Cisitalia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cisitalia acronyme de Compagnia Industriale Sportiva Italia, était un constructeur automobile italien créé par Piero Dusio et Piero Taruffi à Turin en 1944.

Ilario Bandini au volant d'une D46 à Asti en 1947

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier modèle de la marque sera la monoplace Cisitalia D46 de 1946, réalisée par les jeunes ingénieurs Dante Giacosa et Giovanni Savonuzzi. La voiture était équipée d'un moteur 4 cylindres de la Fiat 1100 porté à 60 CV. Le lancement de la D46 se fera à l'occasion de la « Coupe Brezzi » sur le circuit du Valentino, à Turin, le 3 septembre 1946. Sept voitures furent alignées par le nouveau constructeur turinois, avec comme pilotes Dusio, Tazio Nuvolari, Raymond Sommer, Louis Chiron, Taruffi, Franco Cortese et Clemente Biondetti. Ce sera Dusio qui remportera la course. Nuvolari sera remarqué parce qu'il passera la ligne d'arrivée avec le volant détaché de la colonne de direction.

Grâce aux succès répétés de la D46, Dusio commença à réfléchir à une nouvelle voiture, ce sera la Cisitalia 202 qui verra le jour en 1947. Cette voiture, une petite GT dessinée par le maître carrossier Pininfarina sera également le fruit de l'ingénieur Giacosa. Cette voiture marquera par sa conception innovante et très moderne, la Cisitalia 202 marquera son époque au point qu'un exemplaire sera exposé en permanence au Museum of Modern Art de New York avec comme légende « sculpture en mouvement. »


La consécration de Cisitalia arriva avec la fameuse course Mille Miglia de 1947. A la reprise des épreuves de la course après la seconde guerre mondiale en 1947, à cette épreuve des Mille Miglia « Freccia Rossa », pas moins de 151 voitures étaient alignées au départ. Essentiellement des voitures datant d'avant la guerre bien que retravaillées, à l'exception des Ferrari 125 S, Maserati A6 GCS et des Cisitalia. Les Cisitalia n'étaient pas les favorites de la course mais elles profitèrent des abandons des favoris pour amener Nuvolari en tête de la course. À partir d'Asti l'Alfa Romeo 8C de Biondetti lui tiendra tête. Grâce à son moteur plus puissant, il arrivera à Brescia avec 16 minutes d'avance mais ce sera quand même Nuvolari au volant de la Cisitalia qui remportera la victoire.

La « 360 » au Musée Porsche de Stuttgart

Des liens très étroits se créèrent d'un point de vue technique mais surtout humain en 1947, avec Ferdinand Anton Ernst Porsche, à tel point que ce sera Piero Dusio qui versera une très importante rançon pour la libération de son père Ferdinand Porsche, détenu en France comme prisonnier de guerre. C'est pour cela que, en reconnaissance, Ferry Porsche créera pour Dusio une voiture de Grand Prix qui puisse remettre en question la supériorité évidente de l'Alfa Romeo 158. La nouvelle voiture sera baptisée Cisitalia 360, elle disposait d'un moteur 12 cylindres boxer surralimenté de 1500 cm3, monté à l'arrière, qui développait 500 CV au banc. Elle disposait de la traction intégrale et s'inspirait de l'Auto Union « Grand Prix » des années 1930.

Un peu en raison de la très forte somme d'argent déboursée par la société pour la libération de Ferdinand Porsche et les coûts importants consacrés à la réalisation et au développement des nouveaux prototypes, la société Cisitalia connut une grave crise financière, rendue encore plus sévère suite à la baisse des ventes de la 202. C'est ainsi que le constructeur sera mis sous contrôle judiciaire en 1949 et contraint, l'année suivante, d'accepter un concordat.

Dusio réussit tant bien que mal à sauver le projet de la nouvelle "360" de l'entreprise en s'installant en Argentine. Il créa alors la Société d'Exploitation Cisitalia, contrôlée par ses créditeurs, mais dans laquelle Dusio restera actionnaire. Cette nouvelle entité poursuivra la production de la 202, sans grand succès. Ferry Porsche considéra qu'il avait toujours une énorme dette envers Dusio pour la générosité qu'il avait montrée à son égard. En 1953 il fit ajouter au nom de son nouveau modèle Porsche 550 l'appellation Spyder, en hommage à Dusio qui l'avait le premier au monde utilisé pour sa Cisitalia 202 Spyder Mille Miglia.


Une Cisitalia 202

La dernière occasion de relancer l'entreprise se présenta en 1952, lorsqu'un accord avec un constructeur italien de moteurs marins, B.P.M., fournira un moteur de 2,8 litres. Monté sur une « 202 », la voiture participa à la course des Mille Miglia de cette année-là, avec Dusio comme pilote, qui dut abandonner alors qu'il occupait une excellente position, à cause d'une panne d'embrayage.

En 1953, Dusio se retira définitivement de l'entreprise qu'il avait créée. La société se transforma en « Cisitalia Autocostruzioni », dont l'activité se réduira à la transformation de voitures de série. L'activité de Cisitalia cessera définitivement en 1963. Le dernier modèle fabriqué, la Cisitalia 750 GT, était un dérivé de la Fiat 600.

Cisitalia 33 DF Voloradente de 1953

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :