Citronnelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la ville américaine Citronelle.

La citronnelle, ou citronnelle de l'Inde ou citronnelle de Madagascar ou citronnelle de Java, est une plante herbacée tropicale de la famille des Poacées (graminées), cultivée pour ses tiges et feuilles aux qualités aromatiques (à goût de citron). Elle contient du citronellol.

Nom scientifique : Cymbopogon citratus (DC.) Stapf, famille des Poacées, sous-famille des Panicoideae, tribu des Andropogoneae.

Noms communs : citronnelle, herbe citron, verveine des Indes, jonc odorant. de : Zitronengras, en : lemongrass, es : zacate limón.

Description[modifier | modifier le code]

Plante herbacée à longues feuilles linéaires, dressées, de 90 cm à 2 m de long, à bords rugueux et coupants, de couleur vert bleuté assez pâle. Tiges creuses, bulbeuses à la base, enveloppées dans la gaine des feuilles.

Plante vivace par ses rhizomes.

Multiplication[modifier | modifier le code]

Récupérer des tiges (les plus vertes). En plonger une à trois dans un grand verre d'eau avec une micro goutte d'engrais liquide et laisser à l'ombre. De petites radicelles viendront se former au bout d'une dizaine de jours. On peut la multiplier également par division de touffes que l'on replante.

Distribution[modifier | modifier le code]

Plante originaire du sud de l'Inde. On la trouve aussi dans différentes régions de l'Afrique et des Antilles.

Culture[modifier | modifier le code]

Plante non rustique en climat tempéré. Il est nécessaire de la protéger du gel pendant la mauvaise saison. La citronnelle nécessite un arrosage relativement abondant. Un substrat humide à tendance sablonneuse, de préférence légèrement enrichi, lui garantira une croissance optimale. On peut la cultiver en pleine terre ou en pot sans aucun problème.

Multiplication par division de touffes au printemps. Récolte au bout de quelques mois. On prélève la base de la tige.

Plantes voisines[modifier | modifier le code]

Le genre Cymbopogon comprend une cinquantaine d'espèces originaires d’Asie, dont certaines sont depuis très longtemps introduites et naturalisées dans tout le monde intertropical du fait de leurs excellentes aptitudes aromatiques culinaires et médicinales. Les noms commerciaux de C. citratus sont citronnelle des Indes et verveine des Indes. Elle serait en effet d’origine indienne. La citronnelle dite de Ceylan, est la plus commercialisée dans le monde et est extraite de C. nardus (L.) Rendle. La citronnelle de Java correspond à l’espèce C. winterianus. Les appellations lemongrass, gingergrass et palmarosa renvoient respectivement à C. flexuosus, C. martinii var. sofia et C. martinii var. motia.

La citronnelle de l'Inde ne doit pas non plus être confondue avec d'autres « citronnelles » :

Utilisation[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La base des tiges fraîches, ciselée en rondelles, sert pour aromatiser les crudités, salades, marinades, potages, etc. C'est un ingrédient traditionnel de la cuisine du Sud-Est de l'Asie (Inde, Thaïlande, Viêt Nam, Indonésieetc.). Les cuisiniers thaïs ou vietnamiens emploient les tiges de la citronnelle pour donner un goût citronné à leurs plats. On ne consomme que la partie la plus tendre de ce « jonc odorant », soit 6 à 7 cm à partir de la base. Retirer les feuilles externes et couper les deux extrémités de la tige - utiliser le centre. Il est préférable de couper la citronnelle en gros morceaux afin de pouvoir les enlever facilement après cuisson.

Au nord du Maroc, elle est utilisée pour aromatiser le thé vert à la menthe. Ses feuilles séchées sont aussi très utilisées dans les cuisines malaisienne, indonésienne et chinoise pour les marinades de poisson ou les viandes grillées. On la retrouve également, fraîche, dans quelques recettes françaises.

Elle se marie bien avec le gingembre, la noix de coco, l’ail, l’échalote et le piment.

Elle est de plus en plus utilisée par les barmans pour l'élaboration de cocktail de création.

Test de l'activité répulsive de l'huile essentielle de citronnelle. Image de poursuite vidéo d'une mouche charbonneuse.

Action répulsive[modifier | modifier le code]

On en extrait également une huile essentielle utilisée comme répulsif contre les moustiques. Cette huile essentielle a aussi été proposée pour éloigner les mouches charbonneuses qui piquent les animaux domestiques[1].

En Afrique centrale, la citronnelle est le plus souvent plantée aux alentours des maisons car son odeur repousse les moustiques.

Planter de la citronnelle dans son jardin permet de limiter la présence des aoûtats[réf. nécessaire].

Utilisation médicale[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Les propriétés cataloguées en aromathérapie de l’huile essentielle de Cymbopogon citratus sont : vasodilatatrice[réf. nécessaire], tonique digestive[réf. nécessaire], anti-inflammatoire[réf. nécessaire] et sédative[réf. nécessaire]. Elle est utilisée dans les cas d’insuffisance digestive et hépatique[réf. nécessaire], de cellulite[réf. nécessaire], d’artérite[réf. nécessaire] et de dystonie neurovégétative[réf. nécessaire] (dérèglement du système nerveux viscéral). Sous forme concentrée, elle est irritante en usage externe.

Les propriétés de l’huile essentielle de Cymbopogon nardus sont : anti-infectieuse[réf. nécessaire], antibactérienne[réf. nécessaire], antifongique[réf. nécessaire], insectifuge[réf. nécessaire] (moustiques), antispasmodique[réf. nécessaire] (digestive), anti-inflammatoire[réf. nécessaire]. Elle est utilisée en cas de : colite spasmodique[réf. nécessaire], entérocolite infectieuse[réf. nécessaire], douleurs pelviennes[réf. nécessaire], rhumatismes[réf. nécessaire], arthrite[réf. nécessaire]. Aucune contre-indication n’est connue[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baldacchino, F., Tramut, C., Salem, A., Liénard, E., Delétré, E., Franc, M., Martin, T., Duvallet, G. et Jay-Robert, P. 2013 : The repellency of lemongrass oil against stable flies, tested using video tracking. Parasite, 20, 21. DOI:10.1051/parasite/2013021

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]