Classe d'espace aérien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classes d'espace aérien aux États-Unis

Les classes d'espace aérien associent à des zones tridimensionnelles dans l'espace aérien un code, en l'occurrence une lettre, qui détermine le niveau de rendu du service du contrôle aérien dans la zone en question[1],[2].

Par « niveau de rendu du service du contrôle aérien » on entend un ensemble de services rendu par les contrôleurs aériens aux pilotes et par conséquent des procédures auxquelles doit se conformer le pilote, un ensemble de règles qu'il doit respecter, mais également un ensemble de services dont bénéficie le pilote lorsqu'il circule dans la zone. Lorsqu'un espace aérien est contrôlé, le pilote peut être en contact radio avec un organisme de contrôle, qui peut être par exemple la tour d'un aérodrome, ou bien un centre de contrôle plus important. Le centre de contrôle peut exiger certaines actions du pilote, par exemple qu'il mette en marche un appareil dans l'avion (transpondeur) permettant au centre de contrôle de l'identifier au radar. Le centre de contrôle offre, en échange, une aide au pilote, et le décharge d'un ensemble de tâches dont le centre assure le contrôle.

Description[modifier | modifier le code]

Dans la définition des classes d'espace aérien on trouve des règles s'appliquant distinctement aux conditions VFR (« Visual Flight Rules ») et IFR (« Instrument Flight Rules »). Les conditions VFR s'appliquent au « vol à vue » c'est-à-dire que le pilote utilise la vue de son cockpit comme source d'information principale. Dans le cas des IFR, le pilote utilise ses instruments comme source de connaissance de l'environnement.

Les classes d'espace aérien sont donc une normalisation des services rendus dans les espaces aériens. Par exemple, dans certaines classes d'espace, c'est la tour de contrôle qui garantit le bon espacement entre les avions. Le pilote doit alors, dans la mesure du possible, se conformer aux clairances délivrées par son interlocuteur radio. Une classe d'espace définit les services qui sont rendus suivant le régime de vol, ainsi que les conditions météorologiques minimales pour pouvoir effectuer des vols en régime VFR. Chaque classe d'espace se voit attribuer une lettre de A à G, A étant la plus restrictive mais aussi la plus sécuritaire, G étant la plus libre.

Une classe est attribuée à un espace en fonction du trafic total et du trafic IFR circulant dans l'espace a un moment donné. Plus le trafic est grand, plus il sera nécessaire de relever le niveau de sécurité, et plus la classe deviendra restrictive.

Une évolution de ces classes est à l'étude avec une classification basée sur 3 types d'espaces U, K, N (dans lesquels les avions seraient identifiés, connus, ou non connus).

On distingue les classes d'espace contrôlé et les classes d'espace non contrôlé.

Espace contrôlé[modifier | modifier le code]

Classe A[modifier | modifier le code]

Services rendus :

Le vol VFR est interdit en classe A sauf dérogation expresse accordée par l'autorité compétente.

Le contact radio et la délivrance d'une clairance pour entrer dans l'espace sont obligatoires.

La vitesse est limitée à 250 kt sous le niveau de vol 100, ou 10000 ft si l'altitude de transition (TA) est supérieure à 10000 ft, sauf clairance.

Elle est utilisée dans les espaces avec un très fort trafic IFR, par exemple les espaces associés aux aéroports de la région parisienne : Roissy-Charles de Gaulle, Orly et Base aérienne 107 Villacoublay. L'EGA est l'Espace Général aérien de classe A au-dessus de la région parisienne. Ses contours ont été substantiellement modifiés le 11 novembre 2011 lors de la la mise en œuvre du "Grenelle de l'environnement 2" dont l'objectif était une diminution d'une bruit par deux pour les populations survolées (soit -3dB) en rehaussant de 1000ft (environ 300 mètres) les altitudes d'interception de l'axe final d'approche des aéroports parisiens[3].

Classe B[modifier | modifier le code]

Services rendus :

Le contact radio et la délivrance d'une clairance pour entrer dans l'espace sont obligatoires.

Les conditions météorologiques de vol à vue (VMC) sont :

  • distance par rapport aux nuages : 1500 mètres horizontalement et 300 mètres ( 1000 ft) verticalement ;
  • visibilité 8 km au-dessus du FL 100 et 5 km au-dessous du FL 100.

La vitesse est limitée à 250 kt sous le niveau de vol 100, ou 10000 ft si l'altitude de transition (TA) est supérieure à 10000 ft, sauf clairance.

La classe B n'est plus utilisée en espace aérien français (elle l'avait été pour la TMA de Koksijde dont une partie se trouve à l'extrême nord de la France et qui désormais est la TMA d'Oostende de classe C).

