Clinique de La Borde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Borde.

La clinique de Cour-Cheverny (Loir-et-Cher) dite clinique de La Borde est un établissement psychiatrique fondée en 1953 par le Dr Jean Oury qui a fortement contribué à développer la psychothérapie institutionnelle et qu’il a dirigé jusqu'à sa mort en 2014. Ce lieu continue à recevoir des patients selon des mêmes principes et il est considéré comme une référence dans ce domaine.

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Jean Oury a raconté lui-même, dans une interview au journal Libération, les circonstances mémorables de la création de La Borde. Il dirigeait alors une autre clinique psychiatrique dans le même département. L'administration de l'établissement refusant de faire les travaux qui s'imposaient dans ce lieu, il décide de partir avec trente-trois malades, les sept restant n'étant pas en état de marcher. Le groupe commence alors une vie errante :

« À dormir à droite, à gauche dans des hôtels. Trouvant quelques jours refuge dans une maternité. Puis sur les routes. Jean Oury et ses malades ont erré deux semaines. Les infirmiers avec lui. Et, le 3 avril, ils débarquent dans le vieux château en ruine de La Borde. »

Les débuts furent particulièrement difficiles car l'équipe manquait cruellement de ressources matérielles. Dans le numéro 21 de la revue Recherches consacré aux dix premières années de La Borde, on apprend que, les premiers temps, il n'y avait que deux voitures (privées) pour l'ensemble des transports des soignants et des patients alors que le village le plus proche est à quatre kilomètres et la ville à treize kilomètres.

Mais le fondateur de La Borde et son équipe tireront profit de cette situation. En appliquant complètement les principes de la psychothérapie institutionnelle, les patients et les soignants se constituent en commissions chargées des divers aspects matériels de la vie collective.

Pour échapper au statut de clinique privée de luxe, Oury demande d'emblée à ce que l'établissement soit agréé par la sécurité sociale, ce qui est obtenu en juin. Les démarches sont également entreprises auprès de l'aide sociale de la SNCF, et autres grands organismes subventionneurs pour permettre aux patients de toutes les catégories sociales d'être pris en charge. Ces démarches se concrétiseront dans la mesure où l'activité de Jean Oury dans le département avait déjà été reconnue. Un agrément pour 29 lits lui est bientôt accordé alors que 30 patients sont déjà pris en charge.

Dans les dix mois suivants, les huit infirmiers de l'équipe fondatrice recevront l'appui d'une dizaine de personnes (cuisiniers, femmes de ménage, veilleuse de nuit, etc.) qu'il faudra former aux principes de la psychothérapie institutionnelle.

Un lieu exemplaire de psychothérapie institutionnelle[modifier | modifier le code]

En accord avec ces principes La Borde fonctionne dès sa fondation sur la création de commissions où, ensemble, soignants et patients prennent en charge les problèmes matériels et décisionnels concernant le lieu de soin.

Selon les principes de la psychothérapie institutionnelle, cette prise en charge commune a des effets « thérapeutiques » car les patients voient leur activité psychique déportée sur d'autres problèmes que leur mal de vivre et les échanges dans les commissions favorisent la réinsertion sociale, l'apprentissage de la vie en commun, l'acceptation de l'autre, l'apprentissage de la frustration.

Très vite La Borde connut une renommée nationale puis internationale. Attirant de nombreux psychiatres et infirmiers, l'établissement a connu une période d'essor considérable autour de personnalités de renom :

  • le psychanalyste et philosophe Félix Guattari qui y a travaillé toute sa vie ;
  • l'instituteur et éducateur Fernand Deligny qui est parti pour les Cévennes vivre avec des enfants autistes, le premier enfant qu'il a accompagné était un enfant autiste soigné à la Borde ;
  • le Dr Claude Jeangirard qui a créé la clinique de La Chesnaie et, plus tard, le Dr René Bidault qui a fondé la clinique de Freschines ;

En France, il existe 160 cliniques psychiatriques privées de type libéral. Toutes ne pratiquent pas la psychothérapie institutionnelle de façon systématique. Les prises en charge sont plus diversifiées notamment pour les dépressions, l'anorexie, la gérontopsychiatrie, etc. mais toutes ont subi l'influence de La Borde. Les cliniques psychiatriques de France sont représentées par l'UNCPSY, elle-même affiliée à la fédération de l'hospitalisation privée (FHP).

La Borde aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La clinique de La Borde a été dirigée par Jean Oury jusqu'à sa mort en 2014. Sa capacité d'accueil est de 107 lits et elle comporte maintenant une structure dite hôpital de jour de 15 places[1].

La Borde est connue pour ses pièces de théâtre montées tous les étés aussi bien par des pensionnaires que par des soignants. Nicolas Philibert en a fait un film intitulé La moindre des choses.

Une séance de projections consacrée à La Borde, en présence de Jean-Claude Polack (psychiatre et psychanalyste et directeur de publication de la revue de schizo-analyse Chimères) et du réalisateur François Pain a été organisée le 14 janvier 2009 au cinéma Le Méliès de Montreuil par la structure de programmation de films Le peuple qui manque[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Polack, Danielle Sivadon, La Borde ou le Droit à la folie, Calmann-Lévy, Paris, 1976.
  • Ginette Michaud, La Borde... un pari nécessaire, Gaulthier-Villars, Paris, 1977.
  • Félix Guattari « Histoires de La Borde » Recherches no 21, mars-avril 1976.
  • Recherches no 36, « Déraisonances » mars 1979.
  • Antonella Santacroce, « La souffrance sans partage », dans Les Temps modernes, no 582, 1995.
  • Libération, no  du 27 juin 1998, portrait de Jean Oury par Éric Favereau.
  • Marie Depussé, « Dieu gît dans les détails »], Paris, P.O.L, 1993 (une chronique poétique des jours ordinaires de La Borde).
  • Félix Guattari, Marie Depussé, De Leros à La Borde Précédé de Journal de Leros, Paris, Nouvelles Éditions Lignes, impr. 2011, cop. 2012. (OCLC 800988369)

Filmographie[modifier | modifier le code]

« La Borde ou le droit à la folie est une lumineuse balade à la clinique La Borde, qui nous mène à la rencontre des malades, de Jean Oury ou de Guattari et d’une vie collective en train de s’inventer. Des réunions de parole, autour du film en train de se faire, le temps qui coule, une certaine forme de douceur, l’utopie palpable ordonnent la mise en scène du film. »[3]

« Ensemble nous incarnons un seul corps qui n’appartient à personne, le corps de la terre » Min Tanaka. « Variation atmosphérique », « molécule imperceptible », depuis son « laboratoire de météorologie du corps », le danseur japonais butô Min Tanaka, à la fois humain et animal, minéral et végétal, enfant et vieillard, fou et mendiant, suscite l’émotion des résidents de La Borde, et offre, par sa danse chaosmique, une expérience unique. François Pain est réalisateur et auteur de nombreux films liés aux expériences de psychiatrie alternative. Grand complice de Félix Guattari, il a travaillé durant sept ans à la clinique de La Borde. Il participe à l’épopée des radios libres (1977/1981), cofondateur de la Fédération de Radios Libres Non Commerciales, de Radio Tomate FPP, de « Canal Déchaîné » (1991) et de « Chaosmédia » (1994)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après le site de Union Nationale des Amis et Familles de malades psychiques [1]
  2. lepeuplequimanque.org
  3. a et b le peuple qui manque / Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros
  4. [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

v · d · m
Psychanalyse
Articles généraux Histoire · Métapsychologie · Cure psychanalytique · Psychanalyse en France · Dans le monde · Écoles  · Psychanalyste · Inconscient
Principaux concepts Sexualité infantile (Stade autoérotique · Stade oral · Stade anal · Stade phallique · Période de latence · Stade génital· Scène primitive · Appareil psychique · Première topique (Conscient · Préconscient · Inconscient· Seconde topique (Ça · Moi · Surmoi· Libido · Transfert · Sublimation · Résistance · Mécanisme de défense · Principe de plaisir · Principe de réalité · Pulsion de mort · Pulsion de vie · Position dépressive · Bon article Complexe d'Œdipe · Ambivalence · Névrose · Introjection · Position schizo-paranoïde · Identification projective · Après-coup · Attention flottante · Envie et gratitude · Perlaboration · Souvenir écran · Idéalisation
Psychanalystes Karl Abraham · Didier Anzieu · Piera Aulagnier · Wilfred Bion · José Bleger · Marie Bonaparte · Erik Erikson · Horacio Etchegoyen · Ronald Fairbairn · Sandor Ferenczi · Anna Freud · Article de qualité Sigmund Freud · André Green · Ernest Jones · Melanie Klein · Heinz Kohut · Bon article Jacques Lacan · Jean Laplanche · Margaret Mahler · Pierre Marty · Joyce McDougall · Donald Meltzer · Alain de Mijolla · Francis Pasche · Paul-Claude Racamier · Heinrich Racker · Otto Rank · Wilhelm Reich · Henri Rey · Hermann Rorschach · Raymond de Saussure · Hanna Segal · John Steiner · Donald Winnicott
Critiques Pierre Janet  · Article de qualité Carl Gustav Jung · Henri Ellenberger · Karl Popper · Mikkel Borch-Jacobsen · Critique de la psychanalyse
Associations professionnelles Association psychanalytique internationale · Sanatorium Schloss Tegel, clinique psychanalytique · Institut psychanalytique de Berlin · Fédération européenne de psychanalyse · Société psychanalytique de Paris · École freudienne de Paris · Association psychanalytique de France · École de la cause freudienne · Société suisse de psychanalyse