Claude Antoine de Valdec de Lessart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lessart.

Antoine Claude Nicolas Valdec de Lessart, né le 25 janvier 1741 au château de Mongenan à Portets, tué lors des massacres de Septembre à Versailles le 9 septembre 1792, est un ministre français.

Avant la Révolution[modifier | modifier le code]

Fils naturel du baron Antoine de Gascq, président du Parlement de Guyenne, directeur de la compagnie des Indes, maître des requêtes en 1767, un des trois commissaires nommés en octobre 1788 pour discuter et examiner tout ce qui a trait à l'administration des monnaies, Claude Antoine Valdec de Lessart est un des intimes de Jacques Necker. Louis XVI en fait un des commissaires chargés de concilier les trois ordres aux États généraux.

Sous la Révolution[modifier | modifier le code]

Il est appelé le 4 décembre 1790, au Contrôle général des finances, et reçoit également, le 25 janvier 1791, le portefeuille du ministère de l'Intérieur. Aux Finances, Étienne Clavière et les Girondins s'en prennent à sa gestion ; à l'Intérieur, Camille Desmoulins, Louis-Marie Stanislas Fréron, Jean-Paul Marat lui reprochent ses sympathies pour le clergé réfractaire. Il démissionne son poste de contrôleur le 28 mai 1791[1].

Durant l'affaire de Varennes, il se révèle un exécutant docile des ordres de l'Assemblée Constituante. Claude Antoine de Valdec de Lessart se voit ensuite confier l'intérim du ministère de la Marine en septembre 1791 et les Affaires étrangères en octobre 1791.

Impopulaire en raison de son pacifisme, incapable malgré le soutien de François de Pange et André Chénier, d'arrêter la marche à la guerre voulue par Brissot, il est mis en accusation sous la pression des Girondins, le 10 mars 1792.

Il est transféré à la Haute Cour à Orléans.

Après la journée du 10 août 1792, le jugement des prisonniers par le Tribunal révolutionnaire de Paris est décidé. Claude Fournier-L'Héritier, chargé de les conduire jusqu'à Paris, laisse massacrer - vraisemblablement sur ordre - à Versailles 44 des 52 personnes confiées à sa garde, dont Louis Hercule Timoléon de Cossé-Brissac, Claude Antoine de Valdec de Lessart et Charles-Xavier Franqueville d'Abancourt, tous trois représentant de possibles témoins à décharge dans le futur procès de Louis XVI.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sources IGPDE/Ministère des Finances (Bayard et al., 2000)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]