Cloche de Batoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La cloche de Batoche est une cloche argent d'église de 20 livres, qui fut saisie en 1885 comme butin de guerre de la communauté métisse de Batoche (maintenant en Saskatchewan) par des soldats ontariens, après leur victoire à la Bataille de Batoche contre la Rébellion du Nord-Ouest.

Origine de la cloche[modifier | modifier le code]

En 1884, un missionnaire breton (rennais) venu de France[1],[2],[3], le Père Julien Moulin de l'église de paroisse de Batoche, deux ans après avoir remplacé le père Valentin Végreville[4] a demandé une cloche pour son église.
Selon la coutume, la cloche a été « baptisée » par l'évêque local, qui était Vital-Justin Grandin du diocèse de Saint-Albert le 2 septembre 1884. Il alors été donné à cette cloche le nom « Marie-Antoinette » en lui apposant l'inscription « Vital-Justin Grandin, évêque de Saint-Albert ».

Saisie[modifier | modifier le code]

Pendant la Rébellion du Nord-Ouest, la communauté de Batoche a servi comme capitale de la rébellion métisse. Après plusieurs pertes pour les Métis et leurs alliés indigènes à Duck Lake, Fort Pitt, Fish Creek, et Cut Knife, la milice canadienne (sous l'officier britannique Middleton) a finalement réussi à écraser la résistance métisse à Batoche. Ils y ont capturé le chef métis, Louis Riel.

La cloche de Batoche a été saisie par les soldats victorieux et apportée en Ontario. À Millbrook, la ville d'origine de quelques soldats, elle resta accrochée pendant plusieurs décennies dans la caserne de pompiers. En 1991, elle était conservée dans la salle de la Légion royale canadienne de Millbrook.

Polémique et vol[modifier | modifier le code]

Les Métis de Saskatchewan avaient essayé plusieurs fois depuis 1885 de récupérer la cloche. En 1990, ils ont envoyé une autre demande pour son retour. Un rapport de CBC sur la réaction à cette demande a cité un membre de la légion de Millbrook qui a dit : « Vous avez essayé de détruire le pays et nous vous avons arrêté... Maintenant nous avons la cloche. Elle est à nous. »[5]

En octobre 1991, Yvon Dumont, président de la Fédération des Métis du Manitoba, a visité la salle de légion où la cloche a été gardée, accompagné de plusieurs autres Métis. On les a photographiés devant la cloche.

Une semaine plus tard, la cloche a été volée pendant la nuit. On a pris aussi quelques médailles d'un sergent Ed McCorry, un soldat de Millbrook qui avait été présent à la bataille de Batoche.

Depuis cet incident, le lieu où se trouve la cloche n'est pas publiquement connu. Yvon Dumont a dit qu'il ne connaissait pas l'identité des voleurs, mais plus tard il a dit : « si c'est une personne métisse qui l'a fait, je considérerais cette personne comme un héros, pas un criminel. »

Dans un article de Globe and Mail du 8 octobre 2005, Gary Floyd Guiboche, un Métis du Manitoba qui a visité la cloche avec Dumont en 1991, a admis avoir volé la cloche. Il a refusé d'identifier son associé dans le vol, qui, a-t-il dit « a caché la cloche trop long sans aucune raison. » Il dit que son associé avait pris les médailles de McCorry en tant que « remboursement »[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Villerbu, Tangi (2007). Une histoire culturelle du missionnaire : Julien Moulin, du diocèse de Rennes au Nord-Ouest canadien, 1830-1878 (A cultural history of the missionary : Julien Moulin, from the diocese of Rennes to North-western Canada, 1830-1878). In Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest (Vol. 114, No. 3, pp. 7-34) Sept. 2007, Univ de haute-Bretagne.
  2. Foran, T. P. (2011) “Les gens de cette place”: Oblates and the evolving concept of métis at Île-à-la-Crosse (Doctoral dissertation, University of Ottawa)
  3. Levasseur, D. (1995) Les Oblates de Marie Immaculée Dans L'Ouest Et Le Nord Du Canada, 1845-1967: Esquisse Historique. University of Alberta ([ http://books.google.fr/books?id=orEK4UNtbeYC&dq=%22Julien+Moulin+%22+&lr=&hl=fr&source=gbs_navlinks_s Présentation par Google Books]).
  4. Delorme, Madeleine. Ludger Gareau.
  5. (en) War trophy stays put, CBC News, 16 juin 1990
  6. (en) Police take new look at Bell of Batoche case, Globe and Mail, 12 October 2005

Références[modifier | modifier le code]