Clans du cycle de l'Élévation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans l’univers du cycle de l'Élévation de David Brin, les humains ont un terme générique pour désigner les races extraterrestres : les Galactiques. Les humains appellent souvent les Extra-Terrestres (E.T.) « Eatees », mot dérivé du verbe anglais eat (manger), soulignant ainsi le fait que l’Élévation se résume finalement à une forme sophistiquée de prédation à grande échelle, formalisée par des contrats d’asservissement aux clauses souvent exorbitantes.

Quant à eux, les Galactiques dans leur majorité donnent aux humains le surnom de « Jeunes Loups »[1], faisant référence à leur récente admission dans la société Galactique, ainsi qu’à leur auto-élévation.

Tous les Galactiques ont un point commun au niveau physiologique, leur besoin d’oxygène. De mystérieuses races ne partageant pas ce besoin sont également évoqués dans la première trilogie (Élévation), puis apparaissent plus clairement dans la seconde trilogie (Rédemption). Il semble qu’après des « luttes » entre les races liées à l’oxygène, ou oxy-sapiens, et les « inhalateurs d’hydrogène », ou hydro-sapiens, un accord ait été conclu visant à échanger de manière « régulière » (au bas mot quelques milliers d’années) la gestion de planètes. Ainsi, des systèmes entiers passent des uns aux autres, sous l’égide de l’Institut des Migrations.[réf. nécessaire]

Les oxy-sapiens et les hydro-sapiens ne sont pas les seuls à peupler l’univers. « Les autres ordres sont ceux des Machines, des Mémétiques, des Quantiques, des Hypothétiques, des Retirés et des Transcendants. »[2].

Ces ordres de vie sont également placés, classifiés, selon une échelle d’élévation. La base de cette échelle est la pré-sapience, passe par la sapience quel qu’en soit la forme (inhalateurs d’oxygène, inhalateurs d’hydrogène, machines …), puis par les Anciens retirés des affaires galactiques à des fins contemplatives, et enfin la transcendance et les galaxies elles-mêmes.

« Quels symboles des liens qui nous unissent trouve-t-on sur la proue et la poupe de nos nefs ? […] La première spirale représente les mondes en jachère, ces creusets où la vie infuse et entame sa pénible ascension… […] La deuxième évoque les peuples spatiopérégrins qui, au titre de clients puis de patrons, parcourent l’univers et servent avec diligence leurs intérêts commerciaux, militaires et idéologiques… […] La troisième nous rappelle les Anciens, ces êtres sereins qui ont renoncé au voyages intergalactiques pour embrasser une existence contemplative. […] La quatrième désigne les Transcendants, ces entités trop majestueuses pour que nous puissions percevoir leur présence par ailleurs indubitable… […] La cinquième matérialise les galaxies, ces tourbillons lumineux démesurés qui nous offrent des refuges dans un cosmos stérile et silencieux. »

— Observateur inconnu, David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 7

À l’issue de leur évolution respectives, les trois ordres de vie les plus actifs — inhalateurs d’oxygène, inhalateurs d’hydrogène et les machines autonomes — s’unissent pour continuer le chemin ensemble[3].


Ordres de vie[modifier | modifier le code]

Espèces non spatio-pérégrines[modifier | modifier le code]

  • Araignée-mulc, espèce importée sur Jijo par les Buyurs fait d’éliminer les traces de leur civilisation pendant la période de jachère[4]
  • Chevaux, espèce terrienne n’ayant pas subi l’élévation. Malgré leur statut non-sentient, les chevaux ont parcouru les voies de l’espace Galactique aux côtés des humains. Ils ont notamment été apportés sur Jijo par les exilés terriens de la nef Tabernacle. Après les guerres urso-humaines[5], les urs ont exigés l’élimination des chevaux comme condition à la paix. Les chevaux étaient donc supposés disparus de la surface de Jijo, jusqu’à l’irruption des Galactiques parmi les exilés (voir Rédemption) : « - Ce sont eux ! s’écria Jomah. Ils existent ! Ils n’ont pas tous été tués ! »[6]

« Et quand tu te réveilleras,
Tu auras droit à un morceau
De gâteau et aussi, ma foi
À tous ces beaux petits chevaux[6]. »

— Emerson d'Anite, Rédemption — tome II

  • Loorniks, race pré-sentiente[7];
  • Zookirs, race pré-sentiente[7], douée pour trouver les sages jijoens[8];
  • Kikwis, race aborigène de la planète Kithrup, encore au stade pré-cognitif, découverte par l’équipage du Streaker. Ils sont laissés sur Jijo par l’équipage du Streaker[9].

Inhalateurs d'oxygène[modifier | modifier le code]

Espèce Race patronne Races clientes Observations
Abdicateurs Tandu nom donné à d’anciennes races qui voulurent abolir les Instituts Galactiques
Accepteurs Tandu dotée de pouvoirs métapsychiques
Buyurs Anciens Galactiques en charge de Jijo, avant la mise en jachère de cette dernière, experts en biologie (fait illustré par les espèces laissées sur Jijo[réf. nécessaire]) et en informatique[10]. Les Buyurs parlaient le GalTrois[11].
Droolis g’Keks[12]
Épisiarches Tandus dotée de pouvoirs métapsychiques
Forskis Soros
Frères de la nuit Nighthunter race hostile aux humains
g’Keks Droolis individus dotés de trois pédoncules oculaires et de roues[réf. nécessaire], membres des Six arrivés les premiers sur Jijo[13] : communauté des Six anciennes races astro-pérégrines exilées sur Jijo (les Terriens étant les membres les plus récents[14]), leurs race a disparu du reste de la scène Galactique, exterminée par les Jophurs [réf. nécessaire]
Gellos Soros
Glavieux Ancienne race astro-pérégrine, et patronne en banque-route[15], ayant régressé jusqu'à l’innocence dans l’Exil sur Jijo. Lors de leur âge d’or, les glavieux étaient capables de dialoguer avec les Zangs[16], ce qui leur donnait quelques avantages. Lorsqu’ils faisaient encore partie de la civilisation Galactique, les Glavieux possédaient de solides relations, tels que les Tun-nuctyurs[17].
Gubrus race avienne hostile aux humains
Guthatsas Hoons[18]
Hoons Guthatsas[18] géants couverts d’écailles faisant partie des Six, exerçant souvent l’activité de marin sur Jijo. Ils sont considérés comme pondérés et courageux par les autres races[19] ;
Huls Pubers Soros race ancienne
Humains
(Jeunes Loups)
Néo-chimps[20] (chimpanzés), Néo-fins[réf. nécessaire] (dauphins), Chiens[réf. nécessaire], Gorilles (adoptés par les Thenannins)[réf. nécessaire] Dernier membre en date de la civilisation Galactique
J8leks
Jophurs Poas[21] race dotée d’une hiérarchie théocratique d’être composés par empilement de tore[22]. Ils tirent une partie de leur puissance de « colliers » offerts par les Oailies[21];
Jouourouou Race hostile aux humains, assiégeant la Terre pendant la fuite du Streaker[23].
Kantens race favorable aux humains
Karrank% race galactique si profondément modifiée par l’Élévation qu’elle fut frappée de démence, s'est retirée sur Kithrup ;
Klennaths Race hostile aux humains, assiégeant la Terre pendant la fuite du Streaker[23].
Lintens
Lubers Pubers race ancienne
Nght6 Tandus race ancienne
Néo-chimpanzés (néo-chimps) Humains[20] Premiers clients des hommes[réf. nécessaire].
Néo-chiens Humains Quatrième race cliente de la Terre
Néo-dauphins (néo-fins) Humains Deuxième race cliente des humains[réf. nécessaire].
Néo-gorilles (Humains) Thenannins Troisième race cliente des humains, issue de l’Élévation clandestine sur Garth[réf. nécessaire]. À la fin de la crise de Garth, ils seront adoptés par Thenannins, les humains abandonnant leur statut de patron pour celui de parrain[réf. nécessaire].
Oailies race ayant donné aux Jophurs leurs « colliers » de puissance[21]
Pahas Soros
Phtacas
Pilas Soros
Poas Jophurs (Traekis)[21] race ressemblant à des escargots[24]
Prings Pilas
Progéniteurs première race mythique, édicteurs des Lois de l’Élévation et inventeurs de la Bibliothèque ;
Pubers Lubers Huls race ancienne
p'un m'ang race avienne avec des poils à la place des plumes[25]
Qheuens Zhoshs « crabe » à cinq pattes pouvant être gris, bleus ou rouges, membres des Six et ancien race astro-pérégrinne membre de l’Alliance Attentiste[26]
Rothens race experte dans la manipulation du processus d’Élévation, et prétendument patronne des Humains[27]
Skiano race bipède d’environ une demi-tonne[28]
Soros race insectoïde hostile aux humains
Synthiens ou Synthiains race favorable aux humains
Tandus race hostile aux humains, dotée de trois paires de jambes et de tendances cannibales
Tarseuhs race ancienne qui renversa la tyrannie des Adbicateurs, avec l'aide de six très vieilles races galactiques
Thenannins race reptiloïde hostile aux humains au début, mais alliée lors du siège de la terre[29]
Traekis Poas[21] Empilement d’anneaux, ou de tores. « Sur leur monde d’origine, ils avaient rampé dans des marécages fétides en quêtes de nourriture jusqu’au jour où certains d’entre eux s’étaient empilés les uns sur les autres et spécialisés. C’était en s’associant qu’ils avaient atteint le stade de pré-sapience, peu avant que ces gros escargots de Poas ne décident de les adopter. »[30]. Ce sont en fait des Jophurs exilés, ayant suivi un chemin différent de leurs cousins qui règnent dans les Cinq Galaxies[22]. Ils ont abandonné leurs « colliers » de puissance (anneaux-maîtres)[21] afin de vivre sereinement sur Jijo[réf. nécessaire].
Transcendeurs
Tun-nuctyurs Buyurs[31]
Tymbrimis Tytlal[32] race favorable aux humains
Tytlal
(Noors)
Tymbrimis[32] race retournée à l'état pré-sapiens sur de Jijo[33],[34], participant aux activités maritimes des Hoons ou accompagnant les chasseurs Terriens[réf. nécessaire]
Urs
Ur.png
Race de petits « centaures » à trois yeux et deux queues[35], ils font partie des Six. Ce sont des êtres quadrupèdes avec des bras et un cou de serpent[36]. « Les urs serait venues sur Jijo afin de s’y reproduire librement. »[37]. Après leur élévation depuis leur torride planète natale Urchachka[38], des règles galactiques leurs avaient été imposées en matière de reproduction.

