Citerne souple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La citerne souple est un moyen de stockage souple de liquides. Elle est aussi appelée réservoir souple, bâche souple, poche souple ou cuve souple. Une fois remplie, elle ressemble à un gros « oreiller » d’où découle son nom commun de « citerne oreiller » (pillow tank en anglais).

Histoire[modifier | modifier le code]

Brevet d’invention de Labaronne de 1966

La première citerne souple autoportante, confectionnée en toile polyester avec enduction PVC, a été réalisée en Algérie dans les années 1950 par André Labaronne[1]. Préalablement, la recherche de capacités d'autorégulation de la pression avait déjà mené au développement de certains systèmes, à destination des réservoirs d'ailes pour les aéronefs (années 1940). Depuis, grâce aux évolutions technologiques sur les matériaux, les techniques de fabrication ont été améliorées pour parvenir à assurer l'autoportance de la citerne souple jusqu'au volume de 1 500 m3.[réf. nécessaire]

Description[modifier | modifier le code]

Réserve d’eau de 60 m3 de défense incendie en tissu polyester enduit de PVC
Citerne souple autoportante de 1 500 m3

Les citernes souples sont issues de l’assemblage par soudage haute fréquence (HF) de lés de tissus techniques. Ceux-ci sont confectionnés à partir d’une trame polyester (armature assurant la résistance) enduite de PVC ou PU, avec traitement anti–UV sur les deux faces. Les matériaux sont retenus pour leur grande tenue à l’abrasion mécanique et leur stabilité chimique. Pour certains liquides spécifiques, des tissus adaptés sont requis selon l’application.

Les lés de tissus sont assemblés de manière spécifique permettant de garantir l’autoportance des citernes. Ce concept assure une structure en trois dimensions de la citerne, indépendante de tout accessoire de maintien et de tout support.

Ce procédé présente plusieurs avantages :

  • quel que soit le niveau de remplissage, la citerne est toujours stable sur un sol plat et horizontal ;
  • la mise en place de la citerne se réalise directement sur un sol préparé : la plate-forme d’accueil doit être plane, horizontale, propre, de préférence sur un sol compacté réalisé à l’aide de graviers recouverts de sable ;
  • le liquide stocké est toujours maintenu hors oxydation, hors évaporation et hors contamination externe ;
  • les citernes souples sont modulables et mobiles ;
  • l’encombrement est réduit ;
  • le poids est faible ;
  • le matériau est résistant ;
  • en cas de stockage de liquides malodorants, il y a un confinement total des odeurs.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Selon le modèle de citerne, la contenance est de quelques litres à 1 500 m3.

Les liquides stockés sont divers : eau (pour la défense incendie…), eau potable, eau pluviale (utilisation comme impluvium), eaux usées, engrais liquides, produits chimiques, effluents agricoles (tels les effluents laitiers et viticoles, lisiers, purins), etc.

Les applications sont donc variées : agriculture, industrie, environnement, protection civile, organisations humanitaires et défense.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Labaronne, brevet d’invention no 1460825 du 19 octobre 1965

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]