Claude Balbastre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Balbastre.

Claude Balbastre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Balbastre, Miniature sur ivoire (Musée de Dijon).

Naissance 8 décembre 1724 à
Dijon, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès 9 mai 1799 (à 74 ans)
Paris
Drapeau de la France République française
Activité principale Compositeur
Activités annexes Organiste, pianiste

Claude-Benigne Balbastre, né le 8 décembre 1724 à Dijon[1] et mort le 9 mai 1799 à Paris[1], est un organiste, claveciniste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est baptisé en l'église Saint-Michel de Dijon le 9 décembre 1724, fils de Bénigne Balbastre, organiste, son premier professeur, et de Marie Millot. Son parrain est maître Claude Fyot, correcteur à la chambre des comptes, et sa marraine demoiselle Pierrette Tortochaut, épouse de Pierre Phosson conseiller et notaire royal.

Il étudie avec Claude Rameau, frère de l'illustre Jean-Philippe Rameau qui est natif de la même ville. Il bénéficie de l'aide bienveillante de ce dernier lorsqu'il s'installe à Paris en 1750[2] et peut ainsi se faire connaître de la haute société : il joue au Concert Spirituel, devient organiste de l'église Saint-Roch[2] avant d'accéder progressivement aux postes les plus prestigieux : organiste à Notre-Dame de Paris[2], claveciniste à la Cour de France où il enseigne à Marie-Antoinette[2], et devient l'organiste du comte de Provence (futur Louis XVIII) et de la Chapelle royale.

Le 2 janvier 1763, en l'église Saint-Roch à Paris, il épouse Marie-Geneviève Hotteterre, fille de Jacques-Martin Hotteterre et descendante de cette célèbre famille de musiciens normands. Le compositeur et biographe anglais Charles Burney visita Balbastre en 1770, dans ses appartements rue d'Argenteuil et mentionna dans une lettre le magnifique clavecin Ruckers en possession du musicien :

« [J'ai pu] voir et entendre un remarquable clavecin Rucker qui est en tout point un bijou... Il est peint et vernis comme une tabatière. Sur l'extérieur se trouve la naissance de Vénus ; l'intérieur du couvercle, l'histoire de l'opéra le plus fameux de Rameau, « Castor et Pollux » ; la Terre, l'Enfer et l'Élysée y sont représentés ; en Élysée, assis sur une berge, ce célèbre compositeur lui-même tient une lyre à la main... Le son de cet instrument est plus délicat que puissant ; l'un des registres est en buffle[3], mais très doux et agréable ; le toucher est très léger en raison des becs qui en France sont toujours faibles »

— Charles Burney

Veuf, il épouse en secondes noces en l'église Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris, le 17 novembre 1767, Marie-Antoinette Boileau, nièce du grand écrivain, qui lui donnera deux enfants : Anne-Louise, née en 1773, et Antoine-Claude en 1774.

Signature de Balbastre.

À partir de 1776, Claude Balbastre est organiste de Monsieur frère du roi, professeur du duc de Chartres, de la reine Marie-Antoinette, et tient l'orgue à l'abbaye de Notre-Dame aux Bois. Enfin, il reçoit un quartier à l'orgue de la Chapelle royale à Versailles.

En 1777, il est signalé comme organiste à l'église Saint-Roch de Paris[4].

Malgré ses états de service, il parvient, en se ralliant - au moins en apparence - aux idées nouvelles, à traverser la Révolution et à conserver son poste à Notre-Dame (qui a été transformée en Temple de la Raison), où il exécute à l'orgue ses adaptations des hymnes révolutionnaires. Il est vrai que son jeu a toujours été prisé du public : sa fantaisie est telle, même à l'église, qu'en 1762 l'archevêque de Paris lui fait interdiction de jouer pendant la messe de minuit à cause du tumulte qu'elle entraîne.

Il meurt à Paris, 181 rue d'Argenteuil (dans la paroisse Saint-Roch) le 20 floréal de l'an 7 (le jeudi 9 mai 1799), oublié de tous.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Marche des Marseillois.

Son œuvre comprend :

orgue
  • 14 concertos pour orgue (disparus, mais dont au moins un a été retrouvé dans le manuscrit de Versailles)
  1. Concerto en ré majeur
  • Livre Contenant des Pieces de different Genre d'Orgue Et de Clavecin PAR Le S.r Balbastre Organiste de la Cathedralle de Dijon (1749), dit manuscrit « de Versailles » ou de Dijon - 76 pièces.
  • variations sur le thème de la Marseillaise : Marche des Marseillois et l’Air Ça ira Arrangés pour le Forte Piano / Par le Citoyen Balbastre / Aux braves défenseurs de la République française l’an 1792 1er de la République (Paris 1793)
  • Recueil de Noëls, formant quatre suittes, avec des Variations pour le clavecin & le forte piano (1770)
  1. Première Suitte de Noëls : A la Venue de Noêl ; Joseph est bien marié ; Où s’en vont ces gais bergers ; Ah ma Voisine es tu fachée ; Tous les Bourgeois de Châtre ; Quand Jésus naquit à Noël.
  2. Deuxième Suitte de Noëls : Votre bonté grand dieu ; Il est un petit L'ange ; Joseph revenant un jour ; Au jô deu pubelle ; Grand Dei, ribon ribeine ; A Cei-ci le moître De tô l’univar.
  3. Troisième Suitte de Noëls : Qué tu grô jan, quei folie ; Divine Princesse ; O jour to divin Flambeau ; Qu’el d’esordre dans la nature ; Ve Noei Blaizôte ; Fanne coraige, le diale â mor.
  4. Quatrième Suitte de Noëls : Or nous dites Marie ; Je rends Graces à mon Dieu ; Qui a ce peu machuret ; Comment tu oze petite Rose ; Laissés paître vos bêtes.
  • Quatre autres Noëls
  1. A minuit fut fait un réveil
  2. Il n'est rien de plus tendre
  3. Mes bonnes gens attendes moi
  4. Si c'est pour ôter la vie

Curieusement, les noëls, qui sont clairement dans la tradition de l'orgue français, sont édités par lui pour « le clavecin et le piano-forte ». C'est sur ce dernier instrument qu'il les joue avec grand succès dans les milieux de l'aristocratie.

clavecin
  • deux livres de pièces de clavecin :
  1. Pièces de Clavecin avec deux Fugues pour l'Orgue (Manuscrit 1748) 8 pièces
    1. I. Sonate 2 en fa majeur
    2. II. Sonate 5 en sol mineur
    3. III. Sonate 6 en fa majeur
    4. IV. Menuet I en la majeur et Menuet II en la mineur
    5. V. Badine en la majeur
    6. VI. Gavotte-Rondeau en sol mineur
    7. VII. Sonate en sol majeur
    8. VIII. Sonate en fa majeur, le coucou
  2. Pièces de clavecin, Premier Livre (Paris 1759) - 17 pièces
    1. La De Caze. Fièrement et marqué, animé
    2. La D’Héricourt. Noblement, sans lenteur
    3. La Ségur. Gavotte. Gracieusement
    4. La Monmartel ou la Brunoys. Allegro
    5. La Boullongne. Fièrement et marqué
    6. La Castelmore, Air champêtre. Louré - Gracieux
    7. la Courteille. Air
    8. La Bellaud. Vivement
    9. la Lamarck. Ouverture. Vivement, marqué
    10. La Berville. Gavotte. Gracieusement
    11. La Lugeac. Giga. Allegro
    12. La Suzanne. Noblement et animé - Gracieusement
    13. La Genty. Badine. Gaiement
    14. La Malesherbe, Ariette gracieuse, Air Gay
    15. La Berryer ou la Lamoignon. Rondeau. Gracieusement
    16. La Laporte [Allegro, animé]
    17. La Morisseau. Noblement
  • "Recueil d'airs choisis de plusieurs opéras accommodés pour le clavecin..." (vers 1761), Bibliothèque Nationale, manuscrit VM7 2108 - 11 pièces
  1. Mondonville : Carnaval du Parnasse, Air-Air gracieux-Musette
  2. Rameau : Dardanus, Gavottes I & II
  3. Rousseau : Le Devin du Village, Contredanse-Air
  4. Dauvergne : Hercule Mourant, Gavotte
  5. Monsigny : Le Maitre en Droit, Air de Lindor
  6. Monsigny : On ne s'avise jamais de tout, Air
  7. Rameau : Les Paladins, Air de l'Ouverture
  8. Rameau : Platée, Contredanse
  9. Ferrant : Proserpine, Air de Delie
  10. Rameau : Pygmalion, Ouverture, Pantomime, Gigue & Contredanse
  11. Mondonville : Titon et l'Aurore, Gavottes I & II, Air gracieux, Menuet & Air
  • Pièces isolées
  1. Marche guerrière
  2. La canonnade
  3. Symphonie
  4. La de Villiers
  5. Rondo
  6. Pastorale, en la mineur (1767)
  7. Prélude non mesuré (1777)
  8. La D'Esclignac (1787)
  9. Romance
  • Sonates en Quatuor pour le clavecin ou le forte-piano, avec accompagnement de deux violons, une basse et deux cors ad libitum (Paris 1779)
  1. si bémol majeur
  2. fa majeur
  3. ut majeur
  4. ré majeur
vocal - airs & parodies
  • Les amusements d'un convalescent (1761)
  • Mes Souvenirs, pour voix et instrument (1786)
  • Ariette lente : Ne te presse pas mon cher Licidas
  • Ariette : La jeune Iris pour les amans
  • Gavotte : Je bravois l'amour
  • Menuet : A quoy bon tant de façon
  • Air : Dans vos yeux où brillent
  • Duo : Connoissés l’empire suprême

