Classe Tourville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tourville.
Tourville
Image illustrative de l'article Classe Tourville
La frégate ASM Tourville le 14 Juillet 2007 à Saint-Malo

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Lancement (Tourville)
Armé (Tourville)
Statut Désarmé (Duguay-Trouin, Tourville et De Grasse)
Caractéristiques techniques
Type Frégate
Longueur 152,75 mètres
Maître-bau 15,80 mètres
Tirant d'eau 6,60 mètres
Déplacement 4 580 tonnes et 6 100 tonnes à pleine charge
Propulsion 2 groupes turbines à vapeur Rateau à double réduction
4 chaudières multitubulaires, dissymétriques à chauffe automatique, timbrées à 45 kg/cm2 et surchauffe à 450 °C
2 hélices à pales fixes
Puissance 58 000 chevaux
Vitesse 32 noeuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 système Crotale EDIR - 8 missiles sur rampe + 18 en réserve
2 canons de 100mm modèle 1968 qui portent le nom de "Soleil Royal" et "Barfleur"
2 affûts de 20mm F2
4 affûts pour mitrailleuses de 12.7mm
6 rampes de missiles anti-navires Exocet MM38
2 berceaux lance torpilles anti-sous-marines L5 autoguidées
10 torpilles anti-sous-marines L5 mod 4
Rayon d'action 1 900 nautiques à 30 nœuds, 4 500 nautiques à 18 nœuds
Autres caractéristiques
Électronique 1 radar de veille Surface DRBV 51B
1 radar de veille Air DRBV 26A
1 radar de conduite de tir DRBC 32D
2 radar de navigation DRBN 34
1 sonar de coque DUBV 23
1 flûte ETBF DSBV 62C
1 sonar remorqué DSBX 1
1 dispositif d'alerte torpille Syva
1 brouilleur ARBB 32
1 intercepteur radar ARBR 16
2 lance-leurres Syllex
SENIT 3
SEAO/OPSMER

Liaisons HF, UHF, VHF et SHF ; Syracuse 2; Inmarsat
Liaison 11
Équipage 24 officiers
160 officiers mariniers
115 quartiers maîtres et matelots
Port d'attache Brest

Les frégates de Classe Tourville sont des navires ASM (Anti-Sous-Marine) de la Marine française. Le nom Tourville est donné en l'honneur de Anne Hilarion de Costentin de Tourville, ancien vice-amiral et Maréchal de France.

Présentation[modifier | modifier le code]

La Classe Tourville est désignée comme : Frégate anti-sous-marines type F 67. Ce sont des frégates de premier rang, spécialisés dans la lutte anti-sous-marine (ASM) qui embarquent un hélicoptère ASM Lynx. Elles sont équipées de moyens de lutte anti-navires (missiles Exocet) et anti-aérienne (missile Crotale, canon de 100 mm, 2 affûts de 20 mm F2 et 4 affûts pour mitrailleuses de 12,7mm).

Le Tourville et le De Grasse ont subi entre 1994 et 1996 des modernisations importantes comportant l'installation du "SLASM" (Système de Lutte Anti-Sous-Marine) qui est un système de détection multistatique. Celui-ci consiste, pour un bâtiment de lutte ASM qui émet au sonar, à “partager” le retour d’écho avec un autre senseur (navire, bouée, sous-marin), ce qui permet de mieux situer le sous-marin adverse. Ce mode de détection nécessite l’utilisation de sonars très basse fréquence. Ces sonars, les premiers du genre, avaient de lourds calculateurs dédiés et souffraient d’une faible puissance de calcul. Ainsi, il fallait douze heures de travail à un supercalculateur pour analyser dix minutes d’émissions à basse fréquence[1].

Le Duguay Trouin a été désarmé prématurément pour des raisons budgétaires.

SLASM[modifier | modifier le code]

Navires de la classe Tourville[modifier | modifier le code]

no  Nom Mise sur cales Mise à l'eau Mise en service Désarmée Destination
D610 Tourville Cimetière de Landévennec depuis 2012
D611 Duguay-Trouin Brise-lame à Lanvéoc-Poulmic depuis 2006
D612 De Grasse Cimetière de Landévennec depuis 2013

Remplacement prévu[modifier | modifier le code]

Le De Grasse a été désarmé en 2013. Les premières frégates FREMM ont pris la suite des frégates de la classe Tourville, d'abord l'Aquitaine, puis la Normandie devrait suivre.

Les noms de la classe Tourville devraient être réutilisés pour les sous marins de la classe Barracuda.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Marine en pointe dans la lutte ASM », sur TTU,‎ 12 décembre 2013 (consulté le 14 décembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]