Classe Queen Elizabeth (porte-avions)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe Queen Elizabeth.
Classe Queen Elizabeth
Image illustrative de l'article Classe Queen Elizabeth (porte-avions)
Caractéristiques techniques
Type Porte-avions
Longueur 286 m
Maître-bau 39 m
Tirant d'eau 9 m
Tirant d'air 56 m
Déplacement 70 600 t à pleine charge
Propulsion 2 Rolls-Royce Marine Trent MT30 et

4 générateurs Diesel Wärtsilä

Puissance 120 MW (150 000 ch)
Vitesse 28 nœuds Max 35 Nœud
Caractéristiques militaires
Armement Phalanx CIWS

canons de 30mm, miniguns, missiles (MBDA Aster 15)

Aéronefs 40 dont Lockheed F-35B Lightning II et AgustaWestland EH101 Merlin Peut accueillir jusqu'à 65 appareils.
Rayon d’action 18 600 km (10 000 miles)
Autres caractéristiques
Électronique Radar longue portée Thales S1850M[1]
Équipage 1 450
Histoire
Constructeurs Aircraft Carrier Alliance
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Date début commande 20 mai 2008 (HMS Queen Elizabeth)
Période de
construction
7 juillet 2009 (HMS Ark Royal)
Navires prévus 2
Précédent classe Invincible

La classe Queen Elizabeth est une classe de deux porte-avions de la Royal Navy, construits par VT Group et BAe Systems sur un design de Thales. La commande des deux bâtiments, le HMS Queen Elizabeth et le HMS Prince of Wales, est signée le 2 juillet 2008 pour un montant de 3,775 milliards d'euros [2], le coût total du programme est estimé à 5 milliards . La livraison du premier exemplaire est prévue pour 2015-2016, et le second en 2018. Ils remplacent les 3 porte-aéronefs de classe Invincible[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle classe de porte-avions construite par BVT Surface Fleet en plusieurs blocs sur divers chantiers en Grande-Bretagne sous la direction du Aircraft Carrier Alliance réunissant Thales UK, BAE Systems et Babcock, doit remplacer les portes-aéronefs de classe Invincible (HMS Invincible (R05), HMS Illustrious (R06) et HMS Ark Royal (R07)). La taille modeste de la classe Invincible (22 000 tonnes) ne permettait pas l'emport d'un groupe important d'avions de combat. Ainsi en remplacement des trois porte-avions légers il a été décidé en 1998 la construction de deux porte-avions plus lourd (70 600 tonnes).

La Royal Navy l'avait initialement prévu, à l'image de la classe Invincible, sans catapulte pour embarquer, outre des hélicoptères, des avions à décollage court et atterrissage vertical (STOVL). Puis par souci d'économie et d'interopérabilité, il fut décidé en 2010 qu'il serait équipé CATOBAR, c'est-à-dire sans tremplin mais avec catapultes, brins d'arrêt et piste oblique, et devait accueillir des F-35C à décollage conventionnel. Mais les coûts de conversion de cette configuration ont finalement conduit le gouvernement britannique à revoir une fois de plus son choix, Philip Hammond, le ministre britannique de la défense confirma en mai 2012 que le Royaume-Uni choisirait finalement le projet initial en configuration STOVL[4].

Longs de 280 mètres pour un déplacement de 70 600 tonnes en charge, ces navires seront les plus grands de l'histoire de la Royal Navy. La largeur de leur pont d'envol atteindra 70 mètres, sa superficie sera de 16 000 m2, alors que leur hauteur, de la quille au mât, sera de 56 mètres[5].

Construction[modifier | modifier le code]

L'étrave du HMS Queen Elizabeth.

Le 7 juillet 2009, la première tôle du HMS Queen Elizabeth a été découpée au chantier Govan shipyard[6].

Le 12 avril 2010, l'étrave est terminée et transportée à Rosyth[7].

Début janvier 2010, 1,25 milliard d'euros sur les cinq milliards de livres sterling consacrés au programme ont déjà été dépensés.

Le 26 mai 2011, c'est au tour du HMS Prince of Wales de voir sa première tôle découpée[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Portée de détection de 400 km sur cibles aérienne
  2. (fr) « Londres lance les gros contrats pour ses deux porte-avions », La Tribune, 2 juillet 2008
  3. (en)Michael Smith, « Navy surrenders one new aircraft carrier in budget battle », The Times,‎ 25 octobre 2009 (lire en ligne)
  4. « Les Britanniques reviennent au F-35B et aux porte-avions à tremplin », sur Mer et Marine,‎ 12 mai 2012 (consulté le 8 mai 2014)
  5. « Près de 400 millions d'euros de contrats pour les futurs porte-avions britanniques », sur http://www.meretmarine.com, Mer et Marine,‎ 19 janvier 2010 (consulté le 9 mars 2010)
  6. (en) Lancement de la construction du premier porte-avions de classe Queen Elizabeth.
  7. L'étrave du porte-avions HMS Queen Elizabeth arrive aux chantiers Babcock.
  8. La Grande-Bretagne lance la construction d'un second porte-avions.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]