Classe Suffren (frégate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la classe de frégates de la fin du XXe siècle. Pour les autres classes Suffren, voir classe Suffren.
Classe Suffren
Image illustrative de l'article Classe Suffren (frégate)
Le Duquesne
Caractéristiques techniques
Type frégate
Longueur 158 m
Maître-bau 15,50 m
Tirant d'eau 7,25 m
Déplacement 5 335 tonnes
Propulsion 4 chaudières à vapeur
4 turbines
2 hélices
Puissance 72 500 ch
Vitesse 34 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 48 missiles sol-air Masurca

4 missiles Exocet
10 torpilles anti-sous-marin L5
2 canons de 100 mm
4 canons de 20 mm
4 mitrailleuses de 12,7 mm

Autres caractéristiques
Électronique Radar tridimensionnel DRBI23

Radar basse altitude DRBV15
Système radar multicible DRBC33
DRBN34
DRBR51
2 lanceurs de leurres Sagaie
AN/SLQ-25 Nixie (en)
Brouilleur ARBR33
Détecteur ARBR17

Équipage 360 hommes, dont 23 officiers
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale (France)
Période de
construction
1962 - 1966
Période de service 1967 - 2007
Navires construits 2
Navires prévus 3
Navires annulés 1
Navires désarmés 2
Classe Horizon Suivant

La classe Suffren est une classe de frégates lance-engins (FLE) de la marine nationale. C'est un bâtiment polyvalent conçu pour protéger une force navale contre les menaces aériennes, celles des navires de surface, des sous-marins et, dans une moindre mesure, fournir un appui feu sur des objectifs terrestres. C'est la première classe de navires français à être construite spécialement en tant que frégate lance-missiles.

Conception[modifier | modifier le code]

Les deux navires sont conçus pour escorter les porte-avions de la classe Clemenceau, et leur concept est similaire à celui des destroyers de type 82 (en). La désignation de la classe est FLE 60. L'arme principale des frégates sont les missiles mer-air Masurca, lancés depuis une rampe double installée sur la plage arrière et disposant de 48 missiles. Le contrôle de tir est assuré par le radar tridimensionnel DRBI 23, monté dans un radôme massif (appelé la "boule"). Elles ont été les premières frégates françaises à mettre en œuvre des radars de veille aérienne à longue portée. Ceux-ci auraient eu un rayon de détection de 400 km.

L'armement anti-sous-marin comprend un système lance-missile Malafon (13 missiles transportés), et quatre catapultes lance-torpilles avec comme moyen de détection deux sonars. Un sonar de coque fixe DUBV-23D-1 et un sonar remorqué à immersion variable DUBV-43B . Des missiles Exocet ont été installés entre 1977 et 1979 sur le roof arrière à la place des 2 canons anti-aériens de 30 mm. Ils n'embarquaient pas d'hélicoptère.

Les deux navires ont été modernisés, le Suffren de 1989 à 1990 et le Duquesne de 1990 à 1991, notamment en ce qui concerne les moyens d'aide à la conduite des opérations, de détection, de guerre électronique et de transmissions. C'est lors de cette modernisation que le système Malafon devenu obsolète a été débarqué.

Navires de la classe Suffren[modifier | modifier le code]

Les deux navires de la classe ont le nom d'un amiral français. À l'origine, trois navires devaient être construits, mais la ré-allocation du budget de la troisième frégate a permis de financer l'achat aux États-Unis des 42 intercepteurs Crusaders embarqués à partir de 1964 sur les porte-avions Clemenceau et Foch[réf. nécessaire].

no  Nom Chantier Mise sur cales Mise à l'eau Mise en service Désarmée Destination
D602 Suffren Arsenal de Brest 21 décembre 1962 15 mai 1965 20 juillet 1967 2 avril 2001 Depuis 2009, brise lame à Port Avis, pour le port de l'île du Levant.
D603 Duquesne Arsenal de Lorient 1er février 1965 12 février 1966 1er avril 1970 23 juin 2007 Depuis 2009, brise lame l'école de plongée de la Marine nationale du port de Saint-Mandrier.

Les noms de la classe Suffren devraient être réutilisés pour les sous marins de la classe Suffren.

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]