Clifford Curzon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Clifford Curzon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Clifford Curzon (1960)

Naissance 18 mai 1907
Londres,
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Décès 1er septembre 1982 (à 75 ans)
Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale pianiste
Activités annexes Professeur
Lieux d'activité Royal Academy of Music
Maîtres Artur Schnabel, Nadia Boulanger, Wanda Landowska

Clifford Curzon (né le 18 mai 1907 à Londres et mort le 1er septembre 1982) est un pianiste classique de nationalité britannique.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Il fut détecté comme pianiste prometteur au moment de l'adolescence. Encore très jeune, il fut nommé à la Royal Academy of Music comme professeur de piano adjoint. Il reçut un véritable choc en allant écouter un récital du pianiste allemand Artur Schnabel à Londres. C'est alors qu'il mit fin à ses engagements en Grande-Bretagne pour aller étudier avec Artur Schnabel à Berlin de 1928 à 1930. Ensuite, il étudia avec Nadia Boulanger et la claveciniste Wanda Landowska à Paris, à partir de 1930.

Il interpréta particulièrement les œuvres de Mozart, Schubert, Brahms et Beethoven. Il a enregistré presque exclusivement pour le label Decca.

Parmi les chefs d'orchestre avec lesquels il travailla, on peut citer Rafael Kubelik quand celui-ci dirigeait l'orchestre de la Radio Bavaroise, Benjamin Britten, István Kertész, George Szell, Pierre Boulez (avec le BBC Symphony Orchestra).

Critiques musicales[modifier | modifier le code]

Extrait de la revue Gramophone sur un enregistrement des concertos pour piano de Mozart: « Quand on entend Mozart joué ainsi, on réalise à quel point la plupart des autres interprétations sont superficielles »[1]

Extrait de la revue Gramophone à propos de son enregistrement du premier concerto de Brahms: « Curzon s'est surpassé et a donné l'interprétation de sa vie...une magnifique version, immortalisée à juste titre »[2]

Extrait du Grove Dictionary of Music and Musicians: « Dans les mouvements lents des concertos du Mozart mûr.....une combinaison exceptionnelle d'énergie et de calme Olympien lui a valu le titre pratiquement incontesté de "plus grand mozartien vivant"... »[3]

Il a dit[modifier | modifier le code]

Extrait d'une lettre envoyée le 10 décembre 1967 à son nouveau producteur chez Decca, Ray Minshull, après des séances d'enregistrement de concertos pour piano de Mozart:

« Votre très aimable lettre, écrite après nos premières séances d'enregistrement ensemble, m'a donné un bon coup de fouet (je suis toujours profondément déprimé par ces rendez-vous avec la postérité). »[4]

Discographie[modifier | modifier le code]

Nombreux enregistrements, dont :

  • Mozart : Concertos pour piano n° 20,23,24,26,27. Disques CD Decca 468 492-2 et 468 493-2, enregistrements entre 1967 et 1970.
  • Brahms : Concerto pour piano N°1. Avec l'Orchestre Symphonique de Londres dirigé par George Szell, enregistré en mai 1962. Disque CD Decca 466 376-2.
  • Complete Recordings : Clifford Curzon Edition. Disques CD Decca 478 4389, 23 CD + 1 DVD

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cité dans la notice de présentation des disques CD Decca 468 492-2 et 468 493-2, traduction pour Decca de Dennis Collins, 2001.
  2. Cité dans la présentation du disque CD Decca 466 376-2 avec le premier concerto de Brahms.
  3. Cité dans le texte de présentation rédigé par Erich Mauermann pour le disque CD audite 95.453, 1997.
  4. Cité par Cyrus Meher-Homji (musicologue) dans la notice de présentation des disques CD Decca 468 492-2 et 468 493-2, traduction pour Decca de Dennis Collins, 2001.