Classe Agosta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agosta.
Classe Agosta
Image illustrative de l'article Classe Agosta
Le Ouessant en rade de Brest le 24 août 2005

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Pavillon de la marine pakistanaise Marine pakistanaise
Pavillon de la marine espagnole Marine espagnole
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin d'attaque conventionnel (SSK)
Longueur 67 m
Maître-bau 6,8 m
Déplacement 1510 t en surface, 1760 t en plongée
Propulsion 2 groupes électrogénes SEMT Pielstick 16 PA 4 de 960kW, 1 moteur électrique de propulsion de 3 500kW, 1 hélice
Vitesse 12,5 nœuds en surface, 20 en plongée
Profondeur 300 m
Caractéristiques militaires
Armement 4 tubes lance-torpilles, 20 torpilles ou missiles
Autres caractéristiques
Électronique Sonar actif DUUA2, sonar ETBF remorqué DSUV62
Équipage 54 hommes
Chantier naval Arsenal de Cherbourg (Cherbourg)
A & Chantier Dubigeon (Nantes)
Navantia (Carthagène)
DCN Cherbourg (Cherbourg)
Karachi Shipyard (Karâchi)

La classe Agosta est un type de sous-marin d'attaque à propulsion classique de conception française des années 1970.

Une version améliorée, baptisée Agosta 90B, a été développée pour l'exportation dans les années 1990.

Historique[modifier | modifier le code]

Quatre unités de ce type ont été construites pour les forces sous-marines de la Marine nationale française dans le cadre de la loi-programme de 1970-1975. Désarmés entre 1997 et 2001, ils ont été les derniers sous-marins à propulsion classique de la marine française.

Le dernier de la série, l'Ouessant, a été réarmé en 2005, après des travaux à l'arsenal de Brest, pour être prêté puis cédé[1] à la Marine royale malaisienne. Celle-ci, qui a acheté deux sous-marins type Scorpène au consortium DCNS/IZAR, l'utilise pour former ses équipages depuis la base navale de Brest, avec le concours de la société NAVFCO.

La marine espagnole a construit, avec l'aide technique française, quatre Agosta au début des années 1980 en utilisant l'équipement électronique français et les torpilles françaises L5, F17 et E18.

Le Pakistan a acheté, en 1978, deux exemplaires, à l'origine destinés à l'Afrique du Sud, mais frappés d'embargo en raison de l'apartheid. Par la suite, la Marine pakistanaise a commandé trois Agosta 90B, qui ont été vendus pour 825 millions d'euros en 1994. Il semble que ce contrat ait fait l'objet de rétrocommission[2] (affaire des frégates d'Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan). Le premier de la série a été construit par DCNS à Cherbourg ; les deux autres ont été assemblés à Karachi, avec l'assistance technique française. Le dernier, le S139, a été directement équipé du moteur AIP de type Mesma (Module d'Energie Sous-Marine Anaérobie). Les autres l'ont reçu au cours d'une refonte en 2004.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Plus grands que les Daphné, les Agosta ont été étudiés pour accomplir des missions à longue distance. Les sources de bruit, extérieures et intérieures, ont été réduites dans toute la mesure du possible. Notamment les apparaux de coque sont rétractables et effacés à la mer. Amélioration notable par rapport aux Daphné, les tubes lance-torpilles, au nombre de quatre, sont à rechargement rapide à la mer. Ils peuvent lancer indifféremment des torpilles de 550 ou 533 mm de diamètre, des missiles à changement de milieu SM39 ou des mines.

L'Agosta en escale à Rouen en 1994.

Agosta 90B (Mesma)[modifier | modifier le code]

Différences par rapport à l'Agosta :

  • longueur 76,24 m (allongement de 9m)
  • déplacement porté à 1 730 t en surface et 1 980 t en plongée
  • coque en acier 80 HLES : immersion maximale 320 m
  • Système de combat  : SUBTICS de UDSI (désormais DCNS), Sonar actif TSM 2253
  • emport d'armes : 16
  • équipage : 36 hommes
  • Energie-propulsion : 2 groupes électrogènes SEMT Pielstick 16 PA 4 de 850kW et un moteur auxiliaire MESMA de 200kW
  • l'autonomie en plongée profonde est multipliée par 5

Sous-marins[modifier | modifier le code]

Sous-marin Agosta de la marine espagnole, ici le Galerna (S-71)
Le sous-marin de Classe Agosta de la marine espagnole Tramontana (S74)
  • Drapeau de la France France
    • Agosta (S620) désarmé en 1997 - la coque est utilisée pour des essais de chocs à Toulon
    • Bévéziers (S621) désarmé en 1998
    • La Praya (S622) désarmé en 2000
    • Ouessant (S623) désarmé en 2001 - prêté à la marine malaisienne comme sous-marin d'entraînement
  • Drapeau de l'Espagne Espagne
    • Galerna (S71) en service depuis 1983
    • Siroco (S72) en service depuis 1983, retiré du service le 26-06-2012
    • Mistral (S73) en service depuis 1985
    • Tramontana (S74) en service depuis 1986

Ils mettent en oeuvre les torpilles de type DTCN F17, F-17 MODII, E-18 et DTCN L5. Ils seront remplacés par la Classe S-80 dès 2017.

  • Drapeau du Pakistan Pakistan
    • Hashmat (S135) en service depuis 1979
    • Hurmat (S136) en service depuis 1980
    • Khalid (S137) en service depuis 1999 (Agosta 90B)
    • Saad (S138) en service depuis 2002 (Agosta 90B)
    • Hamza (S139) en service depuis 2004 (Agosta 90B)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Pierre-François Forissier, « Décision no 0-35641-2009/DEF/EMM/STN portant changement de position du sous-marin Ouessant », Bulletin officiel des armées,‎ (lire en ligne)
  2. François Labrouillère, Charles Millon : «Chirac m’a demandé de bloquer des commissions illicites», Paris Match, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]