Claude-Thomas Dupuy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude-Thomas Dupuy
Image illustrative de l'article Claude-Thomas Dupuy
Fonctions
Intendant de la Nouvelle-France
1725 – 1728
Monarque Louis XV de France
Prédécesseur Michel Bégon de La Picardière,
Edme-Nicolas Robert et,
Henri de Chazel
Successeur Gilles Hocquart
Biographie
Date de naissance 10 décembre, 1678
Lieu de naissance Paris, France
Date de décès 15 septembre, 1738
Lieu de décès Bruz, France
Religion Catholicisme
Intendants de la Nouvelle-France

Claude-Thomas Dupuy (le 10 décembre, 1678, Paris, France - 15 septembre, 1738, Château de Carcé, Bruz, France[1]) est un homme politique français. Il a suivi l'ascension familiale en se préparant pour une carrière en droit. Ses bonnes fortunes concernant sa carrière ont été clairement identifiées dans sa nomination comme Intendant de la Nouvelle-France de 1726 à 1728[2]. Il succédait ainsi à Michel Bégon de la Picardière à cette position.

Dupuy a pris possession de son bureau en septembre 1726, mais est resté seulement deux ans au Canada. Il semble avoir été compétent et clairvoyant mais n'était pas d'accord avec le gouverneur, Beauharnois sur la plupart des questions. Un désaccord continu entre les deux a causé, en grande partie, le rappel de Dupuy. Son inflexibilité et inadaptabilité l'ont peu à peu disqualifié pour la position. Il est revenu en France et a commencé une nouvelle carrière dans le monde scientifique où il était bien considéré et où il a bien réussi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son acte de décès. Archives départementales d'Ile et Villaine. 10 NUM 35047 79 vue 23
  2. Jean-Claude Dubé, « DUPUY, CLAUDE-THOMAS », dans Dictionnaire de la biographie canadienne en ligne, 2000, consulté le 18 février, 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Dubé, « DUPUY, CLAUDE-THOMAS », dans Dictionnaire de la biographie canadienne en ligne, 2000
  • Jean-Claude Dubé, Claude-Thomas Dupuy, Intendant de la Nouvelle-France, 1678–1738', Montréal : Fides, 1969, 395 p.