Classe Minotaur (1906)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe Minotaur.
Classe Minotaur
Image illustrative de l'article Classe Minotaur (1906)
Le HMS Minotaur avant la Première Guerre mondiale
Caractéristiques techniques
Type Croiseur cuirassé
Longueur 158,19 m[1]
Maître-bau 22,71 m
Tirant d'eau 7,92 m
Déplacement 14 834 tonnes
Propulsion 4 cylindres triple expansion
24 chaudières Yarrow
Puissance 27 000 ch
Vitesse 23 nœuds (43 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 04 canons de 9,2 pouces (en)
10 canons de 7,5 pouces (en)
16 canons de 12 livres (en)
05 TLT de 18 pouces
Autres caractéristiques
Équipage 755 hommes
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Période de
construction
1905 - 1909
Période de service 1908 - 1922
Navires construits 3
Navires perdus 1
Navires démolis 2
Précédent Classe Duke of Edinburgh

La classe Minotaur est une classe de trois croiseurs cuirassés construits au début du XXe siècle. Derniers croiseurs cuirassés de la Royal Navy, ils participent à la Première Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

Les trois croiseurs cuirassés de la classe Minotaur sont les derniers de ce type prévus par le 1904/05 Programme. Basés sur le HMS Warrior, ils sont élargis, leur déplacement est augmenté de mille tonnes, ce afin de permettre l'emport d'un armement plus lourd au détriment d'un blindage allégé. Le résultat est impressionnant sur le papier, mais les navires s'avèrent quelque peu surarmés et sous-protégés. L'armement principal est constitué de deux tourelles doubles de 234 mm (en), une à l'avant et l'autre à l'arrière ; dix canons de 190 mm (en) sont installés, cinq de chaque côté du croiseur. L'armement anti-torpilles est amélioré par rapport aux croiseurs cuirassés précédents, avec l'utilisation de canons de 76 mm (en), disposés sur les superstructures avant et arrière ainsi que sur le toit des tourelles[1].

Le blindage de ceinture est long de 83 m ; épais de 152 mm au milieu du navire, il est de 102 mm à l'avant et de 76 mm à l'arrière. Les tourelles des canons de 190 mm ont un blindage de 203 mm à l'avant, de 152 mm sur les côtés et de 114 mm à l'arrière. Les tourelles des canons de 234 mm ont un blindage de 203 mm à l'avant, et de 178 mm sur les côtés et à l'arrière. Le blindage du pont est faible ; de 19 mm, il est de 38 mm au-dessus du gouvernail.

Le Shannon a une coque différente de celle de ses sister-ships ; d'un pied (30 cm) plus large et d'un tirant d'eau moins important, le navire est moins rapide. Malgré une puissance développée plus importante lors des essais, il enregistre une vitesse plus faible : 22,5 nœuds (41,7 km/h) contre 22,9 nœuds (42,4 km/h) pour le Defence et 23 nœuds (42,6 km/h) pour le Minotaur[1],[2].

Les cheminées sont rallongées de 15 pieds (4,6 m) en 1909. En 1917 le Minotaur et le Shannon reçoivent des mâts tripodes, ainsi que des canons antiaériens[3].

Unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Chantier[1] Quille Lancement Mise en service Destin
HMS Minotaur Devonport Dockyard 2 janvier 1905 6 juin 1906 1er avril 1908 Revendu pour démolition le 12 avril 1920[4]
HMS Shannon Chatham Dockyard 2 janvier 1905 20 septembre 1906 10 mars 1908 Revendu pour démolition le 12 décembre 1922
HMS Defence Pembroke Dockyard 22 février 1905 24 avril 1907 9 février 1909 Coulé le 31 mai 1916 à la bataille du Jutland

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : HMS Defence (1907).

Le Defence rejoint la 5e escadre de croiseurs en février 1909 avant d'être transféré à la 1re escadre de croiseurs (en) de la Home Fleet en juillet. Il escorte le yacht royal Medina (en) lors de son voyage en Inde 1911 à 1912, avant de rejoindre la Chine. De retour en Méditerranée à la fin de l'année en tant que navire amiral de la 1re escadre de croiseurs, il prend part à la poursuite des navires allemands Goeben et Breslau en août 1914[5]. En septembre, il rejoint les Dardanelles, puis l'Atlantique Sud afin de renforcer l'escadre du contre-amiral Cradock. Après la destruction de celle-ci lors de la bataille de Coronel, il rejoint le cap de Bonne-Espérance en novembre, avant d'être nommé navire amiral de la 1re escadre en janvier 1915. Il participe ainsi à la bataille du Jutland, où il est coulé par des navires allemands le 31 mai 1916, emportant avec lui les 893 hommes d'équipage[3].

Le Minotaur rejoint la 5e escadre de croiseurs dès sa sortie du chantier en mai 1908, avant d'être transféré à la 1re escadre le mois suivant. Il rejoint alors la Chine, où il est le navire amiral de 1910 à 1914[6]. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il escorte des convois des troupes en provenance d'Australie. Le croiseur cuirassé rentre au Royaume-Uni en décembre 1914, après un bref passage par le cap de Bonne-Espérance. Après un carénage, il rejoint la 2e escadre de croiseurs début 1916, et participe ainsi à la bataille du Jutland. Il est mis en réserve peu après la fin de la guerre et revendu pour démolition en 1920[3].

Le Shannon entre en service en tant que navire amiral du contre-amiral de la 5e escadre de croiseurs en mars 1908, avant d'être transféré à la 2e escadre en avril 1909. En mars 1912, il est affecté à la 3e escadre de croiseurs, puis est réaffecté à la 2e en tant que navire amiral. Le croiseur cuirassé rejoint la Grand Fleet en août 1914, et subit un carénage à Cromarty en novembre. Il participe ensuite à la bataille du Jutland en mai 1916 avant de rejoindre Mourmansk en novembre. De 1917 à 1918, le Shannon escorte des convois en Atlantique. Il est mis en réserve en 1920 avant d'être revendu pour démolition en 1922[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger Chesneau et Eugène M. Koleśnik, Conway's All the World's Fighting Ships (1860-1905),‎ 1979 [détail de l’édition]
  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921),‎ 1985 [détail de l’édition]
  • (en) Robert K. Massie, Castles of Steel : Britain, Germany and the winning of the Great War at sea, Vintage Random House,‎ 2007 (1re éd. 2003), 865 p. (ISBN 978-0-099-52378-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]