Claude-Jean Allouez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claude-Jean Allouez (6 juin 1622 - 28 août 1689) est un missionnaire jésuite d'origine française ayant exercé la majeure partie de sa vie comme missionnaire en Nouvelle-France.

Jeunesse et formation religieuse[modifier | modifier le code]

Claude Allouez est né le 6 juin 1622 à Saint-Didier, dans la région du Velay en France. En 1639, âgé de 17 ans, il entre au noviciat de Toulouse au sein de l'ordre des jésuites. Entre 1642 et 1645, il étudie la rhétorique au collège des jésuites de Billom puis il enseigne au même endroit entre 1645 et 1651. Il étudie la théologie à Toulouse entre 1641 et 1655. Troisième An de probation à Rodez en 1655-1656, il y est ordonné prêtre et devint ensuite prédicateur à Rodez entre 1656 et 1658[1].

Arrivée et premier mandat en Nouvelle-France[modifier | modifier le code]

Arrivé à Québec le 11 juillet 1658, il étudia d'abord les langues huronne et algonquine. Le 19 septembre 1660, il est nommé supérieur de la résidence des Trois-Rivières et y demeure jusqu'au 5 août 1665[1].

Les missions dans les pays d'En-Haut[modifier | modifier le code]

Il part en 1665 vers la région des Grands Lacs pour remplacer le père René Ménard dans ses travaux apostoliques chez les Algonquins de la mission du Saint-Esprit, située près du lac Supérieur dans ce qu'on appelle alors les Pays d'En-Haut.

Il revient à Québec en 1667, et sur le chemin du retour, il identifie un site propice à l'établissement d'une mission sur les rives de la rivière Sainte-Marie entre les lacs Supérieur et Huron[2]. Le futur site de la mission Sainte-Marie, est en effet très fréquenté par les Amérindiens car il s'agit d'un carrefour de communication pour leurs échanges commerciaux[3].

En 1669, il entreprend un voyage auprès des tribus amérindiennes situées à l'ouest du lac Michigan[4]. Ce voyage lui permet d'identifier un site propice la création d'une nouvelle mission en territoire amérindien, la mission Saint-François-Xavier, qu'il fonde en 1671 en construisant une simple chapelle d'écorce[5].

Il passe plusieurs années dans la région des Grands Lacs au milieu des fatigues, des privations et des persécutions ; mais il fut aidé par le jésuite français Jacques Gravier[6]. Il eut la consolation d'avoir porté le flambeau de la foi à plus de vingt différentes nations d'Amérindiens. Le père Allouez est décédé à la mission Saint-Joseph dans la péninsule inférieure du Michigan en juillet 1689, à l'âge de 73 ans[1].,[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Léon Pouliot, « Biographie de Claude Allouez »,‎ 2000 (consulté le 2 octobre 2011)
  2. (en) Antoine Rezek, « Diocese of Marquette », sur Catholic Encyclopedia,‎ 1910 (consulté le 20 octobre 2011)
  3. Havard 2003, p. 231
  4. (en) « WHS American Journey - Claude Jean Allouez », sur Wisconsin Historical Societey American Journey (consulté le 23 octobre 2011)
  5. (en) « St. Francis Xavier Parish - History of St. Francis Xavier Parish », sur St. Francis Xavier parish (consulté le 23 octobre 2011)
  6. a et b (en) Thomas J. Campbell, « Claude Allouez », sur Catholic Encyclopedia,‎ 1913 (consulté le 2 octobre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Répertoire général du clergé canadien, par ordre chronologique depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours, par Mgr Cyprien Tanguay, Montréal : Eusèbe Senécal & fils, imprimeurs-éditeurs, 1893.
  • Dictionnaire biographique du clergé canadien-français, Jean-Baptiste-Arthur Allaire, Montréal : Imprimerie de l'École catholique des sourds-muets, 1908-1934.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Havard, Empire et métissages : Indiens et Français dans le Pays d'en Haut, 1660-1715, Sillery, Septentrion,‎ 2003, 858 p. (ISBN 2-89448-321-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :