Cirque-Olympique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le Cirque-Olympique des Champs-Élysées, voir Cirque d'été.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théâtre-National.

Cirque-Olympique

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Encre et gouache de Jacques Testard, 1837.

Lieu Paris
Architecte(s) Heurtaux et Gaignet (I)
Bourlat (II)
Inauguration 21 mars 1793
Fermeture 15 juillet 1862
Anciens noms Cirque Franconi (1793-1807)
Opéra-National (1847-48)
Théâtre-National (1848-53)
Théâtre impérial du Cirque (1853-62)
Direction Antonio Franconi
Laurent et Henri Franconi
Adolphe Franconi
Louis Dejean
Jules Gallois
Adolphe Adam et Mirecourt
Horace Meyer
Charles-Louis Billion
Hippolyte Hostein

Le Cirque-Olympique ou théâtre du Cirque est une salle de spectacles parisienne aujourd’hui disparue, dont l’emplacement a varié au fil du temps.

Historique[modifier | modifier le code]

D’abord installé dans l’« Amphithéâtre anglais », ouvert par Philip Astley rue du Faubourg-du-Temple le 7 juillet 1782, il est inauguré par l’écuyer Antonio Franconi le 21 mars 1793 sous le nom de « cirque Franconi » avant d’être transporté sur l’emplacement de l’ancien couvent des Capucines (2e arr.).

Expropriés en 1806 en raison du percement de la rue Napoléon, les fils Franconi, Laurent et Henri prennent possession du nouvel hippodrome de 2 700 places, édifié entre les rues du Mont-Thabor et Saint-Honoré par les architectes Heurtaux et Gaignet, qui ouvre sous le nom de « Cirque-Olympique » le 27 décembre 1807. Mais une faillite les contraint à fermer le 27 mai 1816. , Après une tournée en province, ils réintègrent, le 8 février 1817, leur ancienne salle du Faubourg-du-Temple, rénovée et agrandie. L’intérieur avait été disposé pour les exercices équestres, qui étaient sa spécialité et dans le principe, ils composaient tout le spectacle. Plus tard, on y joignit la pantomime puis on y toléra le mélodrame à grand spectacle, où apparaîtront entre autres Henri Franconi (sous le pseudonyme de Minette) et Frédérick Lemaître. Détruite par un violent incendie le 16 mars 1826, la salle est reconstruite par l’architecte Bourlat sur le boulevard du Temple, à l’emplacement des anciens Délassements-Comiques et inaugurée le 31 mars 1827 sous la direction d'Adolphe Franconi, comédien et fils adoptif d'Henri[1]. Forte de ses 2 300 places[2] et de l’appui du nouveau régime, le cirque du boulevard du Temple devient le « Théâtre national du Cirque-Olympique » en 1834.

En 1836, Adolphe Franconi obtient l’autorisation d’exploiter une deuxième salle, temporaire, au carré Marigny sous le nom de Cirque d’été. Mais une nouvelle faillite le contraint à passer aussitôt la main à Louis Dejean, qui reprend les deux salles, tout en laissant l'exploitation du manège du boulevard du Temple à Franconi. Dejean laisse à son tour les rênes du Cirque-Olympique en 1844 à Jules Gallois, pour se consacrer au Cirque d’été, entièrement reconstruit en 1841 (et où Hector Berlioz donnera une série de concerts en 1845), auquel il adjoint en 1852 un Cirque d'hiver, rue Amelot.

En 1847, le compositeur Adolphe Adam qui s’était querellé avec le directeur de l’Opéra de Paris, voulut créer un quatrième opéra parisien. Il investit son argent et emprunta massivement pour racheter le bail du Cirque-Olympique, qu’il renomma « Opéra-National ». Lorsqu’il dut fermer l’année suivante à cause de la révolution de 1848, Adam se retrouva lourdement endetté.

Le 23 septembre 1848, Horace Meyer, également directeur de la Gaîté, inaugure le « Théâtre-National ». Charles-Louis Billion lui succède en 1851, rebaptisant la salle « Théâtre impérial du Cirque » le 4 juillet 1853, en raison de l’avènement de Napoléon III. Il est remplacé par Hippolyte Hostein en 1858.

Condamnée comme de nombreux théâtres du « boulevard du Crime » par le percement de la place de la République, la salle est définitivement fermée le 15 juillet 1862. Hostein, quant à lui, transporte son activité dans le nouveau bâtiment construit par Davioud, place du Châtelet, qui prend le nom de Théâtre impérial du Châtelet.

Lorsqu’il était dirigé par les Franconi, le Cirque-Olympique ne craignit pas, sous le Premier Empire, de mettre l’Iliade en mélodrame, en montrant aux enfants, Achille, dans son char, trainant Hector autour de Troie. Il fut ensuite consacré au culte de l’épopée napoléonienne.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Alexis Donnet (ill. Alexis Orgiazzi), Architectonographie des théâtres de Paris : Parallèle historique et critique de ces édifices considérés sous le rapport de l’architecture et de la décoration, Paris, impr. de P. Didot l’ainé,‎ 1821 (lire en ligne), p. 223-226.
  • Émile de Labédollière, Le Nouveau Paris, Paris, Gustave Barba,‎ 1860, p. 166 (réed. Sacelp, 1986) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Nouveau Guide parisien (orné d’un plan de Paris en 1861), Paris, Librairie populaire des villes et des campagnes,‎ 1861 (lire en ligne), p. 166.
  • Philippe Chauveau, Les Théâtres parisiens disparus (1402-1986), Paris, L’Amandier,‎ 1999, 586 p. (ISBN 2-907649-30-2), p. 151-156 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Nicole Wild, « Cirque-Olympique », dans Joël-Marie Fauquet (dir.), Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard,‎ 2003 (ISBN 2-213-59316-7), p. 278 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexis-François Artaud de Montor, Encyclopédie des gens du monde, Treuttel et Würtz, Paris, 1836, t. 11-2, pp. 594-595.
  2. Selon Ph. Chauveau, un peu plus de 1800 selon l'Encyclopédie des gens du monde, op. cit., t. 6-1, pp. 103-104.