Clements Markham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Markham (homonymie).
Clements Markham

Sir Clements Robert Markham, né à Stillingfleet (Yorkshire) le 20 juillet 1830 et mort à Londres le 30 janvier 1916, est un explorateur, écrivain, géographe et officier britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1844, il entre à la Royal Navy, où son navire est envoyé à la recherche de l'expédition Franklin disparue. Promu lieutenant à son retour, il prend sa retraite militaire le 28 décembre 1851.

Il explore la Cordillère des Andes et importe le cinchona (source de quinine) en Inde ainsi que dans d'autres colonies britanniques. Il dirige l'inspection des plantations dans l'actuel Sri Lanka de 1865 à 1866. Ses efforts permettent de perfectionner un remède au paludisme dans l'Empire britannique.

Il participe en tant que géographe et membre de la Royal Geographical Society à une expédition dans l'actuelle Éthiopie.

En 1874, il assiste George Nares lors d'une de ses expéditions dans l'Arctique et l'accompagne jusqu'au Groenland, où il prônera toujours des méthodes comme le manhauling (halage des traîneaux à force d'homme), alors que d'autres (comme Roald Amundsen) s'inspireront des peuplades du Grand Nord comme les Inuits habituées à dresser des chiens de traîneaux.

De 1858 à 1887, il est secrétaire de la Hakluyt Society, qu'il présidera à partir de 1890.

De 1867 à 1877, il dirige le service géographique de l'administration britannique en Inde. De 1863 à 1888, il est secrétaire de la Royal Geographical Society, dont il sera président pendant douze ans à partir de 1893.

En plein âge héroïque de l'exploration en Antarctique (1895-1922), il organise des levées de fonds pour y envoyer un digne représentant de l'Angleterre. Protecteur du jeune officier Robert Falcon Scott à qui il confie l'expédition Discovery en 1901[1], il dénigre Ernest Shackleton lieutenant de la Marine marchande. L'expédition Discovery marque sa présidence à la Royal Geographical Society, et celle du Terra Nova confiée une fois encore à Scott sera la tragédie polaire historique à laquelle son nom sera attaché à jamais, même s'il avait quitté la Royal Geographical Society en 1905[1]. Il reste cependant au conseil de l'institution[1].

Décoré de l'Ordre du Bain en 1871, dont il est chevalier en 1896, il est également membre de la Royal Society à partir de 1873. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et traducteur du portugais et de l'espagnol.

Le prestigieux Markham College (en) de Lima et la rivière Markham (en) en Papouasie-Nouvelle-Guinée furent nommés en son honneur.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Franklin's Footsteps (1852)
  • Cuzco and Lima (1856)
  • Travels in Peru and India (1862)
  • A Quichua Grammar and Dictionary (1863)
  • Spanish Irrigation (1867)
  • A History of the Abyssinian Expedition (1869)
  • A Life of the Great Lord Fairfax (1870)
  • Ollanta, a Quichua Drama (1871)
  • Memoir on the Indian Surveys (1871)
  • General Sketch of the History of Persia (1873)
  • The Threshold of the Unknown Region (1874)
  • A Memoir of the Countess of Chinchon (1875)
  • Missions to Thibet (1877)
  • Memoir of the Indian Surveys; Peruvian Bark (1880)
  • Peru (1880): The War between Chile and Peru (1881)
  • The Sea Fathers (1885)
  • The Fighting Veres (1888)
  • Paladins of King Edwin (1896)
  • Life of John Davis the Navigator (1889)
  • A Life of Richard III (1906)
  • The Incas of Peru (1910)
Édition d'ouvrages
  • Proceedings of the Royal Geographical Society (1872-1878)
Traduction du portugais
  • Garcia de Orta : Colloquies on the Simples and Drugs of India (1913)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (Robert Falcon Scott, Journals : Captain Scott's Last Expedition, p. 511)