Civens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Civens
Le Chanasson.
Le Chanasson.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Feurs
Intercommunalité Communauté de communes de Feurs en Forez
Maire
Mandat
Christophe Guillarme
2014-2020
Code postal 42110
Code commune 42065
Démographie
Gentilé Civensois
Population
municipale
1 370 hab. (2011)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 51″ N 4° 15′ 12″ E / 45.7808333333, 4.2533333333345° 46′ 51″ Nord 4° 15′ 12″ Est / 45.7808333333, 4.25333333333  
Altitude Min. 327 m – Max. 470 m
Superficie 13,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Civens

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Civens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Civens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Civens

Civens est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes[1].

Ses habitants sont appelés les Civensois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Civens fait partie du Forez.

Communes limitrophes de Civens
Pouilly-lès-Feurs Rozier-en-Donzy
Épercieux-Saint-Paul Civens Cottance
Cleppe Feurs Salvizinet

Histoire[modifier | modifier le code]

Jules César a fait boire son cheval dans l'étang de Civens, pendant un passage dans le Forez, lors de la guerre des Gaules (58 - 51/50 av JC). L'Empereur Charlemagne a également traversé le territoire de la commune, souvenir ancré dans la conscience des habitants, mais également dans la toponymie, avec une "route Charlemagne".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Christophe Guillarme remporte les élections municipales de 2014 avec 61,29 % des voix, battant Maurice Rocle ; le taux de participation est de 72,80 %[3].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1929 janvier 1960 Jean Pupat    
mars 1971 mars 1977 Louis Jolivet    
mars 2001 mars 2008 Roger Debrosse    
mars 2008 mars 2014 Pierre Colas    
mars 2014 en cours Christophe Guillarme    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 370 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
183 400 392 350 429 461 504 546 534
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
557 556 598 600 601 630 659 643 624
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
620 577 560 487 524 489 462 425 422
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
447 523 615 761 1 007 1 129 1 340 1 369 1 370
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

JOLIVET Louis (1925/2006) Élu en 1971 avec tous ses co-listiers, il prend la suite de Jean DENIS comme maire de Civens. Il passe le relais à son premier adjoint avant la fin de son mandat. Il initie le fleurissement du centre bourg et œuvre au développement du bas de la commune. Sa liste est largement battue aux élections suivantes par celle de Jean François DENIS qui prend la suite.

PUPAT (Eugène, Jean) Né le 23 septembre 1901 à Saint-Paul-en-Jarez (Loire)- Décédé le 12 janvier 1960 à Civens (Loire)- Député de la Loire de 1951 à 1955 Issu d'une famille de céréaliers, diplômé de l'Institut agricole de Beauvais au lendemain de la première guerre mondiale, il retourne dans sa région du Pilat où il reprend l'exploitation familiale et s'installe comme expert agricole et foncier. Très investi dès les années vingt dans la vie rurale et paysanne, Jean Pupat est le président fondateur de la Coopérative agricole des blés et d'approvisionnement de la Loire et vice-président de la Fédération des syndicats d'exploitants agricoles. Cet investissement tous azimuts lui vaudra après la guerre d'être fait chevalier de l'ordre du Mérite agricole. Il est également élu conseiller municipal de Civens aux élections du 5 mai 1929, fonctions qu'il occupe jusqu'à la guerre durant laquelle il reste des plus discrets. Il est naturellement confirmé dans son mandat local à la Libération et élu maire de cette même commune en mars 1947. Il le demeure jusqu'à sa mort en janvier 1960. Jean Pupat se porte candidat à la députation dans la Loire en juin 1951 à la tête d'une liste paysanne présentée par le "rassemblement des groupes républicains et indépendants français" uniquement constituée de cultivateurs. Il est l'un des huit élus de ce département. Il est appelé à siéger aux commissions des affaires étrangères (1951,1953) et du suffrage universel, des lois constitutionnelles, du règlement et des pétitions (1951). Il est en outre nommé en août 1951 membre suppléant pour représenter la France à l'Assemblée consultative prévue par le statut du Conseil de l'Europe. D'emblée, Jean Pupat se révèle un parlementaire extrêmement actif. L'organisation d'élections législatives anticipées le 2 janvier 1956 renvoie Jean Pupat devant les urnes. À la tête d'une liste paysanne, il sollicite de nouveau les voix de ses électeurs mais perd son siège. Absent du scrutin de novembre 1958, il est toutefois reconduit à la mairie de Civens mais meurt brutalement quelques mois après à l'âge de cinquante-huit ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte géographique », sur maps.google.fr (consulté le 12 juillet 2010)
  2. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 12 juillet 2010).
  3. Résultats des élections municipales de 2014
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. « 2 statuettes : Saints à Civens (42) », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 13 juillet 2010)
  7. « Autel, gradins et tabernacle (maître-autel) à Civens (42) », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 13 juillet 2010)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :