Claude Dénéchau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claude Dénéchau (né le 8 mars 1768 à Québec, décédé le 30 octobre 1836 à Berthier[1]) est un commerçant, homme politique et officier de milice québécois. Il a été député à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada comme représentant de la Haute-ville de Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jacques Dénéchaud, chirurgien et apothicaire, et d'Angélique Gastonguay[1]. Il fait du commerce d'import-export[1]. Le 23 juin 1800, à Saint-Hyacinthe, il épouse Marianne-Josette Delorme, fille de Jacques-Hyacinthe Simon dit Delorme, seigneur de Saint-Hyacinthe. Le 26 mai 1807, à Québec, il épouse en secondes noces Adélaïde Gauvreau, fille de Louis Gauvreau[1].

En 1807, il est nommé membre du Conseil du Gouverneur[2].

En 1808, il est élu député de la Haute-ville de Québec à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada[1]. Il appuie le parti des bureaucrates[1]. Il est réélu en 1809, 1810, 1814, 1816 et 1820[1]. Il ne se représente pas en 1820[1].

En 1813, il est juge de paix[2] pour le district de Québec.

En tant qu'officier de milice, il participe à la guerre de 1812[1]. En 1826, il est nommé major au 1er régiment de Québec et, en 1828, lieutenant-colonel du 6e bataillon de Saint-Roch[2].

Chrétien franc-maçon[1], il devient en 1823 Grand Maître du district de Québec et de Trois-Rivières[2]. Son frère était un prêtre, ce qui causa un embarras.[réf. nécessaire] Pierre-Georges Roy raconte qu'il quitta le maçonnisme et mourut en bon catholique en 1836.

À son décès, à l'âge de 68 ans, il est inhumé sous le banc seigneurial de l'église de Berthier-sur-Mer[2].

Une loge maçonnique montréalaise porte son nom[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Claude DÉNÉCHAU (1768-1836) », notice biographique sur le site de l'Assemblée nationale
  2. a, b, c, d, e et f « L'honorable Claude Dénéchau (1768-1836) », notice biographique sur le site de la loge Dénéchau