Classe Kaba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Classe Kaba
Image illustrative de l'article Classe Kaba
Le Kaba en 1925
Caractéristiques techniques
Type Destroyer
Longueur 83,6 m
Maître-bau 7,3 m
Tirant d'eau 2,3 m
Déplacement 666 t (standard)
Port en lourd 820 t (pleine charge)
Propulsion 3 machines à vapeur
4 chaudières
Puissance 5.500 ch
Vitesse 30 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d’action 1 200 miles nautiques à 12 nœuds (110 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 94
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg Marine impériale japonaise
Commanditaire Japon
Période de
construction
1914 - 1915
Période de service 1915-1932
Navires construits 10
Navires démolis 10
Précédent Classe Urakaze Classe Isokaze Suivant

La classe Sakura (櫻型駆逐艦, Sakuragata kuchikukan?) est une classe de dix destroyers construits pour la Marine impériale japonaise.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, la Marine impériale japonaise n'avait que de deux destroyers modernes capables de se déployer à l'étranger : les Sakura et Tachibana de classe Sakura. Cela ne permettait pas au Japon de s'acquitter de ses obligations en vertu de l' Alliance anglo-japonaise, de sorte que le gouvernement japonais a permis la construction de dix nouveaux destroyers au travers d'un budget d'urgence d'extension navale dans l'exercice budgétaire de 1914. Leur construction a été confiée aux arsenaux navals et aux chantiers civils.

Douze autres navires ont été construits par les mêmes chantiers navals au Japon par une ordonnance de la Marine française. Ce fut la classe Arabe : Algérien, Annamite, Arabe, Bambara, Hova, Kabyle, Marocain, Sakalave, Sénégalais, Somali, Tonkinois , et Touareg qui furent les destroyers les plus avancés dans l'inventaire français dans la Première Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

Les dix destroyers de 2e classe Kaba ont été construits simultanément dans huit chantiers japonais différents. Comme il n'y avait pas le temps nécessaire à la conception d'un nouveau navire, les plans les destroyers de classe Sakura ont été distribués à chaque chantier naval, avec les instructions que la propulsion devait être réalisé avec un classique moteur à vapeur à triple expansion alimenté au charbon, et non une turbine à vapeur .

L'armement restait le même que celui de la classe Sakura : un seul canon de 120 mm un monté sur le gaillard d'avant et 4 canons de 76 mm (un sur chaque flan et les deux autres vers l'arrière).

Service[modifier | modifier le code]

Les dix navires ont pu servir durant la Première Guerre mondiale, notamment par déploiement en Océan Indien et en Mer Méditerranée. Huit destroyers et le croiseur Akashi sous le commandement de l'amiral Kōzō Satō sont arrivés à Malte en 1917 et ont réalisé des opérations sous la direction de la Royal Navy.

Le Sakaki a été endommagé par le sous-marin SM U-27 de la Marine austro-hongroise le 11 juin 1917 au large de la Crète avec la perte de 68 hommes sur 92. Récupéré il a été réparé.

Les dix navires ont survécu à la guerre et ont été retirés sur service en avril 1932.

Les unités[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]