Classe Gloire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gloire
Image illustrative de l'article Classe Gloire
La Gloire en 1913

Histoire
A servi dans Marine française
Quille posée 5 septembre 1899
Lancement 27 juin 1900
Armé 1904
Statut retiré le 7 juillet 1922
Caractéristiques techniques
Type croiseur cuirassé
Longueur 139.78 mètres
Maître-bau 20.20 mètres
Tirant d'eau 7.70 mètres
Déplacement 9.458 à 10.212 tonnes
Propulsion 3 machines à vapeur (28 chaudières)
Puissance 21.000 cv
Vitesse 21.5nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 x 194 mm canon 40(mod. 1893)
8 x 164 mm canon 45 (mod. 1893), 6 x100 mm mitrailleuses
18 x 47 mm
5 x 37 mm
2 lance-torpilles (450 mm)
Rayon d'action 6500 miles à 10 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 615 (officiers, officiers mariniers, quartiers maîtres et matelots)
Chantier naval LorientDrapeau de la France France

La Gloire fut le premier croiseur cuirassé de la classe Gloire dans la marine française. Il bénéficia de l'amélioration de la classe Gueydon avec modification des canons de 164 mm.

Classe Gloire[modifier | modifier le code]

Nom Lancement Service effectif Fin de carrière Photo
Gloire 27 juin 1900 1904 retiré le 7 juillet 1922 Armoured cruiser Gloire.png
Marseillaise 1901 1903 1229 Armoured cruiser Marseillaise.png
Sully 1901 1903 naufrage en Indochine le 30 septembre 1905
Condé 1902 1904 1933
Amiral-Aube 1902 1904 1922 Amiral-Aube pavillon Grasset.jpg

Carrière de la Gloire[modifier | modifier le code]

Diagramme du classe Gloire

Il effectue la campagne du Maroc en 1907. En 1914 il fait partie de la Division d'Instruction de l'Océan en tant que navire-école et en 1915 à l'escadre légère de la Manche.

En 1916, il est envoyé à la recherche d'un corsaire allemand vers Terre-Neuve. Il termine la guerre en Atlantique sud.

Le 1er mai 1905 il entre en collision avec le paquebot US City of Athens faisant plusieurs victimes. Ses dégâts l'obligent à une réparation à New-York. En 1919 il escorte le paquebot Leviathan qui assure le retour du général Pershing.

En 1920, il est, avec la Marseillaise et le Condé en escadre dans l'Atlantique. En 1922, il est démantelé à Brest.

Les autres bâtiments ayant porté le même nom[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

sources:

  • Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005.www.netmarine.net