Claude Frikart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude Frikart
Biographie
Nom de naissance Claude Henri Edouard Frikart
Naissance 5 mars 1922
Ermont (France)
Ordre religieux C.I.M
Ordination sacerdotale 2 juillet 1948
Décès 18 décembre 2014 (à 92 ans)
à Paris (France)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 2 septembre 1986 par le
card. Jean-Marie Lustiger
Administrateur apostolique de Pontoise
199930 novembre 2000
Évêque auxiliaire de Paris
Évêque titulaire de Summula
21 juin 19862 septembre 1997

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Claude Frikart, né le 5 mars 1922 à Ermont (Val-d'Oise, France) et mort le 18 décembre 2014 dans le 7e arrondissement de Paris, est un prélat catholique français de la Congrégation de Jésus et Marie, évêque auxiliaire de Paris de 1986 à 1997.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Claude Frikart fait ses études secondaires au collège Saint-Sauveur de Redon de 1935 à 1940, puis au lycée Rocroy-Saint-Léon à Paris entre 1940 et 1941.

Il entre chez les Eudistes le 22 septembre 1942, au séminaire de la Roche-du-Theil à Bains-sur-Oust, et y fait ses études en philosophie scolastique de 1942 à 1945, puis en théologie de 1945 à 1948[1].

Il suit un cursus universitaire diversifié, fréquentant successivement la faculté d'histoire de la Sorbonne, la faculté de lettres de l'université de Caen et l'Institut d'études sociales de l'Institut catholique de Paris[2].

Incorporé à la Congrégation de Jésus et Marie le 28 septembre 1946, il est ordonné prêtre dans l'abbaye Saint-Sauveur de Redon le 2 juillet 1948[1].

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

D’abord surveillant des grands à Saint-Sauveur de Redon de 1949 à 1950, il est ensuite nommé préfet à Sainte-Marie de Caen, fonction qu'il occupe entre 1950 et 1958.

Il est ensuite envoyé en Afrique de l’Ouest au sein des premiers Eudistes en Mission sur ce continent. Il vit tout d’abord à Bouaké, en Côte d'Ivoire, entre 1958 et 1959, où il assure l’aumônerie des lycées de la ville tout en préparant la fondation d'un premier grand séminaire pour le pays. Finalement, les évêques choisissent un lieu plus proche d’Abidjan et font construire le séminaire à Anyama. Le le P. Frikard en devient alors professeur et économe dès son ouverture en 1959. Enfin, en 1965, il en devient supérieur, ainsi que de la communauté eudiste locale, jusqu’en 1971.

Rappelé en France en 1971, il occupe pendant douze ans la charge de curé de la paroisse du Saint-Esprit ainsi que celle de supérieur supérieur de la communauté eudiste à Paris. De 1975 à 1983, il devient doyen des paroisses du 12e arrondissement de Paris. Nommé vicaire épiscopal en charge des migrants par le cardinal Jean-Marie Lustiger en 1983, il devient, dès 1984, vicaire général de l’archidiocèse de Paris[1].

Épiscopat[modifier | modifier le code]

Nommé évêque auxiliaire de Paris et évêque titulaire de Summula par le pape Jean-Paul II le 21 juin 1986, il est consacré le 2 septembre suivant par le cardinal Jean-Marie Lustiger, en l'église Saint-Sulpice.

Au cours de son épiscopat, il s’occupe de manière privilégiée des questions en rapport avec l’immigration à Paris et devient notamment évêque délégué auprès de l'aumônerie des Français à l'étranger au sein de la Conférence des évêques de France. Onze ans plus tard, soit le 2 septembre 1997, une fois ses 75 ans atteints, il renonce à sa charge et réside d'abord à la maison Saint-Augustin à Paris, où il est directeur spirituel des jeunes en année de propédeutique, tout en se rattachant à la communauté eudiste du Bienheureux-Hébert dans le 14e arrondissement.

Bien qu'ayant mis fin à ses fonctions, il continue de prêcher des retraites, d’ordonner des prêtres et de confirmer des jeunes. Puis, entre 1999 et 2000, il exerce la charge d'administrateur apostolique du diocèse de Pontoise, jusqu'à la nomination comme évêque de Mgr Hervé Renaudin. Il reste ensuite présent à la maison Saint-Augustin, où, tout en continuant d'accompagner quelques jeunes, il s’occupe de l’aumônerie des Sœurs augustines. À l’été 2011, il se retire à la maison des Petites Sœurs des Pauvres, dans le 7e arrondissement de Paris, continue de participer aux grands moments du diocèse et entreprend d’écrire une histoire de l’immigration des XIXe siècle et XXe siècle pour l'archidiocèse de Paris.

Il meurt le 18 décembre 2014 à la Maison des Petites Sœurs des Pauvres, à l'âge de 92 ans. Ses obsèques sont alors célébrées le 23 décembre par le cardinal André Vingt-Trois, en la cathédrale Notre-Dame de Paris et il est ensuite inhumé dans le caveau des évêques auxiliaires de cette même cathédrale[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Mgr Bernard Podvin, « Décès de Mgr Claude Frikart », sur église.catholique.fr,‎ 18 décembre 2014 (consulté le 20 décembre 2014)
  2. « Mgr Claude Frikart », sur église.catholique.fr (consulté le 20 décembre 2014)
  3. « Obsèques de Monseigneur Frikart », sur notredamedeparis.fr (consulté le 18 décembre 2014)

Publication[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]