Claude Mangin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mangin.

Jean-Henri Claude Mangin est un magistrat français (né le 7 mars 1786 à Metz, mort en 1835). Il était préfet de police de Paris au moment des Trois Glorieuses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Procureur général à la cour royale de Poitiers, il fut responsable des poursuites et de la condamnation à mort du général Berton qui avait conduit le soulèvement carbonaro de Thouars en 1822.

Il fut nommé préfet de police de Paris le 13 août 1829. Lors du coup de force de Charles X et du prince de Polignac en juillet 1830, il certifie que « quoi qu’on fît, Paris ne bougerait pas, et qu’il en répondait sur sa tête »[1]. Le 27 juillet 1830, il ordonne la saisie des presses des quatre journaux qui, bravant les ordonnances de Saint-Cloud, ont paru sans autorisation : c'est le signal de la révolte des ouvriers typographes qui sert de détonateur à la révolution de 1830.

Claude Mangin est le grand-père du Général Charles Mangin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne d'Huart, Le dernier préfet de police de Charles X : Claude Mangin, Actes du 84e Congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1959. Section d'histoire moderne et contemporaine, Paris, Impr. nationale, 1960, p. 603-616
  • P. Masse, Claude Mangin (1786-1835), procureur général à la cour de Poitiers, préfet de police de Charles X, et ses rapports avec le Poitou, Société des Antiquaires de l'Ouest, 1974
  • dans le film "Vidocq", réalisé par Pitof en 2001, le rôle du préfet de police de Paris, renommé "Latrennes", est joué par André Dussollier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cité par José Cabanis, Charles X, roi ultra, p. 425