Classe Oudaloï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Classe Udaloy)
Aller à : navigation, rechercher
Classe Oudaloï
Image illustrative de l'article Classe Oudaloï
Vue d'un destroyer Oudaloï
Projet 1155/Fregat
Caractéristiques techniques
Type Destroyer lance-missile
Longueur 163 m
Maître-bau 19 m
Tirant d'eau 7,5 m
Déplacement 6 700 tonnes
Port en lourd 8 404 tonnes
Propulsion 2 M62 cruise gas turbines, 15 000 ch
2 M8KF boost gas turbines, 45 000 ch
Puissance 60 000 ch
Vitesse 30 nœuds (56 km/h)
Caractéristiques militaires
Aéronefs 2 Ka-27
Rayon d’action 5 700 miles nautiques à 18 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 249 dont 29 officiers
Histoire
Constructeurs Yantar, Kaliningrad
Chantiers de la Baltique, Leningrad
A servi dans Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Commanditaire Politburo du Parti communiste de l'Union soviétique
Date début commande 1977
Période de
construction
1978 - 1995
Période de service 1980 - actuel
Navires construits 13
Navires annulés 2
Navires en activité 7
Navires démolis 4
Navires retirés du service 2
Précédent Classe Sovremennyy

Les navires de la classe Oudaloï (ou Project 1155) furent des destroyers lance-missile soviétiques fonctionnant en tandem avec les destroyers de la classe Sovremennyy. Cette classe est principalement destinée à la lutte anti-sous-marine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorsque la décision de lancer le programme Oudaloï (Projet 1155) a été prise en 1972, il devait initialement s’agir de navires d’escorte dérivés du Projet 1135-Krivak. Ils ont été progressivement agrandis et mieux armés pour devenir des destroyers lance-missiles destinés prioritairement à la lutte anti-sous-marine.

C’est le bureau d’études Severnoe qui a été chargé de leur conception et leur première appellation OTAN était « Bal-Com 3 ». Au sein de task forces navales les Oudaloï complètent les destroyers lance-missiles Sovremennyy (Projet 956) dédiés quant à eux à la lutte anti-navire. Les Oudaloï disposent donc d’un sonar d’étrave et d’un sonar remorqué à basse fréquence. Leurs capacités anti-aérienne et anti-navire sont par contre plus limitées hormis la dernière unité, du type Oudaloï II, qui diffère des précédentes.

Description et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, la marine soviétique se préoccupe du vieillissement de ses destroyers armés de canons et décide de s'équiper d'un navire orienté essentiellement dans le combat anti-surface et l'appui feu contre la terre, préoccupation qui donna naissance au projet no 965 Sarych aboutissant aux destroyers Sovremennyy. La révélation du projet américain de destroyers anti-sous-marins de classe Spruance poussa les Soviétiques à se doter de grands destroyers anti-sous-marins pour compléter les Sovremennyy qui ne disposaient que de faibles capacités dans ce domaine. C'est ainsi que le projet 1151 Fregat fut lancé aboutissant in fine aux destroyers de classe Oudaloï.

Un système COGAG à base de turbines à gaz propulse le navire de 6 700 tonnes (Oudaloï) ou 7 500 tonnes (Oudaloï II) jusqu’à 30 nœuds. La puissance totale des 4 turbines atteint 60 000 ch. Les Oudaloï sont réputés pour avoir une bonne stabilité à la mer et une grande autonomie.

Rôle[modifier | modifier le code]

Cette idée de « couple » (un destroyer ASM et un destroyer ASF/AA) avait déjà germé dans les années 1960 avec les projets 1144 Orlan (35 à 40 bâtiments ASM) et les projets 1165 Fugas (35 à 40 bâtiments antiaériens) mais ces deux projets avaient fusionné pour donner naissance aux croiseurs lourds classe Kirov.

La marine soviétique ne fut cependant pas satisfaite de cette solution et, aiguillonnée par les Ticonderoga américains, chercha à se doter de destroyers multi-missions. C'est ainsi que naquit la classe Oudaloï II (projet 11551) qui combinait le meilleur des Sovremennyy et des Oudaloï. La chute de l'URSS ne permit que la construction d'un seul et unique Oudaloï II, l’Amiral Chabanenko.

Armement[modifier | modifier le code]

L’armement principal d’un Oudaloï comprend 8 missiles anti-sous-marins SS-N-14 « Silex » (fusée porteuse d’une torpille avec une portée de 50 km) en lanceurs quadruples de chaque côté du navire, 8 lance-torpilles de 533 mm et 2 lance-roquettes anti sous-marin RBU-6000 (6 km de portée). Deux hélicoptères de lutte anti-sous-marine Ka-27 peuvent prendre place dans le hangar à l’arrière.

