Classe Moskva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Moskva
Image illustrative de l'article Classe Moskva
Porte-hélicoptères classe Moskva
Caractéristiques techniques
Type Croiseur porte-hélicoptères
Longueur 189,1 m
Maître-bau 34,1 m
Tirant d'eau 7,6 m
Déplacement 14 900 tonnes
Port en lourd 17 500 tonnes (à pleine charge)
Propulsion 4 chaudières à haute pression, 2 turbines à vapeur, 2 hélices
Puissance 100 000 ch
Vitesse 30 nœuds
Caractéristiques militaires
Aéronefs 18 hélicoptères Kamov Ka-25 PLO/PS
Rayon d’action 6 000 miles nautiques à 18 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 804 officiers, sous-officiers et matelots
Histoire
Constructeurs Tchernomorsky Nikolaïev
A servi dans Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
Commanditaire Politburo du Parti communiste de l'Union soviétique
Date début commande 1960
Période de
construction
1962 - 1965
Période de service 1967 - 1991
Navires construits 2
Navires prévus 3
Navires annulés 1
Navires en activité 0
Navires perdus 0
Navires désarmés 2
Navires démolis 2

La Classe Moskva ou Projet 1123/Kondor (Кондор), est une classe de croiseur porte-hélicoptères de la marine soviétique. Elle est composée de 2 unités, le Moskva et le Leningrad. Ils furent construits par les chantiers navals de Nikolaïev de 1962 à 1965. À l'instar des autres croiseurs porte-hélicoptères de l'époque (les Andrea Doria et Vittorio Veneto italiens, la Jeanne d'Arc française), les Moskva avaient leur armement regroupé sur la plage avant, de massives superstructures et un vaste pont d'envol à l'arrière surmontant les deux hangars.

Projet d'étude[modifier | modifier le code]

La genèse du Projet 1123[modifier | modifier le code]

Au sortir de la seconde guerre mondiale, l'URSS avait parfaitement compris l'impact du porte-avions dans le cadre de la guerre navale, de nombreux projets ont même été étudiés et planifiés mais les difficultés étaient innombrables pour les défenseurs des porte-avions au sein de la marine soviétique. Il y avait d'abord les difficultés techniques ; les pays qui s'étaient dotés de porte-avions dans les années 1920 et 1930 peuvent en témoigner, l'acquisition d'une vraie capacité aéronavale requiert beaucoup de moyen financier, de savoir-faire et d'intelligence. À quoi s'ajoutait en URSS le contexte politique ; l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques s'étant définie comme un pays anti-impérialiste, il était difficile pour la marine soviétique de demander la construction des navires symboles du dit impérialisme, Krouchtchev parlant même d'arme d'agression. Enfin, le cadre géographique de l'URSS ne rendait pas service aux pro-porte-avions puisque la marine soviétique devait se battre soit dans des mers fermées (Baltique, Mer Noire), soit difficilement accessibles aux porte-avions (Océan Glacial Arctique) ; seul le Pacifique était un terrain de jeu favorable. Tous les projets de porte-avions furent de toute façon stoppés par le limogeage le 8 décembre 1955 de l'amiral Kouznetsov, leur principal avocat. Ce n'est que vingt ans plus tard que les études de porte-avions reprendront en URSS avec l'Orel et l' Oulianovsk, seuls vrais porte-avions soviétiques qui ne seront jamais achevés.

La marine soviétique n'était cependant pas totalement fermée aux innovations et tous les amiraux dont le premier d'entre-eux, l'amiral Gorckhov, avaient compris l'utilité de l'hélicoptère dans la lutte anti-sous-marine (ASM). Pour pouvoir frapper les sous-marin américains lanceurs d'engins, l'URSS imagina une classe de croiseurs porte-hélicoptères qui après plusieurs années d'études allait aboutir aux Moskva.

Projet 1123 Moskva/Kondor (Кондор)[modifier | modifier le code]

Le premier projet envisagea la réutilisation d'une coque de croiseur de classe Sverdlov qui devait compter 23 navires mais seulement 14 furent achevés, 9 coques étant disponibles. En janvier 1959, l'Amiral Gorckhov demanda l'étude d'un projet de navire capable de combattre les sous-marins en haute mer au sein d'un groupe de chasse, le navire en question devant en assurer le commandement. Le premier projet donnait un bâtiment de 4 500 tonnes, filant à 35 nœuds et pouvant embarquer 8 Kamov Ka-25 avec un armement défensif réduit. Le 18 août 1959, le bureau central de construction proposa d'accroitre le nombre d'hélicoptères embarqués de 8 à 14 et de renforcer l'armement anti-sous-marin et anti-aérien ce qui porta le tonnage à 8 000 tonnes et réduisait la vitesse à 32 nœuds. Le projet 1123 Kondor fut officiellement lancé le 25 janvier 1960 avec pas moins de huit variantes : quatre avec divers systèmes propulsifs, trois avec un armement différent et un tonnage réduit et même un avec une coque catamaran.

Le projet définitif fut arrêté le 29 septembre 1960 avec la même propulsion que les croiseurs de classe Kynda. Pourtant les recherches se poursuivirent, signe d'une certaine indécision au sein des hautes sphères de la marine soviétique, donnant naissance à seize nouvelles variantes, le tonnage ne cessant d'augmenter jusqu'à ce que les caractéristiques techniques définitives soient arrêtées le 28 novembre 1963, alors que la construction du Moskva avait déjà commencé à Nikolaiev.

Description technique[modifier | modifier le code]

Le pont d'envol des Moskva mesurait 86 m de long sur 34 m de large. Un hangar au bout de ce pont pouvait accueillir deux hélicoptères côte à côte. Le pont d'envol disposait de trois points d'accrochage et de 4 spots d'appontage numérotés 1 à 4, un cinquième spot marqué par la lettre P occupant l'espace central. Deux ascenseurs pour aéronefs de 16,5 m de long sur 4,5 m de large le reliaient à un entrepont de 50 m de long sur 22 de large. L'entrepont pouvait accueillir jusqu'à 18 Kamov Ka-25 même si généralement seulement 14 appareils étaient embarqués.

Descriptif caractéristique
Armement
  • système M-11 Chtorm: 2 rampes doubles B-187A pour missiles V-611 ("SA-N-3 Goblet SAM") / 96 missiles
  • système Vikhr : 1 rampe double MS-18 pour missiles ASM 82-R ("SUW-N-1") / 48 missiles
  • 2 tourelles doubles de 57 mm AK-725
  • 2 tourelles doubles de 30 mm AK-230 (débarqués)
  • 2 lance-roquettes ASM RBU-6000 Smertch 2 de 250 mm / 120 roquettes
  • 2 plates-formes quintuples de tubes lance-torpilles de 533 mm PTA-53-1123 (débarquées dans les années 1970 car inutilisables)
Électronique
  • 1 radar de veille aérienne tridimensionelle MR-600 Voskhod (« Top Sail »)
  • 1 radar de veille aérienne tridimensionelle MR-310 Angara-A (« Head Net C »)
  • 2 radars de conduite de tir Grom (« Head Light A ») pour les missiles surface-air
  • 2 radars de conduite de tir MR-103 Bars (« Muff Cob ») pour l'artillerie de 57 mm
  • 3 radars de navigation Vaïgatch (« Don 2 »)
  • 1 système de guerre électronique Gourzouf (« Side Globe »)
  • 1 système de guerre électronique Zaliv (2 « Bell Clout », 2 « Bell Slam », 2 « Bell Tap », 2 « Top Hat »)
  • 2 lance-leurres PK-2 (remplaçant les AK-230)
  • 1 sonar de coque MG 342 Orion (« Moose Jaw »)
  • 1 sonar remorqué MG-325 Vega (« Mare Tail »)
  • 2 systèmes IFF Nikel-KM et Krom-KM (« High Pole A » et « B »)


Les navires[modifier | modifier le code]

Classe Moskva - Projet 1123
Nom Chantier naval Mise en chantier Lancement Mise en service Commentaire
Moskva Chantiers de Tchernomorsky Nikolaïev 15 décembre 1962 14 janvier 1965 25 décembre 1967 Retiré du service en 1991 et vendu pour ferraillage en 1996
Leningrad Chantiers de Tchernomorsky Nikolaïev 15 janvier 1965 31 juillet 1965 2 juin 1969 Retiré du service en 1991 et vendu pour ferraillage en 1996

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]