Claude Seignolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claude Seignolle

Autres noms Starcante
Claude S.
Jean-Robert Dumoulin
Activités Écrivain
Naissance 25 juin 1917
Périgueux, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Mouvement Fantastique
Genres Roman
Conte
Nouvelle

Claude Seignolle, né le 25 juin 1917 à Périgueux, est un éditeur pédagogique et un écrivain français qui a commencé par collecter le patrimoine légendaire des régions françaises, avant de développer une œuvre littéraire très personnelle. Il est également connu sous les pseudonymes de Starcante, Claude S. et Jean-Robert Dumoulin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les jeunes années[modifier | modifier le code]

Né à Périgueux en 1917, il passe son enfance dans la campagne où sa principale occupation est de ramasser et collectionner tout ce qui lui semble digne d’intérêt : pierres et silex, mais surtout fossiles et monnaies anciennes. Il est aussi très attentif aux contes et légendes que sa grand-mère lui raconte, d’où son goût pour les mystères de la nuit et toutes les sortes de diableries. À l’âge de douze ans, sa famille déménage à Châtenay-Malabry. Il est scolarisé au lycée Lakanal à Sceaux, où son professeur d’histoire l’encourage dans sa vocation archéologique. C'est ainsi qu'en 1934, il dégage au cours de fouilles à Plessis-Robinson, d'énormes blocs de pierre, dans lesquels il voyait des débris de dolmens, l'un d'eux poratnt d'ailleurs des inscriptions[1].Il est renvoyé de ce lycée pour absentéisme et dédaigne le travail dans l’entreprise familiale. Par la suite, il fréquente la Société préhistorique française dont l’un des intervenants est l’abbé Henri Breuil et où il fait la rencontre du célèbre folkloriste Arnold Van Gennep. Rencontre déterminante, qui va le faire passer du patrimoine minéralogique à celui du folklore et du légendaire. Avec son frère Jacques, il va sillonner le Hurepoix pendant deux années et se faire collecteur des traditions rurales, s’intéressant aux rites des fêtes, aux superstitions, etc. En 1937, il cosigne avec son frère Le Folklore du Hurepoix, livre bien accueilli, notamment par Pierre Mac Orlan et Blaise Cendrars. Ce premier ouvrage va être suivi de nombreux autres consacrés à la culture populaire, mais aussi d’une œuvre littéraire plus personnelle. En 1945 paraît son premier roman, Le Rond des sorciers.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Claude Seignolle fait son service militaire à Metz, dans l'artillerie. Un jour qu'il est dans une librairie, il hésite à saluer un colonel, hésitation qui lui vaut du cachot et un sonore « Artilleur ! mes respects ! » ; ce colonel est le futur général de Gaulle. Mobilisé en Lorraine, Seignolle y passe la drôle de guerre et les premiers combats. Fait prisonnier, il est envoyé en Allemagne. Il évoque cette période dans ses mémoires, Un homme nu (éditions Lucien Souny, préface de Roland Ernould et présentation de Roger Maudhuy) et dans La Gueule (Le Terrain vague, 1959 ; rééd. Zulma, 1999). Dans la préface de cette dernière édition sont données d'ailleurs pour la première fois des précisions sur le parcours professionnel[2] de Claude Seignolle, fils d'éditeur d'ouvrages pédagogiques et éditeur lui-même à l'enseigne des Editions Pédagogiques Modeners (E.P.M.) sises dans le quartier historique des Halles qui lui inspire La Nuit des Halles, recueil de nouvelles fantastiques.
Libéré pour raisons sanitaires, il se réfugie à Presly, entre Berry et Sologne. Il réside à la libération à Sainte-Montaine, toujours en Sologne, où il recueille les traditions locales qui lui inspireront plusieurs ouvrages. Car si aujourd'hui Seignolle est considéré comme l'un des meilleurs « fantastiqueurs » français, avec notamment La Malvenue et Le Rond des sorciers, c'est parce qu'il a su tremper sa plume d'écrivain dans le chaudron des croyances populaires. Grâce à l'éditeur belge Marabout, Seignolle conquiert un vaste public avec des recueils de nouvelles comme Histoires vénéneuses, Contes sorciers et Histoires maléfiques. Aujourd'hui, le Seignolle écrivain est essentiellement publié par Phébus.

Il reçoit en novembre 2008 le prix Alfred-Verdaguer de l'Académie française[3].

Un prix littéraire portant son nom récompense les œuvres relatives au folklore français. Il est décerné chaque année depuis 2004 à Épinal lors du festival des Imaginales.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1945 : Le Rond de sorciers
  • 1949 : Marie la louve
  • 1952 : La Malvenue, éd. G.P. Maisonneuve et Cie, 1952
  • 1959 : La brume ne se lèvera plus
  • 1959 : Le Diable en sabots

