Clarté nucale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La clarté nucale, petite zone anéchogène située sur le crâne d'un fœtus humain pendant le premier trimestre de grossesse, permet de dépister certaines anomalies congénitales, en particulier la trisomie 21.

Définition[modifier | modifier le code]

Fœtus avec clarté nucale normale.

La clarté nucale, comme son nom l’indique, se situe au niveau de la nuque du fœtus. Elle est due à un petit décollement entre la peau et le rachis et correspond à une zone dite anéchogène (c’est-à-dire qui ne renvoie pas d’écho lors de l’examen). Tous les fœtus présentent une clarté nucale au cours du premier trimestre, mais cette clarté disparaît ensuite.

Quelques causes d'une clarté nucale trop épaisse[modifier | modifier le code]

La clarté nucale trop épaisse peut être causée par différents facteurs, la trisomie 21, des malformations cardiaques, le nanisme, ou encore être parfois sans cause et ne causer elle-même aucune déformation handicapante[1],[2].

Évaluation du risque de trisomie 21 par la clarté nucale[modifier | modifier le code]

Pour une explication détaillée voir la page Syndrome de Down.

Quand la mesure doit-elle être faite ?[modifier | modifier le code]

La mesure de la clarté nucale[3] doit avoir lieu au cours de la première échographie de la grossesse, c’est-à-dire entre 11 et 14 semaines d’aménorrhée. Il est impératif que l’examen soit fait à cette période, car passé trois mois, la clarté nucale disparaît.

Exemple de fœtus avec clarté nucale élevée à 12 semaines, due dans ce cas à une trisomie 18.

Comment le risque est-il calculé ?[modifier | modifier le code]

Le risque est calculé en fonction de différents facteurs majeurs qui sont : l'épaisseur de la clarté nucale, l'âge maternel, le poids, le dosage biochimique des marqueurs sériques dans le sang maternel (AFP, hCG, b-hCG, uE3 et PAPP-A). D'autres facteurs annexes peuvent affecter les calculs du risque de trisomie 21 : mère fumeuse, diabète, antécédent de trisomie 21, grossesse gémellaire, grossesse par fécondation in vitro[4].

L'évaluation du risque de trisomie 21 par la clarté nucale se fait en comparant la médiane de la clarté nucale attendue par rapport à celle de la clarté nucale mesurée[5].
On utilise deux méthodes :

  • on prend la différence entre la clarté nucale mesurée et la clarté nucale attendue et on applique un coefficient multiplicateur ou diviseur (fourni par l'âge maternel et le terme de la grossesse) à ce risque de base ;
  • ou bien on prend le multiple de la médiane (MoM), qui est le rapport entre clarté nucale mesurée et clarté nucale attendue. Ce rapport est ensuite appliqué au risque de base.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) S. A. Clur, J. Ottenkanp et C. M. Bilardo, « The nuchal translucency and the fetal heart: a literature review », Prenat Diagn, no 29,‎ 27 avril 2009, p. 739-48. (PMID 19399754, lire en ligne [PDF]).
  2. (en) C. M. Bilardo, E. Timmerman, E. Pajkrt et M. van Maarle, « Increased nuchal translucency in euploid fetuses - what should we be telling the parents? » [PDF], sur http://onlinelibrary.wiley.com/,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 5 juin 2014), p. 93-102..
  3. « La clarté nucale du foetus : Quand la mesure est-elle faite ? », sur http://www.infobebes.com (consulté le 27 avril 2012)
  4. B. Broussin et M. F. Sarramon, « La clarté nucale : technique de mesure et signification [Nuchal translucency: technical measurement and value] », J Radiol, vol. 83, no 12 Pt 2,‎ décembre 2002, p. 1891-8. (PMID 12592151, lire en ligne [html]).
  5. L. J. Salomon, G.E. Chalouhi, J.-P. Bernard, Y. Ville, « Épaisseur de la clarté nucale A 11–14 SA : courbes et équations françaises », Journal de gynécologie-obstétrique et biologie de la reproduction,‎ juin 2009, p. 635-41. (DOI 10.1016/j.jgyn.2009.06.006, lire en ligne [html]).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :