Clan McPicsou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le clan McPicsou (clan McDuck en VO), dans l’univers des canards imaginé par les studios Disney, est un clan écossais, fameux pour sa richesse, dont Balthazar Picsou (Scrooge McDuck en VO) est un descendant.

Imaginé par le dessinateur Carl Barks, il est mentionné dès la deuxième apparition de Picsou dans une bande dessinée publiée en juin 1948, Donald et le Secret du donjon[1] (The Old Castle's Secret). Cela permet de donner une véritable identité au personnage de Picsou, récemment créé : sa famille prend racine dans les Highlands, en Écosse, où se trouve le château seigneurial dans les marais de Dismal Downs.

Le dessinateur Don Rosa a développé le concept dans la série de bandes dessinées La Jeunesse de Picsou[2] (The Life and Times of Scrooge McDuck) publiée à partir de 1992. Dans le premier épisode, Le Dernier du Clan McPicsou[3] (The Last Of The Clan McDuck), on apprend entre autres que le clan s’appelait à l’origine McDuich (nom d’origine gaélique) et n’adopta le nom de McDuck qu’après l’invasion de l’Écosse par Guillaume le Conquérant en 1071. À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le clan se résume seulement à une dizaine d’individus dont le père de Picsou et ses deux oncles, qui vivent dans une relative pauvreté à Glasgow. L’apparition ponctuelle des fantômes des ancêtres, dotés d’un caractère d’avarice particulièrement prononcé, le confirme comme l’un des clans les plus pingres d’Écosse.

Ancêtres[modifier | modifier le code]

D'après Don Rosa, l'histoire de la famille McPicsou se confond avec celle de l'Écosse. C'est en effet un McDuich qui conduisit le siège du mur édifié par l'empereur Hadrien en 122 (après qu'un de ses ancêtres lui eut vendu les pierres nécessaires à son édification) et bouta les Romains hors d'Écosse en 400. Le clan combattit les Pictes aux côtés des Vikings, dont ils devinrent les meilleurs alliés, en 899. C'est également un McDuich qui faillit être proclamé premier roi d'Écosse en 843, mais un défaut de prononciation le disqualifia au profit de Kenneth Macalpin. Parmi les McDucks célèbres, il convient de citer :

Sire William McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire William McPicsou (Sir Eider McDuich en VO) : Chevalier né en 880 et mort en 946 lors d'un assaut du château par les Saxons contre lesquels il se retrouva seul, payant peu ses soldats qui fuirent alors.

Sire Duncan McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire Duncan McPicsou (Sir Quackly McDuich en VO). Né en 1004 (ou 1010 selon les sources) en Écosse, le chevalier Duncan reçoit une cassette pleine d'or pour avoir défendu le roi Macbeth Ier d'Écosse en 1057. Mais, il meurt la même année car, obsédé par cet or, il s'emmure accidentellement avec. Ce personnage créé par Carl Barks dans Donald et le Secret du donjon permet de relier Picsou à son passé écossais. Il est un des principaux personnages de La Jeunesse de Picsou.

Sire Slye McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire Slye McPicsou (Sir Slye McDuich en VO). Ayant vécu vers 1018, il aida le roi Malcolm II, dont il fut l'espion, à combattre les Anglais.

Sire Murdoch McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire Murdoch McPicsou (Sir Murdoch McDuich en VO). Il fit fortune en 1066 en vendant aux Anglais des arcs pour se défendre contre l'invasion normande ; il avait omis de leur préciser que les flèches étaient en supplément. C'est à son époque que le clan adopta le patronyme de "McDuck" (version anglaise du gaélique "McDuich").

Sire Wilfried McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire Wilfried McPicsou (Sir Stuft McDuck en VO). Né en 1110, mort en 1175. Banquier de profession, on lui doit l'indépendance de l'Écosse qu'il racheta 10 000 marks aux Normands mais vida de ce fait les caisses du clan.

Sire Emeric McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire Emeric McPicsou (Sir Roast McDuck en VO). Né en 1159, mort en 1205 d'indigestion après avoir pillé le garde-manger du roi Guillaume Ier d'Écosse.

Sire Edward McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire Edward McPicsou (Sir Swamphole McDuck en VO). Chevalier né en 1190, mort en 1260. C'est lui qui condamna les donjons du château familial, prétextant ne plus pouvoir entretenir une salle de torture digne de ce nom (La vérité étant révélée dans "Une lettre de la maison" de Don Rosa).

Sire Donald McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire Donald McPicsou (Sir Donald McDuck en VO), surnommé "Black Donald". Ayant vécu vers 1440, il serait descendant de Sire Emeric McPicsou. On lui doit l'invention du golf et du lancer de marteau. Il mourut au cours d'une partie de lancer de tronc d'arbre qu'il reçut sur le crâne. Il est souvent confondu avec le neveu de Balthazar Picsou : Donald Duck

Sire Francis McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Sire Francis McPicsou (Malcolm "Matey" McDuck en VO). Né en 1530 à Glasgow, cet officier de marine navigua sur le "Golden Hind" aux côtés de Francis Drake. Premier commandant de Fort Drake Borough, il mourut lors de son siège en 1579. C'est sur les ruines de ce fort que fut construite Donaldville.

Laird Locksley Duck[modifier | modifier le code]

  • Laird Locksley Duck. Il vécut vers 1707. Compagnon du hors-la-loi Rob Roy, ils se brouillèrent lorsque Rob Roy lui annonça que l'argent volé aux riches devait être redistribué.

Kenneth McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Kenneth McPicsou (Hugh « Seafoam »[4] McDuck en VO). Né en 1710, il fit fortune dans le commerce avec les Indes et acheta son propre bateau, le "Golden Goose". Mais celui-ci fut saboté en 1753 par un clan rival, les McChicane (McSue en VO) avec lequel Kenneth avait signé un contrat, stipulant en toutes petites lettres qu'il devrait leur céder tous les biens des McDucks si la livraison n'était pas honorée. Il ne conserva de la mésaventure que la montre de ses ancêtres et ses dents en or. Il disparut en 1776 au cours de la guerre d'indépendance des États-Unis[5].

Potcrack McPicsou[modifier | modifier le code]

  • "Potcrack" McPicsou ("Potcrack" McDuck en VO). Inventeur de la cornemuse à vapeur en 1767.

Ascendance directe de Picsou[modifier | modifier le code]

Rupert-Tyberius McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Rupert-Tyberius McPicsou. Arrière-grand-père de Picsou (existence à confirmer)

Willie McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Willie McPicsou ("Dirty" Dingus McDuck en VO). Grand-père de Picsou. Mineur de fond, il épousa Molly Mallard dont il eut trois garçons : Fergus, John et Jack.

Quinquagésime McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Quinquagésime McPicsou (Quagmire McDuck en VO). Frère du précédent et grand-oncle de Picsou. Il hérita de la montre de son ancêtre Kenneth McPicsou qu'il transmit à son neveu Fergus. Il serait le grand-père d'Adhémar Padsou (Moocher McDuck en VO), cousin désargenté de Balthazar Picsou[6]., ainsi que de Pokerface McDuck, légataire de Donald et Gontran.

John McPicsou[modifier | modifier le code]

  • John McPicsou (Angus "Pothole" McDuck en VO). Fils de Willie Mc Picsou. Né en 1829 à Glasgow et mort en 1901 à La Nouvelle-Orléans, il s'exila aux États-Unis dans les années 1840. Il commanda plusieurs bateaux à vapeur sur le Mississippi et prit sa retraite en 1882.

Fergus McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Fergus McPicsou (Fergus McDuck en VO). Frère du précédent et père de Picsou. Né en 1835 à Glasgow et mort en 1902 à Dismal Downs. Meunier de profession, il épousa une jeune irlandaise, Édith O'Drake (Downy O'Drake en VO), en 1867 avec laquelle il eut trois enfants : Balthazar, Matilda et Hortense. On lui prête d'autres liaisons dont furent issus des enfants illégitimes.

Jack McPicsou[modifier | modifier le code]

  • Jack McPicsou (Jake McDuck en VO). Frère des précédents. Né à Glasgow en 1832 et mort après 1952.

Sœurs et demi-frères de Picsou[modifier | modifier le code]

Les deux sœurs de Picsou sont des personnages récurrents de La Jeunesse de Picsou de Don Rosa[7] :

Matilda Picsou[modifier | modifier le code]

  • Matilda Picsou (Matilda McDuck en VO). Fille de Fergus McPicsou et sœur de Picsou. Née en 1871 à Glasgow, elle rejoignit son frère aîné aux États-Unis en 1902 en compagnie de sa jeune sœur Hortense, et travailla pour lui. Elle aurait épousé Donald Dingue. On perd sa trace après 1955.

Hortense Picsou[modifier | modifier le code]

  • Hortense Picsou (Hortense McDuck en VO). Fille de Fergus McPicsou et sœur de Picsou. Née en 1876 à Glasgow, elle suivit le reste de la famille dans leur exil aux États-Unis. Elle s'éprit du chef-comptable de son frère, Rodolphe Duck, qu'elle épousa après 1910. De leur union nacquirent Donald Duck et sa sœur jumelle Della en 1920.

Gédéon Picsou[modifier | modifier le code]

  • Gédéon Picsou (Gedeone de' Paperoni en VO)[8]. Demi-frère de Picsou, fils illégitime de Fergus McPicsou, conçu après la mort de sa femme[réf. nécessaire]. Mère inconnue. Rédacteur en chef du journal Il Grillo parlante.

Léon Sanzun[modifier | modifier le code]

  • Léon Sanzun (Rumpus McFowl en VO)[9]. Demi-frère de Picsou, fils issu du court mariage entre Fergus McPicsou et Véra O'Drake, la sœur d'Édith O'Drake[10].

Enfin, il arrive que Grand-Mère Donald soit présentée comme la sœur de Balthazar et Gédéon Picsou[11], en contradiction avec la généalogie établie par Don Rosa.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Don Rosa a développé en 1993 un arbre généalogique dont Carl Barks avait jeté les bases dans les années 1950 pour expliquer les liens entre le clan McPicsou et la famille Duck dont est issu Donald Duck.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Base I.N.D.U.C.K.S : W OS 189-02 . Publiée pour la première fois en France en 1949 puis sous les titres Le Fantôme écossais ! (1970), Onc’ Picsou et le Secret du fantôme (1974), Séjour mouvementé au château (1990) et Le Secret du vieux château (1998).
  2. (en) Base I.N.D.U.C.K.S : Life of US
  3. (en) Base I.N.D.U.C.K.S : D 91308 . Publié une première fois en France en 1994 sous le titre Les Affaires de Picsou ne sont pas les affaires des autres…
  4. Litt. « Écume de mer »
  5. (en) Who's who in Duckburg
  6. Première apparition le 29 novembre 1970 dans Padsou contre Picsou (Too Many McDucks) (en) Base I.N.D.U.C.K.S : S 70121 .
  7. Dans sa volonté de continuité avec les histoires de Carl Barks, Don Rosa utilise les deux sœurs car elles apparaissent dans une ébauche d'arbre généalogique que Barks compose dans les années 1950 comme outil de travail. Il est reproduit dans La Jeunesse de Picsou, hors-série no 1 de Picsou magazine, été 2004, page 8.
  8. Créé par Romano Scarpa le 10 février 1956 dans Le Mystère des écrevisses en civet (Paperino e i gamberi in salmì) (en) Base I.N.D.U.C.K.S : I TL 132-AP . Première publication en France en 1980 puis sous le titre Le Mystère des crevettes en sauce (1999). Il s'agit de la première histoire écrite et dessinée par Romano Scarpa. Ce dernier et, dans une plus large mesure, la bande dessinée Disney italienne dans son ensemble, présentent Gédéon Picsou comme le frère de Picsou ; c'est ultérieurement qu'il ne devient plus qu'un demi-frère, pour qu'il puisse trouver sa place dans la généalogie établie par Don Rosa. Au Danemark, il n'est considéré que comme un cousin de Picsou (cf I.N.D.U.C.K.S.).
  9. Créé par William Van Horn le 9 août 1994 dans Signé Léon Sanzun ! (It's All Relative) (en) Base I.N.D.U.C.K.S : D 91377 . Première publication en France en 2005. D'abord présenté comme un cousin de Picsou, ses véritables origines sont révélées en 2000 dans La Fortune vient en bossant (Travail) (en) Base I.N.D.U.C.K.S : D 99053 .
  10. Ou d'une autre sœur au prénom inconnu, selon Calisota Online
  11. Elvire, Balthazar et Gédéon sont ainsi présentés comme frères et sœur ayant grandi en Écosse dans Picsou fait les gros titres (Zio Paperone e le notizie... fraterne) (en) Base I.N.D.U.C.K.S : I PM 187-2 . Première publication en France en 1996.