Citadelle de Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citadelle de Québec
La Citadelle de Québec, vue du ciel.
La Citadelle de Québec, vue du ciel.
Présentation
Période ou style Forteresse à la Vauban
Architecte Elias Walker Durnford
Date de construction XVIIe XVIIIe XIXe siècles
Destination initiale Fort militaire
Propriétaire Défense nationale
Protection Lieu historique national (1946)
Site web www.lacitadelle.qc.ca\museum
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Région Capitale-Nationale
Localité Québec
Localisation
Coordonnées 46° 48′ 26″ N 71° 12′ 28″ O / 46.807205, -71.20775746° 48′ 26″ Nord 71° 12′ 28″ Ouest / 46.807205, -71.207757  

La Citadelle de Québec est une fortification située sur le Cap Diamant dans la ville de Québec. Adjacente aux Plaines d'Abraham, elle est partie intégrante des fortifications de la vieille ville. La ville de Québec et Campeche in Mexique, sont les deux villes en Amérique du Nord qui ont conservé l'ensemble de ses fortifications, dont son enceinte.

L'édifice du Parlement du Québec, ainsi que plusieurs autres édifices gouvernementaux et grands hôtels sont situés tout près de cette citadelle dite enfoncée ou de surface plane, typique de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle. Elle a été désignée lieu historique national du Canada en 1946.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première enceinte temporaire fut construite dès 1690 à la demande de Louis de Buade, comte de Frontenac. L'attaque, en 1690, de l'amiral Phips et sa flotte de Nouvelle-Angleterre amène la crainte réelle d'un siège à l'européenne sur la ville de Québec. Dès 1693, une nouvelle enceinte suivant les plans de Josué Dubois Boisberthelot de Beaucours est construite pour remplacer l'ancienne fortification temporaire. Entre 1700 et 1720, la ville est un immense chantier comportant une multitude de fortifications isolées, incomplètes et inadéquates, la métropole refusant, en 1721, de compléter les travaux défensifs de Québec, jugés moins importants que ceux de Montréal et de Louisbourg. En 1701, un plan des fortifications fut développé par l'ingénieur français Jacques Levasseur de Néré et fut approuvé par le commissaire général des fortifications de Louis XIV. Pourtant, ce n'est qu'en 1745, dans la panique suivant la capitulation de Louisbourg, que le gouverneur Beauharnois autorise l'érection d'une enceinte entièrement recouverte de maçonnerie, sous la direction de l'ingénieur militaire Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry.

La Citadelle de Québec fut l'hôte de deux rencontres des chefs d'État alliés durant la Seconde Guerre mondiale. Sur la photo, prise en 1943, on aperçoit William Lyon Mackenzie King, Franklin D. Roosevelt et Winston Churchill entourés de plusieurs généraux alliés.

Les fortifications en forme d'étoile qui peuvent être vues de nos jours furent construites entre 1820 et 1831 sous la direction du lieutenant-colonel et ingénieur royal britannique Elias Walker Durnford (qui s'inspira de l'ingénieur français Vauban) et incorporent une section du mur défensif français de 1745. Celles-ci devaient servir à sécuriser les hauteurs du Cap Diamant contre une éventuelle invasion des États-Unis et de refuge aux troupes britanniques. La Citadelle de Québec était dite imprenable (sa fonction défensive et sa situation géographique lui valent d'ailleurs le surnom de « Gibraltar d'Amérique ») ce qui explique pourquoi les américains n'ont jamais attaqué après sa construction.

La préservation de la majorité des fortifications de la ville de Québec (qui était une ville murée) est due à l'intervention de Frederick Hamilton-Temple-Blackwood, Lord Dufferin, gouverneur général du Canada de 1872 à 1878, qui fit de la Citadelle sa résidence officielle.

Les conférences de Québec de 1943 et 1944, au cours desquelles Winston Churchill, Franklin D. Roosevelt et William Lyon Mackenzie King discutèrent stratégie concernant la Seconde Guerre mondiale, eurent lieu à la Citadelle.

La citadelle est depuis 1920 le quartier général du Royal 22e Régiment, unique régiment d'infanterie francophone au sein de la Force régulière des Forces armées canadiennes. Le Régiment y fait vivre les traditions militaires à l'intérieur de la telle la relève de la garde, la cérémonie de la retraite et le tir de canon de midi, entre autres. Puisque la Citadelle est une garnison militaire active, le Musée Royal 22e Régiment organise les visites, les animations et les diverses activités en lien avec des évènements régionaux et provinciaux. En plus de son utilisation d'installation militaire, elle est la seconde résidence officielle du gouverneur général du Canada qui, par tradition, y réside quelques semaines durant l'année. La résidence principale du Gouverneur général est à Rideau Hall, dans la ville d'Ottawa.

La citadelle a été désignée lieu historique national du Canada en 1980[1]. Plusieurs bâtiments de la Citadelle de Québec sont inscrits au Répertoire des lieux patrimoniaux du Canada.

Musée Royal 22e Régiment[modifier | modifier le code]

Logo

Le Musée Royal 22e Régiment occupe deux bâtiments de la Citadelle de Québec : l'Ancienne poudrière (bâtiment 15) et l'ancienne Prison militaire (bâtiment 10).

Article détaillé : Musée Royal 22e Régiment.

Dans l'Ancienne poudrière, on peut y voir des dioramas reconstituant des batailles historiques : Siège de Québec de 1690, bataille de Fort Carillon, bataille des Plaines d'Abraham... Dans l'ancienne Prison militaire, se trouvent la salle des médailles et une exposition sur la guerre en Afghanistan.

En 2014, le Royal 22e Régiment célébrera son 100e anniversaire de création. Afin de célébrer cet événement, le Musée Royal 22e Régiment s’agrandit. En plus de ses espaces actuels, le Musée occupera un bâtiment historique de la Citadelle de Québec appelé la « casemate Est ». Le nouveau Musée occupera ainsi quatre fois plus d’espaces comprenant une exposition permanente retraçant les 100 ans du Royal 22e Régiment, des aires dédiées aux expositions temporaires, une salle des médailles, des espaces éducatifs ainsi que les services au public. Les nouvelles installations du Musée Royal 22e Régiment permettront aussi d’interpréter le patrimoine militaire bâti puisque les visiteurs pourront voir les voûtes anciennes construites entre 1820 et 1831. Les nouveaux espaces du musée seront ouverts en 2014.

Images[modifier | modifier le code]

Carte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lieu historique national du Canada de la Citadelle-de-Québec », Répertoire des désignations d'importance historique nationale au Canada, sur Parcs Canada (consulté le 5 août 2011)
  2. lapresse.ca

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :