Clan Douglas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Douglas.
Insigne (crest badge) du clan Douglas.

Le clan Douglas est un clan écossais historique originaire des Lowlands écossais et tirant son nom du village de Douglas, dans le South Lanarkshire. Ses membres ont ensuite essaimé dans les Scottish Borders, l'Angus, le Lothian et au-delà. Le clan n'a actuellement pas de chef qui soit reconnu par le droit écossais et le Lord Lyon.

Les Douglas ont été par le passé le plus puissant clan d'Écosse. Ses chefs portaient les titres de comte de Douglas (Black Douglas), comte d'Angus (Red Douglas) et, à un moment, comte de Morton (en)[1]. Beaucoup de Douglas se sont mariés avec des membres de maisons nobles ou royales écossaises ou européennes, assurant le pouvoir du clan en Écosse par le moyen de leur richesse ainsi accumulée. Le siège ancestral du clan est le château de Douglas (en), dans le Lanarkshire, mais ses membres ont ensuite occupé divers domaines à travers l'Écosse[2].

On peut trouver des sépultures de Douglas dans le monde entier, notamment à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés à Paris, à l'abbaye de Vreta à Linköping, et à l'abbaye de Melrose. Mais leur lieu de sépulture principal est sans doute la St Bride's Kirk de Douglas. Consacrée en l'honneur de Brigitte d'Irlande, sainte patronne des Douglas, cette église abrite les mausolées de nombreux Douglas célèbres, dont celui de James Douglas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Douglas « noirs » et « rouges »[modifier | modifier le code]

Tartan moderne du clan Douglas.

En 1346, William Douglas (c. 1327–1384), neveu de sir James Douglas, compagnon de Robert Bruce, rentre en Écosse pour réclamer le titre de chef du Clan Douglas. Il l'obtient en 1353 en assassinant son parrain, sir William Douglas, seigneur de Liddesdale, et est par la suite fait comte de Douglas en 1358. William Douglas demeure sur les terres de Tantallon sous Robert Stewart, comte de Fife (c.1340-1420), de 1371 à 1372, quand ce dernier abdique de son titre en faveur de son fils Murdoch. Le château héberge la belle-sœur et maîtresse de William, Margaret Stewart, comtesse d’Angus, mère de son fils illégitime George Douglas (1380-1403)[3] En 1388, à la mort du 2e comte de Douglas, le comte de Fife réclame les terres de Tantallon mais confirme le droit de la comtesse à y vivre[4]. Plusieurs tentatives ont lieu pour l'en déloger, mais l'accord est formalisé par le parlement en avril 1389 et George Douglas reconnu comte d'Angus, en tant qu'héritier de sa mère[5].

Cela engendre la division de la maison de Douglas, Archibald the Grim devenant chef de la branche principale, surnommée les Douglas « noirs », tandis que George Douglas fonde celle des Douglas « rouges »[6].

En 1397, George Douglas épouse Mary, fille du roi Robert III, ralliant ainsi les Douglas « rouges » à la maison royale des Stuart. Le 3e comte d’Angus fait de Tantallon sa résidence principale et entre en rébellion de 1443 à sa mort en 1446. Il lance des raids sur les terres d’Abercorn appartenant aux Douglas « noirs », entraînant des représailles et la confiscation de ses domaines quelques mois avant sa mort[7]. En 1452, le roi Jacques II accorde Tantallon au 4e comte d’Angus, frère du 3e, chef des armées royales qui battirent les Douglas « noirs » à la bataille d'Arkinholm en mai 1455[8].

Rébellion contre la couronne d'Écosse[modifier | modifier le code]

Les Douglas « rouges », en la personne d'Archibald « Bell-the-Cat » (1453–1514), le 5e comte d’Angus, se rebellent à leur tour contre l’autorité royale en 1482. Vers 1490, le comte trahit l’Écosse et promet à Henri VII d'Angleterre de lui livrer Jacques IV. Le complot ayant été éventé, le comte d’Angus se réfugie à Tantallon où il se prépare à soutenir un long siège. Le 11 octobre 1491, l’armée de Jacques IV assiège le château à l’aide de canons provenant d’Édimbourg et de Linlithgow, ainsi que d’arbalètes et de couleuvrines de Leith[8]. Un navire royal, The Flower, est également dépêché sur place afin de bloquer l’accès à la mer. Archibald se rend rapidement, évitant au château de souffrir d’importants dommages. En 1493, il revient en grâce et est nommé Lord Chancelier d'Écosse[3].

En 1514, Archibald Douglas, 6e comte d'Angus (1490–1557) épouse la veuve de Jacques IV, Marguerite Tudor, fille d’Henri VII et régente d’Écosse. À la suite de ce mariage, la régence est alors confiée à John Stuart, qui s’empare de Tantallon en 1515 avant de le restituer l’année suivante suite à un accord[3].

En 1525, Archibald Douglas, avec l’aide d’Henri VIII d'Angleterre, organise un coup d'État virtuel, enfermant le jeune roi et se proclamant chancelier. Mais, en 1528, Jacques V, alors âgé de seize ans, s’échappe pour rejoindre sa mère à Stirling et le condamne à la mort civile (attainder), le bannissant jusqu’au « nord du Spey »[9]. Loin d’obéir, le comte d'Angus se réfugie à Tantallon avant de partir en Angleterre. Le château est alors saisi par le roi, mais le comte parvient à le reprendre et à renforcer ses défenses[9]. Le 23 octobre 1528, Jacques V assiège le château et, pour ce faire, emprunte l’artillerie du château de Dunbar. Mais, faute de pouvoir être positionnés suffisamment près des murailles à cause des fossés, ceux-ci ne font guère de dégâts[10]. Le roi lève donc le siège et regagne Édimbourg, moment que choisit Angus pour contre-attaquer et s’emparer de l’artillerie. En 1529, Archibald Douglas part en Angleterre, et Jacques V s'empare enfin de Tantallon. À la mort de Jacques V en 1542, le comte d'Angus revient et récupère le château de Tantallon[3].

Les châteaux des Douglas[modifier | modifier le code]

Le château de Drumlanrig.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Salter, The Castles of Lothian and the Borders, Malvern, Folly Publications,‎ 1994 (ISBN 9781871731200)
  • (en) Sir William Fraser, The Douglas Book, vol. III, Édimbourg, T. and A. Connétable,‎ 1885 (OCLC 4963543, lire en ligne)
  • (en) J. S. Richardson, Tantallon Castle, Édimbourg, HMSO,‎ 1950 (OCLC 49244930)
  • (en) Charles McKean, The Scottish Chateau, Stroud, Sutton Publishing,‎ 2004 (ISBN 9780750923231)
  • (en) Herbert Maxwell, A History of the House of Douglas, Londres, Freemantle,‎ 1902 (OCLC 4121292)
  • (en) Michael Brown, The Black Douglases, Édimbourg, John Donald,‎ 2007 (ISBN 9781904607595)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jim Hewitson, The Douglases,‎ 1997 (ISBN 1852170662)
  2. (en) Michael Lynch, Oxford Companion to Scottish History, Oxford University Press (ISBN 9780199234820), p. 172-176
  3. a, b, c et d Salter 1994, p. 86–88.
  4. Richardson 1950, p. 12–13.
  5. Brown 2007, p. 83-86.
  6. Maxwell 1902, p. 3–5 du vol. II.
  7. Richardson 1950, p. 13.
  8. a et b Richardson 1950, p. 14.
  9. a et b Richardson 1950, p. 16
  10. McKean 2004, p. 49–50.