Claude Marie Paul Dubufe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubufe.

Claude Marie Paul Dubufe

Nom de naissance Claude Marie Paul Dubufe
Naissance ca 1790
Paris
Décès 1864
la Celle Saint-Cloud
Nationalité Français Drapeau de la France
Activités Artiste peintre
Maîtres Jacques-Louis David

Claude Marie Paul Dubufe, est un peintre français né à Paris vers 1790, mort à la Celle Saint-Cloud le 24 avril 1864 âgé de 75 ans, il est inhumé dans la 23e division du cimetière du Père-Lachaise à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Claude Dubufe et de Marie Geneviève Marot (1793-1837), né à Paris en pleine Révolution. Il avait une sœur Joséphine Anne Dubufe qui épousera Arnoult-Philibert de Pincepré et qui décédera en 1861.1

C'est un étudiant brillant qui reçoit une très bonne éducation et devient élève consul âgé seulement de 19 ans, destiné par son père à embrasser une carrière diplomatique. Amateur de peinture qu'il pratique avec talent, fréquentant l'atelier de David, depuis 1804 environ qui voit en lui véritable artiste et persuade dit la tradition de cette famille, le père de ne pas détourner Claude Marie, des Arts alors que celui-ci était sur le point de partir en Amérique. Son père lui coupa les vivres et il dut jouer le soir du violon dans un orchestre pour payer ses cours de peinture à l'Atelier de Jacques-Louis David

Il expose pour la première fois au Salon en 1810. Apollon et Cyparisse qui fut reçu dans l'indifférence. Alors qu'à ce même salon Delacroix expose sa Barque de Dante. Il part en Italie en 1811 et se trouve à être présenté à la famille d'Orléans Il commence alors une longue et brillante carrière de portraitiste dans la noblesse et haute bourgeoisie. Il épouse en premières noces en 1818, Edmée Duménillet, qui lui donnera le 30 mars 1819, un unique fils qui deviendra peintre comme son père, Edouard Louis Dubufe (1819-1883). Le fils de ce dernier, Guillaume Dubufe (1853-1909), deviendra le troisième peintre de la famille.

Il est honoré de deux commandes officielles en 1824, la première pour La Naissance du Duc de Bordeaux et la seconde, pour commémorer le Passage de la Bidassoa et en 1826 ouvre un atelier et fonde, avec le Baron Taylor et Duzats, une Association pour venir à l'aide des artistes.

En 1827, il expose au Salon, deux toiles intitulées Les Souvenirs et Les Regrets qui assoient sa notoriété. Il s'est fait une spécialité des têtes d'expressions féminines. En 1832, il est à Londres et réussit à vendre ses deux grandes toiles (Adam et Eve et son pendant Le Paradis Perdu) à deux frères, du nom de Brette qui associés à un producteur de tournées artistiques, les exposent pendant trois ans à travers les États-Unis. Ces deux toiles qui étaient données comme perdues réapparurent en 1991 dans une vente publique chez Bukowskis en Suède 3

Son épouse disparaît à l'âge de 45 ans en 1837.

Le 14 mars 1841, il convole en secondes noces à Paris avec Eugénie Saint-Amand (+1869). De leur union naquirent Paul Dubufe (1842-1898), qui épousera Nelly Bunel (leur fille Gabrielle épousera Émile Decauville), Georges Dubufe, (1847-1848) et René Dubufe (1850-1876). Il fera de nombreux séjours à l'abbaye de La Lucerne, propriété des Bunel, où il peindra de jolis paysages dans le genre de Jacques Raymond Brascassat.

Son fils Edouard Louis a réalisé la sculpture d'une médaille le représentant avec l'aide de son épouse (Juliette Zimmerman) qui était sculptrice. Un exemplaire de celle-ci est conservé à Paris au Musée d'Orsay.

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

La famille Dubufe.
La discrétion.
Portrait de la Maréchale, Duchesse de Feltre.
Dessins, gravures, aquarelles, lithographies
  • N - D - " La Suppliante "
  • N - D - " La Candeur "
  • N - D - " Le Repentir "
  • 1828 - " La Douleur "
  • 1860 - " Adam et Eve " estampe réalisée par l'américain Henry Thomas Ryall d'après le tableau de la deuxième version de 1849
  • 1860 - " Le Paradis perdu " estampes de Henry Thomas Ryall d'après la deuxième version du tableau de Claude Marie Dubufe de 1849
  • N - D - " Emilie Dureuillet et son fils, Duchesse du Berry "; Dessin, mine de plomb dimensions : 16 cm × 10 cm (vente France 20 décembre 1996)
Peintures
  • 1818 - " Portrait de Madame Claude Marie Dubufe née Edmée Françoise Dumenillet " HST; SDbg; dimensions : 77,5 cm × 55 cm (Musée du Louvre n°inv:RF1982.1)
  • 1819 - " Le Christ apaisant la tempête " HST; SD; dimensions : H × L (Basilique Saint-Amable) (Salon de 1819)
  • 1820 - " La Famille Dubufe " HST; SD; dimensions : 64 cm × 82 cm (Réunion des Musées Nationaux) n°inv: RF 1982-2. Figure sur cette toile : Claude Marie, Edmée Françoise femme Dubufe, Edouard enfant, Mme mère Dubufe, jeune fille à la lecture, Pincepré Arnoult Philibert de, Anne Joséphine de Pincepré en buste, Claude Marie en buste de profil autoportrait. Acquis de la famille Dubufe.
  • 1820 - " Portrait d'homme tenant une tabatière " HST; SD; dimensions : 90 cm × 74 cm (France 5 décembre 1986)
  • 1823 c " Portrait d'une jeune femme surprise " HST; S; dimensions : 54 cm × 62 cm (National Gallery Londres Angleterre) don de Robert Vernon en 1847
  • 1824 - " Naissance du Duc de Bordeaux " HST; SD; dimensions : ×
  • 1824 - " Passage de la Bidassoa " HST; SD; dimensions : × L
  • 1825 c " Jeune femme en buste baissant les yeux " étiquette au dos (Hersent/la Pudique vers 1825) HST; S; dimensions : 54 cm × 46,5 cm (Legs de Maurice Magnin au Musée Magnin de Dijon 1938 N°inv:1938 F 506)
  • 1827 - " Adam et Eve " HST; SD; dimensions : 307 cm × 250 cm (Musée des beaux-arts de Nantes)
  • 1827 - " Le Paradis Perdu " HST; SD; dimensions : 307 cm × 250 cm pendant de Adam et Eve (Musée des beaux-arts de Nantes) acquisition de 2008
  • 1827 - " Les Souvenirs " HST; SD; dimensions : H × L
  • 1827 - " Les Regrets " HST; SD; dimensions : H × L
  • 1827 c " La Douleur " ou " La Lettre de Wagram " HST; S; dimensions : 65 cm × 54 cm (acquisition du musée des beaux-arts de Rouen le 18 avril 2004) femme en pleurs recevant la Légion d'honneur de son mari à titre posthume (mention sur le tableau; Wagram) 2
  • 1830 - " Portrait d'Harriet Smithson(1800-1854), femme d'Hector Berlioz " HST; SD; dimensions : 40,5 cm × 32,5 cm (Dijon Musée Magnin N° Inv: 1938F308)
  • 1830 - " Le Sommeil " HST; SD; dimensions : 59 cm × 72 cm (Monaco 16 juin 1990)
  • 1831 - " Femme dans la douleur " HST; SD; dimensions : 66 cm × 55 cm (Musée du Louvre à Paris n°inv:4255)
  • 1831 - " Jeune Alsacienne " HST; SDbg; dimensions : 102 cm × 82,5 cm (Musée du Louvre n°inv:INV4258)
  • 1834 - " Anne-Pierre, Marquis de Montesquiou-Fezensac, Général en chef de l'armée du midi (1738-1798) " HST;SD; dimensions : 135 cm × 100 cm commande de Louis-Philippe pour le musée historique du château de Versailles en 1834 N°inv:MV2349, INV4256,LP670)
  • 1836 - " Marie d'Orléans, Reine des Belges " HST. SD; dimensions : 230 cm × 145 cm. Commande de Louis-Philippe pour le Palais des Tuileries, en dépôt à Compiègne (1 ex. au Palais Royal à Bruxelles, Belgique)
  • 1836 - " Léopold 1er, roi des Belges " HST; SD; dimensions : H × L : (musée du château de Compiègne)
  • 1837 - " Portrait de Madame Francis Vaussard, née Elisabeth Adélaïde Cavallier. " HST; SD; dimensions : 130 cm × 97 cm (legs de Rollon Vaussard au Musée des beaux-arts de Rouen n°inv:926.2)
  • 1838 - " La Duchesse de Valençais " HST; SD; dimensions : H × L (Petit-Palais à Paris)
  • 1840 - " Duc et Duchesse de Dino " HST; SD; dimensions : 51,5 cm × 43,2 cm (R-U 23 janvier 2003)
  • 1842 c " Edouard Dubufe et sa femme " ; Juliette Zimmerman, HST; S. dimensions : H × L (musée du Château de Compiègne) N° Inv: C.65025
  • 1844 - " Bonaparte en officier d'artillerie lisant une carte " HST; ovale dimensions : 60 cm (France 23 mars 2000)
  • 1845 c " Portrait de Cullerier- Neveu " Chirurgien; HST; SD; dimensions : 65,5 cm × 55 cm (tableau qui sera copié par Augustine Cullerier, fille du chirurgien, et dont la copie est au musée d'Angers)
  • 1846 - " Edouard Dubufe et sa femme " femme sculptrice. HST; SDbd; dimensions : 130,5 cm × 98,4 cm (legs de Pierre Constant au musée du Château de Compiègne) (Salon de 1846 et expo Le temps des crinolines à Compiègne en 1953.
  • 1847 c " Adam et Eve " HST; SD; dimensions : H × L (réplique de la première version, destinée à une exposition à New York en 1849
  • 1847 c " Le Paradis Perdu " HST;S; dimensions : H × L (réplique de la première version et destinée à une exposition à New York en 1849
  • 1850 c " Portrait de la Maréchale, Duchesse de Feltre " HST; S; dimensions : 131 cm × 98 cm (Musée des beaux-arts de Nantes n°inv: 947)
  • 1850 c " Jeune grecque sortant du bain " HST; S; dimensions : 204 cm × 125,5 cm ((Musée du Château de Compiègne N° Inv: C.65.026)
  • 1855 - " Portrait en pied de Marie-Louise d'Orléans Reine des Belges " HST; S; dimensions : 225 cm × 147 cm (Musée du Château de Compiègne n°inv:C38447)
  • 1857 c " Portrait de Madame Rampal, comtesse de Grigneusville " HST; Sbd; dimensions : 1 239,5 cm × 97 cm (Musée des beaux-arts de Rouen n°inv:879.1) acquis en 1879 du Comte de Messey
  • 1859 - " Élégante assise à l'éventail " HST; SD; dimensions : 125 cm × 92 cm (France 27 janvier 1991)
  • N - D - " Portrait de Claude-Marie Morin " HST; Sbd; dimensions : 92 cm nc (Musée des beaux-arts de Nantes n°inv: 3809.950-1-1p)
  • N - D - " Portrait de femme en manteau de velours " HST; S; dimensions : 71 cm × 62 cm (Musée Magnin à Dijon n°inv: 1938F309)
  • N - D - "
  • N - D - " Portrait de Charles Morin " HST; S; dimensions : 55 cm × 45,5 cm (musée des Beaux-Arts de Nantes n°inv:950.2.1.P;3810)

