Clair de lune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clair de lune (homonymie).
Clair de lune dans une forêt, en hiver, par Archip Iwanowitsch Kuindshi (1898-1908)
Trafalgar Square by Moonlight : Trafalgar Square sous le clair de lune, aux environs de 1865. Représentation conservée au Museum of London.

Le clair de lune est la lumière reçue la nuit sur Terre depuis son satellite naturel, la Lune.

Cette lumière n'est qu'indirecte, la Lune ne fait que refléter celle du Soleil. Le clair de lune est d'autant plus lumineux que le ciel est pur et dégagé et la Lune pleine. Le paysage nocturne est encore plus éclairé quand il est enneigé ou de couleur claire (désert de sel, étendues de sable clair, banquise...).

Brillance[modifier | modifier le code]

L'intensité du clair de lune dépend grandement de la phase lunaire, mais même sous la pleine lune (la phase la plus lumineuse), il ne procure qu'une très faible lumière par rapport au jour solaire : environ 0,2 lux (soit 500 000 fois moins que le Soleil), ce qui ne permet par exemple ni de lire de petites lettres, ni surtout de distinguer les couleurs.

Son éclairement peut cependant atteindre jusqu'à 1 lux dans les latitudes tropicales, lorsque la Lune est vue avec une grande hauteur[1].

Vision[modifier | modifier le code]

Après un éblouissement ou une longue période passée sous une lumière artificielle (type éclairage d'intérieur moyen), il faut à l'œil plusieurs dizaines de minutes pour se réadapter à la vision nocturne. Ce sont alors les cellules en bâtonnet qui sont mobilisées ; elles ne perçoivent pas les couleurs, mais sont beaucoup plus sensibles à la lumière que le cellules en cône qui nous permettent de voir de jour.

Dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Le clair de lune est généralement considéré comme un élément romantique. C'est un thème repris par de nombreux romanciers, peintres, illustrateurs, cinéastes, conteurs, mangakas, animekas , ... etc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Erwin Bunning et Ilse Moser, « Interference of moonlight with the photoperiodic measurement of time by plants, and their adaptive reaction », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 62, no 4,‎ avril 1969, p. 1018–1022 (ISSN 0027-8424, liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)