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1947 : Le meneur de loups
  • 1958 : Le bahut noir - Ma cour des miracles
  • 1959 : La brume ne se lèvera plus - Le diable en sabots
  • 1960 : Le gâloup, illustré de documents du Service photographique de la Bibliothèque nationale et de dessins de Michel Chamasson et de l'auteur, éd. E.P.M. coll. « Bibliothèque maléfique »
  • 1960 : Le Chupador - Le gâloup
  • 1962 : Ce que me raconta Jacob - Désirée la sangsue - L'âme boiteuse - Le diable en sabots
  • 1963 : Delphine - Le rond des sorciers
  • 1964 : Et si c'était ? - L'homme qui ne pouvait mourir - Le christ est vengé - Le faucheur - Les autres et moi - Minnah l'Étoile - Un bel ensorcelé - Un petit monstre à louer au quart d'heure
  • 1965 : L'exécution - La huche - Le millième cierge - Les âmes aigries - Pauvre Sonia
  • 1966 : Celui qui avait toujours froid - Comme une odeur de loup - Deux dents, pas plus - L'homme qui savait d'avance - L'Isabelle - La mémoire du bois - Le bout du monde - Le Matagot - Le miroir - Les Gorel - Non pas moi ! - Pris entre Dieu et Diable - Un exorcisme - Un hasard minutieux
  • 1967 : Ce Martin là - Celui qui s'y frotta - L'auberge du Larzac - Le chien pourri - Le dernier visiteur - Le dormeur - Le Hupeur - Le marchand de rats - Le retour à Tiburiac - Les chevaux de la nuit - Les deux plumes - Lou Siblaire - Nuits
  • 1969  : Chaque chose à sa place - L'impossédable - L'Odile - La fille gagnée - La vierge maudite - Le venin de l'arbre - Les roses d'en Haut - Une veillée
  • 1971 : Le feuillet perdu - Le grand vendu - Un Louis terreux
  • 1972 : De qui venait ce sang ?
  • 1974 : Il ne faut jamais réveiller les légendes - Huppe et Pupuler - L'oubliette - La panard - La main de pierre - La morsure de Satan - Mais qui est le plus fort ? - Un vieux mélomane - Un viol - Une enfance sorcière - Une santé de cerisier

Essais[modifier | modifier le code]

  • 1945 : En Sologne. Mœurs et coutumes, éd. G.P. Maisonneuve et Larose
  • 1964 : Les Évangiles du Diable (recueil de légendes rurales sur le Diable)
  • 1969 : Invitation au château de l'étrange, préface de Jacques Bergier, éd. G.P. Maisonneuve,
- réédité en 1996, éd. G.P. Maisonneuve et Larose (ISBN 2-7068-1227-3)
- réédité en 2011, sous le titre Au château de l'étrange, édition et préface de Eric Poindron, éd. Le Castor astral, collection « Curiosa & cætera » (ISBN 978-2-8592-0838-7)

Recueils[modifier | modifier le code]

  • 1959 : La Gueule
  • 1962 : La Malvenue et autres histoires diaboliques
  • 1962 : Un corbeau de toutes couleurs, préface de Lawrence Durrell, éd. Denoël
  • 1965 : Histoires maléfiques
  • 1965 : La Malvenue et autres récits diaboliques
  • 1966 : Contes macabres
  • 1967 : Les Chevaux de la nuit et autres récits cruels
  • 1969 : Histoires vénéneuses
  • 1969 : Contes de Sologne, illustrés par Marie-France Thébault, Sergio Moyano, Victor Lefèvre et l'auteur, Éditions de Sologne, coll. « Imagé »
  • 1971 : Delphine ou la Nuit des Halles
  • 1973 : Diables et enchanteurs de Guyenne et Gascogne
  • 1973 : Histoires et légendes du diable
  • 1974 : Contes sorciers
  • 1979 : Contes fantastiques de Bretagne, postface de André Grall, éditions Le Signor
  • 1979 : Histoires étranges
  • 1984 : La Nuit des Halles
  • 1984 : Les Malédictions(2 tomes)
  • 1985 : Les Cercles de la peur
  • 1988 : Histoires sorcières
  • 1989 : À l'enseigne de l'étrange
  • 1995 : Contes fantastiques de Bretagne, préface de Yannick Pelletier, Terre de Brume Éditions (ISBN 2908021382)

Folklore[modifier | modifier le code]

En 1997, une réédition de contes a vu le jour sous le titre Contes, récits et légendes des pays de France :

  • tome 1 : Bretagne, Normandie, Poitou, Charentes, Guyenne, Gascogne, Pays basque
  • tome 2 : Paris, Île-de-France, Val de Loire, Berry, Sologne, Limousin
  • tome 3 : Provence, Corse, Languedoc-Roussillon, Alpes, Auvergne
  • tome 4 : Nord, Flandres, Artois, Picardie, Champagne, Lorraine, Alsace, Bourgogne, Franche-Comté
  • Le Folklore de Provence, 448 p. (ISBN 978-2-35706-000-5)

Préfaces[modifier | modifier le code]

Ces dernières années Claude Seignolle a essentiellement préfacé l'œuvre en folklore de Roger Maudhuy : La Lorraine des légendes (éd. France-Empire), Le Limousin des légendes (éd. Lucien Souny), Contes des pays lorrains (éd. Lucien Souny) et Contes et légendes d'Alsace (éd. Place Stanislas).

Compléments[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Valtat, Histoire du Plessi-Robinson, Impr. Marianne, 1972, p.3
  2. Eric Dussert, "Tout pour La Gueule, ou les frappantes vertus de trois proses", préface à La Gueule, Paris, Zulma, 1999.
  3. Drouet S., « Claude Seignolle sous la Coupole », Le Journal de la Sologne, hiver 2008, p. 4-5.