Claude Chastillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grisaille en l'Hôtel de ville de Chalons;
Paris, l'Hôtel de ville et la place de Grève vers 1610

Claude Chastillon est un architecte, un ingénieur et un topographe au service du roi de France Henri IV. Né en 1559 ou 1560 à Châlons-en-Champagne, il décède le 27 avril 1616 dans cette même ville. Il y est inhumé avec son épouse dans l'église Notre-Dame-en-Vaux[1].

Il devient topographe du roi en 1592. Trois ans plus tard, il reçoit le titre d'ingénieur royal.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Après avoir parcouru la France et d'autres pays limitrophes, il dessine de très nombreux lieux visités, constituant par là un témoignage unique de l'état de ces endroits à la fin du XVIe siècle et début du XVIIe. Son œuvre considérable est constituée de gravures dont 534 sont rassemblées dans une édition posthume parue en 1641 intitulée Topographie française. Des « villes, bourgs, châteaux, maisons de plaisance, remises et vestiges de l'antiquité du royaume de France» y sont représentés, auxquels sont ajoutées des scènes de batailles livrées par Henri IV et quelques villes étrangères. Une deuxième édition de cet ouvrage est tirée en 1648, puis une troisième en 1655[2].

Parmi ces gravures, citons entre autres, «Lexelent Bastiment de la Tour ou Phanal de Cordouan», le «Portrait du Magnifique Bastiment de la Maison de Ville de Paris» ou le « Grand Collège roial basti à Paris du Regne de Henri le Grand, 4è du nom, roy de France et de Navarre », futur collège de France qu'il dessine en 1612.

L'architecte[modifier | modifier le code]

À partir de 1605, il travaille comme architecte aux côtés de Jacques II Androuet du Cerceau pour la conception de la place Royale, actuelle place des Vosges à Paris. Cette commande, émanant du roi Henri IV, voit ses travaux se terminer en 1612. La place fut alors inaugurée à l'occasion des fiançailles de Louis XIII et d'Anne d'Autriche. Ayant reçu du roi une parcelle sur la place, Claude Chastillon y fit construire son propre hôtel au n° 10.

Il est missionné pour le projet de reconstruction d'un pont à Rouen pour franchir la Seine. Un dessin original en couleur, de 8 mètres de long et daté de 1608, préfigure les détails de ce travail.

Liste des lieux topographiés par Claude Chastillon[modifier | modifier le code]

Classement alphabétique et date

Antiquités[modifier | modifier le code]

Villes[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Autres édifices[modifier | modifier le code]

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Gravures[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colonel Antoine-Marie Augoyat, Notice sur les Chastillon, ingénieurs des armées, sur Claude Chastillon, topographe du roi et sur l'œuvre de cet artiste, article paru dans le périodique « Le Spectateur militaire », Paris, 1856.
  • Jean-Pierre Ravaux Claude Chastillon et sa topographie française, catalogue d'une exposition tenue au musée municipal de Châlons-en-Champagne en 1998.
  • Jean-Pierre Ravaux, À Châlons-en-Champagne, la maison où mourut Claude Chastillon et où naquit J. Talon, article paru dans le périodique Mémoires de la Société d'Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, 1998.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Un mauvais relevé de l'épitaphe portée sur sa pierre tombale a été source de controverses sur son prénom et sa date de naissance. De nombreuses publications l'ont ainsi appelé à tort Jean ou Nicolas, le faisant naître en 1547. Il est même parfois fait référence à un frère du topographe inhumé dans l'église. Une recherche rigoureuse menée par Jean-Pierre Ravaux en 1998, publiée dans son ouvrage Claude Chastillon et sa topographie française, basée sur de nombreuses archives d'époque, lève toute ambiguïté sur la question.
  2. Jean-Pierre Ravaux Claude Chastillon et sa topographie française, 1998