2-0. Mais il termine deuxième du championnat malgré une défense qui n'encaisse que huit buts ; il se fait éliminer en coupe dès le premier tour, mettant fin à une série de quatre coupes consécutives (un record). En 1971-1972, le CA renoue avec les titres nationaux en gagnant sa sixième coupe de Tunisie, prenant ainsi sa revanche face au ST qui l'avait battu dans la finale de 1956 ; il termine vice-champion à trois points de l'ESS.

Équipe du doublé de la saison 1972-1973

Avec la nomination de Jamel Eddine Bouabsa comme entraîneur, le Club africain remporte son second doublé en 1972-1973 : le sacre face au champion de la saison précédente et la coupe face à l'ASM. Toujours dans la continuité, le CA remporte le championnat en 1973-1974, mais assez difficilement, et ce, malgré une attaque qui marque à quarante reprises (meilleure attaque) et une défense qui n'encaisse que 18 buts (meilleure défense) ; il gagne en janvier 1974, lors de cette même saison, sa première coupe du Maghreb des clubs champions. Les joueurs ont raison des Algériens de la Jeunesse sportive de Kabylie en les battant 2-0 à Alger, en hommage à leur camarade Ezzedine Belhassine, décédé la veille du match dans sa chambre d'hôtel.

La saison suivante, ils perdent le championnat au détriment de l'EST et la coupe au détriment de l'ESS mais remportent une nouvelle fois la coupe du Maghreb des clubs champions en septembre 1974, à Casablanca, face au Raja de Beni Mellal. Ils rééditent la même performance en octobre 1975, à Tunis, face à l'équipe du MC Alger qu'ils parviennent à battre lors d'une séance de tirs au but (4-2 pour le CA), malgré la nette domination des Algériens en cours de match.

Équipe vainqueur de la coupe du Maghreb des clubs champions 1976

L'équipe égale ainsi le Chabab riadhi Belouizdad au nombre d'éditions gagnées (trois) et devient la plus titrée à l'échelle maghrébine. Lors de la saison 1975-1976, le club termine troisième en championnat, mais remporte sa huitième coupe aux tirs au but, face à l'EST, le portier du CA ayant réussi à arrêter trois tirs. En 1976-1977, malgré une attaque qui a marqué 41 buts et une défense qui n'en a encaissé que vingt (meilleure défense), le CA perd le titre face à la Jeunesse sportive kairouanaise et rate la coupe en demi-finale face au CSS. En 1977-1978, il doit une nouvelle fois se contenter d'une seconde place, à cinq points du CSS, mais voit cinq de ses joueurs sélectionnés avec l'équipe nationale pour la coupe du monde de 1978 : Mokhtar Naili, Sadok Sassi, Kamel Chebli, Mohamed Ali Ben Moussa et Nejib Ghommidh. Le CA gagne à nouveau le titre en 1978-1979, le ST terminant à un point derrière. En 1979-1980, avec des joueurs comme Naili, Chebli, Néjib Abada et Moussa, et André Nagy comme entraîneur, il gagne une nouvelle fois le championnat, cette fois-ci face à l'EST, et n'encaisse que sept buts lors des 26 matchs du championnat (un record national). Cette moisson de titres est due principalement à des joueurs formés au sein du club et à un grand esprit de solidarité qui unit les joueurs.

Période de sécheresse (1981-1989)[modifier | modifier le code]

Club africain en 1984

Tout commence avec la finale de la coupe de Tunisie 1979-1980 contre l'EST : le Club africain, bien que favori après son titre de champion, s'incline 2-0 et perd l'occasion de remporter un troisième doublé. En 1980-1981, premier jusqu'à la dernière journée, il s'incline face au CSS à Sfax, sur un score de 2-1, et se fait éliminer rapidement en coupe. La saison suivante, il perd un autre titre, en finale de la coupe, face au Club athlétique bizertin (CAB) et termine deuxième en championnat, avec 58 points, à six points du champion, l'EST. En 1982-1983, avec Mokhtar Tlili à la tête de l'équipe, le CA termine à un point du CSS, malgré une attaque qui marque à 52 reprises, et se fait éliminer par l'ASM en demi-finale de la coupe sur le score de 1-0. La saison suivante, le CA s'incline à domicile face au champion de l'année précédente, sur le score de 1-0, et termine quatrième en championnat, à égalité de points avec l'ESS et à un point des deux leaders, le ST et le CAB.

Lors de la saison 1984-1985, avec le retour d'André Nagy comme entraîneur, l'équipe part favorite, mais les ratages dès le début la conduisent à se contenter d'une seconde place derrière l'EST, malgré une victoire au derby le 5 mai 1985 (5-1) qui lui permet d'espérer le titre jusqu'au bout ; elle perd la finale de la coupe aux tirs au but, face au CSHL.

La saison suivante, le Club africain termine troisième en championnat, à un point du vice-champion, mais à six points du champion, l'ESS, et se fait battre aux tirs au but en finale de la coupe par l'EST. En 1986-1987, le CA ne réalise qu'une performance en demi-teinte, terminant à cinq points du champion (ESS), se faisant éliminer aux tirs au but, en quarts de finale, par le CAB. En 1987-1988, il rate le titre de champion lors des dix dernières journées, le laissant filer entre l'EST et le Club olympique des transports, et perd une nouvelle fois la finale de la coupe face à ce dernier aux penalties. La saison suivante, il perd d'abord la Ligue des champions arabes (4-2) aux penalties face à Al Ittifaq Dammam et termine à treize points de l'EST en championnat, contre qui il perd en finale de la coupe sur le score de 2-0. Il n'aura gagné aucun titre durant cette décennie malgré un effectif comportant des joueurs comme Hédi Bayari, Lassaâd Abdelli et Kamel Chebli.

Retour au sommet et quadruplé historique (1990-1992)[modifier | modifier le code]

Équipe de la finale de la coupe d'Afrique des clubs champions 1991

Tout commence avec le championnat de la saison 1989-1990, mal entamé au début, à tel point que la différence entre le CA et l'EST atteint treize points. La nomination de Farid Abbes à la tête du club et de Faouzi Benzarti comme entraîneur de l'équipe première permet au CA d'enchaîner une série de victoires consécutives et de gagner le championnat lors de la dernière journée en battant l'ASM 1-0, sur un but de Kais Yaâkoubi. Lors de la saison suivante, le Club africain perd la finale de la coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe contre les Nigerians du BCC Lions Football Club et se contente d'une seconde place en championnat, loin derrière l'EST, malgré une victoire contre ces derniers par 3-0 le 5 mai 1991. L'équipe réussit à gagner la coupe des clubs champions africains la saison suivante, le 23 décembre 1991, devenant ainsi le premier club tunisien à remporter ce titre.

En championnat, durant l'avant-dernière journée, le Club africain reçoit le CAB, premier au classement avec deux points d'avance sur le CA, au stade olympique d'El Menzah : Adel Sellimi marque le seul but de la rencontre, à la 91e minute de jeu, permettant au club de remporter le dixième titre en championnat de son histoire en terminant en tête, avec un seul point d'avance sur le CAB et 17 sur le tenant du titre, l'EST. Il réalise le doublé en battant le ST en finale de la coupe de Tunisie, marquant une année exceptionnelle pour le club dans la continuité de sa victoire dans la coupe des clubs champions africains et dans la coupe afro-asiatique des clubs contre Al-Hilal Riyad.

Hammouda Ben Ammar (1993-1996)[modifier | modifier le code]

Après une saison catastrophique en 1993-1994, Hammouda Ben Ammar prend les commandes du Club africain pendant deux ans. Durant cette période, le club remporte en 1995 la coupe arabe des vainqueurs de coupe au stade olympique de Sousse : l'équipe bat l'ESS en finale (1-0), après prolongation et avec un but de Nabil Maâloul sur penalty.

Le club remporte également le championnat 1995-1996 avec des records : Boubaker Ezzitouni réussit à garder ses cages inviolées durant 1 004 minutes, ce qui constitue alors un record national. L'équipe n'encaisse qu'un seul but durant le phase aller du championnat et sept durant la saison, marquant 49 buts au total ; le meilleur buteur du championnat, Sami Touati, marque 17 buts.

Années noires (1997-2006)[modifier | modifier le code]

Alors que l'autre club de la capitale commence sa période dorée, le club connaît une crise de dix ans, période durant laquelle il ne remporte que la coupe de Tunisie (1998 et 2000) et la Ligue des champions arabes (1997). Il accède cependant aux finales de la coupe contre l'EST (1999) et le Stade tunisien (2003), à la finale de la coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe en 1999 et de la Ligue des champions arabes en 2002. Il voit aussi les entraîneurs comme les présidents se succéder au parc A.

Durant la saison 2006, le président du club depuis un an, Kamel Idir décide de donner les reines de l'équipe au Français Bertrand Marchand. Sous sa direction, l'équipe finaliste de la coupe de Tunisie termine vice-champion national la saison suivante.

Benchikha, choix de la rigueur (2007-2009)[modifier | modifier le code]

Public clubiste

Le recrutement de Youssef Mouihbi complète un secteur offensif accueillant déjà dans ses rangs Zouhaier Dhaouadi et Moussa Pokong. Abdelhak Benchikha prône alors une tactique en 4-3-3. En définitive, les joueurs tels que Lassaad Ouertani, Karim Aouadhi et Enam Mendamo Alexis se révèlent importants pour le club, formant un trio complémentaire. Wissem Ben Yahia, qui confirme sa qualité de jeu au plus haut niveau, devient vite la nouvelle idole des supporters grâce à sa polyvalence et à sa technicité en récupération des ballons.