Prix, médailles[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1819 - Salon des artistes français; (Jésus-Christ apaisant une tempête )
  • 1827 - Salon des artistes français; ( Adam et Eve) et son pendant (Le Paradis Perdu)
  • 1829 - Royal Academy; (Adam et Eve) et son pendant(Le Paradis Perdu)
  • 1831 - Salon ; (Jeune Alsacienne)
  • 1837 - Salon; (Marie d'Orléans, Reine des Belges)
  • 1846 - Salon; ( Edouard Dubufe et sa femme)

Galeries, expositions[modifier | modifier le code]

  • 1832 - de Mai
  • 1835 - à Avril les toiles (Adam et Eve et Paradis Perdu) furent exposées dans les villes américaines de Boston, New-York, Philadelphie, Baltimore, Nouvelle-Orléans (deux fois) et Charleston.
  • 1849 - Exposition à New-York ; (Adam et Eve et Le Paradis Perdu) copie de la première version réalisée pour cette exposition.
  • 1889 - Exposition Universelle centennale de l'Art français, n° catalogue:312 (Portrait de Mme Dubufe)
  • 1909 - Palais dans le Parc de Bagatelle rétrospective de portraits de femmes sous les trois Républiques organisée par la Société nationale des beaux-arts n° du Catalogue:64 (Portrait de Mme Dubufe)
  • 1913 - " David et ses élèves " Palais des beaux-arts no 92 du catalogue (portrait de Mme Dubufe)
  • 1953 - " Le Temps des crinolines " à Compiègne (Edouard Dubufe et sa femme no 94 au Catalogue de l'Exposition)
  • 1988 - Mairie du IXe arrondissement de Paris exposition consacrée à Claude Marie Dubufe, à son fils et à son petit-fils, tous trois peintres
  • 1988 - Mairie du XVIe arrondissement de Paris exposition consacrée à Claude Marie Dubufe, à son fils Edouard et à son petit-fils Guillaume tous trois peintres.
  • 2007 - Galerie Tabalardon & Gautier à Paris ; (Adam et Eve) et son pendant (Le Paradis Perdu) tirées du Paradis Perdu de Milton

Musées, monuments[modifier | modifier le code]

  • National Gallery à Londres, Angleterre (Portrait d'une jeune femme surprise )
  • Musée des beaux-arts de Rouen, Seine-Maritime: (La Lettre de Wagram ) - (Portrait de Mme Rampal, comtesse de Grigneuseville)
  • Musée des beaux-arts de Nantes, Loire-Atlantique: (Adam et Eve) - (Le Paradis perdu ) - (Portrait de Claude Marie Morin)-(Portrait de la Maréchale et Duchesse de Feltre)-( Portrait de Carles Morin)
  • Église Amable de Riom, Puy-de-Dôme; (Jésus-Christ apaisant une tempête )
  • Musée du Château de Compiègne, dans le Oise; (Jeune femme grecque sortant du bain) - ( Edouard Dubufe et sa femme)- (Portrait de Louise Marie d'Orléans reine des Belges)- (Léopold 1er Roi des Belges)
  • Musée Magnin à Dijon, Côte-d'Or ; (Portrait d'Harriet Smithson, femme d'Hector Berlioz)-(Portrait de femme en manteau de velours) - ( Jeune femme en buste baissant les yeux)
  • Musée du Louvre à Paris ; (Femme dans la douleur)-(Madame M;C. Dubufe née Edmée Françoise Dumenillet)
  • Petit Palais à Paris (La Duchesse de Valençay)
  • Palais Royal de Bruxelles, Belgique ; (Marie d'Orléans, Reine des Belges)
  • Château de Versailles, Musée national du château et des Trianons ; (Anne-Pierre, Marquis de Montesquiou-Fezensac, général en chef de l'armée du midi (1739-1798))
  • Musée de la vie romantique, Hôtel Scheffer-Renan, Paris : Peinture sur porcelaine, Manufacture Darte, d'après son Portrait d'Harriet Smithson (Musée Magnin, Dijon)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier,‎ 1908 (lire en ligne), p. 137

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :