Classe Invincible (croiseur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe Invincible.
Classe Invincible
Image illustrative de l'article Classe Invincible (croiseur)
Le HMS Invincible au mouillage
Caractéristiques techniques
Type Croiseur de bataille
Longueur 172,8 m[1]
Maître-bau 22,1 m
Tirant d’eau 8 m
Déplacement 17 373 t
Port en lourd 20 078 t
Propulsion 4 turbines Parsons
31 chaudières Yarrow ou Babcock & Wilcox
Puissance 41 000 ch
Vitesse 25,5 nœuds (47,2 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Pont : 25 à 64 mm
Ceinture : de 51 à 152 mm
Barbettes : de 102 à 178 mm
Château : 254 mm
Armement 8 canons de 305 mm
16 canons de 102 mm
3 canons de 102 mm AA
1 canon de 76,2 mm
2 TLT de 457 mm
Rayon d’action 3 090 milles marins (5 700 km)[2] à 10 nœuds (19 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 784 hommes
Histoire
Constructeurs Armstrong Whitworth
John Brown & Company
Fairfield Shipbuilding
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Période de
construction
1906 - 1909
Période de service 1908 - 1921
Navires construits 3
Navires perdus 1
Navires démolis 2
Classe Indefatigable Suivant

Issue d'une idée de l'amiral John Arbuthnot Fisher, la classe Invincible est la première classe de croiseurs de bataille qui, comme le Dreadnought pour les cuirassés, rendaient obsolètes tous les croiseurs précédemment construits.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les trois navires, se conformant à la doctrine du monocalibre, emportaient quatre tourelles doubles avec des canons de 305 mm. Comme sur le Dreadnought, on évita les superpositions de tourelles pour éviter la mise hors de combat de deux d'entre elles par un seul impact ; deux furent placées à l'avant et l'arrière, les deux autres sur une diagonale au centre, leur permettant d'ouvrir le feu sur chaque bord.

Des pièces de 102 mm complétaient cet armement pour lutter contre les torpilleurs. Deux grands mâts tripodes encadraient les trois cheminées nécessaires pour évacuer la fumée des quelque trente et une chaudières. Bien que conçus pour atteindre 25 nœuds, les trois navires furent tous en mesure de dépasser 28, aux essais.

Navires de la classe[modifier | modifier le code]

Classe Invincible
Nom Chantier naval[2] Mise en chantier Lancement Mise en service Destin
HMS Invincible Armstrong Whitworth Coulé à la bataille du Jutland le
HMS Inflexible John Brown & Company Revendu en mars 1920
HMS Indomitable Fairfield Shipbuilding Revendu en mars 1920

Opérations[modifier | modifier le code]

HMS Invincible[modifier | modifier le code]

Article détaillé : HMS Invincible (1907).

L'Invincible servit dans la 1re escadre de croiseurs jusqu'en 1914, puis il intégra la 1re escadre de croiseurs de bataille nouvellement créée. Après avoir participé à la bataille de Heligoland, il fut envoyé dans l'Atlantique sud comme navire amiral de l'amiral Sturdee où il mena la chasse aux bâtiments de Maximilian von Spee pendant la bataille des Falklands.

Le , alors qu'il était le navire amiral de Hood à la tête de la 3e escadre de croiseurs de bataille, il fut touché par une salve du Lützow, sur sa tourelle "Q", ce qui, suite à un défaut de conception du blindage, provoqua une explosion des magasins de munitions centraux coupant le navire en deux. L'Invincible coula aussitôt, entraînant dans la mort 1 020 de ses marins dont l'amiral Hood. Il n'y eut que six survivants.

HMS Inflexible[modifier | modifier le code]

À la déclaration de guerre, il était navire amiral de l'escadre de Méditerranée. Il participa à la poursuite du Goeben et du Breslau, du 4 au 10 août 1914, puis il fut rappelé en métropole, le 19. Du 1er au 10 octobre, il escorta un convoi de transports de troupe avant de recevoir l'ordre de se diriger vers l'Atlantique sud, le 4 novembre, après l'annonce de la défaite de Coronel. Il arriva le 7 décembre à Port Stanley et prit part le lendemain à la bataille des Falklands, où il ne subit aucun dommage.

Le 19 décembre, il reçut l'ordre de retourner en Méditerranée où, après un radoub à Gibraltar, il prit la tête de l'opération contre les Dardanelles, le 24 janvier. Au cours de celle-ci, le 18 mars, il fut touché deux fois par l'artillerie des forts turcs, ce qui provoqua la mort de neuf de ses marins, et heurta une mine, ce qui l'obligea à se retirer après avoir embarqué 2 000 tonnes d'eau. Réparé à Gibraltar, il rejoignit la Home Fleet, le . Le , il prit part à la bataille du Jutland au sein de la 3e escadre de croiseurs de bataille du contre-amiral Horace Hood. Il finit la bataille sans dommages contrairement à l'Invincible. Il fut versé dans la flotte de réserve en janvier 1919 et rayé des listes de la Royal Navy, le .

HMS Indomitable[modifier | modifier le code]

Comme l'Inflexible, il débuta la guerre en Méditerranée par la poursuite du SMS Goeben et du SMS Breslau, puis il fut engagé contre les forts turcs en novembre, en compagnie du HMS Indefatigable et des cuirassés français Suffren et Vérité. La confiance provoquée par la réussite de cette opération limitée incita par la suite les alliés à en déclencher une plus ambitieuse, la campagne des Dardanelles qui, elle, échouera.

Comme les autres bâtiments de sa classe, il participa ensuite à la bataille du Jutland au sein de la 3e escadre de croiseurs de bataille. Il passa dans la flotte de réserve en 1919 et fut rayé des listes en 1920.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921),‎ 1985 [détail de l’édition]
  • (en) Robert K. Massie, Castles of Steel : Britain, Germany and the winning of the Great War at sea, Vintage Random House,‎ 2007 (1re éd. 2003), 865 p. (ISBN 978-0-099-52378-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]