Claire Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simon.

Claire Simon (née à Londres en 1955) est une scénariste, actrice, directrice de la photo, monteuse et réalisatrice française. Elle est l'auteur de plusieurs films documentaires. Les Patients, Récréations, et Coûte que coûte qui seront primés dans de nombreux festivals. Son œuvre est essentiellement composée de documentaires dans lesquels elle traque des histoires, celles que les enfants s’inventent le temps d’une récréation, celle que les difficultés de gestion induisent dans Coûte que coûte, celle qui naît de l’amour de deux jeunes gens (800 km de différence-Romance), ou encore celle que tisse la vie singulière de Mimi. En fait, pour Claire Simon, si « la banalité contient de la fiction », le travail de la cinéaste est de la débusquer[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Élevée en France dans le Var, Claire Simon étudie l'ethnologie, apprend la langue arabe et la langue berbère.

Autodidacte, elle débute dans le cinéma par le biais du montage en exerçant des responsabilité de chef-monteuse et tourne quelques courts-métrages de manière indépendante. Elle apprend la pratique du cinéma direct aux Ateliers Varan[2].

Parmi ses films les plus remarqués, on se souvient du court-métrage Scènes de ménage (1991).[réf. souhaitée]

En 1997 la réalisatrice présente Sinon, oui son premier long-métrage de fiction à la Quinzaine des Réalisateurs.

Elle dit à propos de son œuvre documentaire : « Dans mon travail documentaire, j'ai essayé de trouver des situations de fiction, non pas au sens où il y aurait des acteurs, mais où la référence serait la fiction. J'ai essayé de filmer des gens qui étaient d'une certaine manière travaillés par la mythologie de la fiction. (…) J'ai toujours dit que Coûte que coûte était lié aux films noirs américains, que Récréations c'était pour moi Shakespeare. Mimi est lié à Perec et 800 km de différence à Eustache ou à Renoir. (…) Je me souviens une fois, (…) je parlais à des ethnologues et je voyais bien que la différence entre eux et moi c'est que moi je pense à Hitchcock, à Scorsese, ou à Godard quand je tourne. Eux, ils pensaient en termes de sociologie, d'ethnologie. Donc forcément ils ne voyaient pas du tout les personnages dans le même état d'esprit que moi[3]. »

Elle est directrice du département réalisation de La fémis[2] et a assuré un atelier de réalisation à l'université Paris 8[4].

Selon Télérama[5], elle a travaillé entre 2008 et 2012 sur la gare du Nord, où elle a trouvé la matière pour « une pièce de théâtre, d'un documentaire, d'une installation sur le Web ». Elle y a tourné en 2012 pendant sept semaines un film avec Nicole Garcia, François Damiens et Reda Kateb.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Courts Métrages
  • 1976 : Madeleine
  • 1980 : Tandis que j’agonise
  • 1981 : Moi, non ou l'argent de Patricia
  • 1982 : Mon cher Simon
  • 1983 : Une journée de vacances
  • 1984 : Barres Barres
  • 1988 : La Police
  • 1991 : Scènes de ménage
  • 1992 : Artiste Peintre
Documentaire
Longs Métrages

Scénariste[modifier | modifier le code]

Directrice de la photographie[modifier | modifier le code]

Monteuse[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Trois de ses films ont été sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes : Sinon oui en 1997, Ça brûle en 2006 et Les Bureaux de Dieu en 2008[6].

Le film Gare du Nord et le documentaire associé Géographie humaine sont projetés au Festival international du film francophone de Namur en octobre 2013, où Gare du Nord est présenté en compétition officielle[7].

En 2013, une rétrospective a été dédiée à la réalisatrice lors du 54è festival international du film de Thessalonique. Les longs-métrages Sinon, oui, Les Bureaux de Dieu, Ça brûle et Gare du Nord ont ainsi été projetés.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carole Desbarats, « La Chasse au sentimentalisme », sur Artfilm.ch
  2. a et b « MASTER CLASS La Fémis à l’honneur », sur Festival du Film de Femmes de Créteil,‎ 2012
  3. Extrait de l'entretien publié dans Les Carnets de Filmer à Tout Prix 2004
  4. Jean-Louis Blangonnet, « Le cinéma documentaire à l'université, entretien avec Claire Simon », Image documentaires, no 40/41,‎ 1er et 2ème trimestres 2001 (lire en ligne)
  5. Laurent Rigoulet, « Avec Claire Simon, qui tourne à la gare du Nord, à Paris », Télérama, no 3261,‎ 14 juillet 2012 (lire en ligne)
  6. Fiche de Claire Simon sur le site de La Quinzaine des réalisateurs
  7. FIFF - Gare du Nord

Liens externes[modifier | modifier le code]