Si les Udaloy n’emportent pas de missiles anti-navires « dédiés », il existe une version anti-navire du SS-N-14 avec charge explosive ou nucléaire à la place de la torpille. La défense antiaérienne et rapprochée des Oudaloï est assurée par 2 canons AK-100 de 100 mm, 4 canons multitubes AK-630 de 30 mm, 8 systèmes SA-N-9 (à 8 missiles de 15 km de portée soit 64 missiles au total) et, sur certains navires seulement, 8 mitrailleuses de 12,7 mm.

L’équipage comprend 249 hommes dont 29 officiers.

Les unités[modifier | modifier le code]

L’URSS avait prévu de construire 50 destroyers Oudaloï et Sovremennyy. Mais suite à la chute de l’URSS seulement 13 Oudaloï furent lancés entre 1980 et 1990 par les Chantiers de la Baltique Zhdanov à Leningrad et Yantar à Kaliningrad. Un 14e Oudaloï (second Oudaloï II) a été démantelé sur cale en 1994 tandis qu’un 15ème n’a jamais été mis sur cale.

En 2008, la marine russe disposait encore de 7 Oudaloï en service tandis que 4 ont été désarmés et 2 sont en réserve ou réparation.

Oudaloï[modifier | modifier le code]

Classe Oudaloï - Projet 1155
Nom Chantier naval Mise en chantier Lancement Mise en service Commentaire
Oudaloï Chantiers de Yantar, Kaliningrad 1978 1980 novembre 1980 Désarmé et cannibalisé au profit des autres en 2003
Vice-amiral Koulakov (en) Chantiers de la Baltique, Leningrad 1978 1980 septembre 1981 Révision en 1990 puis en réserve
Maréchal Vassilievski Chantiers de la Baltique, Leningrad 1979 1982 juin 1983 Retiré du service en 2007
Amiral Zakharov Chantiers de la Baltique, Leningrad 1979 1982 octobre 1983 Démolie 1992
Amiral Spiridonov Chantiers de Yantar, Kaliningrad 1981 1983 septembre 1984 Désarmé et cannibalisé au profit des autres en 2003
Amiral Tributs Chantiers de la Baltique, Leningrad 1982 1983 août 1985 Démolie 1995
Maréchal Chapochnikov (en) Chantiers de la Baltique, Leningrad 1983 1985 octobre 1985
Maréchal Boudienny Chantiers de Yantar, Kaliningrad 1983 1985 décembre 1986 Renommé en Simferopol puis Severomorsk et Remotorisation en 1999-2001.
Amiral Levtchenko (en) Chantiers de la Baltique, Leningrad 1985 1985 janvier 1988 Remotorisation en 1999-2001.
Amiral Vinogradov (en) Chantiers de Yantar, Kaliningrad 1986 1987 octobre 1988
Amiral Kharlamov Chantiers de Yantar, Kaliningrad 1986 1988 septembre 1989 Placé en réserve en 2006 dans l’attente de pouvoir financer sa remotorisation.
Amiral Panteleïev (en) Chantiers de Yantar, Kaliningrad 1988 1990 juillet 1991

Oudaloï II[modifier | modifier le code]

Classe Udaloy II - Projet 1155.1
Nom Chantier naval Mise en chantier Lancement Mise en service
Amiral Chabanenko Chantiers de Yantar, Kaliningrad 1989 1995 23 juin 1996

Le dernier des Oudaloï diffère des autres par son armement et ses équipements renforcés en en faisant un destroyer multirôle. Cet Oudaloï II ou Oudaloï Mod (projet 1155) dispose de 8 missiles anti-navires SS-N-22 Sunburn (110 km de portée), comme les Sovremennyy, à la place des SS-N-14. Les 2 canons AK-100 de 100 mm sont aussi remplacés par une tourelle bitube AK-130 de 130 mm et les AK-630 par 2 systèmes CADS-N-1. Le CADS-N-1 comprend 8 missiles surface-air SA-N-11 Grison de 8 km de portée associés à 2 canons multitubes AK-630 de 30 mm.

En ce qui concerne l’armement anti-sous-marin, les lance-roquettes RBU 6000 sont remplacés par des RBU 12000 de 3 km de portée tandis que des missiles anti-sous-marins SS-N-15 « Starfish » (40 km de portée) peuvent être lancés depuis les tubes lance-torpilles. De nombreux équipements (sonars, radars, systèmes de contrôle de tir, guerre électronique, etc.) ont été remplacés par des systèmes plus modernes. L’équipage passe à 298 hommes dont 29 officiers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :