Cloque du pêcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cloque.
Cloque du pêcher
Image illustrative de l'article Cloque du pêcher
Symptômes de boursouflures sur feuilles de nectarinier.

Type Maladie fongique
Noms communs Cloque du pêcher,
Cloque de l'amandier
Agents Taphrina deformans
Hôtes Pêcher, amandier
Code OEPP TAPHDE

La cloque du pêcher, ou cloque de l'amandier, est une maladie cryptogamique du pêcher et de l'amandier, due au champignon Taphrina deformans (ascomycètes) qui se traduit par des déformations des feuilles, et qui peut causer d'importants dommages aux arbres producteurs de pêches et de nectarines.

Description[modifier | modifier le code]

La cloque est une maladie assez répandue. Elle doit son nom aux boursouflures que montrent les feuilles infectées. Elle s'attaque aux feuilles, aux jeunes pousses et parfois aux fruits qu'elle altère en surface. Les feuilles atteintes changent de couleur et deviennent généralement rouges ou vert pâle. Surtout, elles prennent un aspect tordu et enroulé puis s'épaississent et se boursouflent lorsque l'infection progresse.

L'évolution naturelle de la maladie est un brunissement des feuilles, qui se flétrissent et tombent de l'arbre à la fin juin ou début juillet. De plus les rameaux terminaux dépérissent, ce qui empêche le développement des fruits, l'année de l'infection, et le réduit l'année suivante. L'arbre devient plus fragile, et cette perte répétée des feuilles au printemps peut conduire à la mort de l'arbre après quelques années.

Cause de l'attaque[modifier | modifier le code]

Les spores du champignon Taphrina deformans, produites sur les feuilles infectées, sont capables de subsister toute une saison sous les écailles des bourgeons, et de s'y infiltrer en hiver lorsque les bourgeons foliaires, sortant de leur dormance, commencent à gonfler puis à s'ouvrir (janvier/février). L'infection nécessite un minimum de 12,5 heures de pluie aux températures <16 degrés Celsius [1].

Action préventive[modifier | modifier le code]

Il existerait différents moyens de prévention:

  • Choisir des cultivars de pêchers partiellement résistants, par exemple 'Bénédicte'[2].
  • Protéger l'arbre contre la pluie pendant les mois de janvier à mai[3].


Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement doit se faire à la fin de l'automne, une fois que toutes les feuilles sont tombées, et à la fin de l'hiver, avant l'ouverture des bourgeons. L'arbre doit être traité à la bouillie nantaise, au cuivre par une pulvérisation soigneuse de bouillie bordelaise ou avec un mélange des deux additionné de zinc.

Une pulvérisation de décoction d'ail pure en début de végétation est également efficace[4]. Traiter tous les 3 jours pendant 9 jours.

Seuls les traitements préventifs sont efficaces. Les traitements effectués après l'ouverture des bourgeons, ou pendant l'été, sont inefficaces[5]. Une pluie lors de la pulvérisation ou immédiatement après, peut en limiter de beaucoup l'efficacité.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rossi, V. et al. (2006). Influence of Environmental Conditions on Infection of Peach Shoots by Taphrina deformans. Phytopathology 96:155-163. <http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18943918>
  2. LWG [Bavarian State Institute for Viticulture and Horticulture]. Field trials on peach and nectarine trees regarding peach leaf curl.<http://www.lwg.bayern.de/gartenbau/obstbau/17687/>
  3. Royal Horticultural Society. Peach Leaf Curl.<http://apps.rhs.org.uk/advicesearch/profile.aspx?pid=232>
  4. Les maladies et ravageurs des pêchers.
  5. Les champignons parasites des arbres fruitiers à noyau, Maurice Ponsot, 1967

Lien externe[modifier | modifier le code]