Cinéthon de Sparte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cinéthon de Sparte ou de Lacédémone (en grec ancien Κιναίθων / Kinaíthôn, en latin Cinaethon) est un poète grec épique originaire de Sparte.

Eusèbe de Césarée en fait un contemporain des premières olympiades (764-763 av. J.-C.)[1], néanmoins cette datation est sujette à caution[2]. Son nom est diversement associé à plusieurs poèmes cycliques : Œdipodie[3], Petite Iliade[4] ou Télégonie[5], mais ces œuvres possèdent traditionnellement de nombreuses attributions et aucun des fragments de Cinéthon ne peut leur être rattaché[2]. À cette liste, certains ajoutent une Héraclée sur la base de deux scholies à Apollonios[6]. En outre Plutarque jette sur lui l'anathème, l'associant à Onomacrite et Prodicos qui rendaient les oracles « inutilement pompeux et dramatiques »[7].

Aucune de ses œuvres ne nous est parvenue : outre les testimonies, on ne possède de lui que cinq fragments (ou sept si l'on compte les scholies à Apollonios[6]), dont quatre préservés par Pausanias. Ses écrits devaient être devenus assez rares déjà à l'époque romaine[2]. Les fragments préservés permettent de ranger Cinéthon parmi les auteurs de généalogies épiques, comme Asios[8]. Ils portent sur des figures laconiennes comme on pouvait s'y attendre (descendants de Ménélas et Agamemnon[9], de Polycaon[10]), mais aussi crétoises[11] ou des fils de Jason[12]. Enfin, Égéon[13] et le rôle de Chios dans les recherches d'Hylas[14] sont évoquées dans les scholies à Apollonios.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Eusèbe de Césarée, Chroniques, Olympiades, 4, 1.
  2. a, b et c West 2003, p. 31.
  3. Table iliaque K (Borgiae), p. 61 Sadurska.
  4. Scholie aux Troyennes d'Euripide, 822 = Hellanicos, fr. 202 C Fowler.
  5. Eusèbe, loc. cit. West suggère de corriger « Télégonie » par « Généalogies » (p. 251, n. 28).
  6. a et b Scholies à Apollonios de Rhodes en I, 1165c et I, 1355-1357c. Ces deux fragments, qui sont inclus notamment dans l'édition Bernabé (respectivement fr. 7 et 6), sont absents d'autres éditions (comme celles de West) qui lisent « Conon » plutôt que « Cinéthon ».
  7. Plutarque, Sur les oracles de la Pythie, 407b.
  8. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], II, 3, 9 et IV, 2, 1 = fr. 2 et 5 Bernabé/West.
  9. Porphyre, Questions homériques, Σ D Il. III, 165 et Pausanias, II, 18, 6 = fr. 3-4 Bernabé/West.
  10. Fr. 5 Bernabé/West.
  11. Fr. 2 Bernabé/West
  12. Pausanias, VIII, 53, 5 = fr. 1 Bernabé/West.
  13. Fr. 6 Bernabé.
  14. Fr. 7 Bernabé.

Bibliographie[modifier | modifier le code]