Classe C[modifier | modifier le code]

Services rendus :

Le contact radio et la délivrance d'une clairance pour entrer dans l'espace sont obligatoires. Les TMA des grands aéroports très fréquentés par les IFR sont généralement de classe C, comme par exemple Bordeaux, Toulouse, Marseille, Nice et Lyon.

Les conditions météorologiques de vol à vue (VMC) sont :

  • distance par rapport aux nuages : 1500 mètres horizontalement et 300 mètres ( 1000 ft) verticalement ;
  • visibilité 8 km au-dessus du FL 100 et 5 km au-dessous du FL 100.

La vitesse est limitée à 250 kt sous le niveau de vol 100, ou 10000 ft si l'altitude de transition (TA) est supérieure à 10000 ft, sauf clairance.

Classe D[modifier | modifier le code]

Services rendus:

Le contact radio et la délivrance d'une clairance pour entrer dans l'espace sont obligatoires.

Les conditions météorologiques de vol à vue (VMC) sont :

  • distance par rapport aux nuages : 1500 mètres horizontalement et 300 mètres ( 1000 ft) verticalement ;
  • visibilité 8 km au-dessus du FL 100 et 5 km au-dessous du FL 100.

La vitesse est limitée à 250 kt sous le niveau de vol 100, ou 10000 ft si l'altitude de transition (TA) est supérieure à 10000 ft, sauf clairance.

Classe E[modifier | modifier le code]

Services rendus:

En classe E, le vol VFR n'est pas soumis à clairance et le contact radio n'est pas obligatoire dans cette classe d'espace. Un vol IFR est lui un vol contrôlé, et a obligation de contact radio et de clairance pour pénétrer un espace de classe E. La seule condition de pénétration pour les VFR est d'avoir les conditions météorologiques de vol à vue (VMC).

Les conditions météorologiques de vol à vue (VMC) sont :

  • distance par rapport aux nuages : 1500 mètres horizontalement et 300 mètres ( 1000 ft) verticalement ;
  • visibilité 8 km au-dessus du FL 100 et 5 km au-dessous du FL 100.

La vitesse est limitée à 250 kt sous le niveau de vol 100, ou 10000 ft si l'altitude de transition (TA) est supérieure à 10000 ft, sauf clairance.

En France, après une courte expérimentation du concept "E+R" (espace de classe E + zone réglementée), les espaces de classe E ont été remplacés par des espaces de classe D pour les CTR (espaces aériens dont la limite inférieure est le sol, établis autour d'un aéroport).

Espace non contrôlé[modifier | modifier le code]

Classe F[modifier | modifier le code]

Services rendus :

  • Services d'information et d'alerte, ainsi que le service consultatif de la circulation aérienne. Pas de service de contrôle.

Le service consultatif de la circulation aérienne est un service permettant d'assurer autant que possible l'espacement entre les vols en régime IFR décidant d'utiliser ce service.

Cette classe n'est pas utilisée en France.

Les conditions météorologiques de vol à vue (VMC) sont :

  • Au-dessus du plus haut des 2 niveaux (niveau le plus haut des deux a utilisés): 3000 ft AMSL ou 1000 ft ASFC: 1000 pieds verticalement et 1 500 m horizontalement par rapport aux nuages et 5 km de visibilité horizontale (8 km au-dessus du niveau de vol 100). Ce sont les mêmes conditions que les classes C et D.
  • A ou au-dessous des 2 niveaux : 3000 ft AMSL ou 1000 ft ASFC : Hors des nuages et en vue de la surface, la visibilité doit être supérieure à 1 500 m (800 m pour les hélicoptères) ou la distance parcourue en 30 secondes de vol si celle-ci est supérieure.

La vitesse est limitée à 250 nœuds sous le niveau de vol 100, ou 10000 ft si l'altitude de transition (TA) est supérieure à 10000 ft.

Classe G[modifier | modifier le code]

Services rendus :

  • Service d'information et d'alerte seulement, pas de service de contrôle.

Il s'agit de la classe d'espace la plus répandue. Quand aucun espace aérien n'est défini, l'espace est de classe G. Des SIV assurent de façon facultative les services d'information et d'alerte dans ces zones.

Les conditions météorologiques de vol à vue (VMC) sont les mêmes qu'en classe F.

La vitesse est limitée à 250 nœuds sous le niveau de vol 100, ou 10000 ft si l'altitude de transition (TA) est supérieure à 10000 ft.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr/dossier/texteregle/SCA_complet_191208.pdf
  2. règlement de la circulation aérienne (RCA) disponible sur le site du Service de l'Information Aéronautique (SIA) (partie SCA : Services de la Circulation Aérienne, Annexe 2, appendice 4)
  3. modification des espaces en région parisienne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]