Partitions[modifier | modifier le code]

Exemples sonores[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Joseph est bien marié (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
  • « Joseph est bien marié », pièce pour orgue pour le temps de Noël, constituée par une suite de 6 variations sur le thème populaire.

Registrations :

  • Variation 1 : Récit de Cornet.
  • Variation 2 : Petit Plein Jeu
  • Variation 3 : Basse de Basson en duo avec les fonds 8, 4, 2 du Grand Orgue
  • Variation 4 : Duo de Cromorne
  • Variation 5 : Petites flûtes avec tremblant doux
  • Variation 6 : Grand Jeu (avec Contre-Bombarde de 32 sur le dernier accord)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Orgue
  • Noëls pour orgue - Jean-Patrice Brosse (1983 - Arion ARN 68209)
  • Les 4 Suites de Noëls - Magnificat du 1er Ton - Concerto en ré majeur - Prélude & Fugue en ré mineur - La Marche des Marseillois et l'air "Ça ira" - Michel Chapuis & Marina Tchebourkina, orgues de l'Eglise Saint Roch, Paris (2002 - Natives - 2CD)
Clavecin
  • Pièces de clavecin (1759) + Duphly et A-L. Couperin - Gustav Leonhardt (1980 - DHM 74321-32328)
  • Premier Livre de Pièces de Clavecin (1759) - Jean-Patrice Brosse, clavecin Kroll 1774 (octobre 1999 - Pierre Vérany PV 799102)
  • Pièces de clavecin en manuscrit, « Romances, pastorales, chasse et canonnade » - Jean-Patrice Brosse, clavecin Kroll 1774 (juin 2006 - Pierre Vérany PV 707021)
  • Pièces de clavecin (1759) - Sophie Yates, clavecin Andrew Garlick 1996, d'après Goujon 1748 (29-30 novembre 2005 - Chandos CHAN 0777)
  • Pièces de clavecin (1759) - Korneel Bernolet, clavecin Augusto Bonza 2011, d'après Hemsch 1736 (2013 - Aliud)
  • Musique de salon, Claude-Bénigne Balbastre [Pièces de clavecin de 1759, Marche des Marseillois et l'air Ça-Ira, Prélude] - Mitzi Meyerson, fortepiano, Broadwood & clavecin, d'après Taskin (mars 2003 et octobre 2004 - Glossa GCD 921803 - 2CD)
  • Airs d’opéra accommodés pour le clavecin de Rameau, Mondonville et Rebel par Balbastre (+ P. Royer) - Catherine Zimmer, clavecin Martine Argellies d'après Goujon (2011 - L'Encelade ECL1001)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 1, Les Hommes et leurs œuvres. A-K, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-0401-0721-5), p. 63
  2. a, b, c et d Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse,‎ 2011, 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 74
  3. one of unisons of buff... aujourd'hui peau de buffle. Ce registre était apparu en 1768 chez Pascal Taskin.
  4. Voir le Journal de Paris du 18 juin 1777, no 169, p. 1.