Lors du mercato d'hiver 2008, le Club africain engage l'attaquant Aymen Rhifi de l'Avenir sportif de La Marsa. Le 22 mai 2008, le club est sacré champion pour la douzième fois de son histoire[7], à la suite d'une victoire face à l'Espérance sportive de Zarzis (2-1). À l'intersaison, on complète le secteur défensif constitué de Mohamed Bachtobji, Mohamed Ali Gharzoul, Khaled Souissi, Hamdi Werhani, Chokri Zaalani, Helmi Hmam et Anis Amri, sans oublier le gardien Adel Nefzi qui bat un record du championnat avec 1 269 minutes de jeu sans encaisser le moindre but, de la 39e minute de la huitième journée à la 48e minute de la 22e journée.

Durant la saison 2008-2009, le club ne remporte pas le championnat, terminant deuxième avec la meilleure défense, mais avec une victoire historique au derby, le 1er mars 2009, contre l'EST (3-0)[8].

Cycle de Pierre Lechantre (2009-2010)[modifier | modifier le code]

En 2009, Pierre Lechantre est nommé entraîneur. Le club célèbre l'année suivante son 90e anniversaire et c'est dans le cadre de ces festivités qu'il accueille l'Olympique lyonnais pour un match de gala le 6 janvier 2010, au stade olympique de Radès, se concluant sur un score de parité (1-1)[9],[10]. Après la trêve hivernale, les résultats ne sont pas au rendez-vous, tant au niveau de la deuxième phase du championnat que de la sortie du second tour de la Ligue des champions de la CAF.

En avril 2010, le bureau directeur remplace Lechantre par Habib Mejri mais les mauvais résultats s'accumulent avec la sortie de la coupe de Tunisie en demi-finale[11] ; le club termine par ailleurs le championnat à la seconde place.

Crise présidentielle et avènement de Jamel Atrous (2010-2012)[modifier | modifier le code]

Durant la préparation de la saison 2010-2011, le club vit une crise de son bureau directeur après la sortie définitive de Kamel Idir. Si Jamel Atrous a la préférence des supporters, Belhassen Trabelsi, frère de la première dame Leïla Ben Ali, refuse ce nom en raison d'un différend entre les familles Trabelsi et Atrous autour de la concession Isuzu[12]. À la suite de la désignation de Atrous, celui-ci est donc évincé avant l'entame de la saison et remplacé par Chérif Bellamine[13], qui jouissait pourtant d'une paisible retraite, avec le vice-président Mounir Balti. Deux défaites au cours des trois premiers matchs et d'autres défaites conduisent le club à sortir de la course du championnat et de la coupe même s'il remporte la coupe nord-africaine des clubs champions[14] ; la défaite contre l'Espérance sportive de Zarzis au stade d'El Menzah pendant la révolution et la pression des supporters entraînent la destitution de l'entraîneur Mrad Mahjoub, son remplacement par Kais Yaâkoubi[15] et la démission de Balti (président du club par intérim) qui appelle à une assemblée générale durant laquelle la situation serait éclaircie.

Après la fuite de la famille Trabelsi et du président déchu, Zine el-Abidine Ben Ali, le 14 janvier 2011, le Club africain tient une assemblée générale élective le 25 février : Jamel Atrous est élu président et Salah Mannai vice-président[16]. Le Club africain est la première équipe tunisienne à tenir une assemblée générale élective après la révolution[17].

Après avoir été disqualifiée au troisième tour de la Ligue des champions de la CAF, Faouzi Benzarti devient entraîneur de l'équipe [18] ; son parcours durant les dernières journées de la saison est difficile, avec plusieurs défaites, et l'équipe termine quatrième du championnat. Après une saison catastrophique, plusieurs joueurs quittent le club durant le mercato d'été, comme Wissem Ben Yahia, acheté par le club turc du Mersin Idman Yurdu SK pour 800 000 dinars[19], et Khaled Souissi, acheté par le club français de l'Athlétic Club Arles-Avignon pour 200 000 euros[20] ; d'autres contrats de joueurs — Karim Aouadhi, Oussama Sellami et Khaled Melliti — arrivent à échéance. Le bureau directeur décide de résilier les contrats de six joueurs et en recrute d'autres : Aymen Ben Ayoub, Chaker Rguiî, Nafaa Jebali, Wajdi Jabbari, Amir Haj Massaoud, Vitor Sonny et Rabii Ellafi. Le Club africain débute la saison avec la coupe de la confédération où il effectue un bon parcours et atteint la finale : il remporte le match aller contre le Maghreb de Fès (1-0 sur un but d'Enam Mendamo Alexis à la septième minute) mais perd le match retour (0-1) aux tirs au but. Benzarti démissionne et Patrick Liewig, directeur technique, prend provisoirement les commandes de l'équipe. Un court passage de l'entraîneur Abdelhak Benchikha[21],[22], avec des pertes de points au classement du championnat, provoque la démission de ce dernier et le retour de Liewig, directeur technique, qui prend provisoirement les commandes de l'équipe. Cependant, la pression du public pousse Atrous à quitter le club avec son staff après l'assemblée générale élective[23].

Ère Slim Riahi (2012- )[modifier | modifier le code]

À la suite de l’assemblée générale élective tenue le 16 juin 2012, Slim Riahi est élu comme nouveau président du club et fixe des objectifs ambitieux, tout en apportant des moyens financiers considérables : le Club africain dépense au total plus de trente millions de dinars[24] pour recruter des joueurs à l'été 2012 et remporter le championnat de Tunisie. Christophe Maillol est nommé au poste de directeur sportif et Bernard Casoni au poste d'entraîneur ; le bureau fait venir plusieurs joueurs tels que le milieu de terrain international algérien Abdelmoumene Djabou, en provenance de l'Entente sportive de Sétif, pour trois millions de dinars[25], soit le plus gros transfert de l'histoire du championnat, Hatten Baratli du Club athlétique bizertin[26], Karl Max Barthélemy du Difaâ d'El Jadida[27] ou encore Khaled Lemmouchia[28]. Riahi évoque également une construction à long terme, veut miser sur de jeunes joueurs comme Maher Haddad, qui signe en faveur du club pour trois millions de dinars, soit le plus gros transfert entre deux club tunisiens de l'histoire du championnat. Le Club africain cède dans le même temps Ézéchiel Ndouassel au Terek Grozny[29] alors que d'autres joueurs quittent le club par résiliation de contrat ou à la suite d'un prêt pour une saison. Après six matchs, l'entraîneur Bernard Casoni se fait licencier, payant probablement la défaite au derby. Le 7 octobre 2012, pendant la trêve avant le début de la nouvelle saison, Nabil Kouki devient le nouvel entraîneur. Malgré le mauvais début de saison, avec trois nuls et aucun but marqué, le club réussit un bon parcours avec quatre victoires consécutives. Quatre nouvelles recrues rejoignent le club pendant le mercato hivernal, Ammar Jemal, Zouhaier Dhaouadi, Fatah Gharbi et Bedi Mbenza mais Gharbi est blessé et en fin de carrière et Ahmed Ben Belgacem n'est pas capable d'arracher une seconde de jeu et finalement cédé à l'Union sportive de Ben Guerdane. Malgré son bon parcours, Kouki est remplacé par Faouzi Benzarti après une défaite en derby, avant la dernière journée de la première phase. Finalement, le club termine deuxième de la première phase et se qualifie pour le play-off. Mais la fragilité psychologique, la malédiction du play-off et le manque de compétition de certains joueurs blessés entraînent un bilan négatif : le club se classe quatrième et Benzarti est remplacé par son adjoint Fathi Laabidi[30].

La saison 2013-2014 est annoncée comme celle du vrai décollage du Club africain de Riahi. Après la réussite du Club sportif sfaxien avec l'école néerlandaise, le club recrute l'entraîneur néerlandais Adrie Koster et une armada de joueurs étrangers dont trois espoirs ghanéens — Francis Narh, Derrik Mensah et Seidu Salifou — et un ancien international du même pays, Prince Tagoe, de même que le Congolais Matt Moussilou et le jeune Malien Malik Touré. Côté tunisien, on recrute Khaled Korbi, Amine Haj Saïd, un joueur ne comptant qu'une dizaine de matchs en quatre ans, Walid Dhaouadi, jeune frère de Chamseddine Dhaouadi, avec l'espoir qu'il soit aussi doué que son frère, et le gardien Slim Rebaï comme troisième gardien de but. L'équipe réussit un bon départ avec trois victoires successives avant que les problèmes n'apparaissent : Narh rejoint le championnat tchèque[31], Tagoe rompt son contrat, Salifou est transférable, Dhaouadi est transféré sans avoir joué une seconde et Haj Saïd ne participe qu'à une seule rencontre en 17 matchs. Alors que Riahi décide de constituer une commission d'enquête pour délimiter les responsabilités, Rachid Zmerli, porte-parole du club, Mehdi Gharbi, chef de la section football, et Youssef Elmi, chef de la section seniors, se disent visés par l'enquête interne et présentent leur démission[32]. Entre-temps, les changements se poursuivent : Koster est démis de ses fonctions au profit de Landry Chauvin[33] et Ézéchiel Ndouassel rappelé alors que des jeunes — Ghazi Ayedi, Seif Lahouel, Chiheb Jebali et Malik Touré — sont progressivement lancés. Chauvin, limogé après une série de faibles résultats, est remplacé par Mondher Kebaier. Le club termine finalement quatrième du championnat et en quarts de finale de la coupe de Tunisie.

