Clionaidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Clionidae.

Clionaidae est une famille d'éponges capables de perforer des substrats calcaires (roche, coquilles) en attaquant le carbonate de calcium des coraux, roches calcaires ou coquilles de mollusques qu'elles colonisent. Ces espèces sont appelées « boring sponges » (éponges perforantes) par les anglophones.

Entobia (traces de colonisation par une éponge) dans une coquille de nasse réticulée (Nassarius reticulatus). L'occupant de ces trous était probablement l'éponge Cliona celata, qui en fragilisant les coquilles accélère leur érosion et transformation en sable coquiller. On parle ici de bioérosion.

Elles creusent leur substrat par une double action de dissolution chimique et mécanique (voir l'article Cliona celata pour plus de détails sur la manière dont l'éponge creuse et aménage son substrat).

Elles font partie de la classe des démosponges (Demospongiae). On ignore si elles sont ou non en régression. Leur statut n'a pas été étudié par l'UICN.

Les traces fossiles laissées par les éponges perforantes après leur mort (trous, ou galeries et chambres) sont appelées Entobia.
Ces traces fossiles (anciennes ou récentes) sont utilisées en paléontologie, et plus précisément en paléoichnologie (étude des traces anciennes de la vie), pour reconstituer ou étudier les paléoenvironnements.

Habitat[modifier | modifier le code]

Ce sont des espèces marines, mais certaines tolèrent une moindre salinité. Certaine espèces trouvées sur les huitres devant la Louisiane (C. celata Grant, C. lobata Hancock, C. vastifica Hancock et C. truitti Old) en raison de tolérance différente à l'eau douce ont même été considérées comme bioindicatrices du caractère plus ou moins saumâtre de l'eau, ce qui a permis de diviser les eaux estuariennes de la Louisiane en 6 catégories selon qu'on y trouve ou non ces espèces, et en particulier C. truitti (caractéristique d'une eau peu salée) et C. celata (forte salinité)[1].

Dans les cycles biogéochimiques, elles contribuent, et depuis longtemps (Cf. fossiles) ainsi aux processus de bioérosion des carbonates de calcium biosynthétisés.

Biologie, formes[modifier | modifier le code]

Les Clionaidae sont surtout cryptique (c'est-à-dire cachée dans leurs substrat) et elles ne présentent pas de structure interne aquifère particulièrement complexe. Les microsclères sont composés de raphides ou spirasters à formes complexes ou lisses[2].

on distingue trois formes de croissance pour ces éponges[2] :

  • la forme alpha ; dans ce cas, l'éponge n'est quasiment pas visible, car enfouie dans une roche ou une coquille, vivant dans les chambres et galeries qu'elle a excavé dans le matériau calcaire. Seule les papilles sont visibles, autour des évents d'entrée ou de sortie de l'eau.
  • la forme bêta existe chez certaines espèces : elle apparait par la fusion des papilles à l'extérieur du substrat, plus ou moins régulièrement.
  • la forme gamma est beaucoup plus rare : elle correspond à une croissance de l'éponge hors de son substrat. À ce stade quand il advient, certaines espèces peuvent former de grandes colonies de forme irrégulière et massive ou en forme de tasse. Très rarement la surface peut être entièrement lisse.

Classification[modifier | modifier le code]

Les premiers naturalistes scientifiques les ont d'abord classé comme étant à moitié cnidaires et à moitié éponge.

Il a fallu beaucoup de temps et de preuves scientifiques pour confirmer leur nouveau statut de participant actif à la bioérosion.
Les deux premiers scientifiques a leur avoir donné le statut d'éponge vraie, bien qu'étant endolithiques et capables d'utiliser des processus chimiques et mécaniques pour creuser la roche furent vers 1880 Hancock et le russe Nasonov[3]. Ils ont fait l'objet de contestations cinglantes de la part de leur pairs, qui ont notamment vivement contesté la notion de bioérosion active[4].
Ce n'est qu'au milieu du XXe siècle que ce concept a été fermement démontrés que la recherche sur ces espèces a connu un bond significatif, notamment grâce aux travaux de Pomponi et Hatch sur l'ultrastructure des cellules spécialisées dans la perforation des carbonate de calcium durs et leur capacité à synthétiser des enzymes (anhydrase carbonique & phosphatase acide probablement) pour dissoudre des minéraux normalement insolubles. Ces éponges se montrent en outre capables de produire de petits copeaux de carbonate qu'elles évacuent au fur et à mesure de la croissance de la colonie cellulaire[4].
Cependant les agents exacts impliqués dans la dissolution n'ont pas été identifiés et la recherche s'est atténuée dans ce domaine à partir des années 1980[4]

Huit genres étaient considérés comme valides dans cette famille sen 2002 par Klaus Rützler [2] ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Old, M. C. (1941), The taxonomy and distribution of the boring sponges (Clionidae) along the Atlantic Coast of North America. Chesapeake BioI. Lab. Publ., No. 44: 1-30.
  • Old, M. C. (1942) The boring sponges and their effect on shellfish culture. Address at National Shellfisheries Association meeting, Philadelphia, June 1942.
  • Klaus Rützler, (2002), Family Clionaidae D’Orbigny, 1851 ; Systema Porifera: A Guide to the Classification of Sponges, Edited by John N.A. Hooper and Rob W.M. Van Soest ; Kluwer Academic/Plenum Publishers, New York (contient une clé de détermination pour les 8 genres inclus dans cette famille)
  • Topsent, Emile, (1887), Contribution a l'étude des Clionides. Arch. Zool. expo gen., Ser. 2, 5

(bis suppl.): 1-165.

  • Topsent, Emile, (1900), Étude monographique des Spongiaires de France. III. Monaxonida (Hadromerina). Arch. Zool. expo gen., Ser. 3,8:1-331.
  • Topsent, Emile, (1932), Notes sur des Clionides. Arch. Zool. expo gen., 74:549-579.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hopkins, Sewell H. Notes on the Boring Sponges in Gulf Coast Estuaries and their Relation to Salinity ; Bulletin of Marine Science, Volume 6, Number 1, 1956, pp. 44-58(15) Publisher: University of Miami - Rosenstiel School of Marine and Atmospheric Science (Résumé, et texte complet en accès libre, en anglais)
  2. a, b et c Klaus Rützler, (2002), Family Clionaidae D’Orbigny, 1851 ; Systema Porifera: A Guide to the Classification of Sponges, Edited by John N.A. Hooper and Rob W.M. Van Soest ; Kluwer Academic/Plenum Publishers, New York
  3. Nasonov, N. 1883. Zur Biologie und Anatomie der Clione. Z. w·ss. Zool., 39:295-308. 1924. Sur l'éponge perforante Clione stationis Nason. et le procédé du creusement des galeries dans les coquilles d'huitres. C. R. Acad. ScL, U.R.S.S., 1924:113-115.
  4. a, b et c Christine H. L. Schönberg ; A history of sponge erosion: from past myths and hypotheses to recent approaches Current Developments in Bioerosion ; Erlangen Earth Conference Series, 2008, II, 165-202, DOI: 10.1007/978-3-540-77598-0_9