Clément d'Ohrid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Clément.
Clément d'Ohrid
Image illustrative de l'article Clément d'Ohrid
icône de Saint-Clément d'Ohrid
Naissance vers 840
Décès  
Ohrid
Nationalité Bulgare
Vénéré à Ohrid, Drapeau de la Macédoine Macédoine
Vénéré par Église orthodoxe
Fête 27 juillet et 25 novembre
Attributs Alphabet glagolitique, alphabet cyrillique

Clément d'Ohrid (en bulgare et en macédonien Свети Климент Охридски, en vieux-slave Климє́нтъ Охрїдьскъ), né vers 840 et décédé en 916, est un saint, un moine et un écrivain de l'Empire bulgare, devenu évêque d'Ohrid, ville de l'actuelle Macédoine. Il était le plus illustre disciple de Cyrille et Méthode et il est souvent associé avec la création, et surtout la propagation, des alphabets glagolithique et cyrillique. Il est considéré comme le premier évêque de l'Église orthodoxe bulgare[1],[2], l'un des sept Apôtres de l'Empire bulgare et comme le Saint-Patron de la République de Macédoine et de l'Église orthodoxe macédonienne[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le début de sa vie est mal connue. Selon Théophylacte d'Ohrid, il serait né dans le sud-ouest de l'Empire bulgare, dans une région alors appelée Koutmitchevitsa, qui englobait le sud-ouest de l'actuelle République de Macédoine et des parties de l'Albanie et de la Macédoine grecque[4].

Clément a été lié très jeune à Cyrille et Méthode : selon Théophylacte, il s'attacha « dès son plus jeune âge » à Méthode, qui devint son modèle (probablement dès 856, quand Méthode entra dans un monastère sur le mont Olympe de Bithynie) ; il accompagna les deux frères en 863 dans leur mission en Grande-Moravie, et en 868 à Rome, où il fut ordonné prêtre. Après la mort de Cyrille à Rome, Clément accompagne Méthode lors de son voyage de Rome à la Pannonie et la Grande-Moravie. Après la mort de Méthode en 885, Clément dirige avec Gorazd, un autre disciple, le combat contre le clergé germanique en Moravie. Il est emprisonné, puis expulsé de Moravie, et rentre en Bulgarie en 885 ou en 886, avec Naum de Preslav, Angelariy et probablement Gorazd, tous anciens disciples de Cyrille et Méthode. Ils sont envoyés à Pliska, la capitale bulgare d'alors, où Boris Ier leur demande d'éduquer le futur clergé bulgare en vieux-slave.

Après l'adoption du christianisme en 865, les cérémonies religieuses en Bulgarie étaient tenues en grec par des religieux envoyés par l'Empire byzantin. Craignant l'influence byzantine grandissante et l'affaiblissement de son État, Boris Ier voyait l'adoption du vieux-slave en tant que langue liturgique comme un moyen de conserver son indépendance politique. Sous son impulsion, deux écoles de vieux-slave sont ouvertes, la première à Preslav et la deuxième dans la région de Koutmitchevitsa.

Alors que Naum reste à Pliska, Clément est envoyé dans sa région natale, à Ohrid. Pendant sept ans, de 886 à 893, il y forme quelques 3 500 disciples en vieux-slave et avec l'alphabet glagolithique. En 893, il est ordonné archevêque. À sa mort, il est enterré au monastère Saint-Pantaleimon d'Ohrid.

Œuvres et postérité[modifier | modifier le code]

Saint Clément d'Ohrid est l'un des auteurs en vieux-slave les plus prolifiques et les plus importants. On lui attribue l'hagiographie de Cyrille et Méthode, la traduction de chants religieux et l'écriture de deux services liturgiques.

L'invention de l'alphabet cyrillique lui est parfois attribuée, bien qu'il aurait plutôt été développé à Preslav au début du Xe siècle.

La première université bulgare moderne, l'Université de Sofia, fondée en 1888, porte son nom. Son nom a aussi été donné à la Bibliothèque nationale et universitaire de la République de Macédoine et à l'Université de Bitola.

La Bulgarie a également donné son nom (la « base antarctique Saint-Clément-d’Ohrid ») à sa base antarctique située sur l’île Livingston, îles Shetland du Sud, au Nord de l’Antarctique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dimitri Obolensky, Six Byzantine Portraits (ch. I : « Clement of Ohrid »), Clarendon Press, Oxford, 1988.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. "...the First Bishop of the Bulgarian language" - Théophylacte d'Ohrid cité dans (en) Pedro Ramet, Religion and Nationalism in Soviet and East European Politics (ISBN 0822308916), p. 373
  2. (bg) Georgi Bakalov et Milen Kumanov, History of Bulgaria electronic edition, Sofia, Trud, Sirma,‎ 2003 (ISBN 9844830679), « KUTMICHEVITSA (Kutmichinitsa) »
  3. Site officiel de l'Église macédonienne
  4. The entry of the Slavs into Christendom: an introduction to the medieval history of the Slavs, A. P. Vlasto, CUP Archive, 1970, ISBN 0-521-07459-2, p. 169.