Avant la Grande Paix, les urs exilées sur Jijo ont combattu à plusieurs reprises contre les humains[5].

Wazoons Synthiains
Xappishs Xatinnis
Xatinnis Xappishs
Zhoshs Qheuens[26]

Inhalateurs d'hydrogène[modifier | modifier le code]

« Selon les rares données disponibles, et en raison de leur métabolisme très lent, les Hydro-sapiens ont horreur de l’imprévu. »[39]

  • Zangs[40], race hydro-sentiente vivant dans l’atmosphère de mondes jovien[41].

Machines autonomes[modifier | modifier le code]

Considéré comme le troisième ordre de vie sentiente, les machines vivent dans l’espace inter-stellaire[42]. Sans limitation de reproduction organique, des mesures de régulation ont dû être appliquées par les autres ordres de vie afin d’éviter leur surpopulation[43].

Anciens[modifier | modifier le code]

Les Anciens sont des êtres venus de différentes espèces sentientes[réf. nécessaire], placés au troisième échelon de l’élévation, qui ont choisi de se retirer dans un existence contemplative pour accéder à la transcendance[44].

Mémétiques[modifier | modifier le code]

Les mémétiques sont des idées matérialisées[réf. nécessaire], « vivant » principalement dans l’espace E[réf. nécessaire], « […] un royaume que chaque pensée soumettait à des mutations »[45].

« On y trouvait aussi des formes de vie… des créatures de l’Ordre des Mémétiques. Des silhouettes miroitantes qui passaient en voletant ou en rampant près du module octogonal. »

— Harry Harms, David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 40

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Des êtres mystérieux ne soutiennent-ils pas en secret les Terriens ? Ne les protègent-ils pas du destin qui est celui des jeunes loups ? »David Brin, Le Chemin des bannis [« Infinity's Shore »], vol. tome III, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 381 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04857-7), page 225
  2. David Brin, Les Rives de l'infini [« Infinity's Shore »], vol. tome IV, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 347 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04858-5), page 190
  3. « Trois Ordres de la Vie s’unissent. Ceux qui sont censés être les plus actifs. »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 428
  4. « À eux tous, ces cirres constituaient une entité chargée de faire disparaitre la cité abandonnée par les Buyurs. Un jour, avant quue le g’Keks ne se posent sur Jijo, cette araignée-mulc est tombée malade. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 255
  5. a et b « C’est après la deuxième guerre que les urs ont exigé que nous leur remettions tous nos chevaux. » David Brin, Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 258
  6. a et b David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04458-X), page 374
  7. a et b « Ce sentier évitait en outre le vallon où ils avaient envoyé les innocents : les enfants, les chimpanzés, les loorniks, les zookirs et les glavieux. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 200
  8. « Selon un dicton populaire, les zookis avaient un flair infaillible pour reconnaître les sages. »David Brin, Le Chemin des bannis [« Infinity's Shore »], vol. tome III, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 381 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04857-7), page 212
  9. « Il était prévu que les dauphins et les Kiqwis resteraient à Wuphon quelques jours, le temps qu’un pharmacien étudie leurs besoins alimentaires. […] Puis les deux groupes partiraient se trouver un habitat dans les îles du large. »David Brin, Les Rives de l'infini [« Infinity's Shore »], vol. tome IV, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 347 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04858-5), page 246
  10. « Les Buyurs étaient d’excellents programmeurs, commenta Rann en GalSix. S’ils se passionnaient pour la biologie, ils étaient également des maîtres de l’informatique. »David Brin, Le Chemin des bannis [« Infinity's Shore »], vol. tome III, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 381 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04857-7), page 259
  11. « […], déclara Rann. »David Brin, Le Chemin des bannis [« Infinity's Shore »], vol. tome III, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 381 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04857-7), page 259
  12. « les Droolis pour les g’Keks ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 128
  13. « les premiers pioneiers g’Keks ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 130
  14. « C’est pour les humains — la plus jeune de nos races — une source de frustration. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 190
  15. « les glavieux et tous leurs clients bien-aimés ont été déclarés en banque-route. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 191
  16. « Autrefois (toujours selon les g’Keks), les glavieux pouvaient converser avec les Zangs… ces êtes qui respirent de l’hydrogène et restent à l’écart des races inhalatrices d’oxygène. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 190
  17. « Il y a longtemps, avant l’arrivée de leur vaisseau furtif sur Jijo, quand ils parcouraient le cosmos en tant que citoyens à part entière des Cinq Galaxies, les glavieux étaient en excellents termes avec les Tun-nuctyurs, un clan noble et important. »David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 31
  18. a et b « Les Guthatsas pour les Hoons ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 128
  19. « Nos voisins hoons sont des êtres d’une courtoisie et d’une pondération rares, et d’un admirable courage si besoin est. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04458-X), page 138
  20. a et b « Son espèce n'était guère plus ancienne. Les humains n'avaient commencé à altérer les gènes des chimpanzés que quelques siècles plus tôt. »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 43
  21. a, b, c, d, e et f « Des « colliers » qui ne nous avaient pas été fournis par nos patrons, les Poas, mais par les Oailies. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04458-X), page 320
  22. a et b « Des parents puissants et impitoyables, terrifiants. Que la description de notre famille d’êtres annelés est donc différente de celle de leurs semblables qui parcourent le cosmos tels des dieux ! Les Jophurs. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 305
  23. a et b « trois et demi contre un pour leur adoption sous la contrainte par un des assiégeants tels que les Soros, les Tandus, les Klennaths ou les Jouourouou. »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 237
  24. « C’était en s’associant qu’ils avaient atteint le stade de pré-sapience, peu avant que ces gros escargots de Poas ne décident de les adopter. »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 48
  25. « La semaine dernière, Ur-ronn a rencontré les propriétaires d’un cargo p'un m'ang… de drôle d’oiseaux avec des poils en guise de plumes. »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 439
  26. a et b « Il est dit qu’à l’époque où ils vivaient parmi les étoiles, les qheuens appartenaient à l’Alliance Attentiste… au même titre que les Zhoshs, cette race patronne qui avait découvert et adopté leurs lointains ancêtres dans les falaises du littoral où les cruelles reines grises régnaient en maîtresses absolues. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 241
  27. « Les Rothens sont passés maîtres dans cet art. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre en considération leur plus grande réussite… les hommes. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04458-X), page 42
  28. « Il se tourna, vers une robe argentée qui emplissait son champ de vision. Il leva la tête et vit un bipède qui devait peser une demi-tonne. Si sa face saillante évoquait la figure de proue d’un navire, elle possédait deux paires d’yeux superposées au-dessus d’une mâchoire aplatie qui s’avançait comme le rostre d’une trirème. Un… un Skiano… »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 122
  29. Les rives de l'infini - David Brin
  30. David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 48
  31. « À l’aube de leur civilisation, ces Tun-nuctyurs avaient été les protégés d’une autre espèce : les patrons qui leur avaient apporté l’Élévation et offert la maîtrise de la parole et des outils, ainsi que la sapience. Ces patrons n’étaient autres que les Buyurs, et il venaient de la Quatrième Galaxie… d’un monde au ciel illuminé par une énorme étoile de carbone. » David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 31
  32. a et b « C’était une descendante de tytlals qui n’avaient pas bénéficié du coup de pouce génétique des Tymbrimis. Ils ont constitué sur Jijo un pool génétique de leurs bien-aimés clients, au cas où le pire surviendrait à leur clan. » David Brin, Les Rives de l'infini [« Infinity's Shore »], vol. tome IV, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 347 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04858-5), page 131
  33. « Cependant, les noors étaient déjà présents sur ce monde quand les premiers hoons s’y sont posés. Nous le supposions originaires de Jijo, une espèce naturelle ou créée par les Buyurs afin de jouer un mauvais tour à ceux qui leur succéderaient. »David Brin, Le Chemin des bannis [« Infinity's Shore »], vol. tome III, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 381 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04857-7), page 283
  34. « Nous prenions ces « noors » pour des descendants abâtardis des tytlals… et donc sans grand intérêts. Mais s’ils peuvent parler, de quoi sont-ils capables ? »David Brin, Le Chemin des bannis [« Infinity's Shore »], vol. tome III, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 381 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04857-7), page 300
  35. « Ur-ronn ne se tourna pas, mais ses queues jumelées cinglèrent le torse de notre amie, juste au-dessous du cou. »David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04458-X), page 184
  36. « L’être qui venait de s’exprimer traversa le poste de pilotage au petit trot. Ce quadrupède miniature aux bras de centaure et au cou de serpent redressa fièrement la tête et rejoignit Rety, pour se glisser dans la bourse suspendue à son ceinturon. »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 53
  37. David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04458-X), page 5
  38. « Elle extrapolait tout ceci à partir du peu de choses connues au sujet d’Urchachka, des renseignements puisés dans les trop courts articles d’une encyclopédie du pré-atterrissage et quelques fables retransmises par les conteuses urs. Des récits datant d’avant que leur espèce ne fût découverte sur leur planète natale torride par une race patronne descendue du ciel pour revendiquer ces bergères et les guider vers le haut de la Voie de l’Élévation. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04458-X), page 329
  39. David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 37
  40. « un vaisseau globe des Zangs inhalateurs d’hydrogène ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04457-1), page 131
  41. « Cependant, les Zangs et assimilés passent la majeure partie de leur temps dans l’atmosphère agitée de mondes de type jovien. »David Brin, Les Rives de l'infini [« Infinity's Shore »], vol. tome IV, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 347 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04858-5), page 189
  42. « On trouvait dans les Manuscrits Sacrés de Jijo des références discrètes à des êtres synthétiques qui se concevaient et se produisaient dans les profondeurs les plus reculées de l’espace, sans planète où séjourner ni air à respirer. »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 26
  43. « Quant aux êtres du Troisième Ordre — les machines autonomes — seule l’application de mesures de protection draconiennes les empêche de se reproduire de façon exponentielle et de mettre en péril toute vie organique dans les Cinq Galaxies. »David Brin, Les Rives de l'infini [« Infinity's Shore »], vol. tome IV, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 347 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-04858-5), page 118
  44. « La troisième nous rappelle les Anciens, ces êtres sereins qui ont renoncé au voyages intergalactiques pour embrasser une existence contemplative. Rebutés par une vie trépidante, ils se sont isolés afin de laisser décanter ce qu’il y a en eux de meilleur… Car ils s’apprêtent à affronter la Grande Faucheuse. »David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 7
  45. David Brin, Le Grand défi [« Heaven's Reach »], vol. tome V, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1999, 574 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-290-05368-6), page 15