Palmarès et bilan[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le Club africain détient 36 titres au total : 26 titres nationaux et dix titres internationaux.

Il n'a pas souvent brillé au niveau continental avant les années 1990, lorsqu'il termine à la deuxième place de la coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes 1990 et 1999, avant de remporter la coupe des clubs champions africains en 1991 et la coupe afro-asiatique des clubs en 1992 ; il termine finaliste de la coupe de la confédération en 2011.

Au niveau régional, les clubistes remportent la coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe en 1971, devenant la première équipe tunisienne à obtenir un titre à l'étranger. Vainqueurs à trois reprises de la coupe du Maghreb des clubs champions en 1974, 1975 et 1976, ils sont aussi vainqueurs de la coupe arabe des vainqueurs de coupe en 1995, de la Ligue des champions arabes en 1997 et, à deux reprises, de la coupe nord-africaine des clubs champions en 2008 et 2010. Ils sont également finaliste de la Supercoupe arabe en 1998.

Classement IFFHS[34]
Période Classement actuel Classement précédent Points
1er août 2011 - 30 juillet 2012 156 145 96,0

Au niveau national, le Club africain a remporté douze titres en championnat, le premier remontant à 1947. Le club compte également onze titres en coupe de Tunisie, même si le trophée lui échappe depuis 2000, et trois Supers Coupes de Tunisie.

Le tableau suivant récapitule les performances du club dans les diverses compétitions :


National Régional International
Anciennes compétitions 
Anciennes compétitions 

Au milieu des années 1990, la Fédération tunisienne de football (FTF) a voulu innover en copiant le modèle italien qui consiste à apposer une étoile sur la maillot de chaque club ayant atteint dix victoires en championnats. Dans le cas du Club africain, qui compte douze championnats depuis 1920 mais seulement dix depuis l'indépendance en 1956, l'étoile n'est règlementaire que depuis la saison 2008. Ces étoiles ne concernent en aucun cas le nombre de coupes remportées. L'étoile apposée en 1998 à la suite de la dixième victoire en coupe n'est qu'une initiative du président Chérif Bellamine qui n'a aucune valeur par rapport à celles de la FTF.

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

À l'issue de la saison 2013-2014, le Club africain totalise 77 participations au championnat de Tunisie de première division, dont 59 participations après l'indépendance. Il est le premier au classement de première division toutes saisons confondues et le seul qui continue d'y évoluer sans discontinuité.

Bilan par championnat
Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff.
Division 1/Ligue 1 (1937-1955) 18 2  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?
Division 1/Ligue 1 (1955-2014) 59 10 1 472 724 485 263 2 057 1 091 +966
Division 2/Ligue 2 (1920-1937) 16  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?

Sur le plan africain, le Club africain apparaît en 20e position au classement du XXe siècle[35]. L'International Federation of Football History & Statistics établit par ailleurs un classement des meilleurs clubs mondiaux basé sur une étude statistique des résultats enregistrés ; le club est désigné comme le 22e club africain du siècle[36], le troisième club tunisien et le 312e club mondial de la décennie 2001-2010[37].

Bilan par compétitions de la CAF
Compétition Saisons J G N P Bp Bc Meilleure performance
Coupe des clubs champions / Ligue des champions 8 48 23 11 14 79 49 Vainqueur (1991)
Coupe des coupes (compétition disparue) 4 32 16 7 9 46 26 Finaliste (1990 et 1999)
Coupe de la confédération 4 30 13 10 7 34 20 Finaliste (2011)
Coupe de la CAF (compétition disparue) 1 8 4 3 1 15 9 Demi-finaliste (2003)
Total compétitions CAF - 118 56 31 31 174 104 1 trophée CAF
Mise à jour le 14 juillet 2012

Records[modifier | modifier le code]

Le Club africain accumule plusieurs records en Tunisie et en Afrique au cours de son histoire :

  • Il possède le plus grand nombre de titres internationaux parmi les équipes tunisiennes, avec dix titres : une coupe des clubs champions africains, une coupe afro-asiatique des clubs, une Ligue des champions arabes, deux coupes nord-africaines des clubs champions, une coupe arabe des vainqueurs de coupe, une coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe et trois coupes du Maghreb des clubs champions.
  • Il est le premier club tunisien à décrocher la coupe des clubs champions africains/Ligue des champions de la CAF.
  • Il détient le record du plus grand nombre de coupes de Tunisie consécutives : les clubistes gagnèrent les quatre finales disputées entre 1967 et 1970, en faisant le seul club à avoir remporté la compétition quatre fois consécutives.
  • Il est le club nord-africain le plus titré sur le plan nord-africain avec six titres, soit trois coupes du Maghreb des clubs champions, deux coupes nord-africaines des clubs champions et une coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe.
  • Il est le premier club tunisien à remporter un titre international avec la coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe en 1971.
  • Il est le club tunisien à remporter plus la Super Coupe de Tunisie avec trois titres.
  • Il est le premier club africain à remporter quatre titres en une seule saison (1991-1992)[réf. nécessaire].
  • Il est le club comptant le meilleur buteur de la coupe des clubs champions africains/Ligue des champions de la CAF, Faouzi Rouissi, avec seize buts en 1991.
  • Il occupe la 17e place du classement des formations mondiales ayant connu la plus grande période sans défaite à domicile, soit 56 rencontres entre le 5 novembre 2006 et le 15 décembre 2010 (44 victoires et 12 résultats nul)[38].

Direction[modifier | modifier le code]

Pays Nom Poste
Drapeau de la Tunisie Slim Riahi Président
Drapeau de la Tunisie Najib Derouiche Vice-président chargé du marketing et de la communication
Drapeau de la Tunisie Mohamed Manoubi Trésorier
Drapeau de la Tunisie Majdi Khlifi Secrétaire général
Drapeau de la Tunisie Imed Manai Président de la commission de développement des ressources financières
Drapeau de la Tunisie Makrem Gasmi Président de la commission d'organisation
Drapeau de la Tunisie Mehdi Gharbi Vice-président chargé de la section football seniors
Drapeau de la Tunisie Khalil Ladjimi Vice-président chargé de la section football jeunes
Drapeau de la Tunisie Mehrez Riahi Vice-président chargé des sports de salle

Fondateurs[modifier | modifier le code]

  • Abderrazek Karabaka
  • Fradj Abdelwahed
  • Mohamed Ayachi
  • Ahmed Dhahak
  • Mohamed Ezzeddine
  • Arbi Negli
  • Ahmed Zeglaoui
  • Ahmed Mestaoui
  • Abdelwahab Bouallègue
  • Mohamed Machouche
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Présidents[modifier | modifier le code]

25 présidents différents se sont succédé à la tête du Club africain depuis sa fondation[39],[40]. À ce jour, tous étaient de nationalité tunisienne.

Le premier est Béchir Ben Mustapha qui exerce son mandat pendant deux ans, avant que le Club africain ne voit les présidents se succéder à un rythme soutenu, faisant écho aux difficultés sportives et financières que le club traverse. Cette instabilité s'explique notamment par ses problèmes récurrents de trésorerie : les différents présidents acceptent de renflouer les caisses pour un certain temps alors que le Club africain n'a jamais été aidé par les pouvoirs publics, notamment la municipalité.

Salah Aouidj est le président ayant dirigé le plus longtemps le club, en 1946-1950, 1954-1957 et 1958-1964. Il est par ailleurs le seul président du club à obtenir un titre avant l'indépendance, durant les championnats de 1946-1947 et de 1947-1948, et le premier à obtenir un titre après l'indépendance, en 1963-1964.

Fathi Zouhir en prend la tête de 1967 à 1970, sa présidence voyant le club remporter deux fois la coupe. La stabilité est retrouvée dans les années 1970 : Abdelaziz Lasram reste à la tête du club pendant huit ans, à ce jour le plus long mandat réalisé par un président, entre 1964 et 1966 et entre 1971 et 1977. Sous sa présidence, l'équipe remporte trois fois le championnat, quatre fois la coupe, la coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe en 1971 et trois fois la coupe du Maghreb des clubs champions entre 1974 et 1976.

Farid Mokhtar occupe la fonction de président à deux reprises, de 1977 à 1980 et de 1981 à sa mort en 1986. Sous sa présidence, le club remporte deux fois le championnat et la Super Coupe de Tunisie. Le diplomate Mahmoud Mestiri le remplace entre 1986 et 1987. Durant cette période, Ridha Azzabi prend la tête du club à trois reprises, en 1980-1981, 1987-1988 et 1991-1992. Sous sa présidence, le club remporte la quadruplé historique : championnat, coupe, coupe des clubs champions africains et coupe afro-asiatique des clubs.

Chérif Bellamine assure la présidence à quatre reprises, en 1992-1993, 1997-2000, 2002-2006 et 2010. Sous sa présidence, le club remporte la coupe, la Ligue des champions arabes et la coupe nord-africaine des clubs champions.

Hammouda Ben Ammar préside le club entre 1994 et 1996 et Kamel Idir de 2006 à 2010. Sous la présidence de ce dernier, l'équipe réussit notamment à remporter le championnat en 2007-2008, douze ans après la dernière victoire en 1996 et la Coupe nord-africaine des clubs champions en 2008.

Pays Nom Période
Drapeau de la Tunisie Béchir Ben Mustapha 1920-1921
Drapeau de la Tunisie Hadi Ginati 1921-1922
Drapeau de la Tunisie Béchir Ben Mustapha 1922-1923
Drapeau de la Tunisie Ouannes Laâjimi 1923-1924
Drapeau de la Tunisie Hsouna Abdelkefi 1924-1926
Drapeau de la Tunisie Abdelaziz Ounaies 1926-1927
Drapeau de la Tunisie Mustapha Sfar 1927-1930
Drapeau de la Tunisie Abdelaziz Ounaies 1930-1931
Drapeau de la Tunisie Ali Belhaj 1931-1932
Drapeau de la Tunisie Abdelaziz Ounaies 1932-1934
Drapeau de la Tunisie Moncef El Okby 1934-1946
Drapeau de la Tunisie Salah Aouidj 1946-1950
Drapeau de la Tunisie Mhammed Mestiri 1950-1953
Drapeau de la Tunisie Mohamed El Asmi 1953-1954
Drapeau de la Tunisie Salah Aouidj 1954-1957
Drapeau de la Tunisie Mohamed El Asmi 1957-1958
Pays Nom Période
Drapeau de la Tunisie Salah Aouidj 1958-1964
Drapeau de la Tunisie Abdelaziz Lasram 1964-1966
Drapeau de la Tunisie Mahmoud Mestiri 1966-1967
Drapeau de la Tunisie Fathi Zouhir 1967-1970
Drapeau de la Tunisie Abdeljelil Mhiri 1970-1971
Drapeau de la Tunisie Abdelaziz Lasram 1971-1977
Drapeau de la Tunisie Farid Mokhtar 1977-1980
Drapeau de la Tunisie Ridha Azzabi[41] 1980-1981
Drapeau de la Tunisie Farid Mokhtar 1981-1986
Drapeau de la Tunisie Mahmoud Mestiri 1986-1987
Drapeau de la Tunisie Ridha Azzabi 1987-1988
Drapeau de la Tunisie Hamadi Bousbiaâ 1988-1990
Drapeau de la Tunisie Farid Abbes 1990-1991
Drapeau de la Tunisie Ridha Azzabi 1991-1992
Drapeau de la Tunisie Chérif Bellamine 1992-1993
Drapeau de la Tunisie Hamadi Bousbiaâ 1993-1994
Pays Nom Période
Drapeau de la Tunisie Hammouda Ben Ammar 1994-1996
Drapeau de la Tunisie Saïd Néji 1996-1997
Drapeau de la Tunisie Chérif Bellamine 1997-2000
Drapeau de la Tunisie Farid Abbes 2000-2002
Drapeau de la Tunisie Chérif Bellamine 2002-2006
Drapeau de la Tunisie Kamel Idir 2006-2010
Drapeau de la Tunisie Jamel Atrous 2010-2010
Drapeau de la Tunisie Chérif Bellamine 2010-2010
Drapeau de la Tunisie Jamel Atrous 2011-2012
Drapeau de la Tunisie Slim Riahi 2012-
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Le Tunisien Mohamed Abdelaziz Agrebi est le premier entraîneur du Club africain lors de sa fondation. Mazarella est le premier à permettre au club de remporter le championnat (1947 et 1948), Fabio Roccheggiani le premier à permettre au club de remporter le doublé ; il détient également le record de longévité. Parmi les autres entraîneurs notables du club, on peut retenir André Nagy, Faouzi Benzarti, Ilie Balaci, René Exbrayat ou encore Abdelhak Benchikha.

Pays Nom Période
Drapeau de la Tunisie Mustapha Zmerli 1942-1943
Drapeau : Afrique du Sud Mazarella[Qui ?] 1947-1948
Drapeau de l'Italie Marc Orsoni 1948-1950
Drapeau de la Tunisie Youssef Ben Osman 1950-1952
Drapeau du Maroc Féthi Boucetta 1953-1954
Drapeau de la Tunisie Mahmoud Kouki[42] 1954-1955
Drapeau de la France Paul Barthes[43] 1955-1956
Drapeau de l'Algérie Ahmed Ben Foul 1956-1957
Drapeau de la Tunisie Ridha Bach Hamba[44] 1957-1958
Drapeau de l'Italie Fabio Roccheggiani[45] 1958-1967
Drapeau de l'Italie Luigi Rossellini[46] 1967-1968
Drapeau de l'Autriche Ernst Melchior[47] 1968-1969
Drapeau de la Hongrie André Nagy 1969-1971
Drapeau de la Tunisie Skandar Medelji[48] 1971-1972
Drapeau de la Tunisie Jamel Eddine Bouabsa 1972-1974
Drapeau de la Tunisie Ameur Hizem[49] 1974-1976
Pays Nom Période
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Alexander Gvozdenovic[50] 1976-1977
Drapeau de la Hongrie André Nagy[51] 1977-1981
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Zlatko Melic[52] 1981-1982
Drapeau de la Tunisie Mokhtar Tlili 1982-1984
Drapeau de la Hongrie André Nagy 1984-1985
Drapeau de la Tunisie Ahmed Zitouni 1985-1986
Drapeau de la Tunisie Amor Dhib 1986-1987
Drapeau de l'URSS Kazbek Tuaev (en)[53] 1987-1989
Drapeau de la Tunisie Faouzi Benzarti[54] 1989-1991
Drapeau : Roumanie Ilie Balaci 1991-1992
Drapeau de la France Marcel Husson[55] 1992-1993
Drapeau de la Pologne Bernard Blaut 1993-1994
Drapeau : Roumanie Mircea Radulescu 1994-1995
Drapeau de la France Jean Sérafin[56] 1995-1997
Drapeau de la France René Exbrayat 1997-1999
Drapeau de la Tunisie Faouzi Benzarti 1999-2000
Pays Nom Période
Drapeau de la France René Exbrayat 2000-2002
Drapeau de la Suisse Charles Roessli[57] 2002-2003
Drapeau de la Turquie Muhsin Ertugral[58] 2003-2004
Drapeau de la France Henri Stambouli[59] 2004-2005
Drapeau de la Tunisie Youssef Zouaoui[60] 2005-2006
Drapeau de la France Bertrand Marchand 2006-2007
Drapeau de l'Algérie Abdelhak Benchikha 2007-2009
Drapeau de la France Pierre Lechantre[61] 2009-2010
Drapeau de la France François Bracci[62] 2010-2011
Drapeau de la Tunisie Faouzi Benzarti[63] 2011-2012
Drapeau : Tunisie Nabil Kouki 2012-2013
Drapeau de la Tunisie Faouzi Benzarti 2013-2013
Drapeau des Pays-Bas Adrie Koster[64] 2013-2014
Drapeau de la France Daniel Sanchez 2014-
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Staff technique et médical[modifier | modifier le code]

Pays Nom Fonction Équipe
Drapeau de la France Daniel Sanchez Entraîneur Seniors
Drapeau de la Tunisie Maher Zdiri Entraîneur adjoint Seniors
Drapeau de la Tunisie Saber Abdellaoui Entraîneur adjoint Seniors
Drapeau de la Tunisie Safouane Hidri Entraîneur des gardiens Seniors
Drapeau de la Tunisie Ammar Nebigh Préparateur physique Seniors
Drapeau de la Tunisie Othmane Najjar Entraîneur chargé de l'évaluation Seniors
Drapeau de la Tunisie Mohsen Trabelsi Médecin Seniors
Drapeau de la Tunisie Mokhtar Messadi Physiothérapeute Seniors
Drapeau de la Tunisie Hamza Guesmi Physiothérapeute adjoint Seniors
Drapeau de la Tunisie Hamadi Ben Oudifa Physiothérapeute adjoint Seniors
Drapeau de la Tunisie Sami Touati Délégué Seniors
Drapeau de la Tunisie Sami Ben Sassi Délégué Seniors
Drapeau de la Tunisie Mahmoud Mzoughi Garde matériel Seniors
Drapeau de la Tunisie Hassene Aouini Garde matériel Seniors

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Pays Nom Fonction Équipe
Drapeau de la France Jean-Luc Ruty Directeur technique Jeunes
Drapeau de la Tunisie Kamel Kolsi Directeur Jeunes
Drapeau de la Tunisie Lotfi Mhaissi Directeur Jeunes
Drapeau de la Tunisie Naoufel Bayoudh Entraîneur Espoirs
Drapeau de la Tunisie Said Saibi Entraîneur adjoint Espoirs
Drapeau de la Tunisie Yamen Zelfani Entraîneur Juniors
Drapeau de la Tunisie Rafik Rouissi Entraîneur Juniors
Drapeau de la Tunisie Saber Abdellaoui Entraîneur Cadets A
Drapeau de la Tunisie Majed Brinis Entraîneur Cadets B
Drapeau de la Tunisie Sabri Bouhali Entraîneur Minimes A
Drapeau de la Tunisie Tarek Massoudi Entraîneur Minimes B
Drapeau de la Tunisie Mokhtar Naili Directeur de l'académie des gardiens Académie

Effectif[modifier | modifier le code]

Effectif professionnel (2014-2015)[modifier | modifier le code]

Le premier tableau liste l'effectif professionnel du Club africain pour la saison 2014-2015, le second recense les prêts effectués par le club lors de cette même saison.

Effectif Club africain de la saison 2014-2015
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[65] Nom Date de naissance Sélection[66] Club précédent
1 G Drapeau de la Tunisie Ben Mustapha, FaroukFarouk Ben Mustapha 1/7/1989 (25 ans) Tunisie CA Bizerte
22 G Drapeau de la Tunisie Lahouel, SeifeddineSeifeddine Lahouel 28/3/1995 (19 ans) Tunisie U-20 0 Formé au club
33 G Drapeau de la Tunisie Reguigui, RafikRafik Reguigui 10/2/1994 (20 ans)
0 Formé au club
2 D Drapeau de la Tunisie Ifa, BilelBilel Ifa 9/3/1990 (24 ans) Tunisie 0 Formé au club
34 D Drapeau de l'Algérie Belkaroui, HichemHichem Belkaroui 24/8/1990 (24 ans)
USM El Harrach
13 D Drapeau de la Tunisie Teka, SeifSeif Teka 20/4/1991 (23 ans)
US Monastir
- D Drapeau de la Tunisie Aidoudi, ZiyedZiyed Aidoudi
EA Guingamp
11 D Drapeau de la Tunisie Mikari, YassinYassin Mikari 9/1/1983 (31 ans) Tunisie FC Lucerne
3 D Drapeau de la Tunisie Haddadi, OussamaOussama Haddadi 28/1/1992 (22 ans)
0 Formé au club
4 D Drapeau de la Tunisie Agrebi, HamzaHamza Agrebi 21/3/1991 (23 ans)
0 Formé au club
25 D Drapeau de la Tunisie Dhaouadi, WalidWalid Dhaouadi 30/10/1994 (19 ans) Tunisie U-20 AS Marsa
8 M Drapeau de la Tunisie Nater, StéphaneStéphane Nater 20/1/1984 (30 ans) Tunisie FC Saint-Gall
20 M Drapeau du Ghana Salifu, SeiduSeidu Salifu 30/11/1993 (20 ans) Ghana U-20 Wa All Stars
6 M Drapeau de la Tunisie Ouedherfi, MahdiMahdi Ouedherfi 7/5/1995 (19 ans) Tunisie U-20 0 Formé au club
18 M Drapeau de la Tunisie Ghandri, NaderNader Ghandri 18/2/1995 (19 ans)
Arles-Avignon
23 M Drapeau de la Tunisie Mansour, HoucineHoucine Mansour
AS Gabès
26 M Drapeau de la Tunisie Ayadi, GhaziGhazi Ayadi 19/7/1996 (18 ans)
0 Formé au club
28 M Drapeau de la Tunisie Younes, MazhoudMazhoud Younes 29/7/1991 (23 ans)
AS Gabès
29 M Drapeau de la Tunisie Hedhli, MouradMourad Hedhli 1/1/1990 (24 ans)
CO Transports
5 M Drapeau de la Tunisie Khalil, AhmedAhmed Khalil 21/12/1994 (19 ans) Tunisie U-20 JS Kairouan
27 M Drapeau de la Tunisie Jbeli, ChihebChiheb Jbeli 26/5/1996 (18 ans) Tunisie U-20 0 Formé au club
10 M Drapeau de la Tunisie Meniaoui, ImedImed Meniaoui
ES Métlaoui
21 M Drapeau de la Tunisie Belaïd, TijaniTijani Belaïd 6/9/1987 (27 ans) Tunisie Moreirense FC
19 A Drapeau de l'Algérie Djabou, AbdelmoumeneAbdelmoumene Djabou 31/1/1987 (27 ans) Algérie ES Sétif
35 A Drapeau de la Tunisie Dhaouadi, ZouhaierZouhaier Dhaouadi Capitaine 1/1/1988 (26 ans) Tunisie Évian TG FC
30 A Drapeau de la Tunisie flèche vers la droite Khalifa, SaberSaber Khalifa 14/10/1986 (28 ans) Tunisie Olympique de Marseille
7 A Drapeau du Mali Touré, MalickMalick Touré 22/9/1995 (19 ans) Mali Djoliba AC
24 A Drapeau de la Tunisie Jaziri, SeifeddineSeifeddine Jaziri 12/2/1993 (21 ans)
CS Hammam Lif
17 A Drapeau de la Tunisie Zoghlami, ChihebChiheb Zoghlami 19/12/1991 (22 ans)
AS Djerba
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Tunisie Ammar Nebigh
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Tunisie Safouane Hidri
Médecin(s)
  • Drapeau : Tunisie Mohsen Trabelsi



Légende

Consultez la documentation du modèle


Joueurs prêtés
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
M Drapeau : Tunisie Hatten Baratli 9 janvier 1991 (23 ans) Tunisie Club athlétique bizertin
M Drapeau : Tunisie Maher Haddad 15 octobre 1988 (26 ans) Tunisie Al Shamal
M Drapeau : Tunisie Azer Ghali 19 octobre 1994 (20 ans) Étoile sportive de Métlaoui
A Drapeau : Tchad Ezechiel Ndouassel 3 janvier 1990 (24 ans) Tchad Paris Football Club
A Drapeau : Tchad Karl Max Barthélemy 18 avril 1988 (26 ans) Tchad Jeunesse sportive kairouanaise

Note : Le numéro 12 ne peut être donné à un joueur car il est attribué aux supporteurs. À la suite du décès de Lassaad Ouertani en janvier 2013, le numéro 14 est retiré.

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Joueur du Club africain de Tunis.

Depuis sa création, plusieurs joueurs ont marqué l'histoire du Club africain. Certains d'entre eux, de renommée internationale, ont été formés par le club, d'autres, recrutés dans le monde entier, ont largement contribué à écrire l'histoire du club.

Joueurs les plus capés
Nom Matchs
 Drapeau de la Tunisie Sadok Sassi 416[1]
 Drapeau de la Tunisie Hédi Bayari 311[67]
 Drapeau de la Tunisie Kamel Chebli 304[68]
 Drapeau de la Tunisie Samir Sellimi 274[69]
 Drapeau de la Tunisie Sami Touati 273[70]
 Drapeau de la Tunisie Moncef Khouini 270[71]
 Drapeau de la Tunisie Lotfi Mhaissi 267[72]
 Drapeau de la Tunisie Mohamed Salah Jedidi 266[73]
 Drapeau de la Tunisie Tahar Chaïbi 259[74]
Meilleurs buteurs
Nom Buts
 Drapeau de la Tunisie Hédi Bayari 127[2]
 Drapeau de la Tunisie Moncef Khouini 115[75]
 Drapeau de la Tunisie Mohamed Salah Jedidi 110[76]
 Drapeau de la Tunisie Sami Touati 97[77]
 Drapeau de la Tunisie Faouzi Rouissi 86[78]
 Drapeau de la Tunisie Hassen Bayou 76[79]
 Drapeau de la Tunisie Adel Sellimi 64[80]
 Drapeau de la Tunisie Khaled Touati 54[81]
 Drapeau de la Tunisie Tahar Chaïbi 53[82]

Mounir Kebaili est l'un des pionniers du club qu'il rejoint en 1938 avant de devenir titulaire en 1946 à la place d'une grande vedette, l'attaquant Hédi Ben Ammar. Il s'impose rapidement comme un ailier vif et un buteur patenté. Meilleur buteur du championnat en 1949, il marque 84 buts de 1946 à 1960 et remporte le championnat en 1947 et 1948 avec Ali Ben Brahim, un avant-centre redoutable. Hassen Zlassi, attaquant entre 1952 et 1962, s'affirme dès l'âge de 18 ans comme un compétiteur de premier rang et devient l'un des footballeurs emblématiques du Club africain après l'indépendance. Aux qualités techniques, il associe la rapidité et le sens du but. Après 147 matchs, un accident de la route survenu en 1962 le prive toutefois d'une carrière prometteuse. Sadok Sassi alias « Attouga » est formé au club et intègre vite les minimes. Actif de 1958 à 1979, il dispute 416 matchs, en faisant le joueur le plus capé, et remporte notamment cinq championnats et huit coupes. En 1963, il est sélectionné dans l'équipe de Tunisie de football à l'âge de 18 ans : il est titulaire lors de la CAN 1963 et l'un des principaux artisans de la qualification de la Tunisie pour la coupe du monde 1978 en Argentine, à une époque où l'Afrique ne peut qualifier qu'une nation en phase finale. Recordman des sélections en équipe de Tunisie avec 110 matchs, Mohamed Salah Jedidi est l'un des attaquants qui bénéficie de l'attention et de la patience de l'entraîneur Fabio Roccheggiani qui détecte son talent de buteur et décide de soigner sa technique ; il rejoint les seniors en 1958-1959 et devient progressivement un redoutable buteur. Évoluant de 1958 à 1969, il dispute un total de 266 matchs et marque 110 buts dont 98 en championnat et douze en coupe de Tunisie. En équipe nationale, il marque un total de 17 buts et remporte notamment la coupe arabe des nations en 1963.

À propos des joueurs de champ, on peut mentionner Ali Retima qui rejoint les seniors entre 1968 et 1978 en tant que libéro et parfois en tant que milieu de terrain défensif ; il dispute 237 matchs et marque 24 buts. On peut aussi retenir les défenseurs Abderrahmane Rahmouni (195 matchs et 41 buts) en 1964-1973, Taoufik Belghith, Ahmed Zitouni et Nejib Ghommidh, ainsi que les attaquants Tahar Chaïbi et Moncef Khouini (meilleur buteur du club en 1972), Hassen Bayou (205 matchs et 76 buts) en 1969-1979 ; ce dernier est considéré comme la « bête noire » de l'Espérance sportive de Tunis puisqu'il marque un triplé le 9 octobre 1977 (5-2). Dans les années 1980, on peut aussi retenir le gardien Mokhtar Naili (1969-1983), qui reste célèbre pour avoir été le portier de l'équipe nationale lors de la coupe du monde 1978, les défenseurs Kamel Chebli (1975-1987), qui dispute la coupe du monde 1978 avec la sélection nationale, et Lassaâd Abdelli (1980-1986). L'attaquant Hédi Bayari (224 matchs officiels entre 1973 et 1987) est le meilleur buteur de l'histoire du club, avec 127 buts dont 110 en championnat, et le meilleur buteur du championnat à trois reprises. Habib Gasmi dispute quant à lui 129 matchs pour 42 buts ; il est le meilleur buteur du championnat en 1981.

À l'heure des premières aventures africaines, au début des années 1990, le club parvient à renforcer son effectif grâce à des recrutements, comme celui de l'international algérien Fodil Megharia (1989-1993), et à quelques joueurs formés par le club tels Lotfi Mhaissi et les frères Samir et Adel Sellimi, Lotfi et Faouzi Rouissi, buteurs lors de la premier participation du club en coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe. L'équipe parvient à remporter la Ligue des champions de la CAF, le 23 décembre 1991, devenant ainsi le premier club tunisien à remporter ce titre. Parmi leurs coéquipiers lors de cette rencontre figurent Sabri Bouhali et Sami Nasri, issus de la formation du club.

D'autres joueurs ont marqué l'histoire du club : Lantame Ouadja (1995-1997), Tadjou Salou (1995-1996), Boubaker Ezzitouni, Sabri Jaballah, Sami Touati (meilleur buteur du championnat en 1996), Jameleddine Limam et l'international algérien Rezki Amrouche (vainqueur de la Ligue des champions arabes 1997, de la coupe 1998 et finaliste de la coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe en 1999).

Dans les années 2000, le Club africain permet à certains joueurs de se révéler, comme l'international marocain Abdeljalil Hadda alias « Kamacho ». L'international tunisien Karim Saïdi (2001-2004), révélé sous le maillot clubiste avant d'aller au Feyenoord Rotterdam, remporte la CAN 2004 sous les couleurs du club avec le gardien de but Khaled Azaïez (1999-2004). D'autres joueurs internationaux sont passés par le club tels que le capitaine Ali Boumnijel (2004-2007), Dramane Traoré (2005-2006) et Pierre Njanka (2006-2007).

Abdelhak Benchikha a permis l'éclosion de joueurs de talents, tels que Youssef Mouihbi (2007-2012), meilleur joueur tunisien en 2008, ou Wissem Ben Yahia (2003-2011), meilleur buteur du championnat en 2007-2008 et vainqueur du championnat avec des joueurs comme Lassaad Ouertani (2004-2009), Oussama Sellami (2004-2011) ou Adel Nefzi (2007-2011) qui bat un record du championnat avec 1 269 minutes de jeu sans encaisser le moindre but. C'est aussi sous son leadership que Zouhaier Dhaouadi (2006-2012), Khaled Souissi (2005- ) et Bilel Ifa (2007- ) ont fêté leur première sélection en équipe de Tunisie de même qu'Enam Mendamo Alexis (2007-2012) appelé en sélection du Cameroun. Les autres joueurs de l'effectif de la saison 2007-2008, vainqueurs du championnat, sont entrés dans l'histoire du club grâce à leurs performances.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Années 1920-1930[modifier | modifier le code]

  • Tunisie Mohamed Soudani
  • Tunisie Béchir Ben Amor
  • Tunisie Mahmoud Malouche
  • Tunisie Ezzeddine Bel Haj
  • Tunisie Manoubi Houari
  • Tunisie Mohamed Ayed
  • Tunisie Abderrahmen Kalfat
  • Tunisie Larbi Ben Yemina
  • Tunisie Ahmed Zeglaoui
  • Tunisie Ahmed Dhahak

Années 1930-1940[modifier | modifier le code]

  • Tunisie Frej Mestiri
  • Tunisie Mahmoud Toumi
  • Tunisie Ezzedine Behi
  • Tunisie Hassen El Kout
  • Tunisie Rachid Saiedi

Années 1940-1950[modifier | modifier le code]

Années 1950-1960[modifier | modifier le code]

Années 1960-1970[modifier | modifier le code]

Années 1970-1980[modifier | modifier le code]

Années 1980-1990[modifier | modifier le code]

Années 1990-2000[modifier | modifier le code]

Années 2000-2010[modifier | modifier le code]

Années 2010-2020[modifier | modifier le code]

Joueurs internationaux[modifier | modifier le code]

Avec l'Espérance sportive de Tunis et l'Étoile sportive du Sahel, le Club africain a historiquement accueilli les meilleurs joueurs tunisiens et fait partie des clubs qui fournissent le plus de footballeurs à l'équipe de Tunisie. Le joueur du Club africain qui a le plus souvent évolué avec la sélection nationale est le gardien Sadok Sassi, avec 117 matchs.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Honneurs individuels[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Meilleurs buteurs du Club africain.
Meilleurs joueurs Meilleurs buteurs Meilleurs gardiens de but
Ballon d'or tunisien (2) 
Meilleur footballeur tunisien (3) 
Meilleur buteur du championnat (12) 
Meilleur buteur d'Afrique (1) 
Meilleur gardien du XXe siècle en Tunisie 

Politique de recrutement[modifier | modifier le code]

Le Club africain assume une politique économique consistant à recruter et former de jeunes joueurs afin de leur donner une dimension internationale. Club disposant de son propre centre de formation, prenant le pari de remettre en selle certains joueurs confirmés mais qui ne sont plus en réussite au sein de leur club, ou découvrant de nouveaux talents au niveau international, il permet aux joueurs, dès leur reconnaissance sur la scène continentale, de rejoindre fréquemment des championnats aux moyens plus importants, comme la Ligue 1 française, la Liga, l'Eredivisie, etc.

Avant le début des années 1990, le centre de formation fournit des joueurs tunisiens de haut niveau à l'équipe première, comme Faouzi Rouissi et Adel Sellimi. Mais la participation du club aux compétitions africaines le pousse à procéder à des recrutements de haut niveau. Si les joueurs sont dans une grande majorité tunisiens, le club recrute aussi des joueurs africains, comme l'Algérien Fodil Megharia de l'ASO Chlef en 1989. Avec l'arrivée de Jean Sérafin puis de René Exbrayat, un grand nombre de joueurs issus de pays francophones évoluent au Club africain, tels les Togolais Tadjou Salou et Lantame Ouadja de l'Étoile Filante de Lomé en 1995, l'Algérien Rezki Amrouche de la Jeunesse sportive de Kabylie en 1997 et le Marocain Abdeljalil Hadda de l'Ittihad Djeddah.

Dans les années 2000 d'autres joueurs sont passés par le club tels que Aliou Siby Badara de l'ASEC Mimosas en 2001, Tarik El Taib d'Alahly Tripoli en 2003, Dramane Traoré de l'Ismaily SC en 2005 et Pierre Njanka du FC Istres en 2006.

Pendant le mercato d'été 2011, le principal transfert du Club africain est le départ de Wissem Ben Yahia au Mersin Idman Yurdu SK pour 800 000 dinars[19] et de Khaled Souissi, acheté par le club français de l'Athlétic Club Arles-Avignon pour 200 000 euros[20]. Le nouvel entraîneur, Faouzi Benzarti, décide de résilier les contrats de six joueurs et en recrute d'autres mais peu vont s'avérer convaincants, à l'image d'Aymen Ben Ayoub, Chaker Rguiî, Nafaa Jebali, Wajdi Jabbari et Rabii Ellafi. Pendant le mercato hivernal et à la suite de problèmes économiques, le contrat d'Enam Mendamo Alexis est cédé aux Zamalek pour 500 000 dollars[83].

Lors du marché des transferts de l'été 2012, suivant l'arrivée du président Slim Riahi, une modification de l'effectif a lieu : le club achète le milieu de terrain international algérien Abdelmoumene Djabou en provenance de l'Entente sportive de Sétif, pour trois millions de dinars[25], soit le plus gros transfert de l'histoire du championnat, Hatten Baratli du Club athlétique bizertin pour 700 000 dinars[26], Karl Max Barthélemy du Difaâ d'El Jadida pour 2,2 millions de dollars[27], Khaled Lemmouchia[28] et Maher Haddad pour trois millions de dinars, soit le plus gros transfert entre deux club tunisiens de l'histoire du championnat. Le Club africain cède dans le même temps Ézéchiel Ndouassel au Terek Grozny pour 4,7 millions de dinars[29]. Au total, le Club africain dépense plus de 30 millions de dinars[24].

Parmi les joueurs vendus à l'étranger figurent :

Structures du club[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Le Club africain a longtemps joué ses matchs à domicile, au stade municipal Géo-André, puis au stade olympique d'El Menzah situé à quelques kilomètres au nord de Tunis et doté de 45 000 places. Il dispute aussi certaines rencontres au stade olympique de Radès (60 000 places) tels que les matchs africains, le derby tunisois et les matchs face à l'Étoile sportive du Sahel.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Parc Mounir-Kebaili[modifier | modifier le code]

Le Parc Mounir-Kebaili ou parc A ouvre ses portes en 1999 à l'ensemble des joueurs professionnels et du personnel administratif. Il comporte l'administration du club, le centre de formation, quatre terrains en herbe et un terrain synthétique, une salle de musculation et une salle de soins pour les professionnels. On peut également y trouver un hôtel et la boutique officielle du club — une première pour un club tunisien — tous répartis sur une surface de sept hectares ; les terrains sont partagés entre les jeunes et les professionnels.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Communication et partenaires[modifier | modifier le code]

Logo de CA TV

Organes de communication[modifier | modifier le code]

Le site web officiel (www.clubafricain.com) est édité en français. De plus, le club a créé la CA TV dont l'objet est de produire et diffuser des contenus sur le club via les nouveaux médias (site web, web TV, réseaux sociaux et smartphones).

Le club diffuse également ses informations via El Ghalia FM, première radio officielle du club en Tunisie[84], son magazine officiel CA MAG et un service par SMS (CA SMS).

Une carte d'identité clubiste (CIC) a été éditée ; il s'agit selon le club d'une première en Tunisie[85].

Sponsors et équipementiers[modifier | modifier le code]

Une première dans l'histoire récente du Club africain, les maillots du club ne portent plus de logos de sponsors durant la saison 2012-2013, annonce faite par le directeur exécutif Christophe Maillol, le club ayant décidé de défendre deux causes humanitaires avec les logos de deux associations caritatives affichés sur le devant et l'arrière des maillots[86], une première pour un club tunisien.

Umbro est l'équipementier de l'équipe dès la saison 2014-2015 et ce dans le cadre d’un partenariat de quatre ans[87].

Identités et symboles[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillot[modifier | modifier le code]

Les couleurs rouge et blanc du Club africain sont le résultat de la volonté de ses fondateurs de rechercher une identité nationale. Pour ce faire, ils reprennent les couleurs du drapeau national. Le club utilise un maillot rouge et blanc, rayé d'abord verticalement durant ses premières années d'existence puis horizontalement ; les couleurs du short sont également le rouge et le blanc.

Principaux maillots utilisés à domicile par le Club africain

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1920-1930
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1930-1940
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1947-1948
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1975-1976
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1990-2000
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Maillot actuel

La couleur du club lorsqu'il joue à l'extérieur est traditionnellement le bleu. Le troisième maillot du club est utilisé généralement pour les coupes d'Afrique mais aussi dans le cas où les maillots habituellement portés à domicile et à l'extérieur sont trop ressemblants par rapport à ceux de l'adversaire. Le gris est la couleur majoritairement utilisée pour la Ligue des champions et la coupe de la confédération.

Principaux maillots utilisés à l'extérieur par le Club africain

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1920-1930
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1930-1940
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1947-1948
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1975-1976
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1990-2000
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Maillot actuel

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Le Club africain s'est inspiré pour son premier emblème des couleurs du drapeau tunisien, le rouge et le blanc, devenant la première et seule association sportive tunisienne de l'époque à arborer le croissant et l'étoile sur la poitrine de ses joueurs comme emblèmes d'un club[88].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Mascotte[modifier | modifier le code]

Namroud, mascotte officielle

Au début des années 1990, la mascotte du club est un tigre appelé Namroud qui porte le maillot du club de couleur rouge et blanche, un short rouge et des chaussettes montantes blanches. Il s'impose comme l'un des emblèmes du club pendant de nombreuses années. Par la suite, le club adopte une nouvelle mascotte, un tigre blanc se promenant avec un ballon.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Groupes de supporters[modifier | modifier le code]

Plusieurs groupes de supporters se déclarent rattachés au club ; leur principale fonction est d'encadrer le public et d'organiser des spectacles (appelés communément dakhla) lors des matchs. Deux sources de financement permettent au groupes de supporters de survivre : les ventes de produits dérivés (t-shirts, casquettes, pulls, écharpes, etc.) ainsi que les donations des membres et des supporters.

Joueurs clubistes remerciant les supporters

Les African Winners, fondé en 1995[89], est un groupe de supporters appartenant au mouvement ultra mais n'a aucun statut juridique, comme d'autres groupes ultras en Europe ; il est connu sous le nom de Curva Nord jusqu'en octobre 2003[89]. Les Leaders Clubistes sont un autre groupe de supporters ultras sa devise officielle est « Plus qu'un groupe, un style de vie »[90]. Parmi les autres groupes de supporters clubistes, on peut citer les North Vandals, les Dodgers Clubistes, les Africain United, les Yankee Clubistes et les Chicos Latinos. Tous se partagent la galerie nord, derrière le gardien de but, qui est l'endroit de rassemblement des « viragistes » (supporters se plaçant dans cette zone).

Nom Abréviation Date de création
African Winners AW95 1995
Leaders Clubistes LC03 2003
North Vandals NV07 2007
Dodgers Clubistes DC07 2007
Africain United AF08 2008
Chicos Latinos CL08 2008
Yankee Clubistes YC08 2008
Los Borrachos LB09 2009
African Fidelio AF09 2009
Smoke Boys SB09 2009
Résistance Clubiste RC09 2009
Soldados Clubistes SC10 2010
Coringa Extremista CE10 2010
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Rivalité[modifier | modifier le code]

Derby tunisois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Derby tunisois.

La plus longue rivalité du Club africain est celle avec l'autre équipe de Tunis, l'Espérance sportive de Tunis, qui est due au succès des deux clubs et à la proximité géographique des deux quartiers de Bab Jedid et Bab Souika. Ce sont les deux clubs les plus titrés de Tunisie avec un palmarès africain conséquent. Les derbys se déroulent généralement au stade olympique d'El Menzah ou de Radès. Le meilleur buteur lors des matchs opposant les deux clubs est Hassen Bayou avec neuf réalisations.

Derby tunisois du 13 février 1970

Le premier match entre les deux équipes après l'indépendance se dispute le 13 novembre 1955 ; le clubiste Mounir Kebaili inscrit à la 65e minute le premier but de l'histoire du derby depuis l'indépendance, son coéquipier Ridha Meddeb doublant la mise à la 71e et permettant à son club de s'imposer sur le score de 2 à 0 contre l'Espérance de Tunis ; le match est interrompu à la 85e minute à la suite de l'abandon du terrain par les joueurs de ce dernier club.

Le 5 mai 1985, le Club africain remporte le match sur le score de 5 à 1, affligeant à son adversaire sa seconde plus large défaite lors d'un derby après celle de 1978 qui s'est soldée par un score de 5 à 2.

Le 1er mai 2010, pour la première fois en championnat, un derby est disputé à huis clos.

Classico[modifier | modifier le code]

Il existe également des rivalités avec les supporters de l'Étoile sportive du Sahel, les deux clubs luttant régulièrement pour le titre de champion national, et le Club sportif sfaxien.

Jumelage et partenariat[modifier | modifier le code]

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Espoirs[modifier | modifier le code]

Palmarès de l'équipe espoirs du Club africain

Pour la saison 2012-2013, l'équipe espoirs du Club africain évolue en championnat de Tunisie espoirs sous la direction de Naoufel Bayoudh. L'équipe remporte le championnat par sept fois en 1966, 1968, 1976, 1990, 1991, 1992 et 2005 et la coupe de Tunisie espoirs par trois fois en 1991, 2001 et 2014. Cette équipe est un lien entre les sections jeunes et l'équipe professionnelle ; elle permet notamment aux joueurs du groupe professionnel, blessés de longue date, d'effectuer un retour à la compétition de manière progressive.

Jeunes[modifier | modifier le code]

Compétitions de jeunes
  • Championnat de Tunisie juniors (2)
  • Coupe de Tunisie juniors (3)
  • Championnat de Tunisie cadets A (2)
  • Championnat de Tunisie cadets B (1)
  • Coupe de Tunisie minimes (1)
  • Championnat de Tunisie minimes B (1)
  • Coupe de Tunisie minimes B (1)
  • Championnat de Tunisie minimes C (1)
  • Championnat de Tunisie écoles A (2)
  • Championnat de Tunisie écoles B (2)
  • Danone Nation's Cup Tunisie (4)

Le Club africain possède neuf formations de jeunes, de l’école de football aux juniors.

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 335 matchs en championnat, 37 en coupe et 14 en coupes maghrébines
  2. a et b 110 buts en championnat et 17 en coupe
  3. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  4. (fr) Histoire du Club africain
  5. Khélil Chaïbi, Les Gloires du Club Africain, éd. Khélil Chaïbi, Tunis, 2009, p. 12
  6. a, b, c, d et e (fr) Histoire du Club africain par Jalel Snoussi
  7. (fr) « Jusqu'au bout du suspens, le Club Africain sacré champion de Tunisie », Kawarji, 22 mai 2008
  8. (fr) « L21 : Le Club Africain gagne le derby et se place sur le fauteuil du leader », Kawarji, 1er mars 2009
  9. (fr) « Club Africain Vs Olympique Lyonnais », Mosaïque FM, 2 janvier 2010
  10. (fr) « Match amical : Le Club Africain fait match nul contre l'Olympique Lyonnais 1 partout », Kawarji, 6 janvier 2010
  11. (fr) « Club Africain : Habib Mejri pour remplacer Pierre Lechantre ? », Kawarji, 7 avril 2010
  12. (fr) « Jamel Atrous : « Voici mon histoire avec Belhassen Trabelsi » », Infosfoot, 22 décembre 2010
  13. (fr) « Chérif Bellamine, président du Club Africain : le revenant », Leaders, 14 juin 2010
  14. (fr) « UNAF-Coupe des clubs champions : Le Club Africain remporte le titre », Mosaïque FM, 29 décembre 2010
  15. (fr) « Kais Yaakoubi, nouvel entraîneur du Club Africain », Stade Plus, 29 décembre 2010
  16. (fr) « Jamel Atrous élu président du Club Africain », Mosaïque FM, 25 février 2011
  17. (fr) « L'assemblée générale élective du CA à 16h », Mosaïque FM, 25 février 2011
  18. (fr) « CA : Faouzi Benzarti nouveau coach ! », GlobalNet, 16 mai 2011
  19. a et b (fr) « Officiel : Wissem Ben Yahia avec le Mersin Idman Yurdu pour 3 ans », Hexafoot, 8 juin 2011
  20. a et b (fr) « Khaled Souissi à AC Arles Avignon pour deux saisons », Mosaïque FM, 21 juillet 2011
  21. (fr) Karim Ghanem, « Benchikha de retour au Club Africain », Foot-Africain.com, 17 décembre 2011
  22. (fr) Karim Ghanem, « Benchikha limogé », Foot-Africain.com, 20 avril 2012
  23. (fr) « Ligue 1 : Jamel Atrous quitte le Club Africain », Koora, 19 avril 2012
  24. a et b (fr) « Mercato d'été : le Club Africain a dépensé plus de 30 millions de dinars ! », Shems FM, 4 septembre 2012
  25. a et b (fr) « CA-Abdelmoumen Djabou accorde sa 1re interview à Shems FM », Shems FM, 10 juin 2012
  26. a et b (fr) « Officiel : Hatten Baratli rejoint le Club Africain », Koora, 5 juillet 2012
  27. a et b (fr) « Karl Marx rejoint le Club Africain au lieu de l'Espérance de Tunis », Tixup, 9 juillet 2012
  28. a et b (fr) « Transferts : Khaled Lemmouchia au Club Africain pour 2 ans ! », Koora, 14 août 2012
  29. a et b (fr) « Ezechiel Ndouassel transféré en Russie », Kawarji, 2 août 2012
  30. (fr) « Tunisie-Football : Benzarti quitte le Club Africain, Laâbidi assure l'intérim », Kapitalis, 24 mai 2013
  31. (fr) « Francis Narh rejoint le championnat tchèque », Mosaïque FM, 31 janvier 2014
  32. (fr) « Démission collective au Club africain : les raisons », Directinfo, 22 décembre 2013
  33. (fr) « Club africain : Landry Chauvin remplace Adrie Koster », Koora, 14 janvier 2014
  34. (en) Classement mondial des clubs (IFFHS)
  35. (en) « CAF Ranking of African Clubs », sur rsssf.com (consulté le 4 novembre 2012)
  36. (en) « Club du siècle en Afrique », sur iffhs.de (consulté le 4 novembre 2012)
  37. (en) « Classement mondial des clubs du XXIe siècle (2001-2010) », sur iffhs.de (consulté le 4 novembre 2012)
  38. (en) « La plus longue série à domicile sans défaite d‘une équipe », sur iffhs.de (consulté le 21 mars 2013)
  39. Lotfi Zahi, Aux origines du Club africain, éd. Karem Sharif, Tunis, 2012, p. 418-441
  40. « Les présidents du Club africain », Dialogue, no 404, 31 mai 1982
  41. Le premier mandat de Ridha Azzabi ne figure pas dans la liste de Lotfi Zahi qui l'attribue à Farid Mokhtar.
  42. Kouki est remplacé par Ozoro[Qui ?].
  43. Barthes est remplacé par Rachid Sehili.
  44. Bach Hamba est remplacé par Fabio Roccheggiani.
  45. Roccheggiani, décédé en fonction, est remplacé par Ridha Bach Hamba, Rabeh Krimou et Larbi Touati.
  46. Rossellini est remplacé par André Nagy puis Hmid Dhib.
  47. Melchior est remplacé par Mohamed Salah Jedidi suivi de Louis Dupal et André Nagy.
  48. Medelji est remplacé par Jamel Eddine Bouabsa.
  49. Hizem est remplacé par Mohamed Salah Jedidi puis Stefanovic Dietscha.
  50. Gozdenovic est remplacé par Jamel Eddine Bouabsa.
  51. Nagy est remplacé par Mohamed Salah Jedidi.
  52. Melic est remplacé par Ahmed Alaya.
  53. Tuaev est remplacé par Mohamed Gritli puis Hmid Dhib.
  54. Benzarti est remplacé par Amor Amri.
  55. Husson est remplacé par Youssef Zouaoui.
  56. Sérafin est remplacé par Amor Amri puis Faouzi Benzarti.
  57. Rosseley est remplacé par Mrad Mahjoub.
  58. Ertugral est remplacé par Moncef Chargui puis Youssef Zouaoui.
  59. Stambouli est remplacé par Nabil Maâloul puis Samir Sellimi.
  60. Zouaoui est remplacé par Kamel Chebli puis par Bertrand Marchand.
  61. Lechantre est remplacé par Habib Mejri.
  62. Bracci est remplacé par Mrad Mahjoub puis Kais Yaâkoubi et enfin Faouzi Benzarti.
  63. Benzarti est remplacé par Abdelhak Benchikha puis Patrick Liewig et enfin Bernard Casoni.
  64. Koster est remplacé par Landry Chauvin puis Mondher Kebaier.
  65. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  66. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  67. 273 matchs en championnat et 38 en coupe
  68. 264 matchs en championnat et 40 en coupe
  69. 201 matchs en championnat, 30 en coupe et 43 en compétitions internationales
  70. 216 matchs en championnat, 28 en coupe et 29 en compétitions internationales
  71. 215 matchs en championnat, 44 en coupe et 11 en coupes maghrébines
  72. 203 matchs en championnat, 32 en coupe et 32 en compétitions internationales
  73. 222 matchs en championnat et 44 en coupe
  74. 206 matchs en championnat, 43 en coupe et 10 en coupes maghrébines
  75. 81 buts en championnat, 27 en coupe et 7 en coupes maghrébines
  76. 98 buts en championnat et 12 en coupe
  77. 80 buts en championnat, 10 en coupe, 3 en coupes arabes et 4 en compétitions africaines
  78. 57 buts en championnat, 7 en coupe, 1 en coupes arabes et 21 en compétitions africaines
  79. 60 buts en championnat, 14 en coupe et 2 en coupes maghrébines
  80. 43 buts en championnat, 5 en coupe, 7 en coupes arabes et 9 en compétitions africaines
  81. 44 buts en championnat, 5 en coupe et 5 en coupes arabes
  82. 39 buts en championnat, 13 en coupe et 1 en coupes maghrébines
  83. (fr) « Club Africain : Alexis Mendomo transféré au Zamalek égyptien », Tunisie numérique, 15 janvier 2012
  84. (fr) « Première radio officielle du club : El Ghalia FM », Club africain, 10 septembre 2011
  85. (fr) « Les Tarifs de la C.I.C », Club africain, 28 septembre 2011
  86. (fr) « Le Club africain sans sponsors », Mosaïque FM, 9 novembre 2012
  87. (fr) « Officiel : Umbro nouvel équipementier du Club africain », Koora, 22 septembre 2014
  88. (fr) Premières couleurs (Club africain)
  89. a et b (fr) Histoire des African Winners
  90. (fr) Présentation générale des Leaders Clubistes
  91. (fr) « Signature du partenariat entre le CA et l'OL », Club africain, 4 janvier 2010
  92. (fr) « Protocole de jumelage entre le Club africain et Zamalek d'Égypte », Tunis Afrique Presse, 2 avril 2011
  93. a, b et c (fr) « CA - Les Minimes B, Cadets A et Juniors champions de Tunisie », Koora, 2 juin 2013
  94. (fr) « Les Minimes champions de Tunisie : CA 1 - ASA 0 », Club africain, 25 mai 2013
  95. a et b (fr) « Les Écoles A & B champions de Tunisie », Club africain, 21 mai 2012
  96. (fr) Karray Bradai, « Finale de la Coupe du monde de Danone — Nations Cup : les ambitions du CA », La Presse de Tunisie, date inconnue
  97. (fr) Danone Nations Cup 2008, Pros de la Com, 12 juin 2008
  98. (fr) « Danone Cup : Le Club Africain remporte la coupe », Kawarji, 12 juillet 2011
  99. (fr) « Danone Nation's Cup : Le Club Africain gagne le tournoi national », Kawarji, 6 juillet 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Khélil Chaïbi, Les Gloires du Club Africain, éd. Khélil Chaïbi, Tunis, 2009 (ISBN 978-9973-05-414-2)
  • Mohamed Kilani, Mémoire de football : l'histoire du football tunisien à travers les portraits de ses gloires, Tunis, 1998 (ISBN 9973310861)
  • Abdelmajid Msellati, Club africain. 80 années de gloire, éd. Oméga, Douar Hicher, 2001 (ISBN 9973410939)

Lien externe[modifier | modifier le code]